Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les carrés - Une enquête de Kazimir 1. Carré noir

17/04/2008 10890 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

L a vie de Kazimir est loin de ressembler à celles des romans à l'eau de rose. Frappé par un drame personnel, l'homme a du mal à garder la tête hors de l'eau. Ses nuits sont courtes, peuplées d'insomnies, et il lui tarde que le jour se lève enfin pour aller prendre son café au troquet du coin. Son parcours professionnel est tout aussi chaotique. Ayant beaucoup de mal à supporter toute forme de hiérarchie, il quitte son métier de flic et devient détective privé spécialisé dans le domaine de l'Art. Et seules ses enquêtes semblent l'empêcher de sombrer dans la dépression. Alors, lorsqu'une certaine Madame Forcado travaillant à Beaubourg lui propose de retrouver trois célèbres tableaux d'un peintre russe du début du XXe siècle, il n'hésite pas une seconde. Même si, pour cela, il doit partir en Afrique sur les traces d'un ancien nazi.

Eric Adam présente avec Les Carrés une nouvelle série dont le personnage principal est un détective privé. Deux originalités sont à mettre au crédit de ce premier tome. Tout d'abord, la nature même de Kazimir. Loin d'être un véritable héros au charme ravageur façon Tony Corso ou un gentil garçon maladroit tel Jérôme K. Jérôme Bloche, il est, au contraire, un homme blessé, mal dans sa peau, avec un passé qui semble trop lourd à porter. Cette complexité le rend finalement attachant et surtout suffisamment énigmatique pour constituer une indéniable valeur ajoutée à l'histoire. L'autre particularité de Carré Noir provient du thème des enquêtes de Kazimir, celui de l'Art. Ceci est très certainement lié au passé estudiantin de l'auteur puisque ce dernier fréquenta les Beaux Arts de Bruxelles. Peintre russe, tableaux ambigus, toiles volées, autant d'éléments qui changent un peu du sempiternel crime passionnel ou du non moins classique "meurtre pour assouvir son ambition personnelle".

Pour le reste, l'auteur propose un voyage en République Centrafricaine ainsi qu'une immersion dans la politique du pays, depuis la chute de Bokassa. Il revient également sur une période sombre de l'Histoire, sur le pillage d'œuvres d'art par les nazis pendant la seconde guerre mondiale. Si la narration est agréable, alerte, agrémentée de scènes d'action fort bien maîtrisées, il faut en revanche regretter l'utilisation de quelques facilités scénaristiques. Par exemple, il n'est quand même pas banal (ou très chanceux) de tomber, dès le premier matin de l'enquête, sur un homme, accoudé au comptoir d'un bistrot, connaissant parfaitement les peintures de Boskovitch... Les rencontres et les hasards de la vie sont faits pour ça paraît-il.

La détresse et l'air complètement désabusé de Kazimir sont parfaitement bien rendus par le dessin d'Olivier Martin, qui a su créer un personnage dont le visage laisse transparaître toute la fragilité. Concernant les décors, et notamment ceux de l'Afrique, quelques détails supplémentaires auraient sans doute renforcé l'ambiance, parfois lourde et pesante.

Le premier tome de ce tryptique est prometteur. La suite sera d'autant plus intéressante si le scénario ne se borne pas à une simple résolution d'enquête mais donne lieu à une réelle introspection dans le passé de Kazimir. Le Carré Rouge devrait être dans les bacs en 2009.

Par L. Gianati
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les carrés - Une enquête de Kazimir
1. Carré noir

  • Currently 3.41/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (27 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 04/12/2020 à 16:13:33

    Casimir est de retour! Ce n'est pas celui que vous croyez! Non, ce Kazimir là est d'une autre espèce. Il s'agit là d'un détective privé dans le milieu de l'art notamment des peintres. C'est un homme ressemblant étrangement à l'acteur Jean Reno. Il est mal dans sa peau depuis un terrible drame ayant bouleversé sa vie. On s'attache vite à ce personnage un peu complexe qui va être embarqué dans une aventure l'entraînant en Afrique noire à la recherche d'un ancien nazi ayant volé de célèbres tableaux.

    Cette bd brasse de multiples thèmes d'actualité: le pillage d'oeuvres d'art par les nazis, les dictatures se succédant en République centrafricaine, le traitement des sans-papiers...

    Le dessin est assez minimaliste. On n'a pas droit à de beaux décors. Tout semble être dégarni. C'est le gros point faible de cette série.

    Au niveau du scénario, on tombe vite dans des facilités scénaristiques qui rendent ce récit peu crédible. Cependant, l'ambiance lourde et pesante donne de l'attrait à ce thriller d'art. On a envie de découvrir la suite.

    kingtoof Le 19/11/2016 à 07:30:50

    Un très bon premier tome.
    Le détective Kazimir est à la recherche du triptyque de Boskowich (en réalité Malevitch).
    Chaque tome correspond à un tableau.
    Les différents personnages sont très intéressants, bien construits.
    Cette première aventure nous offre, en plus, un cours de géopolitique centrafricaine.