Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le nouveau Jules enfin mis sur orbite !

Une épatante interview d'Émile Bravo

Propos recueillis par L. Gianati Interview 27/09/2011 à 16:56 4207 visiteurs
L'aventure Spirou étant passée par là, il a fallu attendre cinq ans pour découvrir, enfin, un nouvel album de Jules. Au programme de ce sixième tome : une fin du monde annoncée, des extra-terrestres (pas tous) rigolos, des politicards sans scrupule, des naufragés pas si désespérés etc..., le tout emballé dans un nouveau format qui offre de nombreuses pages supplémentaires. Que demander de plus ? Rien ? Ah si... Peut-être deux ou trois choses à Émile Bravo.

Cinq années se sont écoulées depuis les dernières aventures de Jules. Cette « pause » est-elle la conséquence d’autres projets ou avez-vous décidé de prendre un peu de recul par rapport à ce personnage ?

Il y a surtout eu entre-temps un album de Spirou. D’autre part, j’attends vraiment d’avoir quelque chose à dire, que mes histoires mûrissent bien avant de me lancer sur un nouvel album. Et puis, je n’ai pas vu le temps passer… Combien d’années vous dîtes ? (sourire)

Cinq ans. La question du Père est sorti en mai 2006.

On vit dans un monde qui va à toute allure… J’attendais vraiment le bon sujet. En règle générale, comme je m’adresse aux enfants, je souhaite raconter mes histoires de façon posée, à leur dire des choses qui les préparent au monde qui les entoure, tout en parlant aussi à leurs parents.

Cette aventure Spirou, c’était un rêve de gamin ? Avec le recul, comment l’avez-vous vécue ?

Ce n’était pas vraiment un rêve de gamin. Quand on m’a proposé ce projet, j’avais quelque chose à dire sur Spirou et les choses se sont faites naturellement. On me dit souvent « Cela a dû être lourd à porter de réaliser un album de Spirou ! ». Mais tout ça n’est QUE de la bande dessinée et je ne prends pas ça très au sérieux, comme beaucoup de choses d’ailleurs. J’ai juste trouvé ça marrant d’utiliser un personnage très populaire pour raconter une histoire très personnelle.

On parle d’un deuxième tome annoncé à l’horizon 2013. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

C’est en tout cas ce qu’on a prévu, même si je n’aime pas trop travailler sur commande. Je veux me donner du temps, même si Dupuis aimerait bien que l’album sorte pour le 75ème anniversaire de la création de Spirou. Ce sera la suite du premier volume qui se déroulera également pendant l’Occupation. Quand on parle de « héros », rien de tel que cette période pour définir ce qu’est vraiment un héros. Ce sont plutôt les circonstances qui font un héros et non pas la nature même d’un être humain.

On retrouve Jules dans un format plus grand que les tomes précédents (78 pages contre 54 habituellement). Commenciez-vous à vous trouver un peu à l’étroit ?

Oui, j’avais besoin de cette liberté. Je commençais à en avoir assez de cette histoire de pagination. On ne demande jamais à un écrivain combien de pages va faire son roman. Pourquoi le demande-t-on à un auteur de bande dessinée ? Je sais très bien qu’il existe des contraintes techniques. On a souvent limité les albums pour enfants à un format de 46 pages. J’estime que si on rajoute une ou plusieurs pages supplémentaires, on peut raconter quelque chose de plus fort, sans avoir le souci de tout condenser. Goscinny était d’ailleurs un génie pour ça. Il parvenait à raconter des histoires fantastiques avec l’art de tout faire tenir dans un format de 46 pages. Mais n’est pas Goscinny qui veut. Il y a déjà suffisamment de contraintes dans la bande dessinée pour ne pas rajouter celle de la pagination. Quand un auteur a besoin de pages, il faut savoir les lui donner, en tout cas quand cela est justifié par l’histoire, ce qui, je pense, est mon cas. (sourire)

On se rend compte très vite de ce besoin d’espace en observant les deux premières planches du tome 6 de Jules qui sont pleine page…

Tout à fait, et c’est justifié par l’histoire. Je commence par parler de l’univers et j’utilise donc une pleine page. Je me vois mal faire tenir l’univers sur une seule case. (sourire) Cela fait son petit effet sur le lecteur. L’utilisation de la place est très importante. C’est un peu comme dans Spirou quand j’utilise une pleine page pour une scène de bombardement, c’est quelque chose qui marque.

Un plan sur la comète traite de la fin du monde. Quel est votre regard de scientifique sur l’évolution de la planète ?

