Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Tamara Drewe

17/11/2008 14121 visiteurs 7.4/10 (7 notes)

P our les auteurs de tous acabits, amateurs ou confirmés, Stonefield est un lieu de retraite parfait. Beth Hardiman est aux petits soins avec ses pensionnaires, veillant à longueur de journée à ce qu’ils puissent se consacrer totalement à l’écriture. Elle n’agit pas différemment avec son auteur de mari, Nicholas, qui s’isole dans une partie du domaine pour donner une suite au Docteur Inchcombe, honorable succès de librairie. Elle lui pardonne volontiers son manque de participation aux activités de la petite entreprise familiale, comme son infidélité pourvu qu’il ne fasse pas secret de ses aventures. Le Dr Glen Larson, universitaire est un habitué des lieux tandis qu’Andy fait office d’homme à tout faire dans la propriété. Le moins que l’on puisse dire c’est que le calme règne ici comme au village. Pour les jeunes, en milieu rural, entre calme absolu et ennui profond, il y a peu de différence. Jusqu’au jour, où elle revient sur les lieux de son enfance. Elle, c’est Tamara Drewe…

"Tamara Drewe a les cheveux bleus et c’est leur couleur naturelle." Non, c'est seulement pour les besoins de la couverture. Celle qui, comme c’était le cas pour le précédent album de Posy Simmonds, Gemma Bovery, arbore une héroïne qui semble sortie du crayon de Will.
"Ah, Tamara, tu en auras fait faire des conneries…" Quelques-unes en effet, mais rien au final qui marquera les esprits une fois cette balade anglaise achevée. Pour en finir avec cette comparaison embarrassante et sans doute abusive, il suffit de dire qu’avec Tamara Drewe, le flacon est impeccable mais pour l’ivresse il faudra repasser, rien à voir avec l’enivrante Melody.

D’un point de vue formel, il est impeccable ce roman graphique. L’auteure a choisi de présenter toutes les voix off, celles qui font la part belle aux réflexions intérieures, sous forme de textes et d’exposer les scènes qui mettent en jeu les interactions avec les personnages par le biais de séquences dessinées. La mécanique entre les deux modes de narration est parfaitement huilée et l’on passe sans heurt de l’un à l’autre tout au long des 130 pages que compte l’album. Le trait, réaliste, est fin et clair, le jeu de couleurs délicat, usant à l’occasion d’une bichromie tout en légèreté pour évoquer les évènements passés.

Le bémol est plutôt à chercher dans la volonté apparente de vouloir révéler par des détails ce qui ne tomberait peut-être pas sous le sens, pour ajouter une pointe de cynisme le cas échéant, et dans le traitement insuffisamment abouti de certains thèmes pourtant forts intéressants.

Passons rapidement sur les moutons qui copulent en arrière-plan sur la couverture, même si au premier coup d’œil, l’astuce doit être en mesure d’alerter le lecteur pour en faire un complice qui guettera ensuite ce type de petits signes avec gourmandise. Dès lors, Il est facile de s’amuser en revanche du fait de voir trois, voire quatre, personnages féminins, d’âges différents, arborer le même t-shirt à rayures blanches et rouges. S’il y a une portée symbolique dans cet accessoire vestimentaire commun qui tendrait à démontrer que ces femmes ont en fait le même profil, et pourquoi pas le même destin, force est de s’incliner et d’oublier l’instant durant lequel on a pu le confondre avec un simple tic esthétique.

En ce qui concerne les thèmes, le choix d’un lieu de retraite pour écrivains et le parterre de profils qu’il accueille, la perspective d’une réflexion sur les affres de la création littéraire et la confrontation entre ceux qui ont rencontré le succès et les autres semblaient s’offrir un bel écrin. Le sujet tient d’ailleurs la corde un moment, sans que la soif de le voir creuser plus profondément soit assouvie, même s‘il se taille une part non négligeable dans la première partie du récit, la plus intéressante. Le malaise d’une jeunesse locale qui ne parvient pas à tromper son ennui est essentiellement abordé par le biais du comportement d’une groupie, avec tout ce que cela comporte de caricature. Rien à voir avec l’excellent Tout doit disparaître de Simon Hureau et son duo d’adolescentes qui, à l’origine, ne sont pas dans un état d’esprit si éloigné de celui des Casey et Jody de Posy Simmonds se morfondant dans leur "trou".

Les situations liées à l’infidélité et aux relations intimes, superficielles ou non, comme l’opposition entre la nature et l’intensité des sentiments sont abordées, sans aucun doute, mais elles sont assez rapidement mises au service d’une comédie sentimentale qui manque d’envergure. Pour qui voudrait sonder les causes profondes qui font que Beth a renoncé à garder son mari pour elle seule et se contente du numéro qu’il lui joue, on n’ira pas bien loin alors que son cas ne semble pas être unique. Lorsqu’il s’agit de saisir les motivations qui semblent pousser Nick à aligner les conquêtes plus qu’à chercher le contact de muses, si c’est bien du démon de midi dont il est question, il apparait bien vite comme un simple type qui obéit simplement aux signaux lancés par sa braguette. Un poil décevant. Glen aurait pu faire un loser de bonne tenue. Il est seulement un average guy, un peu médiocre, qui obtiendra une petite satisfaction professionnelle qu’il accueille en esquissant un pas en arrière plutôt que de lui ouvrir les bras.

