Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Marshal Bass 7. Maître Bryce

07/02/2022 4838 visiteurs 8.0/10 (3 notes)

D ryheave, Arizona. Fin août 1877. Le huis clos sanglant de Los Lobos est loin. Pendant que madame Cleopatra échange des sarcasmes fielleux dans le Delilah’s General Store avec Bathsheba, le Marshal reçoit. À quelques mètres de la boutique, il anime une garden-party, devisant avec Moïse « Beef » Washington et le révérend Dollar, qui ne sait résister à la tentation de la viande de porc, même si les principes cléricaux l’engagent à choisir du poisson. Les enfants sont là, poussant leurs questions spontanées, celles qui gênent, troublent ou renvoient les adultes vers un passé qu’ils souhaiteraient oublier. Beef se souvient de la guerre de Sécession, de sa première bataille, de son premier mort et de Bennett, le photographe cynique qui lui demande, après le combat, d’agencer la position des cadavres pour un meilleur effet esthétique. Bass, quant à lui, est gentiment sommé d’expliquer pourquoi il se prénomme River. Il entre alors en lui-même et revoit la plantation de La Bonté. Alabama, été 1854. Lui, esclave, Ginny, qui le poursuit de ses assiduités d’enfant et maître Bryce, le jeune homme de la famille des propriétaires, qui s’amuse de River comme on maltraite son jouet préféré, qui viole Ginny, lors d’une soirée estivale, au bord de la rivière.

Pour ce septième volume, l’équipe inchangée à l’œuvre sur Marshal Bass (Darko Macan au scénario, Igor Kordey au dessin et Nikola Vitkovic à la colorisation) joue la carte de la pause rétrospective, c’est-à-dire celle du retour vers les origines inexplorées des protagonistes. La pratique est assez répandue, dès lors qu’une saga a trouvé son public et son rythme de croisière. Il suffit de citer pêle-mêle Le petit Spirou, Kid Lucky, La Jeunesse de Blueberry ou La Jeunesse de Thorgal. Manque d’inspiration ou projet d’écriture qui fait sens ? Dans le cas de Maître Bryce, nul besoin de crier à l’imposture ou au scandale. Les trois retours en arrière proposés vont bien au-delà de l’éclairage d’un pan de la vie des personnages principaux. Chacun de ces récits fait la lumière sur une composante du 19è siècle américain, fort en contrastes et riche en drames. Parmi ceux-ci, l’esclavagisme, c’est-à-dire la violence ordinaire et légitimée, mais aussi les balbutiements des pratiques des mass medias du Nouveau Monde ou la simple faim subie au quotidien.

Macan excelle dans l’art d’imaginer des situations originales, d’y faire entrer progressivement le lecteur et de l’assommer d’une conclusion surprenante ou d’un retournement inattendu, le tout au service d’une émotion qui n’a rien de convenu. Quel beau passage que celui où River Bass ne sait pas comprendre et affronter la liberté qui lui a été donnée. Les dialogues, jamais pris en défaut, servent magnifiquement la démarche, en jouant sur tous les registres, de l’humour au tragique, du cynisme au lyrisme. Le trait de Kordey respire les États-Unis de Mark Twain et d’Harriet Stowe (La Case de l’Oncle Tom – 1852). Les visages ont tous une forme de beauté et d’aura, la nature est belle dans sa prolifération, les atmosphères sont immersives.

Alabama 54, Arkansas 57, Texas 60, les miles parcourus au fil des années par River Bass, embringué dans les arnaques de Bryce, sont un chemin dénonçant une partie de l’humanité, qui se repaît de jeux violents et porte l’individualisme comme valeur fondamentale. Sur un autre ton qu’Old Pa Anderson (Hermann et Yves H.) ou Un Cow-boy dans le coton (Achdé et Jul d’après Morris), mais avec la même pertinence, Maître Bryce élève la série à une autre hauteur. Brillant et nécessaire.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Marshal Bass
7. Maître Bryce

  • Currently 4.31/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    phael Le 25/02/2022 à 18:25:38

    Dommage que le scénariste confonde une quinte flush avec un full lors de la partie de Poker dont River Bass est le gage...
    Sinon c'est toujours aussi bon !

    kingtoof Le 14/02/2022 à 16:01:15

    Excellent album, qui nous dévoile la jeunesse de River Bass.
    Son passé d'esclave, comme homme de main de son maître, lui servira de formation pour sa vie future de Marshal / porte flingue.
    Un tome qui renforce le background de noter héros tourmenté.

    Yovo Le 29/01/2022 à 19:59:05

    Les tomes s'enchainent et ne se ressemblent pas, même si le référentiel reste inchangé : le dessin sombre et contrasté, la double page, l'histoire sans gloire ni honneur, le fatalisme exacerbé...

    Pourtant, malgré ces marqueurs forts que l'on est sûr de retrouver, je suis à chaque fois surpris par la tournure des évènements.
    C'est encore le cas avec "Maître Bryce" qui revient longuement sur la jeunesse dramatique de Bass.

    Après 7 tomes, le travail d'écriture de Darko Macan est toujours aussi sobre et efficace. Il a réussi à forger un personnage impénétrable et tourmenté dont les fêlures mal colmatées cachent une fragile mais profonde humanité.

    kergan666 Le 22/01/2022 à 15:59:40

    comme d'habitude avec ce héros l'histoire est très noire.
    elle explique les origines pour le moins assez insolites de River Bass.
    les dessins de Kordey sont en parfaite adéquations avec le scénario.
    ils sont un peu sombres à mon gout comme toujours mais très reconnaissables.
    j'ai quelques fois du mal à différencier les personnages. I
    l suffit de rencontrer une fois c e dessinateur pour ce rendre compte qu'il est à l'avenant de ses dessins assez sombres.
    cette série est décidément très bonne est sort du simple western.
    vivement le prochain.

    thieuthieu79 Le 12/01/2022 à 18:37:46

    Ce 7ème tome nous plonge au cœur du passé du Marshall quand il était au service de Maitre Bryce.
    Cet album permet d'en apprendre plus sur River, l'origine de ce nom, pourquoi il est habile au tir et comment il a rencontré sa femme...
    Ce retour dans le passé donne encore plus de profondeur et d'authenticité aux personnages et à la série.
    C'est toujours aussi bien écrit et mis en scène avec encore une fois de très belles planches aux colorisations toujours aussi bien maitrisées.