L’espèce humaine est très jeune et ne parvient pas à voir plus loin que le bout de son nez. Elle se considère seule au monde et maîtresse de l’univers. On est en fait une espèce complètement adolescente qui essaye de s’imposer. C’est totalement puéril. Je suis très optimiste mais il faut quand même que chacun en prenne conscience, le plus tôt possible. C’est pour cela que je trouve important de raconter ce genre d’histoires à des enfants.

Justement, confier le sort de la planète à deux enfants, Janet et Jules, est-ce une façon de dire que chacun, à sa manière, peut agir pour sauvegarder le monde ?

Bien entendu. Tout cela va de toute façon se passer du côté des enfants, qui ne sont pas encore orthonormés comme les adultes. Je crois en l’humanité mais il faut agir et se sentir responsable, contrairement à nos gouvernants qui sont pour la plupart des adolescents attardés. (sourire)

Et pourtant, vous n’êtes pas très optimiste et confiant en la nature humaine. Même Madame Wilkins serait presque prête à se laisser soudoyer…

(sourire) Attendez, on ne sait pas si c’est du lard ou du cochon ! Vous savez, l’humour anglais… C’est plutôt une façon de dire que c’est aux enfants de travailler pour la planète, pas aux adultes. Mais c’est vrai, on a le droit de douter.

Pensez-vous que la bande dessinée est un bon moyen d’aborder tous les sujets avec les enfants ?

Bien sûr. C’est un excellent moyen de parler aux enfants, tout dépend de la façon dont on aborde les sujets. J’ai choisi de les traiter de façon ludique, ce qui me permet de toucher vraiment à tout. L’idée est de se mettre à la place de tout le monde, qu’un garçon se mette à la place d’une fille et inversement, par exemple. Notre problème est qu’on est souvent auto-centrés.

Les éditions Dargaud présentent Jules comme le « Tintin du 21e siècle ». Qu’en pensez-vous ?

C’est peut être une référence à mon style graphique… Hergé m’a appris beaucoup de choses et a développé, je pense, mon côté humaniste depuis tout petit. Si j’arrive à faire un dixième de ce qu’il a fait, ce sera déjà pas mal. (sourire)

Qu’est-ce qui vous a poussé vers une carrière dans la bande dessinée plutôt que vers une carrière scientifique ?

J’ai toujours raconté mes petites histoires en dessinant sans savoir que ça pouvait être un métier. Le jour où je l’ai compris, le choix m’a paru évident. C’est là où je crois beaucoup en l’humanité car je n’ai pas compris ça par moi-même. Il a fallu qu’on me dise « Fais-le ! ». Je pense qu’on a besoin des autres pour se comprendre soi-même.

Jules a donc été le moyen idéal de concilier vos deux passions…

Oui, mais c’était plus par plaisir d’aborder les thèmes scientifiques par un côté « transmission ». Je ne suis pas vraiment un scientifique… Je me destinais à une carrière d’ingénieur, surtout parce que ma famille me poussait à le faire. Ce sont plus des thèmes qui me tenaient à cœur étant gamin que j’ai voulu aborder dans Jules, comme la relativité qui était au centre du premier tome. Ce sont en fait des questions que je me posais enfant et dont l’école ne m’apportait pas souvent les solutions. J’aurais aimé lire à l’époque ce genre d’histoires qui m’auraient permis de comprendre plus rapidement le monde et donné les armes pour m’en sortir.

Un mot sur l’adaptation cinématographique de Maman est en Amérique…. Suivez-vous ce projet ou est-ce Jean Regnaud qui s’occupe de tout ?

C’est Jean Regnaud qui suit plus particulièrement ce projet. À ma connaissance, ils sont encore à la recherche de financements…

N’avez-vous jamais pensé à une adaptation de Jules sur petit ou grand écran ?

Je considère vraiment le cinéma comme un autre métier. Il y a autant de différences entre un écrivain et un cinéaste qu’entre un auteur de bande dessinée et un réalisateur de films d’animation. C’est quelque chose qui ne m’attire pas particulièrement.

Maintenant que la fin du monde a été évoquée dans le dernier tome de Jules, avez-vous déjà des idées sur d’autres thèmes pour le prochain ?

Il y encore beaucoup de choses à dire sur l’humanité, donc les sujets ne manquent pas, mais je n’y ai pas encore réfléchi. J’ai du mal à travailler sur deux sujets à la fois. Et là, il faut plutôt que je pense au prochain Spirou. J’en reviens au thème du mûrissement d’un projet. Je ne sais pas encore ce que je vais raconter mais je sais qu’au moment où je le ferai, ce sera nécessaire. À côté de ça, je travaille beaucoup pour l’illustration jeunesse. Je prépare également un nouveau Ours nains.
Propos recueillis par L. Gianati

Information sur l'album

Jules (Une épatante aventure de)
6. Un plan sur la comète

  • Currently 4.23/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (35 votes)