Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

A vant, la société était composée des pauvres et des riches. On ne se fréquentait pas, mais on pouvait se croiser par hasard dans la rue. Maintenant, c’est plus compliqué. Les démunis sont toujours à la même place, tandis que le choses ont bougé chez les nantis et avoir du pognon n’est plus une garantie de faire partie de la « haute ». Il y a les 1 %, on les imagine à peu près, ils roulent en grosses berlines électriques et se tapent la cloche chez les multi-étoilés Michelin©. Et puis, à peine perceptible, les 0,01 % ont fait leur apparition dans les statistiques. Ceux-là sont plus mystérieux : un passage furtif sur un tapis rouge prestigieux, un discret jet privé en bout de piste, une poignée de main avec le président à Davos et rarement un gros chèque de charité presque anonyme. Nos Chères élites, celles qu’on admire et jalouse.

James et François Ravard doivent quand même bien les aimer, puisqu’ils s’amusent à les châtier le temps d’un album faussement rétro. Dessins d’humour façon Sempé (sans la grâce de ce dernier malheureusement), histoires courtes mêlant critiques acerbes et constats consternants, les deux auteurs rabâchent les clichés habituels quand il s’agit d’aligner les classes supérieures. Le résultat est amusant, parfois très drôles, mais sent surtout le réchauffé et la redite. D’Hara Kiri à Fluide Glacial, ainsi que dans la grande presse, le sujet a souvent été abordé sur tous les tons et de toutes les manières. Le trait vintage du dessinateur est néanmoins à relever. Avec son dessin et ses couleurs typées années cinquante, Ravard injecte une dose d’intemporalité patinée à ces saillies contemporaines. Finalement, hier et aujourd’hui ne sont pas très différents, ce sont juste les échelles de valeur qui ont changé.

Recueil de gags très, voire trop, classiques, Chères élites manque d’originalité ou d’un point de vue nouveau pour vraiment convaincre.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Chères élites

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.