Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ariston Hotel

06/06/2019 1334 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

L ’Ariston Hotel est un établissement de luxe avec tout le confort moderne et ayant su garder une atmosphère familiale. À moins de deux heures de Venise, venez profiter d’un service de qualité et des eaux reposantes de la Mer Adriatique. Une escapade en amoureux ? Des vacances bien méritées ? Envie de calme et de sérénité ? L’Ariston Hotel vous accueille et vous promet un séjour inoubliable !

Formidable récit choral s’étendant sur un quart de siècle, de la fin de la guerre aux années soixante-dix, Ariston Hotel se concentre particulièrement sur le sort des femmes au moment de la libération des mœurs. Au centre des débats, Renata - elle vient d’hériter de l’entreprise - fait vivre de son mieux le majestueux bâtiment, aidée par sa famille et des employés dévoués. À chaque saison, la valse des vacanciers repart de plus belle et nombreux sont les habitués. Cet ensemble de protagonistes d’origines variées (touristes étrangers, membres de la noblesse déchue, nouveaux riches et, horreur, des divorcés) forment une véritable fresque sociale en constante évolution.

Enlevé et puissant, le scénario est finement ciselé. La narration passe d’un acteur à l’autre et arrive à donner une véritable existence à chacun de ceux-ci. Ils se croisent dans les escaliers ou sur la plage et, dès la nuit tombée, se permettent des confidences autour d’un cocktail. Le tout est emmené par des dessins empreints de classe et d’élégance. Pas de doute, nous sommes bien en Italie. Pas tout-à-fait la Dolce Vita, car certaines cicatrices ne sont pas encore totalement refermées, mais plus néoréaliste pour autant ; comme le dit la Comtesse, « Le néoréalisme est mort, ça rappelle trop la guerre. ». L’heure est à la reconstruction et, cette fois, le sexe faible a enfin son mot à dire.

Découpage audacieux et maîtrisé, trait charbonneux rappelant Jean-Claude Götting, histoire à tiroirs partagée à part égale entre secrets douloureux et moments de comédie pure, Ariston Hotel mérite toutes ses étoiles.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Ariston Hotel

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.