Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Pour discuter de tous les sujets généraux autour de la bande dessinée, des libraires, des éditeurs et des auteurs

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede EYE OF DOOM » 25/03/2020 19:11

Message précédent :
Clairement un sommet si ce n’est le sommet. Trop de scenes cultes dans cet album.
EYE OF DOOM
BDétraqué
BDétraqué
 
Messages: 701
Inscription: 01/06/2012

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede zourbi le grec » 25/03/2020 19:20

C'est également mon préféré exæquo avec Astérix en Corse :ok:
Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde.
A. Camus
Avatar de l’utilisateur
zourbi le grec
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8807
Inscription: 23/11/2007
Localisation: Paris

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede Coldo3895 » 25/03/2020 21:32

EYE OF DOOM a écrit:Clairement un sommet si ce n’est le sommet. Trop de scenes cultes dans cet album.


Pour le plaisir...

Obélix: L'ennui avec vous, les romains, c'est que vous n'êtes ni délicats, ni poétiques… Et l'ennui avec moi c'est que je suis timide !



Légionnaire: Quel nom cherches-tu, déjà ?
Astérix: Tragicomix.
Légionnaire: Tragicomix… avec "T" comme Timeo danaos et dona ferentes ?



Centurion Hotelterminus: Une, Deux ! Une, Deux ! Une…
Interprète: Centurion ! L'égyptien dit que une, pas deux, mais avec vue sur la rue.
Centurion Hotelterminus: Où… où en étais-je ?
Astérix: À une…
Obélix: Oui, maintenant ça va être deux, je crois.
Asterix03.jpg
Asterix03.jpg (18.94 Kio) Vu 1189 fois





Astérix: Plus les armées sont puissantes, plus la nourriture est mauvaise. Ca maintient les guerriers de mauvaise humeur.



Centurion Hotelterminus: EH, VOUS DEUX ! J'AI DIT QUE C'ETAIT LA PAUSE !
Astérix: Pas le temps ! Allons ! Allons !
Centurion Hotelterminus: MAIS C'EST MOI QUI COMMANDE ICI ! LA PAUSE ! ALLEZ ! La pause ! La pause, quoi !
Astérix: Pause toujours ! Nous, on continue !



Capitaine Bateau: Dites… Vous me laissez commander la manœuvre d'accostage… Vous m'en faites la promesse ? ET SI CET EGYPTIEN AJOUTE QUELQUE CHOSE, JE LE PASSE PAR-DESSUS BORD !!!



Légionnaire: C'est le gros des troupes de César ?
Obélix: NON MOSSIEU !
Astérix: Obélix, au lieu de te disputer, essaie de te renseigner où sont les prisonniers.
Obélix: Astérix ! Ca ne va pas! Avant la baffe, ils ne veulent pas répondre, après, ils ne peuvent pas !
Le yéto là-hi !... Le yéya là-ti !... Le téyi ho-là !... Flûte !... Le truc, enfin !... Le yéti, quoi !... Là-haut !...
Avatar de l’utilisateur
Coldo3895
Grand Maitre Spoiler
Grand Maitre Spoiler
 
Messages: 9915
Inscription: 18/11/2004
Localisation: Deuil la Barre
Age: 50 ans


Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede xof 24 » 26/03/2020 00:03

Comme beaucoup j'ai été élevé à la lecture d'Astérix. Je n'ai lu du Tintin que bien plus tard, et jamais accroché. Alors que Astérix, c'est du re-re-relu.

Toujours triste le décés d'un auteur de BD. Mais je suis bien moins attristé par la disparition de Monsieur Albert Uderzo que par celles d'auteurs partis trop tôt alors qu'ils avaient encore de belles choses à nous offrir.
Monsieur Albert Uderzo a eu le temps de voir ses enfants prendre un nouveau départ avec des auteurs qu'il a du choisir.
Merci pour cette intelligence .
Merci pour toutes ces belles heures de lectures passées, et à venir.
Ma petite fille lit déjà du Astérix. Et je vous remercie Monsieur pour tout ces futurs fous rires qu'elle ne manquera pas d'avoir.
"Tout ne doit pas être expliqué" CF Andreas in TaO n°3


MES VENTES DE BDS RAJOUTS DE VENTES CE SOIR , Accès direct en cliquant ICI
Avatar de l’utilisateur
xof 24
Grand Maître BDGestiste
Grand Maître BDGestiste
 
