Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Je, François Villon 3. Je crie à toutes gens merci

05/12/2016 9751 visiteurs 8.3/10 (6 notes)

J uin 1461, François Villon continue d'exercer son talent dans une petite troupe itinérante, entre deux larcins. Après avoir déclamé les vers d'une pièce de théâtre intimiste, il termine la soirée avec ses compagnons de débauche par le vol d'oies appartenant à l'évêque de Meung-sur-Loire, fief de Thibault d’Aussigny ; une plaisanterie au regard de son passif de criminel endurci. Mais bien mal lui en a pris car il se retrouve au réveil dans les geôles de ce seigneur, avec une bonne gueule de bois. Jusqu'à présent relativement épargné par la main de la justice grâce à ses relations, jouant avec sa vie comme avec celle des autres, il se voit torturé dans les règles de l'art, pressé d'avouer ses actes infâmes. Arrivera-t-il cette fois encore à s'en tirer à bon compte ?

Dernier tome de la trilogie, Je crie à toutes gens merci, aborde les deux dernières années de vie connues et la disparition de l'un des plus grands poètes français. Luigi Critone ralentit le rythme. Cette dilution du temps permet de mettre en valeur le terrible gâchis qu'est devenu cet homme, ce génie capable d'exprimer une poésie intelligente, belle, et son abjecte personnalité, à l'origine des pires atrocités. Le découpage est classique, avec peu de cases, quelques pleines pages et des planches muettes qui invitent à une prise de conscience, celle du personnage, prisonnier physiquement mais aussi de sa réputation devenue trop lourde.

Le dessin est simple mais d’une forte puissance expressive, les décors sont sobres, les arrière-plans dépouillés. Par l'utilisation de couleurs très douces, superbes, tout est ambiance. Elles inspirent à elles seules les émotions exprimées. La première scène et la visite du roi au détenu sont un modèle de clair-obscur, tout à l'aquarelle, sans contour marqué. Cette palette délicate fait supporter la rudesse et la violence du récit, inclinant le lecteur à un peu d'empathie pour cet être entier, désarmant.

À la fois scénariste et dessinateur sur cette série, Luigi Critone s'est vu confier les pleins pouvoirs par Jean Teulé. Cette confiance est totalement méritée, compte tenu de la qualité de cette adaptation. Un graphisme sublimé par une colorisation de toute beauté, une mise en scène juste et réaliste, Oyez ! Oyez ! Voilà la magnifique mais tragique légende de François Villon en images, artiste adoré mais humain détestable.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
8.3

Informations sur l'album

Je, François Villon
3. Je crie à toutes gens merci

  • Currently 4.58/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (26 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 05/09/2018 à 13:29:56

    Le triptyque de Luigi Critone sépare la vie de Villon entre ses premiers méfaits d'étudiant (Tome 1), sa vie de bandit (tome 2) et sa repentance (tome 3), de façon remarquablement équilibrée et logique. A la complexité des citations des poèmes en ancien français entre les parties répond une linéarité plaisante et l'élégance du trait.

    Ce dernier volume, après les horreurs passées, s'ouvre sur une séquence de théâtre où le public invisible est clairement le lecteur: Villon s'y confronte à ses démons, sa morale, son sur-moi avec qui il disserte de ce qu'il a fait et de ce qu'il doit faire. Cette introspection débouchera très rapidement sur l'emprisonnement et la torture, aussi abominable que les peines qu'il a causées. Là diverge la fiction des écrits de l'auteur où il se lamente longuement sur son sort et les malheurs que la Justice et quelques puissants lui ont infligé. Dans l'album pas de plaintes passée l'introduction: la dureté de la sanction semble lui mettre du plomb dans la cervelle et lui fait atteindre la maturité tant repoussée. La morale ne porte pas sur une sanction méritée, la BD a montré combien il n'y avait pas de morale en cette sombre époque. Simplement elle pose un principe de réalité à un personnage qui a tenté de s'en émanciper toute sa vie durant.

    L'épisode nous fait rencontrer Louis XI qui le libère après un long et joli dialogue où les crimes du poètes répondent aux crimes du roi, en écho. Si l'intermède du tome 2 avec l'humaniste Charles d'Orléans était un peu frustrante par sa brièveté (l'enjeu pour Critone était de montrer une nouvelle fois la trahison de Villon), les échanges prennent ici une grande force sur des considération philosophico-morales.

    La constance du personnage construit par l'auteur de BD est vraiment remarquable de cohérence tout au long de cette trilogie. Rarement un personnage de BD aura eu une telle épaisseur et le discours une telle solidité. Le travail tant graphique (superbe) que littéraire mérite toute l'attention des lecteurs et je recommande très chaudement l'achat d'une série que Delcourt a eu la sagesse d'éditer en intégrale.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/09/04/je-francois-villon-3

    skycruiser Le 27/12/2016 à 21:41:05

    J'avais hâte de le lire...je n'ai pas été déçu!...un 3ème tome remarquable, qui clôt cette belle série!
    A lire absolument!