Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les Interviews BDGest

Aspic voisine : Simon Hureau se lâche

Ça pique les yeux, la gorge et le reste aussi

L'héroïne met tout le monde à l'aise à l'heure de refermer le livre : "Et si tu n'as pas aimé (...) je te prie de noter que j'en ai rien à cirer... Du reste, je t'emmerde." Elle, c'est Mélusine, personnage dont le comportement et les actes, tout comme ceux qui l'entourent le temps de cinq courtes histoires, ne peuvent pas laisser indifférents. Le personnage a évidemment un lien avec celui mis en scène dans Tout doit disparaître (Futuropolis) mais derrière les apparences, le ton n'est pas le même. Simon Hureau pousse le bouchon très loin. Le risque de rejet est patent, y compris au sein des fans de l'auteur qui assume la liberté avec laquelle il a réalisé cet album. Aspic voisine, ça pique les yeux et ça démange de partout. […]

03/07/2009 Interview

Peur sur la ville...

Serge Fino croque l'étrangleur de Boston

Au milieu des années 60, une vague de crimes secoue la ville de Boston. Treize femmes sont assassinées dans des circontances qui laissent entendre qu’il s’agit de l’oeuvre d’un maniaque sexuel. Toutes sont retrouvées à leurs domicile, étranglées et violées. L’affaire macabre est entre les mains de la police qui mène l’enquête et interroge tous les hommes suspectés de comportements sexuels anormaux. Ce n’est qu’après de nombreux assassinat qu’elle parvient à mettre la main sur l’auteur des crimes, un père de famille apparemment honnête et normal, un plombier du nom d’Albert De Salvo. Souffrant d’un dédoublement sérieux de personnalité, il est interné dans un hôpital psychiatrique. Les examens et les […]

02/07/2009 Interview

Transat

Une traversée avec Aude Picault

Aude, malgré une vie agréable, semble avoir perdu l'étincelle qui donne du sens au quotidien. À l'approche de la trentaine, l'idée d'être sur des rails la terrorise. Lorsque se présente l'occasion de partir en transat, elle franchit le cap... et ce grand bol d'air frais lui fera le plus grand bien ! Transat, c’est un peu la suite de « Papa » ? Votre vie, après… Aude Picault: Vous voulez peut-être dire après… le deuil qu'évoque Papa ? Non, Transat parle de la vie tout court, celle de tout le monde, dans ses envolées poétiques et sa médiocrité, en recherche de transcendance à travers ses gestes quotidiens. Vous avez tenu un carnet de bord durant la traversée ou vous n’avez travaillé qu’à partir de vos souvenirs […]

26/06/2009 Interview

Fabien Vehlmann, sombre et brillant scénariste...

 

Une jeune fille, allongée dans la forêt. Morte. En train de se décomposer. Et toute une ribambelle de petits esprits et animaux autour d'elle, qui sont comme des survivants issus de cette fillette-véhicule, accidentée là. Ils vont devoir trouver leurs marques, s'organiser. Des amitiés se lient, des rivalités s'échaffaudent. Et explosent. Avec un rare déferlement de violence et de cruauté, renforcée par l'absence d'empathie de ceux qui les commettent. Dans cette histoire, dessinée dans un trait naïf et ravissant par les Kerascoët, quelque chose évoque irrésistiblement Sa majesté des mouches de William Golding. Le thème, bien sûr, et cette façon d'opposer les paroles enfantines des personnages, et des actes qui n'ont rien […]

24/06/2009 Interview

Interview d'Eric Borg, scénariste de Rocher...

sur la piste du Maboukou...

Tout le monde vous le dira : l'enfer c'est les autres. A l'inverse, une île tropicale bien isolée, à partager entre amis pour quelques jours, ça doit être le paradis. Logiquement. Sauf si de vieilles légendes s'invitent au barbecue sur la plage et que, parmi les créatures de rêve, il y en a aussi de cauchemar... Bienvenue à Rocher Rouge ! Pour sa première bande dessinée en tant que scénariste, Eric Borg se lance dans une histoire si sex and sun, qu'on en chercherait presque ses lunettes solaires. Quoiqu'une balise de détresse ou un manuel de survie seraient, ici, plus utiles... - Au départ, le scénario de Rocher Rouge était prévu pour le cinéma... Jusqu'où es-tu allé dans ce domaine ? Eric Borg : J’ai fait un premier traitement […]

06/06/2009 Interview

Jacques Ferrandez referme les Carnets d'Orient

 

Les personnages de Terre fatale sont ce que nous sommes : des êtres pris dans les rets d'une Histoire dont, souvent, ils ne sont que les victimes, avec leurs peurs, leurs incertitudes, leurs lâchetés, ou leurs actes de bravoure, tout ce qui est mis à nu au temps de l'embrasement, au temps de la guerre, au temps des affrontements. Que vienne la parole pour réconcilier les mémoires... alors seulement pourrons-nous regarder notre histoire en face. Alors seulement la guerre sera finie... Ce dixième album signe la fin des Carnets d’Orient…Vous tournez la page ? Jacques Ferrandez : En tout cas en je tourne cette page là, puisque cet album se termine au moment de l'indépendance. Au moment précis de la fin de la présence française en […]

22/05/2009 Interview

L'enfant maudit

 

