Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Holy Wood

29/07/2016 4459 visiteurs 8.5/10 (2 notes)

L ’ouvrage s’ouvre sur Betty Boop incarnant le Petit Chaperon rouge, façon dessins animés en noir et blanc du début des années 30. Robe très courte et porte-jarretelles apparent. Le loup est là. Il entreprend la jeune fille et commence sa farandole de mensonges et de tromperies. Norma Jeane Baker, venue d’on ne sait où, arrive à Holy Wood, forêt épaisse et sombre. Ce sont alors les castings sordides, les regards malsains, et un tourbillon de personnages, qui ne révèlent rien d’eux-mêmes mais détiennent tous leur vérité sur l’actrice débutante. Un engrenage fatal se met en marche : la révélation du pouvoir qu’exerce la plastique de Norma sur les hommes, les premiers succès publicitaires, la métamorphose, la naissance de Marylin, le cinéma, les cocktails aux bords des piscines, les amants, les ruptures. Et le vide intérieur qui s’accroît au fur et à mesure que la vie sociale s’étoffe. Les loups sont partout.

Tommy Redolfi propose, avec Holy Wood, un « portrait fantasmé de Marylin Monroe ». Pas une biographie, ni une hagiographie. L’auteur oscille entre faits réels et situations imaginaires, entre individus avérés dans l’entourage du sex symbol et personnages inventés. Son habileté est de prendre le point de vue de son héroïne et de présenter le monde tel qu’elle le perçoit, avec ses manques, ses mystères, ses incohérences, ses douleurs, mais aussi ses moments de grâce et d’épanouissement. C’est la réalité perçue par une petite fille, qui ne peut pas mettre des mots sur toutes les expériences qu’elle vit. Elle est mue par une dynamique étrange, faite d’un environnement, dont tous les codes ne sont pas compris, et de pulsions intimes, par définition non maîtrisées.

L’adjectif « fantasmé » est une des clés de cet album. La substitution de Norma Jeane par Marylin a été l’incarnation des fantasmes masculins. Elle-même s’est voulue et crue actrice dans l’âme, alors qu’on ne demandait qu’à son corps de jouer. Et puis, il y a la seconde moitié du récit, qui prend une tournure beaucoup plus psychanalytique. Poussée au bout d’elle-même, Norma Jeane/Marylin rencontrera ses failles et ses traumas. Sa psyché s’effondrera et personne ne sera là pour lui tendre la main. « Telle mère, telle fille … » résumera une des ombres de son entourage, lorsque l’association alcool et barbituriques la perdra.

Holy Wood est une œuvre qui emporte, attendrit et bouscule. Aucun cliché ni facilité dans cette évocation d’un des plus forts symboles culturels du 20è siècle. Au contraire, le traitement y est personnel, engagé et sans compromission. Il en est de même pour le graphisme, à l’unisson des choix narratifs : chaque case dit et sous-entend simultanément. L’extraordinaire mise en couleur ne se contente pas de montrer l’aspect charnel des personnes, des objets ou des lieux. Elle en révèle l’âme, leur « part d’ombre » écrirait James Ellroy qui, lui aussi, n’a de cesse d’exhiber l’humanité sombre qui affleure derrière le strass hollywoodien.

Sur plus de 240 planches, l’artiste grenoblois montre une créativité narrative et graphique peu commune. Qu’il s’agisse de la construction des personnages, de la mise en scène des situations, de l’utilisation fine et cinématographique du cadrage ou encore de la colorisation qui permet à des contrastes forts et des dégradés subtils de coexister, tout dans cette œuvre émerveille et rend hommage au pouvoir artistique d’une bande dessinée totalement désinhibée.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
8.5

Informations sur l'album

Holy Wood

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.