Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'orfèvre 5. Les larmes de la courtisane

10/02/2005 7243 visiteurs 4.7/10 (3 notes)

A nnées 30. Un trafic d'opium et de trésors archéologiques s'est mis en place entre la France et le Cambodge. Alors que le prince du Cambodge est justement à Paris à l'occasion d'une exposition consacrée à l'art Khmer, les autorités françaises chargent Charles-Albert Lafleur, dit "l'Orfèvre", de mener son enquête.

Les larmes de la concubine conclut ce diptyque cambodgien de l'Orfèvre. Dans la lignée des tomes précédents, Warnauts et Raives nous servent une trame policière classique, intéressante pour sa représentation fidèle du climat politique et social des années 30. Néanmoins, la narration est une nouvelle fois plutôt maladroite avec des transitions rapides et des sous-entendus hasardeux, rendant la lecture souvent laborieuse. C'est d'autant plus dommage que leur graphisme à quatre mains est toujours aussi plaisant, s'appuyant essentiellement sur une mise en couleurs directes très réussie : sobres, doux, chaleureux, les tons pastels nous plongent immédiatement dans l'ambiance, exotique ou non, et c'est indéniablement une des premières qualités de la série.

L'Orfèvre se laisse lire sans être captivant. Après trois cycles étalés sur cinq tomes, il est difficile de ne pas regretter que les auteurs n'aient pas réussi à développer une série plus ambitieuse.

Par J-M Grimaud
Moyenne des chroniqueurs
4.7

Informations sur l'album

L'orfèvre
5. Les larmes de la courtisane

  • Currently 3.38/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.