De toute sa vie Gabriel ne s'est jamais plaint. Il n'a jamais osé se poser de questions non plus. Qui étaient ses vrais parents, par exemple ? Pourquoi en 1945 a-t-il été adopté par un couple de paysans de la Creuse ? Pourquoi un flic le traite-t-il un jour de "rejeton de Boche" ? Pour Gabriel, il est temps d'explorer ses origines. En fouillant son histoire, L'enfant maudit va fouiller des épisodes obscurs de l'Histoire de France. Et d'ailleurs, en même temps que Gabriel, le pays entier se remet en question. Car ce moment, c'est mai 68… Arno Monin et Laurent Galandon, les auteurs de L’Envolée sauvage reviennent pour nous sur la création de leur nouveau récit. Pourquoi vous attacher à cette période de l'après-guerre ? Laurent […]

15/05/2009 Interview

Ravalec au pays du Cosplay

Tokyo Girls

Kamayo, Koi et Masayo, trois copines fashionistas et adeptes de cosplay, viennent de remporter un concours avec à la clé un séjour sur l’île des Chéris charmants, un endroit magique fréquenté par de beaux garçons, raffinés et élégants. Les voici donc propulsées à Paris, capitale de la mode, où elles devraient rencontrer le succès escompté auprès des french lovers. Mais elles ignorent encore qu’elles ont été recrutées à leur insu pour une opération de la plus haute importante… Désormais, l’avenir du Japon est entre leurs mains ! Où prend-on le plus de liberté ? En écrivant des livres ? Des scenarii de films ? Des BD ? Vincent Ravalec: Le travail est différent à chaque fois. En termes de liberté, la littérature […]

15/05/2009 Interview

Rencontre avec Guillaume Sorel et Laetitia...

Mâle de mer, chez Casterman - Ecritures

Doëlan, en Bretagne. Elle s’appelle Ephémère. Trop tôt sa mère s’en est allée, et puis un autre jour c’est son père, pêcheur opiniâtre et taiseux face à la mer immense, veuf inconsolé, qui à son tour a choisi de décéder. Orpheline, donc. Et c’est cette vie-là qui se dévide sous le pinceau âpre et généreux de Guillaume Sorel, portée par les mots choisis de Laetitita Villemin. L’Américain de rencontre, qu’Ephémère devenue jeune fille séduit d’un regard, et qui lui fera un fils - mais qu’elle quittera bientôt, parce que la vie c’est face à la mer qu’elle exige d’être vécue. Quittée pourtant, Ephémère le sera à son tour, par ce fils qui à son tour la laissera amère… Sur fond de rudesse océane, […]

14/05/2009 Interview

Chemins de Fer de Cyrille Pomès

 

Dans une petite gare de campagne où il ne se passe jamais rien... Une malle est abandonnée sur le quai. Ce qui intrigue Elias, le chef de gare. Ah ! En ouvrant la mystérieuse malle, il devient subitement un témoin gênant pour la mafia ! Et dans cette petite gare d'ordinaire si tranquille, descend une troublante jeune femme... Enfin ! Que s’est-il passé depuis « A la lettre près » ? Cyrille Pomès: « Enfin ! », je vous ai donc manqué, c’est agréable. Difficile de résumer tout ce qu’il s’est passé depuis « A la lettre près », vous-même semblez considérer que 4 ans, c’est long ! En vrac, un projet de BD en collaboration avorté, pas mal de carnets de dessin non destinés à la publication remplis, notamment lors de […]

09/05/2009 Interview

Interview Ciro Tota

Les Conquérants de Troy, T2

Depuis Photonik, vous ne faites plus de scénario, pour quelles raisons ? Ciro Tota : Mon intention première était de décompresser un peu en ne me consacrant qu’au dessin. Le scénario est tellement prenant qu’on y pense tout le temps. On vit avec, même en dormant. Aujourd’hui, je regrette un peu d’avoir laissé tomber l’écriture. D’abord parce que je n’ai pas l’impression de m’être reposé plus que ça. Ensuite c’est dur de s’y remettre, je ne suis plus sûr d’en être encore capable et surtout, ce ne serait pas très honnête vis à vis des Conquérants. Mais écrire un scénario et réaliser le dessin c’est prenant et passionnant. Ce deuxième tome est une sorte de transfuge entre la SF et la fantasy, comment […]

30/04/2009 Interview

Ed Gein, le boucher de Plainfield

Entretien avec Dobbs

Dobbs et Alessandro Nespolino viennent de publier Ed Gein chez Soleil. Rencontre avec le scénariste. Dans la section Remerciements, vous parlez d'une "thèse avortée" à propos d'Ed Gein : vous aviez un projet autre qu'un album de BD dans vos cartons ? On peut en déduire qu'il ne s'agit pas là d'une "commande" et que vous n'avez pas tiré ce personnage à la courte-paille. Pouvez-vous nous en dire plus ? Pour préciser mon « attrait » pour les tueurs en série, je remonterai à mes vertes années de fac où j’ai cumulé cursus en psychologie, sociologie et sciences criminelles pour réfléchir sur l’imaginaire généré par de tels « monstres »… Jean-Luc Istin, suite à un premier contact, m’a proposé de faire un test de […]

26/04/2009 Interview