Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Charlotte Impératrice 2. L'Empire

18/06/2020 3795 visiteurs 8.0/10 (4 notes)

L a princesse Charlotte de Belgique épouse l’archiduc Maximilien de Habsbourg, mais ce n’est malheureusement pas le début d’un conte de fée. L’Autrichien est un bon à rien. Sa nomination au titre d’empereur du Mexique s’avère donc inespérée. Le bougre se montre libéral, il plaide pour davantage de démocratie, une église ouverte, une presse responsable et une armée plus miséricordieuse. Bref, il s’apprête à bousculer les pouvoirs en place. Le naturel reprend cependant le dessus et il choisit plutôt de courir les jupons et de s’enivrer. Son épouse prend alors les choses en mains. Idéaliste comme son mari, elle est toutefois moins naïve. La vision qu’elle tente d’imposer dérange, en Amérique comme sur le Vieux Continent.

Dans ce deuxième tome de la tétralogie Charlotte impératrice, Fabien Nury poursuit son portrait d’une femme de caractère avec en arrière-plan une géopolitique mondiale dominée par une poignée de monarques, de financiers et d’ecclésiastiques qui tirent toutes les ficelles. Tous des hommes. Ça les énerve d’ailleurs un peu qu’une dame ose remettre leurs privilèges en question. Ils préfèrent en effet qu’elles demeurent des douces moitié silencieuses, des bonniches dociles ou des catins dévouées. Tout ce que la protagoniste n’est pas. Le scénariste décrit une personne en avance sur son temps qui a confiance en elle et en ses idées qu’elle défend avec conviction, même si elle est reléguée au rôle de potiche quand son Jules rentre à la maison.

Aux pinceaux, Mathieu Bonhomme réalise un travail remarquable. En guise d’incipit, il sert une planche magistrale, faite de gros plans d’un corps féminin en extase. Le mouvement se veut omniprésent alors que le dessin est parfois à l’envers, parfois à l’endroit, voire en diagonale. Les couleurs apparaissent quant à elles quasi psychédéliques. Cette séquence se donne du reste des airs de mise en abyme d’un récit sous le signe de la déstabilisation et du fantasme, sexuel, mais également pour un nouvel ordre. Vers la fin de l’album, une composition similaire, cette fois en bichromie, reprend sensiblement les mêmes éléments et boucle cette deuxième tranche du récit de la vie de la fille de Léopold 1er. Les illustrations sont dans l'ensemble très soignées, particulièrement les regards des acteurs qui traduisent avec beaucoup de justesse les émotions des personnages.

Au final, Charlotte impératrice est un roman sur l’absurdité. Celle d’un univers où les imbéciles peuvent hériter du pouvoir et se voir confier la destinée d’un pays qu’ils ne connaissent pas. Celle d’une époque où le point de vue d’un homme l’emportera toujours sur celui d’une femme. Celle d’une société où un groupuscule d’individus possède tout et trouve cela pleinement défendable.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Charlotte Impératrice
2. L'Empire

  • Currently 4.60/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    zepeto Le 10/07/2020 à 13:58:02

    amazing post and very informative, i was looking for itZepeto

    judoc Le 20/06/2020 à 21:08:15

    Dans la continuité du tome 1 et des séries de Fabien Nury en général. Une tension et un suspens permanent pour une aventure emplie d'hommes et de femmes de pouvoir qui luttent corps et âmes pour sauver leurs conditions faites de privilèges et de servitudes.

    Un dessin soigné, qui parvient à travers la diversité des cadrages proposés, à retranscrire les scènes d'action et d'émotion de manière remarquable. La colorisation originale, qui peut déplaire, contribue de mon point de vu à révéler un Mexique miséreux, moite et malade, peaufinant cette série de la plus belle des manières.

    herve26 Le 17/06/2020 à 18:56:16

    Avec ce second volume d'une série qui finalement en comptera 4, les auteurs se sont surpassés. Cet opus est encore meilleur que le précédent. Le dessin de Matthieu Bonhomme est superbe , et même magnifique dans la version noir et blanc que j'ai acquis.
    Côté scénario Fabien Nury mêle adroitement fiction et réalité en donnant sans nul doute un rôle un plus important à Charlotte que ne l'avait réellement .
    Car Fabien Nury fait de l'impératrice une maitresse femme, voire une intrigante, dans un Mexique pauvre et dévasté par une guerre civile qui n'en finit plus.
    Les auteurs décrivent parfaitement ce Mexique dirigé par la bourgeoisie et le clergé , et malmené par les partisans de Juares.
    Les 72 pages de cet album se lisent d'une traite.
    Même en connaissant l'histoire de Charlotte et de Maximilien, les auteurs arrivent encore à me surprendre et me captiver.
    Passionnant !