Messages: 27474
Inscription: 29/10/2002
Localisation: Membre N° 239
Age: 49 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede Olaf Le Bou » 26/03/2020 00:29

la presse française étant trop occupée avec le covid-19 pour prendre le temps de rendre un hommage digne à Uderzo, un petit tour outre-manche avec ce sympathique texte du Guardian :



Goscinny and Uderzo’s cheery comic-book parodies reflected none of the real horror of Roman imperialism – and painted an irresistible portrait of postwar Europe :

As a child, devouring every Asterix book I could lay my hands on, I failed to notice what now, with the sombre perspective of adulthood, I can recognise as perhaps the single most glaring inaccuracy in the series’ portrayal of Caesar’s conquest of Gaul: nobody dies. Even by the standards of Roman imperialism, the Gallic war was unspeakably violent. When Vercingetorix, the most formidable of Caesar’s adversaries, finally surrendered at Alesia, he did so surrounded by innumerable corpses, the limbs of horses and humans horribly tangled, their bellies swollen, their blood fertilising muddied fields.
The celebrated painting completed in 1899 by Lionel Reyer, Vercingetorix Throws His Arms at the Feet of Caesar, barely hints at the scale of this slaughter. Even less so do the parodies of the painting in which Goscinny and Uderzo, the authors of Asterix, so delighted. In these, the most vivid display of agony is likely to be a howl of pain from Caesar as Vercingetorix dumps a pile of armour on his foot. The entire theme of the series is the aftermath of a near-genocidal occupation – and yet the worst that ever happens to anyone in any of its various books is to be left hanging from the branch of a tree with a black eye and stars revolving round the head. The Gaul of Goscinny and Uderzo is a land of cheery, almost jovial, innocence.

Perhaps this is why the news of the death of Albert Uderzo has hit so many so hard. For decades after the death of René Goscinny in 1977, he provided a living link to the golden age of the greatest series of comic books ever written: Paul McCartney to Goscinny’s John Lennon. Uderzo, as the illustrator, was better able to continue the series after Goscinny’s death than Goscinny would have been had Uderzo had died first, and yet the later books were, so almost every fan agrees, not a patch on the originals: very much Wings to the Beatles. What elevated the cartoons, brilliant though they were, to the level of genius was the quality of the scripts that inspired them. Again and again, in illustration after illustration, the visual humour depends for its full force on the accompaniment provided by Goscinny’s jokes.

Equally, though, the conceit that underlay Asterix would have been nothing without Uderzo. The challenge was to portray the age of Julius Caesar in a way that was true to the history and yet an utterly joyous recalibration of it. Brutality had to be portrayed as knockabout; a world of mud and gore and fire repainted in primary colours. Uderzo, who was colour blind, much preferred the clear line to any hint of shade, and it was that that enabled his drawings to redefine antiquity so distinctively in his own terms.
Brilliantly though he draws on the various traditions of Gallic metalwork, or Greek statuary, or Egyptian hieroglyphs to diversify his artwork, nowhere visited by Asterix and Obelix ever slips his ability to render both the Roman empire and the lands beyond its frontiers as belonging to a single, coherent comic world. Simultaneously, however, it is also a portrayal of a very different period: that of the decades after the second world war. No other postwar artist offered Europeans a more universally popular portrait of themselves, perhaps, than did Uderzo. The stereotypes with which he made such affectionate play in his cartoons – the haughty Spaniard, the chocolate-loving Belgian, the stiff-upper-lipped Briton – seemed to be just what a continent left prostrate by war and nationalism were secretly craving.
Uderzo, who had lived through the Nazi occupation of France, certainly needed no reminding of what the realities of occupation might be. “All of Gaul is occupied. All? Not quite!” The village of indomitable Gauls is possibly the most brilliant antidote to Vichy that French literature has to show. The wooden palisades that surround it offer readers the absolute assurance that it will always hold out, that the tide of history will never sweep over it, that at the end of every adventure there will be a feast, with lots of boar, and no singing from Cacofonix.

Tom Holland.
Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux

Ma galerie sur Gurushots
Avatar de l’utilisateur
Olaf Le Bou
Grand Maître BDGestiste
Grand Maître BDGestiste
 
Messages: 27426
Inscription: 20/03/2008
Localisation: La verte campagne Valenciennoise
Age: 52 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede LeJoker » 26/03/2020 05:35

[quote="xof
Monsieur Albert Uderzo a eu le temps de voir ses enfants prendre un nouveau départ avec des auteurs qu'il a du choisir.

