Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Moby Dick (Chabouté) 1. Livre premier

30/12/2013 9177 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

A près avoir adapté Construire un feu, une courte nouvelle de Jack London, Christophe Chabouté change de catégorie pour son nouveau projet en s’attaquant à Moby Dick ! Roman majeur de la langue anglaise, l'affrontement entre le Capitaine Achab et la baleine blanche est entré dans l'imaginaire collectif, qu'on ait lu le livre ou non. Cet imposant texte a déjà été retranscrit tant au cinéma qu'au théâtre, ainsi qu'en bande dessinée, y compris par les plus grands (Will Eisner, Paul Gillon, …).

Face à cette tâche titanesque, Chabouté possède de nombreux arguments en sa faveur. Il a déjà démontré dans Terre Neuvas ses aptitudes pour les récits marins. Sur ce plan, ce premier tome ne déçoit pas. En effet, le dessinateur offre un travail particulièrement léché, et le ressac frappe les docks moisis de Nantucket, tandis que l'air du large mord les chairs ! L'approche en noir et blanc est somptueuse et baigne les planches d'une gravité tout à fait à propos.

Par contre, le scénariste a choisi de coller au maximum aux mots d'Herman Melville. Cette volonté est honorable, mais, pour des raisons de place, impossible à maintenir tout au long de l'ouvrage. C'est bien là que le bât blesse. À force de devoir couper des scènes de moindre importantes ou laisser dans l'ombre des personnages secondaires, une partie de la profondeur de l'original passe par dessus bord. De plus, alors qu'il est passé maître dans l'art du rythme, l'auteur est obligé, à plusieurs reprises, de condenser sa narration en introduisant des passages très verbeux, afin de se ménager de l'espace pour quelques trop courts moments contemplatifs. Le résultat est néanmoins plus qu'honorable. Ismaël, Achab, Starbuck et Queequeg sont convaincants et la vie à bord du Pequod est splendidement rendue.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Moby Dick (Chabouté)
1. Livre premier

  • Currently 3.96/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (28 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Yovo Le 19/01/2020 à 19:47:02

    Belle adaptation d’Herman Melville, fidèle et parfaitement respectueuse, dans l’esprit comme dans les mots.

    Ayant lu le roman à l’adolescence, j’en avais gardé un souvenir vibrant que Chabouté a su raviver par un travail graphique admirable. On y retrouve la rudesse, l’exaltation et la folie qui caractérise « Moby Dick ».
    Le noir et blanc très contrasté convient idéalement aux multiples vues du Pequod, le navire du capitaine Achab, sur lequel se déroule le récit. Coque, voiles, cordages, chaloupes… Chaque élément, précis et détaillé, est sublimé par l’intensité des aplats noirs.

    Achab lui-même est la grande réussite de l’album : yeux névrotiques, visage élimé, balafré, fermé par un rictus glaçant. Il est le charisme et l’effroi personnifiés.

    Après – et c’est une constante, hélas, chez Chabouté – les autres personnages n’ont la plupart du temps, qu’une sempiternelle expression de tristesse. Du coup, l’ensemble est un peu morose et manque de dynamisme et de profondeur. Forcément, ça limite aussi l’immersion dans l’histoire et l’empathie que l’on pourrait avoir pour eux. A la longue, même si on peut le voir comme une signature de l’artiste, je trouve ça lassant.