Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

«La maison des femmes. Il s’agit d’une maison, en Plaine Saint-Denis, accolée à l’hôpital Delafontaine qui accueille des femmes vulnérables ou victimes de violences. Un lieu pluridisciplinaire qui réunit sous un même toit des soignantes qui répondent aux différentes problématiques que peuvent rencontrer ces femmes en détresse.»

Habitué des zones tendues et des reportages chocs, Nicolas Wild (Kaboul Disco, Kaboul Requiem, Mondo Disco) ne savait pas vraiment à quoi s’en tenir quand il a accepté l’invitation de visiter cette institution méconnue. Après une journée à côtoyer des intervenantes courageuses et à, déjà, entrevoir la détresse et les sévices endurés par les patientes, il a été convaincu qu’il devait apporter sa modeste pierre à l’édifice. Bienvenue À la maison des femmes. Attention, ce qui se raconte derrière ces murs et dans ces pages pourrait choquer même les plus endurcis.

Féminicide, violence, prostitution forcée, mutilation génitale, exploitation… la liste des avanies faite aux femmes est sans fin. Les causes sont innombrables et reposent toutes sur l’antédiluvienne notion de la domination des hommes sur le sexe faible. Le cœur de l’album n’est pas là (quoique), mais plutôt dans les actions entreprises par la société pour corriger cet état de fait. Celles-ci peuvent malheureusement paraître dérisoires et sont immanquablement fragiles. L’établissement voulu et soutenu à bout de bras par Ghada Hatem-Gantzer en est la plus parfaite illustration. Une poignée de professionnelles et de bénévoles accueillent, écoutent, soignent, aident, éduquent sans relâche et sans jugement des victimes, souvent en situation irrégulière et toujours en danger.

Un peu gêné aux entournures (en tant que mâle, il peut être vu comme une menace par certaines) et ne sachant pas trop comment organiser son travail, Wild met quelques chapitres pour trouver le bon ton de sa narration. Plusieurs scènes générales de présentation et d’introduction, deux-trois, puis plus, mises en images de témoignages révélateurs, peu à peu, il bâtit un portrait glaçant et effrayant. Celui-ci est contrebalancé par l’énergie positive des employées de ce lieu de guérison, autant physique que psychique. Au final, de cours de francisation à de multiples consultations médicales, en passant par une session de lobbying à l’Assemblée Nationale et des interviews télévisées (il faut chasser les financements et prévoir le futur avec une demande toujours grandissante), l’auteur réussit la gageure de construire un album «quatre vérités» indispensable et éclairant.

Entre havre de paix et solution de dernier espoir, si ce genre de lieux existe, c’est qu’il est malencontreusement nécessaire. À la maison des femmes ne changera pas le monde (contrairement à son sujet), l’ouvrage permettra cependant de mieux le faire connaître, de sensibiliser le grand-public et, avec de la chance, d'aider à le pérenniser.

À visiter : La maison des femmes

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

À la maison des femmes

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.