Rien compris.
Donc il a eu des enfants; sauf qu'il a une seule fille. 'prendre un nouveau depart': reconversion professionnelle, échec dans les etudes ? bref, changement de vie en tout cas, c'est le sens de l'expression. Je ne vois pas le rapport, ni ce que vient faire le licenciement de Sylvie Uderzo et son rebond professionnel dans tout ça . 'Du choisir': parce que pour les aider dans leur changement de vie, il a été obligé de choisir des auteurs ?

Sans deconner, c est quoi ce fatras ? :lol:

Au moins, toi, c'est le côté pratique de la chose , c'est tellement flou , un peu en rapport mais pas tout a fait quand meme que tu pourrais enchaîner les hommages aux messes funéraires de tes connaissances comme des parfaits inconnus sans jamais te faire remarquer. :D


Sinon Tom Holland a visiblement lu un livre sur la second3 guerre mondiale et avait le besoin impératif d'en parler. En faisant de l'oeuvre d'uderzo et Goscinny une oeuvre à clef. Donc, non, ce n'est pas un hommage, mais une analyse interprétative. De mauvais goût absolu puisqu'il parle donc beaucoup moins du mort que de l'analyse que lui, Tom holland fait de l'oeuvre du mort. Quelle délicatesse. Forcément, on se rend mieux compte de tout ça si on lit l'anglais. :D
Joker je réponds, les intelligents aussi, les trolls ben en fait comment dire, allez sucer des courgettes.
Fred Dewilde, auteur.
Avatar de l’utilisateur
LeJoker
Troll officiel
Troll officiel
 
Messages: 10906
Inscription: 10/03/2011
Localisation: Trinidad et Tobago

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede trimordiah » 26/03/2020 07:10

Yog-Volo: 10/10 , tu as tapé juste: les propos de Bill au sujet de l'illustration: "For fans of his, please consider this Uderzo-Frazetta mashup a placeholding tribute until I do his proper memorial portrait."

en français ça donne: "Pour ces fans, s’il vous plaît considérez ce mix Uderzo-Frazetta comme tenant lieu d' hommage jusqu’à ce que je fasse son portrait pour un mémorial approprié.

Ma traduction n'est pas très approfondie mais le sens est là...
Comics-Addict, ben ouais, je préfère les vrais comics aux Graphic Novels et autres belles choses bien barbantes!!! Soyez pop!!!
Avatar de l’utilisateur
trimordiah
BDébordé
BDébordé
 
Messages: 184
Inscription: 14/10/2018
Age: 44 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede Nicolas_Courdouan » 26/03/2020 08:08

LeJoker a écrit:[quote="xof
Monsieur Albert Uderzo a eu le temps de voir ses enfants prendre un nouveau départ avec des auteurs qu'il a du choisir.

Rien compris.
Donc il a eu des enfants; sauf qu'il a une seule fille. 'prendre un nouveau depart': reconversion professionnelle, échec dans les etudes ? bref, changement de vie en tout cas, c'est le sens de l'expression. Je ne vois pas le rapport, ni ce que vient faire le licenciement de Sylvie Uderzo et son rebond professionnel dans tout ça . 'Du choisir': parce que pour les aider dans leur changement de vie, il a été obligé de choisir des auteurs ?


Ne parlait-il (elle ?) pas de ses autres "enfants", Astérix et Obélix ?
Avatar de l’utilisateur
Nicolas_Courdouan
BDérisoire
BDérisoire
 
Messages: 12
Inscription: 30/08/2018

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede Diddu » 26/03/2020 08:16

Nicolas_Courdouan a écrit:Ne parlait-il (elle ?) pas de ses autres "enfants", Astérix et Obélix ?


C'est tellement évident...
Avatar de l’utilisateur
Diddu
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3898
Inscription: 07/12/2005
Age: 39 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede Cooltrane » 26/03/2020 08:34

uderzo.jpg



il a déjà fait plus drôle le Kroll national, mais cela ne prêtait pas à rire de toutes façons
Mieux vaut tapis Persan volé que tapis volant percé (Uderzo.... et oui, pas Goscinny)
Avatar de l’utilisateur
Cooltrane
Maître BDGestiste
Maître BDGestiste
 
Messages: 17780
Inscription: 30/09/2010
Localisation: Ohl.... enfin, BruxOhl..
Age: 57 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede LeJoker » 26/03/2020 08:38

Nicolas_Courdouan a écrit:
Ne parlait-il (elle ?) pas de ses autres "enfants", Astérix et Obélix ?

