Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Qu'est-ce qui unit donc la destinée apparemment si dissemblable de Lady Sheringham, interviewée dans son manoir pour un article à sa gloire, à celle de la pauvre Emma Piggott, qui vient de mourir ignorée de tous dans sa rue de Whitechapel à Londres ?
A l'une, la vie a tout donné, au fil de péripéties extrême-orientales hautes en couleur, sur ce qui restait de l'empire colonial anglais. A l'autre, maîtresse d'école dans une institution religieuse, elle a presque tout refusé, dans la grisaille d'une existence immobile.
Mais il y a cette petite annonce parue dans le TIMES de 1948 à laquelle, semble-t-il, l'une des deux femmes a répondu. Et l'autre pas...


Cet album a été un véritable coup de cœur pour moi.
En effet, je n'avais jamais lu d'album dessiné par Annie Goetzinger avant celui-ci et c'est une véritable révélation.
Nous sommes tellement loin de ce qu'on trouve dans la production BD actuelle : pas de violence, pas de sexe mais un climat érotique sous-jacent dû sans doute à l'exotisme de l'Orient, surtout à l'époque à laquelle l'histoire se passe, un scénario intrigant et original.
C'est plutôt un livre de souvenirs, à feuilleter comme on parcourt un vieil album de photos un jour d'automne, dans une atmosphère feutrée et tranquille. On a envie de se laisser aller, de revenir en arrière, de relire certains passages.
C'est un album qu'il ne faut pas lire n'importe quand : il mérite qu'on choisisse son moment, qu'on accepte d'y entrer et d'y consacrer du temps.
L'histoire en elle-même, écrite par quelqu'un qu'on ne présente plus, nous montre comment une action relativement simple, répondre à une petite annonce, peut amener à deux destinées complètement opposées. On se demande pendant un moment quelle est la véritable existence de l'héroïne, celle en couleur ou celle en noir et blanc ?
On se rend compte que notre vie est ce qu'elle est mais qu'elle pourrait être complètement différente simplement à cause d'un détail ou d'une décision qu'on a osé prendre ou pas à un moment précis de notre vie.
Quant au dessin, il traduit parfaitement ce climat et convient à merveille à ce genre de personnage. Très fin, très délicat, le tout en couleurs pastels rehaussé de couleurs vives aux bons endroits avec par moment une alternance du noir et blanc avec la couleur.
La sensualité des personnages féminins, la décoration et les décors orientaux, le souvenir d'un colonialisme maintenant disparu mais non dénué de charme me font penser que cette BD a "une odeur" particulière...une odeur de nostalgie...

Un album qu'il faut absolument découvrir...mais qui doit se mériter pour en retirer le maximum de satisfactions...

Par M.Guislain
Moyenne des chroniqueurs
7.6

Informations sur l'album

La sultane blanche

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (21 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Morti Le 06/03/2003 à 15:51:45

    Cet album a été un véritable coup de coeur pour moi.
    En effet, je n'avais jamais lu d'album dessiné par Annie Goetzinger avant celui-ci et c'est une véritable révélation.
    Nous sommes tellement loin de ce qu'on trouve dans la production BD actuelle : pas de violence, pas de sexe mais un climat érotique sous-jacent dû sans doute à l'exotisme de l'Orient, surtout à l'époque à laquelle l'histoire se passe, un scénario intriguant et original.
    C'est plutôt un livre de souvenirs, à feuilleter comme on parcourt un vieil album de photos un jour d'automne, dans une atmosphère feutrée et tranquille. On a envie de se laisser aller, de revenir en arrière, de relire certains passages.
    C'est un album qu'il ne faut pas lire n'importe quand : il mérite qu'on choisisse son moment, qu'on accepte d'y entrer et d'y consacrer du temps.
    L'histoire en elle-même, écrite par quelqu'un qu'on ne présente plus, nous montre comment une action relativement simple, répondre à une petite annonce, peut amener à deux destinées complètement opposées. On se demande pendant un moment quelle est la véritable existence de l'héroïne, celle en couleur ou celle en noir et blanc ?
    On se rend compte que notre vie est ce qu'elle est mais qu'elle pourrait être complètement différente simplement à cause d'un détail ou d'une décision qu'on a osé prendre ou pas à un moment précis de notre vie.
    Quant au dessin, il traduit parfaitement ce climat et convient à merveille à ce genre de personnage. Très fin, très délicat, le tout en couleurs pastels rehaussé de couleurs vives aux bons endroits avec par moment une alternance du noir et blanc avec la couleur.
    La sensualité des personnages féminins, la décoration et les décors orientaux, le souvenir d'un colonialisme maintenant disparu mais non dénué de charme me font penser que cette BD a "une odeur" particulière...une odeur de nostalgie...

    Un album qu'il faut absolument découvrir...mais qui doit se mériter pour en retirer le maximum de satisfactions...