Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

A lpes du sud, 1833. Fortuné Chabert est un instituteur itinérant, qui aime son métier et les enfants. Malheureusement, il va être contraint d'abandonner et de quitter la France pour l'Arizona. Après des mésaventures et déconvenues, son destin se mêle à celui des Hopis... Puis, l'histoire continue en 2018, dans les montagnes afghanes où Sanjar pratique aussi l'enseignement nomade, surnommé l'université des chèvres. Cette expression apparaît avec Fortuné, un lien semble alors se faire entre les deux hommes. En effet, le professeur afghan doit lui aussi renoncer face aux pressions des Talibans, pour devenir auxiliaire de l'armée américaine. C'est ainsi qu'il croise la route d'Arizona, une journaliste du Phoenix Post, venue en reportage après avoir été mise à l'écart par son journal suite à son traitement des plus virulents des tueries en milieu scolaire et qui est aussi une descendante de Fortuné...

Ce one-shot est d'une rare beauté poétique. Le découpage transporte dans des lieux éloignés, tout en apportant des mises en abîmes utiles au déroulement de l'intrigue. Un grand nombre de planches invitent à la contemplation, apportant une certaine douceur qui prend le contrepied des tensions ressenties. Les paysages, dans leur approche et leur composition, sont magnifiques. La scène d'introduction, par exemple, permet de présenter Fortuné en le suivant pas à pas, comme s'il apparaissait devant nous, avant d'être inséré dans une planche classique. La progression du est admirablement rendue par l'emploi juste de la palette de couleurs. Bref, le traitement graphique est parfait.

L'université des chèvres est une histoire subtile dans laquelle son créateur travaille des thèmes qui lui sont chers. En premier lieu, l'importance du savoir et de sa transmission, quelle que soit la période choisie. C'est le point commun de nombreux personnages, qu'ils soient enseignants ou non. En effet, Fortuné se sent vivant et utile quand il partage son amour du savoir aux filles et aux garçons qui constituent son auditoire. al passion est identique pour Sanjar ou, via l'engagement journalistique, Arizona. Tous trois sont confrontés à des conservatismes qui les conduisent à faire des choix de vie en phase ou non avec leurs convictions. Des clercs ou des paysans des Alpes du XVIIIème aux Talibans du XXème, en passant par les Trumpistes, il y a toujours des groupes d'individus qui croient dans les vertus de l'enseignement quand d'autres y voient un danger. La mise en parallèle est saisissante et fort pertinente de la part de ce scénariste, également enseignant. Transmettre pour permettre à l'autre de s'élever, de s'émanciper relève du sacerdoce et conduit parfois à devoir faire face à des ennemis puissants, agissant parfois au sein même des institutions.

L'école en tant que lieu, voilà le deuxième angle fort de cet album. Perçue comme un sanctuaire pour les enfants par les uns, cette symbolique est combattue par les autres. D'où le fait de déplacer l'intrigue aux États-Unis, pays dans lequel les drames des fusillades sont devenus un fait divers banal. Or, cet endroit dédié aux apprentissages se doit d'être protégé des menaces. Mais comment ? Et comment faire quand il n'y a pas de bâtiment ? La situation de Sanjar s'inscrit en écho de celle de Fortuné pour illustrer le fait que l'école, en tant que lieu de diffusion de la culture, est fragile et peut constituer une cible pour les différents obscurantismes.

L'idée de faire de l'institution scolaire un fil rouge familial est également intéressante, Le rôle joué par la famille est omniprésent, les personnages secondaires comme Nazifa qu' Arizona interviewe lors de son reportage en Afghanistan l'illustrent bien. Rejetée par son père et les autres en raison de ses engagements, elle n'a plus que son jeune frère pour veiller sur elle. Arizona, elle, s'est épanouie et construite grâce au soutien de ses proches et cherche à reproduire ce schéma avec son propre fils. La relation qu'il entretient avec son grand-père est formidablement mise en valeur.

Enfin, le dernier intérêt de l'Université des chèvres réside dans le travail de recherche au niveau de la précision historique. Attention, il ne s'agit pas d'une histoire vraie, mais plausible puisque se basant sur du réel. Le thème de la migration est ainsi traité avec intelligence, tout comme le processus de déshumanisation et de christianisation forcée mis en place par les États-uniens contre les tribus indiennes. Ce qui fait penser à ce qu'ont pu vivre des milliers de jeunes aborigènes en Australie. Cet apport, loin d'être anecdotique, donne une densité supplémentaire au titre, comme le souligne en préface l'éminent Pascal Ory.

Lax offre un conte à la fois beau et tragique, dans lequel l'espoir, aussi mince soit-il, semble être le fil conducteur. Cet album fait voyager les lecteurs à travers le temps et le monde, autour de la puissance de la circulation et de l'acquisition des idées et de la manière dont certaines personnes se lèvent pour lutter contre l'obscurantisme. Un bel ouvrage - le plus personnel de l'auteur ? -, qui reste longtemps en tête après la lecture.

Par J. Vergeraud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

L'université des chèvres

  • Currently 4.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (9 votes)

  • Lax
  • Lax
  • Ory, Pascal
  • 01/2023 (Parution le 11/01/2023)
  • Futuropolis
  • 9782754829335
  • 146

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Ganix Le 26/02/2023 à 11:18:56

    De la belle ouvrage, pour reprendre une expression découverte dans une école. Christian Lax nous propose une œuvre de grande qualité, qui donne à réfléchir. Les personnages positifs sont quelque peu idéalisés, c'est vrai, et les méchants sont sans nuance, mais quand cela sert un propos d'évidence sincère, servi par le graphisme et par le découpage du récit, on ne peut que recommander cette lecture et retourner admirer les plus belles planches.