Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Wotan

12/05/2014 5071 visiteurs 7.0/10 (1 note)

P ublié en 2011, le premier tome de Wotan est resté longtemps sans suite, jusqu’à la sortie de cette intégrale regroupant les trois albums prévus au départ. Les acheteurs de la première heure se sentiront sans doute lésés mais, au moins, ils découvriront la fin de cet ambitieux triptyque. En effet, Éric Liberge place la barre très haut avec ce qui s’apparente à un devoir de mémoire. L’écriture de cette fiction a été initiée par le témoignage de ses parents sur « leur » guerre (un intéressant dossier historique figure en fin d’album). Le lecteur est amené à découvrir la Seconde Guerre mondiale à travers le destin croisé de trois êtres. Louison, un gamin amnésique et fugueur. Étienne, un artiste aveuglé par sa passion, qui ne perçoit pas la signification de la résurgence du folklore et de la mythologie nordique. Yin-Tsu, photographe japonaise et sympathisante communiste, qui se retrouve contrainte de pactiser avec un des cerveaux de l’idéologie nazie. Loin d’être des héros, ces personnages, terriblement humains, sont les révélateurs des comportements de cette époque. Pourtant, ballotés par les événements et dépassés par l’horreur de ce qui se joue, ils peinent à intéresser, même si ce sentiment s’atténue au fil des pages.

Très documenté, l’ouvrage ne tombe jamais dans le voyeurisme ou le simple récit de guerre. Il montre la vérité de manière crue et implacable, révélant toute la force d’un système social et politique qui, profitant du désarroi et de la perte de repères des populations, offre de nouvelles valeurs et va jusqu’à justifier et banaliser l’abject. Entre la Shoah par balle perpétrée par les Einsatzgruppen sur le front de l’Est, les expérimentations médicales sur l’homme exercées par « l’Ahnenerbe » et les troupes de Dirlewanger qui s'offrent des esclaves sexuelles, le propos est lourd. Toutefois, malgré les compromissions, les lâchetés et la peur quotidienne, Éric Liberge veut croire que la rédemption est toujours possible, que chacun, à sa façon, peut se dresser contre l’obscurantisme et reconquérir son humanité.

L’utilisation de nombreuses reproductions de textes de l’époque – discours politiques et de propagande ou autres aberrations sur les races – confèrent de l’authenticité à la démarche mais alourdissent aussi la narration. Cette sensation se retrouve au niveau graphique. La précision du dessin réaliste donne une vraie puissance au récit. Cependant, entre des décors très chargés et un découpage multipliant les chevauchements et les superpositions, l’impression de surcharge est réelle.

D’un abord un peu délicat, Wotan n’en reste pas moins une œuvre forte. Alors que, loin de s’estomper, les échos glaçants de ces années semblent résonner de plus en plus fort dans nos sociétés, elle devrait être lue et examinée par le plus grand nombre, pour que personne ne vienne à nouveau dire : « je ne savais pas » !

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Wotan

  • Currently 3.70/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.