Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Terre 1. Le vieux monde

28/09/2020 1772 visiteurs 8.0/10 (1 note)

R éfugiés à l’intérieur de la frégate de sauvetage 3, à la suite de l’avarie du croiseur spatial Jupiter, les rescapés sont positionnés en orbite autour de la Terre. Le capitaine décide alors de descendre à 300 pieds. En dessous des masses gazeuses, les relevés établissent que l’atmosphère est respirable. Dès lors, une exploration sommaire est lancée. Elle découvre une dent de la taille d’un homme et aucun signe de vie humaine. Une seconde mission de reconnaissance est attaquée par une espèce de crocodile extrêmement agile. Une réserve limitée de carburant et autres matières premières contraint d’organiser une implantation durable des survivants au sol. Sans ressources, mais forts de leurs savoirs, les colons réalisent des huttes sphériques suspendues. Plusieurs équipes sont formées afin d’améliorer la vie du campement et de procéder à l’étude des lieux. Mandor, Beth, Mona, Soane et six voyageurs forment un groupe. Ils entament une expédition se confrontant à l’inattendu.

Rodolphe (Centaurus, Amazonie, L’Autre Monde) qualifie cette épopée de spéculative fiction, dont la formule est à attribuer à l’auteur américain Robert A. Heinlein (On The Writing Of Speculative Fiction, 1947). De la sorte, le scénariste souhaite se distinguer du courant littéraire Hard Science qui repose davantage sur la vraisemblance technologique et les connaissances actuelles, ou, du moins, sur les hypothèses admises. De ce fait, l’écrivain élude toutes les justifications accessoires pour concentrer son récit sur les interactions de ses héros et le rythme de l’exposition de l’intrigue. Ainsi, après la révélation de l’ultime tome de TER, la quête d’origine de Mandor se retrouve bouleversée. Le narrateur a désormais conscience de sa véritable nature d’androïde et n’éprouve donc que peu d’excitation à déambuler sur la planète bleue. Beth le soutient fidèlement dès qu’ils se retrouvent enfin seuls, cependant l’existence d’un pionnier n’offre pas véritablement d’intimité. Lorsqu’une succession d’événements rythmant le récit provoque, tout à la fois, l’isolement du couple et l’installation de nombreux mystères, c’est la bascule. L’ouvrage gagne en souffle. L’aventure oscille entre poésie et découvertes déconcertantes. Et la dernière planche finit d’achever le lecteur par un cliffhanger encore plus accrocheur. Superbe !

L’artiste helvète Christophe Dubois (Le Cycle d’Ostruce, La Ballade de Magdalena) livre une énième prestation de haute volée. Son dessin texturé à la manière de Paolo Eleueri Serpieri et de François Schuiten déborde de grâce. Les ombres faites de multiples traits parallèles marquent le volume et emplissent les cases. L’usage de la caméra et ses cadrages resserrés insistent sur la retranscription des émotions puisque la relation des argonautes demeure au cœur de l’œuvre. Néanmoins, quelques pleines pages ponctuent le récit et apportent un côté spectaculaire inhérent au genre. Les espaces inventoriés par les auteurs diffèrent de la saison antérieure en raison d’une végétation et d’une faune moins singulières. Toutefois, certaines ambiances sont similaires aux épisodes précédents et notamment des tons violacés, sorte de signature de la saga.

À l’instar du cycle originel, l’éditeur accole un cahier graphique à la bande dessinée. Ce supplément se présente sous la forme de galerie de personnages. En peu de mots, les intentions et les caractères des protagonistes sont exposés. Ceci permettant de familiariser les nouveaux lecteurs aux enjeux développés quand bien même cette campagne se déguste autrement après la relecture des trois opus de TER.

Avec TERRE, le vieux monde, Rodolphe et Christophe Dubois amorcent une nouvelle trilogie aussi passionnante que leur première collaboration. La rigueur de la narration et l’exigence visuelle en font un indispensable de l’anticipation !

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Terre
1. Le vieux monde

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    canarenchaine Le 18/10/2020 à 21:29:38

    je ne vais pas reprendre les termes d' ALICECOOPER et kingtoof mais je suis assez d'accord avec eux.
    A la différence de TER, je me suis vite ennuyé même si graphiquement c'est très bien léché.