Bah sincèrement, merci pour l'explication. Ç a tient mieux la route. Je fais partie aussi d'une génération maintenant en voie de disparition qui reserve le terme "enfant" aux vrais enfants, et non aux créations ou animaux de compagnie. Encore plus dans la pratique des hommages funèbres.
Je donnerai, par mesure de précaution, des instructions à mes héritiers pour éviter que certains en voulant bien faire dans le genre de l'hommage, embrouille l'audience les heritiers et le notaire en ajoutant mes chiens et mes sociétés au nombre de mes enfants, et ressucite mes pères et meres en citant mes mentors.
:|
Joker je réponds, les intelligents aussi, les trolls ben en fait comment dire, allez sucer des courgettes.
Fred Dewilde, auteur.
Avatar de l’utilisateur
LeJoker
Troll officiel
Troll officiel
 
Messages: 10906
Inscription: 10/03/2011
Localisation: Trinidad et Tobago

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede LeJoker » 26/03/2020 08:45

Cooltrane a écrit:
uderzo.jpg



il a déjà fait plus drôle le Kroll national, mais cela ne prêtait pas à rire de toutes façons

Pff mais y a plus d'education ou quoi ? Depuis quand, pour rendre hommage à un mort, tu trouves moyen de mettre "j'ai faim" , propos complètement déconnecté du reste de la discussion comme de l'ambiance, et qui pourrait faire passer ce gros sensible d'obelix pour un mec vaguement ému rappelé par son ventre ??
[:bdgest]
Joker je réponds, les intelligents aussi, les trolls ben en fait comment dire, allez sucer des courgettes.
Fred Dewilde, auteur.
Avatar de l’utilisateur
LeJoker
Troll officiel
Troll officiel
 
Messages: 10906
Inscription: 10/03/2011
Localisation: Trinidad et Tobago

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede zourbi le grec » 26/03/2020 10:14

Olaf Le Bou a écrit:la presse française étant trop occupée avec le covid-19 pour prendre le temps de rendre un hommage digne à Uderzo, un petit tour outre-manche avec ce sympathique texte du Guardian :



Goscinny and Uderzo’s cheery comic-book parodies reflected none of the real horror of Roman imperialism – and painted an irresistible portrait of postwar Europe :

As a child, devouring every Asterix book I could lay my hands on, I failed to notice what now, with the sombre perspective of adulthood, I can recognise as perhaps the single most glaring inaccuracy in the series’ portrayal of Caesar’s conquest of Gaul: nobody dies. Even by the standards of Roman imperialism, the Gallic war was unspeakably violent. When Vercingetorix, the most formidable of Caesar’s adversaries, finally surrendered at Alesia, he did so surrounded by innumerable corpses, the limbs of horses and humans horribly tangled, their bellies swollen, their blood fertilising muddied fields.
The celebrated painting completed in 1899 by Lionel Reyer, Vercingetorix Throws His Arms at the Feet of Caesar, barely hints at the scale of this slaughter. Even less so do the parodies of the painting in which Goscinny and Uderzo, the authors of Asterix, so delighted. In these, the most vivid display of agony is likely to be a howl of pain from Caesar as Vercingetorix dumps a pile of armour on his foot. The entire theme of the series is the aftermath of a near-genocidal occupation – and yet the worst that ever happens to anyone in any of its various books is to be left hanging from the branch of a tree with a black eye and stars revolving round the head. The Gaul of Goscinny and Uderzo is a land of cheery, almost jovial, innocence.

Perhaps this is why the news of the death of Albert Uderzo has hit so many so hard. For decades after the death of René Goscinny in 1977, he provided a living link to the golden age of the greatest series of comic books ever written: Paul McCartney to Goscinny’s John Lennon. Uderzo, as the illustrator, was better able to continue the series after Goscinny’s death than Goscinny would have been had Uderzo had died first, and yet the later books were, so almost every fan agrees, not a patch on the originals: very much Wings to the Beatles. What elevated the cartoons, brilliant though they were, to the level of genius was the quality of the scripts that inspired them. Again and again, in illustration after illustration, the visual humour depends for its full force on the accompaniment provided by Goscinny’s jokes.

