Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ici

12/02/2015 13518 visiteurs 8.1/10 (8 notes)

L'avis de D. Wesel

« Ici » est une fenêtre qui s’ouvre sur un lieu et voit défiler les époques. Si tout commence et se termine en 2014, c'est à un fabuleux voyage dans le temps que le lecteur est convié. Le début n’est qu’une succession de décors vides : une pièce change d’apparence, de date en date. Puis des personnes font leur apparition. Des animaux, aussi. Enfin, petit à petit, les temporalités se superposent, créant comme des tunnels à travers le temps. Parfois, des séquences se déroulent sur plusieurs pages, dans la lucarne d’une case inamovible autour de laquelle les années continuent de s’écouler ou de rebrousser chemin.

À certains moments, des résonances se créent entre des époques plus ou moins éloignées, alors qu’à d’autres, au contraire, les modifications s’imposent de façon plus radicale, tout comme les cassures se révèlent plus abruptes. Le dessin lui-même se fait le reflet de la métamorphose progressive du lieu. Lisse et aseptisé pour figurer la modernité, il redevient plus libre, plus brut, mais aussi plus fougueux lorsqu’il s’agit de retourner en arrière. Par la retranscription fidèle de chaque époque, que ce soit au niveau du style de mobilier, des habillements ou des objets de la vie de tous les jours, il permet une mise en situation aisée.

Cet album met en perspective l’importance d’une vie face au temps qui passe… et efface. Avec simplicité, Richard McGuire rend chaque moment précieux en dépit de sa futilité au regard des ans, voire des siècles. Érigée en unité de mesure, une année n'est pourtant pas qu'un repère temporel ; elle est pleine de vie et de mille petits événements qui font le sel – ou l’amertume – d’une existence, semblant parfois s'étirer à l'infini.

Le sentiment qui ressort de ces instants saisis au vol est que rien n’a d’importance, mais que tout vaut la peine. La nuance est subtile ; elle résume à elle seule le propos d’un livre qui, chez celles et ceux ayant connu les joies du déménagement, résonnera d’un écho particulier. Car il est possible d’inverser la perspective et d’adopter le point de vue de tous les « personnages » qui se seront succédé devant la « fenêtre ». La question est alors de savoir ce que devient ce lieu que l’on quitte. M’échappe-t-il complètement ? En suis-je banni alors qu’il était mon quotidien ? Et quel a été mon impact sur cet endroit que je cède au prochain occupant ? Dès lors, le cadre de vie ne se limite plus à un abri ; il devient un bout du monde dont on est, l’espace d’un instant, le dépositaire.

L'avis de F. Mayaud :

Une fenêtre, à l’image de celles qu'Edward Hopper aimait à peindre pour ce qu’elles ne dévoilent pas de leur intérieur (City sunlight - 1954, Sunlight in a cafeteria - 1958). Celui qui jette un œil sur cette couverture sera invité par le titre, Ici, à pénétrer dans le noir profond de la vitre qui dissimule ce qui se joue derrière : l’histoire et les histoires de ce lieu, enchevêtrées les unes dans les autres, dans tous les sens du terme.

Le point de départ d’Ici pourrait résider dans un autre tableau d’Edward Hopper, Rooms by the sea (1951), qui apporte « une dissonance d’ordre visuel, désorientante, en une métaphore sur la condition précaire de l’architecture » (1). Album expérimental qui, au service d'une idée phare, utilise des codes narratifs de façon ciblée, Ici n'en dispose pas moins d’atouts pour parler au plus grand nombre : un fourmillement de trouvailles aussi intrigantes que frappantes et un propos à la fois simple et universel. Passé le temps de l’étonnement - ce qui n’a en soi rien de négatif, bien au contraire -, le lecteur a le plaisir de devenir le dépositaire du temps de sa lecture.

