Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

R ien ne différenciait ce 30 novembre 1954 d'un autre jour. La ville de Sylacauga, dans l'Alabama, ne devait jusqu'alors sa renommée qu'à ses carrières de marbre blanc. C'est alors que survint un incroyable incident. Ann Elizabeth Hodges, une femme au foyer, était couchée dans son canapé, en train d'écouter la radio. Soudain, un bruit assourdissant retentit et elle fut saisie d'une vive douleur. Une météorite venait de traverser le toit de sa maison, avait rebondi sur la radio, et percuté sa hanche, avant de finalement rouler sur le sol.

Quelles étaient les probabilités qu'un être humain soit frappée par un corps céleste ? Un chercheur l'a dernièrement estimée à 1/1.600.000 (pour un choc mortel), sachant qu'il tombe en 84.000 par un sur Terre, avec un poids variant de dix à quatre cents grammes. Il n'en fallut pas plus pour en faire une célébrité locale, d'autant qu'elle était la première victime recensée. Elle se mit à espérer que sa vie allait changer. Mais, à l'instar d'une étoile filante, sa notoriété fut éphémère et ne lui apporta rien de ce qu'elle avait espéré. Pire, elle fut au centre d'une querelle judiciaire qui la laissa endettée, humiliée par une photo prise à son insu et dépossédée de son histoire.

Il plane une ombre envahissante sur La météorite de Hodges : celle de Chris Ware. Dès le format extra large de la maquette, l'influence de ce dernier se fait sentir. Le contenu continue de payer un tribut évident à l'auteur de Acme Novelty Library, que ce soit dans la mise en page, le dessin faussement simple, le propos qui mélange distance presque clinique et, pourtant, une vraie empathie pour son personnage. Même si le résultat dépasse le pastiche, il reste difficile de faire abstraction de ce sentiment de déjà-vu.

Fabien Roché réalise malgré tout un album intéressant qui évite le piège de la simple reconstitution d'un fait divers. Il livre une enquête fouillée des différents aspects de cet événement, mêlant les aspects humains, scientifiques et légaux. Il s'intéresse tout autant à l'origine cosmique du phénomène qu'à la dimension finalement anecdotique d'un drame intime. Son récit possède en effet deux héroïnes : une chondrite, morceau de roche sans intérêt particulier et une femme à qui il est arrivé quelque chose d'improbable, dont elle a tenté, sans succès, de pouvoir tirer un petit profit. Elle aura juste laissé son nom à ce morceau d'étoile... et encore, Hodges était le patronyme de son mari, dont elle divorça quelques années après l'incident. Le sien était Fowler. De plus, elle n'est plus la seule à avoir subi pareille mésaventure. D'autres cas sont survenus depuis. Elle n'est même plus la première. Un cas antérieur a été identifié en Irak, en 1888, et un autre pose question à Milan en 1677.

C'est finalement un sentiment de tristesse qui domine, capturé dans un bel écrin, mais rappelle trop l'univers de l'auteur de Rusty Brown et Jimmy Corrigan pour être complètement convaincant.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La météorite de Hodges

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 07/11/2021 à 10:14:06

    C'est la curieuse histoire d'Ann Elisabeth Hodges qui fut heurtée par un fragment de météorite le 30 novembre 1954 alors qu'elle se reposait chez elle sur son canapé. Cela avait une chance sur un milliard qu'un tel événement puisse arriver. Visiblement, cela a changé sa vie mais pas forcément en bien.

    Il y a eu à gérer une soudaine célébrité qui se révéla fort étouffante puis des ennuis judiciaires qui provoqua une dépression. Elle se débarrassa du fragment en la remettant à un musée d'histoire naturelle en 1956. Elle divorça par la suite et tomba gravement malade avant de mourir sans avoir eu d''enfant. Bref, une triste fin. Tout cela parce qu'elle a été heurté par une météorite !

    J'ai trouvé cet album assez répétitif dans une espèce d'une large construction à partir d'un même événement. Cela donne un aspect graphique minimaliste et bicolore assez étonnant sur de petites cases mais cela n'a pas été de mon goût. C'est un objet étrange que voilà avec une narration multiple.

    Au final, une tragédie humaine à partir d'un fait extraordinaire. L'originalité de cette BD concept est d'avoir multiplié les approches. Pour moi, ce fut un trop plein qui ne m'a pas apporté grand chose.