Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Oracle 2. L'Esclave

12/06/2014 3278 visiteurs 5.0/10 (1 note)

A kilon est un demi-dieu. Fils de Zeus, il a vu sa mère tuée par son mari, le roi Thrace du royaume des Odrysses. Sauvé par son divin géniteur, il est abandonné comme un vulgaire gueux et survit parmi la lie des hommes. Empli de haine, il va chercher à s’élever à tout prix et se venger de ces épreuves qui lui ont été imposées.

Deuxième tome de la série concept Oracle, L’esclave conte la vengeance d’un être qui se révolte contre l’égoïsme, la cruauté et l’indifférence des résidents de l’Olympe et, en particulier, du plus grand d’entre eux. La narration est très rythmée, peut-être trop. La lecture est loin d’être déplaisante mais l’enchaînement des événements prend finalement une tournure trop linéaire. L’intrigue se résume bien vite à des échanges martiaux. L’aspect « grand spectacle » – façon effets spéciaux du cinéma – manque cruellement de finesse et de réelles surprises.

Cette tendance « gros muscles » se retrouve dans le graphisme de Bertrand Benoit. Le dynamisme ressort du découpage et de la mise en scène appropriés au ton de cette aventure. Par contre, les visages sont durs et ne recèlent pas beaucoup de charisme. Les corps sont très « bodybuildés » jusqu’à, parfois, une certaine difformité. Si l’on appréciera l’exploitation du fil rouge constitué par le narrateur commun à chaque histoire, on regrettera qu’une unité n’ait pas été choisie pour la représentation des dieux. Alors que le premier opus choisissait de les faire apparaître sous une forme humaine, ils abordent ici un design beaucoup plus fantastique, comme en témoignent un Zeus luminescent ou un Hadès sorti d'un jeu vidéo.

Jouant trop la surenchère, ce second chapitre se révèle distrayant mais, au final, bien trop banal.

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Oracle
2. L'Esclave

  • Currently 3.85/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (33 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    judoc Le 09/10/2015 à 20:03:09

    Un ton en dessous "La Pythie", ce tome 2 est malgré tout réussit. Le scénario est plutôt bon mais on n'y retrouve pas non plus le "romantisme" des légendes Grecques. La violence, très présente (trop ?) y est certainement pour beaucoup. Les dessins sont excellents !

    Une bonne série pour l'instant.

    BIBI37 Le 07/06/2014 à 16:57:05

    Seuls les dessins valent le détour.
    L'histoire est sans réel intérêt et pourtant cette série semblait avoir un énorme potentiel.
    Une déception.
    2/10.

    MINOUCH Le 30/05/2014 à 17:57:16

    Ces albums de la série Oracle sont décidemment une réussite dans leur édition. tenir ces livres dans les mains est un vrai plaisir, les couvertures sont superbes. Deuxième volume, deux autres auteurs. Le dessin reste beau, extrêmement dynamique et sert parfaitement le scénario. Ce dernier est un peu moins prenant que le volume 1 mais toujours agréable à lire. J'en redemande avec le volume 3. A noter : Chaque volume est un "one shot" finalement et seule la trame de récits comptés par Homère sert de fil conducteur.