Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Voyage dans les villages de Cabanes

Interview de Max Cabanes

BDGest' (C. Steffan) News 26/10/2005 à 11:12 3797 visiteurs
Après 15 ans d'absence, l'univers fantaisiste créé par Max Cabanes pour la série Dans les villages nous revient dans la collection Expresso des éditions Dupuis. L'auteur se retrouve confronté à ses propres personnages et on peut se demander si la fiction n'est pas en train de rejoindre la réalité.
Interview d'un auteur qu'on lit trop peu...

Quelles sont les raisons des 15 ans d'attente pour la suite de Dans les villages ? Comment ce retour s'est-il fait ?

Dans les années 90, les Humanos venaient de racheter la série. À cette époque, ils voulaient instaurer un nouveau type d'édition où les auteurs allaient perdre pas mal de leur liberté de création.
Ils souhaitaient par exemple, que je change mon dessin, l'esprit de mon histoire etc... J'ai décidé de tout bloquer et d'attendre des jours meilleurs. Je n'ai jamais pensé une seconde que la série était enterrée, et je n'ai jamais cessé de prendre des notes. Et puis, sur un coup de fil avec Sébastien Gnaedig, qui était alors chez DUPUIS, tout s'est dénoué, il y a deux ans. Sans l'épisode "Humanos", il y aurait eu pas mal d'autres tomes des "Villages" depuis. Mais au final, cette sorte de maturation forcée m'a bien servi.

A-t'il été difficile de revenir dans cet univers ?

Les "Villages" c'est ma signature, c'est mon profil le plus exact. Lorsque je me mets devant ma table à dessin, dès le premier trait, je suis dedans facilement, comme un épisode naturel de ma vie. J'aime retrouver chaque jour mes personnages, m'étonner devant eux.

Ce nouvel album de Dans les villages montre un auteur totalement dépassé par sa création et ayant des doutes sur sa carrière. Où se termine la fiction, où commence "l'autobiographie" ?

Peu à peu, la nécessité m'est venue d'utiliser une structure de récit digressive, où la vie personnelle de l'auteur est prise en compte, en montrant comment elle influe sur son oeuvre et inversement, comment l'oeuvre peut influer sur son auteur. C'est, finalement, une chose tout à fait naturelle, que chaque personne qui crée vit au quotidien. Il m'a semblé intéressant de partir du présupposé qu'il y avait continuité entre le fictif et le vécu de l'auteur. Je pense même que l'on puisse parler simplement pour cet album de "récit autobiographique", dans la mesure où tout ce qui est du domaine du ludique, du fantasme, de l'imaginaire, sont encore en ce qui me concerne, des "produits de la vie".

Il y a-t'il un plan construit et avez-vous un but précis sur l'évolution de Dans les villages pour les années à venir ?

Je n'ai pas de plan. Je dirais plutôt que j'ai un sentiment de certitude avec mon univers, à la fois narratif et graphique. Chaque jour, je le reconnais de mieux en mieux, je le cerne avec plus d'acuité, je constate son évidence. Mais, de la même façon que je trouverais désolant de ne vivre que des choses prévisibles chaque fois que je sors de chez moi, je tiens à garder une distance, une naïveté qui me permette d'être étonné par l'avancée de mon récit.

Donc, une construction, oui, mais à moyen terme seulement.

La chronique de l'album
BDGest' (C. Steffan)