    Saigneurdeguerre Le 13/06/2020 à 11:19:11

    1864.
    Sur la frégate SMS Novara, Charlotte et Maximilen s’apprêtent à débarquer au Mexique avec l’appui de l’armée française de Napoléon III.

    Une invasion ? Non ! Maximilien, frère cadet de l’empereur d’Autriche François-Joseph s’est vu proposé par des notables mexicains un trône impérial au nom du peuple mexicain, véritable tromperie puisque celui-ci n’a pas été invité à se prononcer. Maximilien et Charlotte rêvent de grandeur. L’occasion est trop belle pour la laisser passer surtout qu’ils sont très mal informés de la situation réelle sur le terrain lorsqu’ils acceptent d’assurer ce pouvoir.

    Ils souhaitent mener une politique libérale, moderniste, et songent au bien-être de la population. Voilà qui ne plaît pas du tout aux conservateurs qui leur ont offert ce trône et qui voient d’un très mauvais œil ces modifications du statut d’un esclavage à grande échelle qui ne dit pas son nom, et qui touche plus particulièrement la population d’origine indienne. Cela plaît d’autant moins à ces « pauvres » riches qu’ils vont devoir payer des impôts ! L’Eglise voit, elle aussi, d’un très mauvais œil l’idée de liberté religieuse. C’est clair, pour elle, que seule la religion catholique doit avoir droit de cité ! Le général Bazaine, commandant des troupes françaises, n’est guère optimiste quant aux chances de survie du régime impérial. Partout la guérilla sévit. L’armée se livre à des massacres ignobles de pauvres gens pris entre le marteau et l’enclume. (Les révolutionnaires ne leur laissent pas le choix.) Si Napoléon III retire ses troupes, l’empire du Mexique s’effondre. L’armée mexicaine est composée de soldats engagés de force et qui désertent à la première occasion. Très vite Maximilien fuit ses responsabilités et ses devoirs d’époux. Il n’est pas amoureux de Charlotte qu’il a épousée pour sa dote. En son absence, c’est Charlotte qui assure le pouvoir. Elle prend des décisions qui fâchent tous ceux qui la soutiennent : gros propriétaires, haut-clergé, militaires…


    Critique :

    Attention ! Si vous êtes passionnés d’histoire et d’exactitude historique, vous risquez d’être déçus (voire de vous sentir trompés) car les auteurs ont pris beaucoup de libertés en faisant de Charlotte une sorte d’impératrice modèle très romantique, très humaniste et en créant des personnages qui n’ont pas existé… Mais de tromperie, il n’y en a point de la part des auteurs car ils mettent bien en garde les lecteurs en précisant qu’il s’agit d’une fiction ! Une fiction qui s’inscrit très bien dans l’humeur de notre époque où, après avoir ignoré la présence des femmes en BD, aujourd’hui la mode est aux héroïnes, laissant aux hommes la plupart des vilains rôles. Dans cette BD qui s’intitule Charlotte, du nom de la seule fille de Léopold Ier de Belgique, fille qui a reçu une éducation de grande qualité toute empreinte de religiosité, on voit l’héroïne dotée de toutes les qualités : très grande beauté, humaniste, idées éclairées, proche du peuple… Mouais ! C’est passer sous silence que l’empereur Maximilien et l’impératrice Charlotte entreprennent d'onéreux aménagements dans leurs diverses propriétés et aux alentours, alors que la situation du Trésor mexicain est catastrophique ! Bref ! Fabien Nury a créé un personnage exceptionnel qu’il met brillamment en scène nous livrant une histoire addictive et passionnante. Matthieu Bonhomme surprend, une fois de plus, tant ce caméléon du dessin est capable de s’adapter à des styles graphiques très variés. Ses dessins se rapprochent fort de ce qu’un film peut offrir avec des gros plans pour mieux capter les émotions des personnages.

    Malgré toutes les immenses qualités du scénariste et du dessinateur, je trouve leur travail fortement gâché par la mise en couleurs de Delphine Chedru. Ses grands à-plats de couleurs ternes me ramènent quarante ans en arrière quand les techniques typographiques ne permettaient pas d’accomplir de magnifiques dégradés de couleurs. C’est dans des cas pareils que l’on regrette de ne pas disposer de la BD en noir et blanc…