Néanmoins, derrière la démonstration formelle remarquablement menée, la disparité qualitative des différentes trames qui composent le récit ternit parfois son côté enthousiasmant. Si certaines séquences ou certains arrêts sur image sont bluffants, d’autres semblent s’en tenir à meubler les murs. Ce choix permet à Richard McGuire de conférer une véritable force à la mise en scène d’éléments qu’il veut mettre en valeur, mais il induit aussi quelques longueurs. Cela tant et si bien que l’ensemble ne parvient pas réellement à prendre corps, qu’il ne mène au final un peu nulle part. C’est peut-être le principe, cependant, ce qui aurait pu rester en suspens dans l’esprit du lecteur s'en trouve quelque peu dilué dans la masse et perd ainsi de sa potentielle puissance. Les tableaux figés d’Edward Hopper, eux, ne cessent d’interroger.

Truffé de surprises, tant par l’incroyable exploration des possibilités graphiques offertes depuis un angle de vue unique que par les basculements qui, parfois, s’opèrent l’instant d’une case, la lecture d’Ici se révèle fluide et, malgré quelques réserves, agréable de bout en bout.


1/ Un théâtre silencieux : l’art d’Edward Hopper, par Walter Wells

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
8.1

Informations sur l'album

Ici

  • Currently 3.77/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (31 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    MediathequeMonaco Le 30/10/2017 à 11:13:09

    Dessins séquences : série du New Yorker
    Gallimard, 2016

    Ici.
    Gallimard, 2016

    Richard McGuire est un artiste touche à tout… Bassiste d’un groupe de post punk liquid, réalisateur de films d’animation, concepteur de jouets. En tant qu’illustrateur, il s’est fait remarquer dans le monde de la bd en publiant des planches dans le magazine RAW en 1989, réunies dans l’album "Here – ici". Il a obtenu le Prix Fauve d’or au festival d’Angoulême 2016.

    On a rarement lu un projet aussi original. Une caméra fixe montre un seul et même lieu à différentes époques, de la préhistoire jusqu’à des périodes futuristes… McGuire repousse les mondes graphiques : il le dit « je ne veux pas être l’esclave d’un style qui devrait s’adapter à chaque idée. Au contraire : chaque idée nouvelle amène un style graphique. »/…/ « Il existe tout un tas de conventions liées à la bande dessinée que je refuse d’utiliser systématiquement. ». Fascinant.

    Ou vous conseille aussi le film empruntable à la vidéothèque « Peur du noir » et son dernier album « Dessins séquences ».
    Nathalie

    herve26 Le 05/02/2016 à 19:35:48

    L'intérêt du Festival d’Angoulême est de donner un éclairage sur des œuvres que je n'aurai sans nul doute jamais lues. Par le passé, j'avais découvert "5000 kilomètres par seconde" de Manuele Fior ou encore "Pinocchio" de Winshluss,que j'avais adoré.
    Malgré mes nombreuses lectures, je n'avais pas encore entendu parler de "Ici" de Richard McGuire,qui a obtenu le fauve d'Or cette année.
    Je me suis donc précipité chez mon libraire pour découvrir ce véritable OVNI.Est-ce une bande dessinée ou un exercice de style qui s'étend sur près de 300 pages ? Au lecteur de juger.
    Dans cet ouvrage, pas de personnage principal mais un lieu (un séjour), pas d'intrigue mais le temps, le temps qui passe, de la création de la terre à l'an 2300, ce qui n'est pas pour rappeler un livre comme "Alpha...directions".
    En découvrant au fil des pages, l'évolution de cette pièce à travers les âges, je ne me suis pas ennuyé une seconde. C'est habilement amené, et en n'optant pas justement pour un ordre chronologique, Richard McGuire joue avec le lecteur.
    Les dessins sont certes tirés au cordeau et rappellent un peu celui de Chris Ware.
    Un album très original, qui peut se relire à l'infini tant les détails changent presque à chaque page(un tableau, le papier peint, le mobilier etc.)
    J'avoue que cet ouvrage ne trouvera pas un large public, mais je vous invite à le découvrir tant il tranche avec la production actuelle.

    biggyjay Le 25/03/2015 à 18:41:51

    Très très bon "essai" ! Je ne sais pas si ce livre est une BD, mais je sais qu'il est bon. Cela rappelle les films qui retracent la vie d'une personne ou d'un lieu, et ces bon vieux films de SF qui nous projettent dans l'avenir. Même si il y a peu à lire, la découverte de cet Objet Littéraire Non Identifié est à conseiller d'urgence !