Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Berezina (Tesson/Dureuil) Berezina

26/11/2021 1612 visiteurs 6.0/10 (1 note)

« Ce sont les 200 ans de la retraite de Russie. En France, tout le monde se fout des grognards. C’est à nous de saluer la Grande Armée. Il y a deux siècles, des mecs rêvaient d’autres choses que du haut débit. Ils étaient prêts à mourir pour voir scintiller les Bulbes de Moscou. »

L’idée de Sylvain Tesson est lancée sur un bateau à son ami écrivain et aventurier, Cédric Gras. Emprunter l’itinéraire de la débâcle, chiche ! Une poignée de semaines plus tard, les voilà embarqués à cinq répartis à bord de trois side-cars Oural vintage. Des engins rutilants, peu confortables, mais facilement réparables. Et c’est heureux, car les mécaniques vont être soumises à de rudes épreuves avalant quatre mille kilomètres d’asphaltes au début de l’hiver scandinave. Rallier Moscou à Paris ne durera finalement que treize jours de neiges et de pluies, sans compter le vent glacial. L’équipée coûtera à peine une dent, quelques bouteilles, des engelures et la nappe d’un aubergiste. Surtout, la route sera l’occasion, pour chacun, de se confronter, avec panache, à la force du climat et d’en sortir grandi.

Le russophile, stégophile et même « vodkatophile » accompagne sa littérature voyageuse des mémoires du général de Caulaincourt et de celles du sergent Bourgogne. Alternant entre 2012 et 1812, ils témoignent des stratèges, des conditions de vie déplorables, de l’engagement des hommes, de la lutte pour la survie et des dernières manœuvres célèbres de l’Empire. Pour rappel, Napoléon Bonaparte était à la tête d’un demi-million de soldats lorsqu’il franchit le Niémen, le 24 juin 1812. Le froid, le typhus, la faim, les assauts répétés des ennemis – engagés ou simples villageois : deux mois après le repli, la Grande Armée est décimée. Seulement quarante mille âmes malades pénètrent dans la Ville Lumière en janvier 1813. C’est une Bérézina !

La transposition en bande dessinée parvient à mêler les époques à l’instar des juxtapositions de l’œuvre originale. Autre réussite, s’il en est, l’album capte le dépassement de soi et l’épreuve que cela constitue de revivre un tel périple en si peu temps. Au gré des retranchements, reformulation, interprétation et autres choix d’appropriation, l’artiste édulcore quelque peu les frasques éthyliques du groupe de soiffards. L’alcool emplit les verres et les consciences moins souvent qu'au fil du roman et ce n’est pas un mal. Cela permet de se concentrer sur le propos initial, à savoir les sacrifices humains des grognards dictés par l’inimaginable foi en leur chef et la croyance en un récit national. L’ensemble est mis en perspective avec les générations individualistes qui se succèdent depuis les Trente glorieuses, le bonheur indépassable du "moi-je" et la quête de l’amoncellement de biens corporels. Glaçant et acerbe.

Après Dans la forêt de Sibérie, Virgile Dureuil signe une seconde adaptation de récit du globe-trotteur Tesson. Une sensation d’aisance se dégage des planches. Les paysages sauvages, les grandes steppes aussi bien que les nombreux espaces urbains sont finement représentés. L’illustrateur épaissit son trait, varie les plans, multiplie les pages avec régularité et charme. Néanmoins, l’œil apprivoise le geste et finit par ne plus être subjugué, regrettant même les aléas d’un repenti. Sans doute que la copie manque de remous.

Bérézina se maintient en équilibre entre le roman historique et l’écrit « escapiste ». La mise en images offre une nouvelle lecture, d’un essai porté, en son temps, par de belles tournures et une prose crue et guerrière !

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Berezina (Tesson/Dureuil)
Berezina

  • Currently 2.25/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.3/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Wiggum92 Le 18/02/2022 à 00:27:30

    Autant j'étais enthousiaste à l'idée de lire ce livre dont la couverture, le thème et le résumé étaient alléchants, autant j'ai été déçu par la nullité absolue de cet "ouvrage".
    Je pense qu'il faut arrêter d'adapter à tout va des romans en BD, dont on perçoit en fait que l'unique but est de générer du profit, au détriment d'un scénario convaincant. Tout ne se prête pas à être narré sous forme de bande dessinée, et surtout pas ce récit de Sylvain Tesson.
    On vous propose ici un entremêlement de cases historiques, retraçant la retraite de l'Empereur Napoléon et sa "Grande Armée", ponctuées de cases relatives à la balade en moto de Sylvain Tesson. Ces dernières ne contiennent aucune intrigue, rebondissement ou quelconque intérêt, mais servent simplement à mettre en parallèle les épreuves rencontrées par les soldats de Napoléon et un trajet en Side-Car retraçant ce parcours. À l'arrivée, cela ne sert aucunement le récit historique, qui se voit inutilement hachuré. Ce qui dès lors, empêche de s'en imprégner, tant l'aspect historique est bâclé et gâché par le récit monotone et ennuyeux d'un voyage contemporain.
    Sur un peu plus de 130 pages, difficile de concilier les deux, et on passe rapidement d'un fait à l'autre, des batailles étant résumées en quelques cases sans aucune contextualisation.

    En résumé: soit vous êtes intéressé par l'histoire Napoléonienne, et vous vous concentrez sur l'offre importante et de qualité de bandes dessinées en la matière! Soit vous êtes intéressé par la partie "voyage" du livre et vous serez déçu par le non-événement relaté ici. Mais dans aucun des cas, vous ne trouverez votre bonheur dans "Berezina" de Tesson et Dureuil.