Tamara, elle non plus, n’échappe pas à un portrait en demi-teinte. Elle est d’abord magnifique, provocante, telle une petite vamp de province qui a décidé de changer son image (nouveau symbole avec le nez…) Le thème du retour au bercail dans le but de mettre le feu dans le landerneau a déjà donné lieu à des récits tumultueux et réjouissants, surtout lorsque les matous locaux n’attendent qu’une étincelle pour sortir de leur torpeur. Là, rapidement, Tamara rentre dans le rang. Faut-il voir une leçon, une morale, dans le fait que le rôle ne lui convienne pas vraiment et qu’elle se trouve piégée dans des idylles très ordinaires ? Même si elles sont vécues en compagnie d’hommes qui ne le sont pas tout à fait du fait de leurs situations sociales. Tamara est une fille assez ordinaire. Dont acte.

La lecture s’achève et le premier sentiment qui s’en échappe, c’est que Tamara Drewe est remarquablement construit, séduisant à bien des égards, plastiquement intéressant. Il n’y a aucune raison pour ne pas en recommander la découverte. Pourtant, sous ses atours de pièce de théâtre très british avec ce que cela suppose de trait d’esprit, sa manière de butiner les sujets, de faire éclore les thèmes qui parlent à ceux qui ont déjà atteint un certain âge (disons les quadras et leurs ainés), mais sans en tirer une réflexion plus dense que ce qu’il propose dans sa seconde partie assez ordinaire, se révèle frustrante. Sans que l’impression d’être passée à côté de quelques choses laisse planer un véritable doute ou que l’on soit en mesure d’affirmer que c’est lié à son statut d’adaptation d’un roman. A ranger dans la catégorie « Bouquin dont on aurait aimé être fou ».

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
7.4

Informations sur l'album

Tamara Drewe

  • Currently 3.59/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (49 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 03/09/2021 à 15:54:33

    Ce roman graphique très british champêtre ne laisse pas transparaître véritablement d'émotion. Il y a également une très grande production dans le même genre et ce dernier ne se démarque pas vraiment ce qui nous laisse pantois face aux récompenses obtenues.

    On a en effet déjà eu droit au thème "derrière le calme apparent des campagnes se cache une véritable poudrière prête à exploser". L'arrivée de cette femme sulfureuse va entraîner un déchainement de passion aux abords de la demeure d'un écrivain et notamment dans un lieu où vient se reposer le monde littéraire et artistique. Le scénario semble dépourvu de la moindre originalité. Son incrédulité nous terrasse parfois...

    C'était sensé nous livrer une critique acerbe de l'élite british : soit mais encore ? Cette chronique n'en demeure pas moins agréable à la lecture mais cela sera sans plus.

    dadou193 Le 25/11/2015 à 00:53:09

    Un roman graphique très original puisque l'auteur mélange des cases de bande dessinées avec des textes de roman traditionnel. C'est très réussie...plus d'auteurs devraient s'y mettre! La narration et la mise en scène sont mené à la perfection. On passe d'un personnage à l'autre: l'auteur réussi ainsi à nous mettre dans la peau de chacun et à nous faire ressentir leur émotion. Un dénouement un peu dramatique qui peut laisser perplexe mais cela ajoute à l'aspect réel et humain de l'histoire. Pourvu que cette histoire inspire plus d'auteurs a adopté ce style de roman graphique très réussi. Ps. Je recommande la version originale en anglais.

    excessif Le 06/12/2009 à 07:54:40

    Ouaouh ! Ce n'est pas tous les jours qu'on a le sentiment d'être confrontés à une nouvelle percée dans la littérature, même si la BD nous a habitués à être LE domaine littéraire dans lequel la "recherche" progresse le plus, et même si le travail de Posy Simmonds n'est pas aussi agressivement révolutionnaire que celui de la jeune école américaine… En apparence du moins, parce que fondamentalement, le travail effectué dans "Tamara Drewe" est époustouflant : à partir d'un roman anglais classique ("Loin de la foule déchaînée" de Thomas Hardy), voici une critique implacable (parce que calme…) de notre société actuelle - des ados sniffeurs de colle et obsédés par la célébrité, aux adultes ayant abandonné toute dignité dans la recherche de cette même célébrité - qui se développe autour de thèmes littéraires classiques - de l'ennui qui mène certains aux comportements pervers ou auto-destructeurs, à l'arrogance des autres qui leur font mépriser le mal qu'ils font, sans aucun remords. Formellement, le travail de Posy Simmonds se traduit par un mélange faussement sage mais incroyablement malin et… percutant de beaux dessins et de textes, jouant sur la mise en page et sur les typographies… le tout est étonnamment clair, lisible, à la fois ludique et fascinant. On ne pose ce long roman (oui, c'est un vrai roman) qu'une fois son intrigue complexe déroulée, et on n'a qu'une envie, le relire immédiatement. Un chef d'œuvre ? Oui, à coup sûr !

    le moine Le 06/01/2009 à 12:58:04

    Vraiment, vraiment, vraiment bien.
    Ce mélange de bd et de textes est très agréable à lire et Posy Simmonds le maîtrise vraiment à fond. Ça se lit tout seul. Même qualificatif pour les dessins : très agréables, frais.
    Le scénario, enfin, est un vrai petit bijou, avec des personnages vrais et extrêmement bien trouvés (mention spéciale pour les deux ados, qui sont d'un réalisme étonnant).
    Enfin, bref, au risque de me répéter : vraiment, vraiment, vraiment bien.

    funpv Le 02/01/2009 à 15:49:43

    Un dessin délicat souligne une atmosphére anglaise dans la description des
    personnages, leur cynisme, leur étrangeté.
    Le mélange texte - dessins est équilibré et rythme la lecture de manière
    efficace.
    Tamara est séduisante, Nick insupportable, et Andy désespérant...Quand à
    Jody
    Un scénario passionnant pour une simple histoire de voisinage et d'adultère.
    Une réussite totale, parfaitement adaptée pour des lecteurs peu habitués aux
    BD comme pour des lecteurs plus aguerris.