Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'affaire du siècle 1. Château de vampire à vendre

20/09/2004 12694 visiteurs 0.4/10 (12 notes)

D ans un Paris en proie à la panique semée par des agressions vampiresques, le jeune "Tony du métro" tombe sous le charme d'une mystérieuse serveuse blonde prénommée Cora. Après de courtes péripéties, il s'avère que Cora est en réalité une jeune vampire rêvant de vivre au calme dans un château transylvanien. Et son seul salut, pour empêcher un émir du nom d'Abel de transformer son futur havre de paix en pizzeria médiévale, est de voler les millions nécessaires au chef de la mafia locale (le sémillant Don Argoli) pour qui elle travaille en réalité en qualité de croupière dans un casino clandestin.
Or, que le hasard est bien fait, le séduisant Tony qui lui aussi est un vampire ("enfer et damnation !" pourrait-on dire), s'offre de l'aider dans cette folle aventure. En parallèle, une sombre histoire de chantage s'intercale dans l'intrigue, permettant l'apparition de l'indéfinissable James Brand de Sherwood, autre vénérable suceur de sang, dont le rôle reste aussi impénétrable que l'est la suite de l'histoire.

Racontée ainsi, l'intrigue de "l'affaire du siècle" pourrait paraître confuse. Que le lecteur se rassure : elle l'est. Et malheureusement ce n'est pas le seul problème. On a en effet bien du mal à hiérarchiser les défauts de cet album, qu'ils soient au niveau visuel ou scénaristique.

Avant même de commencer sa lecture, on est frappé par le graphisme. Choqué serait plutôt le mot, puisque chaque élément donne une impression d'amateurisme complet. Le dessin, d'une banalité affligeante, multiplie les erreurs de perspective ou anatomiques, les mouvements sont mous, les couleurs criardes et le découpage n'est absolument pas adapté au format de l'album. Pour ce dernier point, on en vient même à se demander si les dix premières planches étaient conçues pour le média.

Le lettrage, quant à lui, est aussi catastrophique que les onomatopées ridicules qui approchent davantage de la cacophonie que du fond sonore. L'ensemble donne un collage bizarre et incohérent qui empêche toute concentration sur la lecture.

Le scénario est à l'avenant. Tout comme le dessin, la narration évolue dans son traitement (les premières planches étant indéniablement du type "story-board" avec des explications de textes hilarantes de platitude), gagnant en cohérence mais certainement pas en intérêt. L'histoire est décousue, les dialogues sont idiots, le rythme désordonné.

Qu'on ne s'y trompe pas, "l'affaire du siècle" n'est pas le pire album de la décennie, ce qui aurait pu lui donner un intérêt, même mineur. L'indigence artistique n'est malheureusement pas une denrée rare dans l'impressionnante production BD qui se déverse chez nos libraires. Tout au plus, ce titre (qui porte d'ailleurs bien mal son nom) ne mérite que d'être ignoré comme le sont la plupart du temps les premiers albums mal foutus qui ne verront jamais de second tome. N'oublions pas qu'il s'agit là d'auteurs débutants dans ce domaine, et que cinéma et Bande Dessinée ne sont pas des moyens d'expression identiques.

Il y a certainement de grandes ambitions derrière ce produit raté, les auteurs étant souvent de grands enfants qui ont du mal à prendre du recul sur leur travail. Ne leur jetons donc pas la pierre.
Par contre, le directeur de collection qui a laissé publier ce résultat, lui mérite le goudron et les plumes. C'est du moins un avis personnel.

C'est assez étrange, car quelque part, on est tenté de trouver ça et là, dans la construction d'une case ou le type de dialogue, une ressemblance avec la BD des années 80. Funeste période, mais qui a ses nostalgiques. On a la drôle d'impression de lire un mauvais Lauzier qui aurait dessiné sous acide. Faut-il voir là une tentative d'approcher un art qui a fait rêver autrefois ? Ce serait alors une belle motivation, même si le résultat est malheureusement et définitivement raté.

Par Signé Fufu
Moyenne des chroniqueurs
0.4

Informations sur l'album

L'affaire du siècle
1. Château de vampire à vendre

  • Currently 1.16/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.2/5 (188 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    zemartinus Le 08/02/2008 à 23:15:08

    attention chef d'oeuvre. À ne louper sous aucun prétexte, tout fan de BD se
    doit d'avoir ce volume dans sa bédéthèque (selon moi du moins)

    et j'écris encore 2-3 trucs ici parce que maintenant il faut 300 caractères
    minimum dans un avis (du coup tous les avis de Cachou ont disparu et ça me
    deg' parce qu'ils étaient vraiment magnifiques)

    oasis Le 01/12/2004 à 17:53:24

    Pourquoi Glenat a t'elle publié cette "chose" comme le dit daka ?
    Cela reste un vrai mystere, et cette merde ( et je pèse mes mots ) n'aurait jamais du voir le jour !

    daka Le 21/09/2004 à 17:03:33

    Outre la qualité affligeante de cette...appelons-là "chose", il faut y ajouter le mattraquage médiatique, censé nous faire croire au chef-d'oeuvre. Je suis en général ouvert à toutes les genres de BD, mangas, comics, et même les nouveaux genres, les essais, parfois ratés, mais avec toujours une volonté créative derrière. Cette "chose" n'est pas une BD, mais un storyboard, sur lequel ont vomi 3 "coloristes". Il faut vraiment être trois pour faire ça, tout seule Beinex n'aurait pas réussi à louper les couleurs comme ça. Ils auraient au mois pu avoir le courage de revendiquer leur oeuvre comme un storyboard et ne pas avoir la prétention de l'appeler BD. Au niveau de l'histoire, parce que je l'ai lu (oui, oui) je pense pouvoir dire que c'est un premier tome d'introduction, comme on en voit fréquemment. Le problème ne se situe pas tellement à ce niveau, mais plutôt vers les dialogues. Il sont fades et laissent un arrière-goût de fosse sceptique sur la langue. C'est creux, ça manque de dynamisme, c'est gnan-gnan (je ne cite pas d'exemples, je n'ai pas la "chose" avec moi)...les 89 pages sont vites avalées, ce qui pourrait être un signe de qualité, mais ici c'est surtout le signe d'un vide interstellaire écrasant.
    Je conseille la lecture cependant à tous ceux qui trouvent une BD mauvaise. Lisez-ça et vous verrez, mais la pire merde vous sera tout de suite plus digeste.