    thieuthieu79 Le 05/10/2020 à 16:23:24

    A la fois suite directe des aventures de TER, et à la fois début d'une nouvelle trilogie indépendante, TERRE démarre sur les chapeaux de roue.
    On quitte définitivement l'espace et les décors très fermés de Jupiter, au profit du "plancher des vaches" et des grandes étendues ouvertes.
    L'intrigue se met doucement en place avec une grande dominance liée à l'exploration de la TERRE. Mais il y a également une part liée aux personnages de Mandor et de Beth qui sont dans une pleine découverte et révélation d'eux-mêmes.
    Tout ceci dans le but de servir au mieux les futurs évènements, dont les prémices sont servis dans les toutes dernières pages, avec un cliffhanger qui donne furieusement envie de découvrir la suite.
    L'écriture est intelligente, car le lecteur découvre cette nouvelle TERRE comme les protagonistes de l'histoire, au même rythme qu'eux, en se posant les mêmes questions qu'eux, comme s'il faisait partie intégrante de l'univers.
    Comme dans le premier tome de TER ou l'on découvrait la cité du Mesnil grâce à de superbes planches, on profite ici aussi de sublimes dessins qui décrivent parfaitement à eux seuls la nouvelle TERRE. L'atmosphère d'insécurité liée à la beauté sauvage des lieux rend l'ensemble incroyablement prenant.
    Les 4 pleines pages de l'album en sont d'ailleurs le meilleur des exemples.
    J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à suivre l'exploration de la TERRE aux cotés de Mandor et de Beth qui n'ont pas fini d'être surpris.

    Yovo Le 11/09/2020 à 21:50:23

    Un 2ème cycle qui démarre assez bien sur le plan visuel. Le dessin, intemporel et élégant, met bien en valeur les volumes par sa technique de stries et apporte une indéniable plus-value à cet album.

    Le scenario n’est malheureusement pas à la hauteur. Il n’est pas désagréable mais rien ne vient lui apporter une quelconque profondeur. Les tribulations de Mandor et Beth partant à la découverte de cette étrange planète Terre semblent non liées et plus ou moins gratuites… Aucun fil narratif ne les inscrit dans une logique ni sur des bases solides. On ne ressent absolument pas l’impératif de survie par exemple.
    Rodolphe, qui apparemment ne sait toujours pas comment donner du corps à ses personnages, les fait divaguer au hasard en puisant sa timide inspiration chez son confrère Léo, scènes d’amour comprises. Le cahier graphique à la fin en est un bon exemple : en trois petites phrases il nous en apprend beaucoup plus sur les protagonistes que l’histoire elle-même. C’est dire le peu de considération que le scénariste accorde à son casting.

    En conclusion c’est plutôt une BD sympa, restons objectif, mais on est effectivement loin de la qualité de « Ter », qui comportait pourtant déjà de grosses lacunes scénaristiques.

    Casimir Le 09/09/2020 à 23:15:27

    Mitigé. D'un côté, un scénario qui tient le lecteur en haleine et qui donne envie tout le temps d'en savoir plus.. D'un autre, du déjà vu.... Ca me fait curieusement penser à The Maze quelque part... coupé à d'autres films dont le scénario mélange rupture temporelle, découverte de planète... et nécessité impérieuse de survivre.

    feldmur Le 08/09/2020 à 10:43:02

    Époustouflant.
    Le "déroulé aléatoire" d'ALICEOPPER est pour moi un vrai régal, plein de rebondissements présupposant de la qualité des scenarii à venir.
    Bref TER fut une aventure appréciée, TERRE est une très bonne surprise. Vivement la suite
    Merci

    kingtoof Le 07/09/2020 à 07:31:35

    Plutôt en accord avec l'avis d'ALICECOOPER.
    Le scénario n'est qu'une succession d'événements ou de rencontres pour les deux héros perdus et cela prend bien la moitié de l'album. En ce qui concerne la première moitié de l'histoire, rien de bien innovant avec la découverte pas à pas d'un nouveau monde... Bref, un album insipide, loin de la réussite de TER.

    ALICECOOPER Le 06/09/2020 à 19:04:00

    Après TER voici le nouveau cycle qui démarre. Une idée originale, un dessin très réussi, du mouvement continu sur TERRE (?), c'est une nouvelle aventure qui commence. Les décors sont géniaux. Jusque là tout va bien.

    L'idée de la navette en suspension n'est pas très bonne. Mandor et la fille, s'éloignent de la troupe et avancent dans un déroulé aléatoire, à la "vas-y comme je te pousse", ce qui rend le scénario très fade à mon goût.

    Mais ça reste un bon album sans plus.

    kergan666 Le 23/08/2020 à 21:01:14

    la suite très attendue du cycle TER;
    cette fois l'histoire ne se passe plus dans l''espace mais sur Terre ou du moins ce qui semble l'être dans un futur dont il est impossible, pour l'instant, de déterminer la durée.
    comme d’habitude avec Rodolphe le scénario est hippomobile mais captivant.
    vivement le prochain tome.