Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les frères Rubinstein 1. Shabbat Shalom

28/09/2020 1184 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

F ils de tailleur dans une cité de mineurs du nord de la France, Salomon et Moshe Rubinstein ont compris très tôt que leur statut de juifs à l'aube de la Seconde Guerre mondiale serait plus un fardeau qu'un atout. Ni les évènements qui entourent la disparition de leurs parents ni la suite de leur parcours ne viennent contredire ce sentiment... Mais comment les deux frangins ont-ils réussi à arriver en Amérique ? Et comment le cadet a-t-il survécu au camp de Sobibor ? Voici leur histoire...

Lorsque Luc Brunschwig a annoncé travailler à nouveau avec Étienne Le Roux, le petit monde de la bande dessinée s'est frotté les mains tant La Mémoire dans les poches reste un souvenir fort et précieux pour beaucoup de lecteurs. Lorsque la confirmation d'une série au long cours - neuf tomes ! - s'est répandue, beaucoup se sont demandé si l'éditeur ou les auteurs pourraient mener à terme une telle entreprise. Sans présager de la suite, Sabbath Shalom prouve en tout cas que le projet est viable et solide.

En soixante-dix planches, le duo, bien épaulé par le travail d'Elvire De Cock à la couleur, pose le cadre, met en scène des personnages bien campés et trace les grandes lignes d'une épopée pleine d'émotions. Comme à son habitude, le scénariste de Luminary, propose des héros à la psychologie travaillée que la vie n'épargne pas. Contexte oblige, les tensions et les dangers sont partout et les obstacles, pour certains déjà surmontés, nombreux. Mais la force de ce tome d'ouverture tient tout autant à sa trame qu'à sa construction.

Mêlant les époques grâce à un angle narratif propice à l'évocation des souvenirs, le récit navigue entre les périodes et les atmosphères avec fluidité. Du nord de la France à un cabaret d'Hollywood, en passant par le fin fond de la Pologne annexée, Étienne Le Roux parvient à garder une identité et une constance appréciable. Capable de vieillir ou rajeunir ses personnages sans perdre ses lecteurs ou de personnaliser la terreur, la perfidie ou l'amour en un regard, le dessinateur étale toute sa palette avec talent. Enfin, les rebondissements et les questions s'imbriquent avec rythme et facilité jusqu'à l'ultime scène, inquiétante, qui laisse entrevoir l'étendue des épreuves à venir, créant un suspense supplémentaire.

Avec ce premier tome, prenant et bien écrit, Les frères Rubinstein s'offre un démarrage plus que prometteur et plein de qualités. Amplement suffisant pour se lancer dans cette nouvelle série avec envie !

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les frères Rubinstein
1. Shabbat Shalom

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Saigneurdeguerre Le 12/09/2020 à 14:57:50

    1942… Ou 1943…
    Un train de la mort. Destination finale : Sobibor !

    Moïse Rubinstein brûle une allumette dans ce wagon à bestiaux où il est parqué avec des dizaines d’autres juifs. Il veut revoir la photo prise juste avant qu’il ne monte dans l’avion qui devait le ramener en Europe et où son frère, Salomon, se tient à ses côtés. Son frère qui lui déconseille fermement de retourner en Europe : « L’Europe de 1938, elle en veut plus des juifs ! »

    Il se rappelle leur entrée fracassante à Hollywood et leur rencontre avec Sam Garfunkel, important personnage des milieux du show-business, juif lui aussi. Mais surtout, il revoit ses parents, leur maison dans un coron, en France, en 1927, le jour où il s’apprêtait à sortir major de sa promotion de l’Académie Lambertin, son père lui faisant la surprise de lui tailler un costume dans son plus beau tissu pour l’occasion. Brillantissime élève, nul doute qu’il allait l’emporter… Oui, mais…

    Critique :

    Attention : chef-d’œuvre ! J’ai eu l’occasion de lire beaucoup de très bonnes bandes dessinées ces dernières années. Celle-ci s’en vient rejoindre les meilleures car elle rassemble toutes les qualités pour en faire une merveille du neuvième art.

    Le scénario qui nous raconte la vie des deux frères Rubinstein va s’étaler sur plusieurs albums. Sept ? Dans celui-ci, le premier, Luc Brunschwig nous raconte l’histoire de deux frères que tout oppose physiquement, mentalement, moralement… Tout ? Non ! Ils s’aiment et Salomon ferait n’importe quoi pour protéger son petit frère. Salomon est le débrouillard par excellence, l’optimiste, celui qui croit fermement en l’avenir et qu’il peut influencer celui-ci. Moïse est un intellectuel pur. Un cerveau ! Mais il n’a pas la force de son frère et surtout, il lui manque sa débrouillardise. En voulant redonner à son frère Moïse la juste place qu’il mérite, Salomon va entraîner une série de malheurs qui frapperont cruellement sa famille.

    Luc Brunschwig nous remet en mémoire que les sentiments antisémites n’étaient pas propres à l’Allemagne de l’entre-deux-guerres. En France aussi, cette haine du juif était bien établie. Dans les corons de l’époque où vivaient les mineurs, nombre d’entre eux étaient Polonais. Rappelons-nous que les Polonais, comme les Russes, pratiquaient régulièrement des pogroms à l’encontre des juifs vivant sur les mêmes terres qu’eux… Dans ce brillant scénario, de « bons » citoyens français vont vouloir rendre justice sans trop se soucier des autorités. Ce qu’ils feront n’est guère éloigné de ce qu’accompliront les nazis, plus tard, en Allemagne, après l’accession au pouvoir d’Adolph Hitler. A ma connaissance, aucun fait similaire à celui conté dans ce récit ne s’est produit en France, même si les sentiments antijuifs étaient très développés. Gardons un esprit critique, en particulier lorsqu’il s’agit d’une BD « historique ».

    Les dessins d’Etienne Le Roux donnent aux personnages des personnalités vraiment fortes et crédibles. Loïc Chevalier crée des décors de toute beauté et Elvire De Cock apporte la touche de couleur qui complète magnifiquement ces tableaux.

    Que vous aimiez l’aventure, l’histoire, ou tout simplement de splendides planches de BD, cette histoire est faite pour vous !