Equally, though, the conceit that underlay Asterix would have been nothing without Uderzo. The challenge was to portray the age of Julius Caesar in a way that was true to the history and yet an utterly joyous recalibration of it. Brutality had to be portrayed as knockabout; a world of mud and gore and fire repainted in primary colours. Uderzo, who was colour blind, much preferred the clear line to any hint of shade, and it was that that enabled his drawings to redefine antiquity so distinctively in his own terms.
Brilliantly though he draws on the various traditions of Gallic metalwork, or Greek statuary, or Egyptian hieroglyphs to diversify his artwork, nowhere visited by Asterix and Obelix ever slips his ability to render both the Roman empire and the lands beyond its frontiers as belonging to a single, coherent comic world. Simultaneously, however, it is also a portrayal of a very different period: that of the decades after the second world war. No other postwar artist offered Europeans a more universally popular portrait of themselves, perhaps, than did Uderzo. The stereotypes with which he made such affectionate play in his cartoons – the haughty Spaniard, the chocolate-loving Belgian, the stiff-upper-lipped Briton – seemed to be just what a continent left prostrate by war and nationalism were secretly craving.
Uderzo, who had lived through the Nazi occupation of France, certainly needed no reminding of what the realities of occupation might be. “All of Gaul is occupied. All? Not quite!” The village of indomitable Gauls is possibly the most brilliant antidote to Vichy that French literature has to show. The wooden palisades that surround it offer readers the absolute assurance that it will always hold out, that the tide of history will never sweep over it, that at the end of every adventure there will be a feast, with lots of boar, and no singing from Cacofonix.

Tom Holland.

Merci pour l'article mais je ne suis pas très convaincu par cette lecture sociologique d'Astérix.
Réduire le succès de la série à une réaction contre les horreurs de la guerre, la culpabilité de Vichy et le désir de se rassurer dans le monde clos du village, c'est un peu facile et réducteur.
Mais je suis d'accord sur le fait qu'à la fin de la guerre, le monde entier avait besoin de rire et d'insouciance et c'est assez flagrant dans toute la production culturelle de l'après-guerre.
Et un anglais place toujours les Beatles dans son texte :D
Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde.
A. Camus
Avatar de l’utilisateur
zourbi le grec
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8807
Inscription: 23/11/2007
Localisation: Paris

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede Olaf Le Bou » 26/03/2020 10:53

zourbi le grec a écrit:Merci pour l'article mais je ne suis pas très convaincu par cette lecture sociologique d'Astérix.
Réduire le succès de la série à une réaction contre les horreurs de la guerre, la culpabilité de Vichy et le désir de se rassurer dans le monde clos du village, c'est un peu facile et réducteur.
Mais je suis d'accord sur le fait qu'à la fin de la guerre, le monde entier avait besoin de rire et d'insouciance et c'est assez flagrant dans toute la production culturelle de l'après-guerre.


Dans un autre article british, un commentateur faisait remarquer que dans toutes les aventures de nos Gaulois, les différentes nations sont gentiment brocardées à coups de stéréotypes, mais que cela reste toujours bienveillant. A l'exception des allemands, les références historiques des Goths sont essentiellement liées aux invasions barbares, et la satire y est plus crue, l'humour plus noir, et l'on ne retrouve rien de la bonhommie qui caractérise les autres caricatures.
Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux

Ma galerie sur Gurushots
Avatar de l’utilisateur
Olaf Le Bou
Grand Maître BDGestiste
Grand Maître BDGestiste
 
Messages: 27426
Inscription: 20/03/2008
Localisation: La verte campagne Valenciennoise
Age: 52 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede zourbi le grec » 26/03/2020 11:10

Olaf Le Bou a écrit:
zourbi le grec a écrit:Merci pour l'article mais je ne suis pas très convaincu par cette lecture sociologique d'Astérix.
Réduire le succès de la série à une réaction contre les horreurs de la guerre, la culpabilité de Vichy et le désir de se rassurer dans le monde clos du village, c'est un peu facile et réducteur.
Mais je suis d'accord sur le fait qu'à la fin de la guerre, le monde entier avait besoin de rire et d'insouciance et c'est assez flagrant dans toute la production culturelle de l'après-guerre.


