Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Jour J 11. La nuit des tuileries

27/11/2012 5303 visiteurs 6.0/10 (1 note)

10 juin 1791, Louis XVI décède après avoir fuit les Tuileries. Marie-Antoinette devient alors régente et s’attache les faveurs intéressées d’un mystérieux général. Quelques années plus tard les troupes du duc de Brunswick campent devant la capitale. Pour installer définitivement le dauphin sur le trône, celui-ci est envoyé à Meaux pour récupérer les attributs royaux que Danton lui transmet en gage de conciliation. La Révolution a vécu, la monarchie est de retour !

Le concept défini par Fred Blanchard pour la série Jour J repose sur deux mots "Et si… ". Et si les Russes avaient devancé les Américains sur la Lune ? Et si le débarquement de 1944 avait été un échec ? Avec des "si" et à défaut de brûler encore, Paris serait mis en bouteille dit un adage populaire et l’Histoire, la Grande, se serait écrite autrement. Mais de quelle manière? C’est au duo Duval/Pécau qu’échoit cette lourde tâche.

Sur Nuit des Tuileries, le fameux point uchronique est la fuite du Roi. Dès lors, quelle tournure aurait bien pu prendre la Révolution si le futur Louis XVII avait passé la frontière? Le 14 juillet aurait-il été jour de fête nationale ? Bonaparte serait-il devenu Napoléon ?

Excepté l’improbable ballon du comte de Fersen capable d’amener la famille royale vers les lignes ennemies sans le moindre « coup de chauffe », le reste de l’aventure apparaît très crédible. Entre une révolution qui - faute de généraux - en est réduite à devoir défendre les faubourgs parisiens et des ultras des deux bords, les scénaristes conduisent habilement leur fiction pour renouer avec un fil historique alternatif. Ainsi, les alliances de circonstance entre Talleyrand et Danton, ou les motivations profondes d’un officier mercenaire répondant au nom de Bonaparte, sans oublier les frasques libidineuses de l’Autrichienne impulsent le rythme voulu à un album qui méritait d’être un diptyque, la richesse du propos s’y prêtant !

Après Septembre rouge et Octobre noir, Florent Calvez revient sur Jour J. Son trait réaliste donne sa vraisemblance au récit et si un petit manque de fluidité peut-être noté, son graphisme sait exploiter un scénario plus que consistant.

Si la série connait quelques variations selon les parutions, cette nuit des Tuileries en constitue certainement l’un des meilleurs moments.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Jour J
11. La nuit des tuileries

  • Currently 3.55/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (29 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Virgopatator Le 04/07/2015 à 15:23:41

    Les dessins représentent bien la violence, la cruauté et la terreur de la révolution française.
    J'aime bien l'idée que la famille royale ait fui en montgolfière et que Bonaparte aurait pu être le commandant de l'armée française même si on sait que ça ne lui aurait pas suffi.
    Louis XVII paraît un peu grand pour son âge, (page 9 par exemple), Louis XVII à 7 ans en 06/1791 (date à laquelle se déroule l'histoire de l'album).
    L'album ne fait pas l'éloge de Louis XVI qui ne dure pas longtemps et dont les dernières paroles ne sont pas très glorieuses: "J'ai un peu faim" et qui ne serait même pas le père de son fils. Louis XVII n'st pas gâté non plus représenté en tant que petit garçon capricieux, méprisant et insupportable.
    Je n'aime pas trop l'idée qu'il y aurait pu avoir un aventure entre Bonaparte(22 ans) et Marie Antoinette(36) .Mais c'est quand même grâce à ça que Bonaparte devient général de l'armée royale dans l'album).
    La BD est agréable à lire, il y a un tout petit peu d'humour.
    Merci aux auteurs pour l'album.
    J'espère que je n'ai pas dit de bêtises.