Dans un autre article british, un commentateur faisait remarquer que dans toutes les aventures de nos Gaulois, les différentes nations sont gentiment brocardées à coups de stéréotypes, mais que cela reste toujours bienveillant. A l'exception des allemands, les références historiques des Goths sont essentiellement liées aux invasions barbares, et la satire y est plus crue, l'humour plus noir, et l'on ne retrouve rien de la bonhommie qui caractérise les autres caricatures.

Ce sont plutôt les stéréotypes sur les étrangers et les gaulois que les auteurs brocardent gentiment.
Et je ne trouve pas que les Goths soit plus noir que les autres Astérix. Certes, on a droit à tous les stéréotypes depuis les prussiens jusqu'aux nazis mais c'est un épisode très drôle
Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde.
A. Camus
Avatar de l’utilisateur
zourbi le grec
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8807
Inscription: 23/11/2007
Localisation: Paris

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede Sergent Garcia » 26/03/2020 11:39

Je ne crois pas l'avoir vu passer sur le sujet, un chouette article du Monde intitulé "Albert Uderzo, père d’Astérix et Obélix mort à 92 ans, raconté en huit planches cultes" :
https://www.lemonde.fr/culture/article/ ... _3246.html
Avatar de l’utilisateur
Sergent Garcia
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8053
Inscription: 28/10/2012
Localisation: Dans les Vosges profondes
Age: 38 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede Gorkh » 26/03/2020 11:45

Olaf Le Bou a écrit:
zourbi le grec a écrit:Merci pour l'article mais je ne suis pas très convaincu par cette lecture sociologique d'Astérix.
Réduire le succès de la série à une réaction contre les horreurs de la guerre, la culpabilité de Vichy et le désir de se rassurer dans le monde clos du village, c'est un peu facile et réducteur.
Mais je suis d'accord sur le fait qu'à la fin de la guerre, le monde entier avait besoin de rire et d'insouciance et c'est assez flagrant dans toute la production culturelle de l'après-guerre.


Dans un autre article british, un commentateur faisait remarquer que dans toutes les aventures de nos Gaulois, les différentes nations sont gentiment brocardées à coups de stéréotypes, mais que cela reste toujours bienveillant. A l'exception des allemands, les références historiques des Goths sont essentiellement liées aux invasions barbares, et la satire y est plus crue, l'humour plus noir, et l'on ne retrouve rien de la bonhommie qui caractérise les autres caricatures.

C'est aussi le premier album Asterix à l'étranger, un prototype quoi...
Avatar de l’utilisateur
Gorkh
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3488
Inscription: 12/04/2013
Localisation: Ca me regarde
Age: 36 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede trimordiah » 26/03/2020 12:41

Un hommage de Benjamin Lacombe:
https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/ ... e=5EA37F39

L'image ne s'affiche pas en balise image, le lien non plus si quelqu'un peut me dire la marche à suivre avec les liens facebook...
Comics-Addict, ben ouais, je préfère les vrais comics aux Graphic Novels et autres belles choses bien barbantes!!! Soyez pop!!!
Avatar de l’utilisateur
trimordiah
BDébordé
BDébordé
 
Messages: 184
Inscription: 14/10/2018
Age: 44 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede The Maze Echo » 26/03/2020 13:25

Au lieu de cliquer sur le bouton URL, tu cliques sur le bouton Img (juste à gauche du bouton URL) et tu colles le lien entre les 2 balises, comme ça :
Code: Tout sélectionner
[img]https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/p960x960/90842629_3130750936944586_8703454284190056448_o.jpg?_nc_cat=107&_nc_sid=2d5d41&_nc_ohc=qToKP-3IoesAX9gqwV3&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&_nc_tp=6&oh=32d0174bbbbdc53bfff02bab55afee92&oe=5EA37F39[/img]

Ça donne ça :
Image
Avatar de l’utilisateur
The Maze Echo
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3092
Inscription: 03/07/2002
Localisation: F-40 Mont de Marsan
Age: 50 ans

Re: Décès d'Albert Uderzo (1927 - 2020)

Messagede trimordiah » 26/03/2020 14:39

euh ça marche pas, comme lorsque je le fais.... :D
Comics-Addict, ben ouais, je préfère les vrais comics aux Graphic Novels et autres belles choses bien barbantes!!! Soyez pop!!!
Avatar de l’utilisateur
trimordiah
BDébordé
BDébordé
 
Messages: 184
Inscription: 14/10/2018
Age: 44 ans

PrécédenteSuivante

Retourner vers Généralités sur la Bande Dessinée

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités