Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

La politique, la musique, le cinéma, les jeux vidéos et la culture en général lorsqu'elle ne traite pas directement de bande dessinée

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede HOCHET Gabriel » 15/07/2019 20:25

Message précédent :
Alors, si parmi vous y’en a qui ont Canal Sat, sur la chaîne “Histoire”, y’a un truc en 2 zodes “Chine : secrets d’un monde perdu” (2018 - GB) qui vaut son pesant de cacahuètes...... Des montagnes d’images filmées de la Chine de 1900/1930 absolument fascinantes.... et le mot est faible..... Une cohabitation de civilisations délirante, bien plus que ne fut celle des occidentaux avec l’Afrique des 17ème à 20ème siècle.

Vu, et en suis resté étourdis.....
DURA LEX QUE C'EST DE L'EX, ET PAF...
Mon blog "Crobards" http://gabrielhochet.blogspot.fr/
Avatar de l’utilisateur
HOCHET Gabriel
Abraracourcix
Abraracourcix
 
Messages: 20348
Inscription: 19/04/2009
Localisation: SouthMandy-Blairozland
Age: 69 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede toine74 » 15/07/2019 20:45

Tien, j'ai revu le premier Lord of the rings de Jackson... Purée que ce n'est pas bon. :ouch: Mise en scène horripilante (les ralentis, les envolées d'hélico), les acteurs qui surjouent, c'est d'un lourdingue. OK, l'esprit du bouquin est là, mais à quel prix...
« Les gouvernants ont décidé de retarder la concrétisation de l'utopie tant que les citoyens ne seront pas parvenus à un consensus. »

José Carlos Fernandes
Avatar de l’utilisateur
toine74
Expert BDGestiste
Expert BDGestiste
 
Messages: 12954
Inscription: 02/12/2007
Localisation: Sherbrooke
Age: 45 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Thierry_2 » 24/07/2019 10:31

Image
cela fait lmongtemps que je voulais le voir, mais j'hésitais devant la réputation peu flatteuse du film.
Adaptation du roman homonyme réputé inadaptable de David Mitchell, cefilm est en effet un accident industriel de dimension épique.
Le roman, se présente comme un enchassement de 6 récits à priori indépendant, mais qui s'influence en fait les uns les autres. Dans le livre, le premier récit commence et s'arrête abruptement, en plein milieu, pour laisser la place au suivant, qui s'arrête de la même manière, jusqu'à arriver au sixième récit, présenté d'un seul tenant. Ensuite, le cinquième récit reprend jusqu'à sa conslusion, et ainsi de suite.
Pour le film, les Washowski et Tom Tykwer ont opté pour une narration chorale, les récits mélangeant, rendant la compréhension longtemps difficile pour qui n'a pas lu le roman. Mais le principal problème n'est pas là.
Même si le film est lon (près de 3 heures), il ne laisse finalement que peu de place aux différents récits, et encore moins d'explorer les intercations entre les récits. Le contexte est chaque fois difficile à comprendre, surtout en ce qui concerne le personnage de Sonmi. Les personnages n'ont pas le temps d'exister. L'idée des auteurs est donc d'ajouter une couche de "réincarnation", les acteurs revenant à chaque période, avec un travail conséquent des maquilleurs pour les rendre méconnaissable, mais pas trop. Nous avons droit à un Tom Hanks qui multiplie les postiches et les prothèses de gros nez, Hugh Grant qui dfisparaît sous des tonnes de maquillage et, sans doute après avoir perdu un pari, Hugo Weaving qui passe de pseudo-diable verdache à vaguement coréen en passant par un rôle d'infirmière revêche.
Je vois l'ambition artistique, la volonté de raconter une histoire complexe et simple mais c'est juste un ratage magistral. Je peux saluer l'effort, mais c'est tout. Reste que sans Could Atlas, il n'y aurait sans doute jamais eu de Sense 8, qui partage la même thématique et la marque de David Mitchell.
Thierry_2
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3192
Inscription: 20/05/2008
Age: 45 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Morti » 24/07/2019 17:28

Nous on a revu hier God bless America...ouch, ça tape où ça fait mal...

Image

Si vous n'aimez pas le politiquement correct, vous devez voir ce film.
C'est immoral, violent, monstrueux mais ça ne fait que dénoncer ce que notre société est devenue.
Evidemment c'est inacceptable mais d'un autre côté ce qu'on tolère l'est tout autant alors...
Cette image de l'Amérique est réelle, encore plus aujourd'hui qu'en 2011, mais on a tendance à tout accepter même le pire alors pourquoi pas ce film ?
J'en arrive même à ne pas être surpris de l'idée du réalisateur, ça rappelle le film avec Michael Douglas où un jour il pète un plomb et dézingue à tout va mais l'idée ici est différente, c'est une sensation de ras le bol de tout ce qu'est devenue notre société, avec tous ses excès...ils éliminent les insupportables, les vicieux, les politiciens véreux, les fausses stars du showbiz, les inutiles qui exploitent la bêtise humaine...et quelque part, on ne les trouve pas si monstrueux. Il faut dire que le couple d'acteurs est remarquable avec mention pour la jeune fille terriblement crédible dans ses excès.
Si vous trouvez le courage de vous lancer, allez-y, on ne verra plus de films pareils...
"Les cons, ça ose tout...c'est même à ça qu'on les reconnaît... (M.Audiard)
Avatar de l’utilisateur
Morti
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 17017
Inscription: 04/07/2002
Localisation: B-Bruxelles
Age: 67 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Le Complot » 24/07/2019 17:39

Morti a écrit:Nous on a revu hier God bless America...ouch, ça tape où ça fait mal...

Image

Si vous n'aimez pas le politiquement correct, vous devez voir ce film.
C'est immoral, violent, monstrueux mais ça ne fait que dénoncer ce que notre société est devenue.
Evidemment c'est inacceptable mais d'un autre côté ce qu'on tolère l'est tout autant alors...
Cette image de l'Amérique est réelle, encore plus aujourd'hui qu'en 2011, mais on a tendance à tout accepter même le pire alors pourquoi pas ce film ?
J'en arrive même à ne pas être surpris de l'idée du réalisateur, ça rappelle le film avec Michael Douglas où un jour il pète un plomb et dézingue à tout va mais l'idée ici est différente, c'est une sensation de ras le bol de tout ce qu'est devenue notre société, avec tous ses excès...ils éliminent les insupportables, les vicieux, les politiciens véreux, les fausses stars du showbiz, les inutiles qui exploitent la bêtise humaine...et quelque part, on ne les trouve pas si monstrueux. Il faut dire que le couple d'acteurs est remarquable avec mention pour la jeune fille terriblement crédible dans ses excès.
Si vous trouvez le courage de vous lancer, allez-y, on ne verra plus de films pareils...

Merci pour la synthèse, ceci a l'air très très très intéressant.
Avatar de l’utilisateur
Le Complot
Kamoulox
Kamoulox
 
Messages: 38951
Inscription: 26/09/2008
Localisation: Emerald Coast
Age: 30 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede toine74 » 24/07/2019 17:44

Excellent souvenir que ce God bless America !

« Les gouvernants ont décidé de retarder la concrétisation de l'utopie tant que les citoyens ne seront pas parvenus à un consensus. »

José Carlos Fernandes
Avatar de l’utilisateur
toine74
Expert BDGestiste
Expert BDGestiste
 
Messages: 12954
Inscription: 02/12/2007
Localisation: Sherbrooke
Age: 45 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Le Complot » 24/07/2019 21:31

Téchiné c’est cooooool ! RDV sur Arte !
Avatar de l’utilisateur
Le Complot
Kamoulox
Kamoulox
 
Messages: 38951
Inscription: 26/09/2008
Localisation: Emerald Coast
Age: 30 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Le Complot » 24/07/2019 22:27

Et copie conforme que j'ai vu à Cannes ! Sur les faux-semblants. ;)
Avatar de l’utilisateur
Le Complot
Kamoulox
Kamoulox
 
Messages: 38951
Inscription: 26/09/2008
Localisation: Emerald Coast
Age: 30 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede fanche » 25/07/2019 01:32

Morti a écrit:Nous on a revu hier God bless America...ouch, ça tape où ça fait mal...

Image

Si vous n'aimez pas le politiquement correct, vous devez voir ce film.
C'est immoral, violent, monstrueux mais ça ne fait que dénoncer ce que notre société est devenue.
Evidemment c'est inacceptable mais d'un autre côté ce qu'on tolère l'est tout autant alors...
Cette image de l'Amérique est réelle, encore plus aujourd'hui qu'en 2011, mais on a tendance à tout accepter même le pire alors pourquoi pas ce film ?
J'en arrive même à ne pas être surpris de l'idée du réalisateur, ça rappelle le film avec Michael Douglas où un jour il pète un plomb et dézingue à tout va mais l'idée ici est différente, c'est une sensation de ras le bol de tout ce qu'est devenue notre société, avec tous ses excès...ils éliminent les insupportables, les vicieux, les politiciens véreux, les fausses stars du showbiz, les inutiles qui exploitent la bêtise humaine...et quelque part, on ne les trouve pas si monstrueux. Il faut dire que le couple d'acteurs est remarquable avec mention pour la jeune fille terriblement crédible dans ses excès.
Si vous trouvez le courage de vous lancer, allez-y, on ne verra plus de films pareils...

Je viens de le voir :ok:
In fact, my real name is Gordon Shumway
Avatar de l’utilisateur
fanche
BDéphile
BDéphile
 
Messages: 1476
Inscription: 21/05/2015
Localisation: Melmac

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Thierry_2 » 25/07/2019 15:57

Image

j'en avais beaucoup entendu parler. On m'avait parlé d'un film choc, extrêmement dur.
En fait, pas tellement.
Une femme médecin entame une croisière sur un petit bateau à voile. Au large de l'Afrique, elle tombe sur un bateau de réfugiés en perdition (détail amusant, en VO, elle parle de réfugiés mais les sous-titres parlent de migrants... pas tout-à-fait la même chose... peut-être qu'en flamoutch, ils ont traduits par illegaaaaaaal). Elle contacte les garde-côtes, qui annoncent se mettre en route et lui intiment de dégager pour ne pas causer plus de confusion. Elle entend des appels à l'aide, voit des silouhette se jeter à l'eau et couler... un gamin réussit à rejoindre son bateau, à bout de force. Mais les secours n'arrivent pas, malgré ses appels répétés. Elle est seule face à l'impensable
Film austère, filmé au plus près de son actrice principale, qui relève plus de l'allégorie (voir le constraste entre la débauche de moyen de la première scène et le dénuement total à laquelle l'héroïne doit faire face sur son bateau) que du coup de poing.
Cinématographiquement impeccable, je suis plus réservé sur le traitement du sujet. Sans doute parce que cette allégorie ne m'a rien montré dont je ne sois pas déjà malheureusement très conscient, et qu'elle reste très édulcorée à côté de ce qui se passe réellement. Et si le récit semble dans un premier temps vouloir dénoncer la situation, il s'achève dans une certaine confusion idéologique
après avoir passé tout le film à dénoncer l'absence de secours des gardes côtes, la fin semble laisser entendre que les pauvres sont juste débordés et qu'on ne peut pas sauver tout le monde. Et laisser l'héroïne dans un état de sidération est aussi une facilité scénaristique... mon dieu, c'est horrible, mais nous ne pouvons rien... juste être choqué, pauvre de nous.
J'ai m'impression qu'il y avait volonter de dénoncer, mais pas trop. Tapoter sur la table en ronchonnant "ah, mais oui, mais non, mais c'est pas bien, ce qui se passe". Attention, c'est loin d'être un mauvais film, mais je ne comprends pas le pataquès qui l'a entouré.
Et cette affiche reste une image d'une force incroyable.
Thierry_2
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3192
Inscription: 20/05/2008
Age: 45 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Thierry_2 » 29/07/2019 11:06

Image

On en a beaucoup parlé: 1962, un pianiste virtuose part en tournée dans le sud des USA. Il engage comme chauffeur un type au chomâge technique après que la boite de nuit dans laquelle il assurait la sécurité ait été fermée pour "transformation". Le pianiste, Don Shirley, est noir, ce qui complique l'itinéraire. Il faut se reporter au green book, un guide de routard pour "vacations without aggravations". Autrement dit les adresses "noirs admis".
d'un côté, difficile de ne pas passer un bon moment parce que les acteurs , tous les 2 excellents. Viggo Mortensen est vraiment parfait et Mahershala Ali confirme qu'il est un grand acteur. Mais le problème est que cette histoire d'amitié (en grande partie fictive semble-t-il, même si le film assure être inspiré de faits réels) ne se sert finalement de la ségrégation que comme un arrière-fond. C'est un prétexte, qui permet quelques belles scènes, mais dans l'ensemble, on est plus dans un affrontement entre le racisme de classe de Don Shirley et le racisme "de race" de Tony Lip, qui est une caricature de petit homme de main italo-américain de NYC. Il y a des scènes savoureuses, d'autres plus touchantes. Mais est-ce un film qui traite de la ségrégation ? Non, c'est un buddy movie. Il m'a au moins appris l'existence du green book. Mais le film se contente trop sopuvent de montrer quelques personnages racistes, sans pour autant tenter d'expliquer l'aspect institutionnel de la ségrégation. Ce green book qui donne son titre au film est sous-utilisé. On en ressort avec l'impression rassurante qu'il y a avait des racistes, mais aussi des hommes de bonne volonté et qu'il suffit d'un peu de coeur pour que les choses évoluent. Quelques scènes réussies malgré tout, comme les moments ou Mahershala Ali baisse la garde. Et, dans l'absolu, il serait injuste de dire que j'ai passé un mauvais moment. Le film est bon, mais a été vendu pour ce qu'il n'était pas.
Thierry_2
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3192
Inscription: 20/05/2008
Age: 45 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede corbulon » 29/07/2019 11:26

Thierry_2 a écrit:Image

j'en avais beaucoup entendu parler. On m'avait parlé d'un film choc, extrêmement dur.
En fait, pas tellement.
Une femme médecin entame une croisière sur un petit bateau à voile. Au large de l'Afrique, elle tombe sur un bateau de réfugiés en perdition (détail amusant, en VO, elle parle de réfugiés mais les sous-titres parlent de migrants... pas tout-à-fait la même chose... peut-être qu'en flamoutch, ils ont traduits par illegaaaaaaal). Elle contacte les garde-côtes, qui annoncent se mettre en route et lui intiment de dégager pour ne pas causer plus de confusion. Elle entend des appels à l'aide, voit des silouhette se jeter à l'eau et couler... un gamin réussit à rejoindre son bateau, à bout de force. Mais les secours n'arrivent pas, malgré ses appels répétés. Elle est seule face à l'impensable
Film austère, filmé au plus près de son actrice principale, qui relève plus de l'allégorie (voir le constraste entre la débauche de moyen de la première scène et le dénuement total à laquelle l'héroïne doit faire face sur son bateau) que du coup de poing.
Cinématographiquement impeccable, je suis plus réservé sur le traitement du sujet. Sans doute parce que cette allégorie ne m'a rien montré dont je ne sois pas déjà malheureusement très conscient, et qu'elle reste très édulcorée à côté de ce qui se passe réellement. Et si le récit semble dans un premier temps vouloir dénoncer la situation, il s'achève dans une certaine confusion idéologique
après avoir passé tout le film à dénoncer l'absence de secours des gardes côtes, la fin semble laisser entendre que les pauvres sont juste débordés et qu'on ne peut pas sauver tout le monde. Et laisser l'héroïne dans un état de sidération est aussi une facilité scénaristique... mon dieu, c'est horrible, mais nous ne pouvons rien... juste être choqué, pauvre de nous.
J'ai m'impression qu'il y avait volonter de dénoncer, mais pas trop. Tapoter sur la table en ronchonnant "ah, mais oui, mais non, mais c'est pas bien, ce qui se passe". Attention, c'est loin d'être un mauvais film, mais je ne comprends pas le pataquès qui l'a entouré.
Et cette affiche reste une image d'une force incroyable.



Pas vraiment d’accord, et la fin n’est pas ambigüe ou centriste
[Révéler] Spoiler:
elle se retrouve inculpée à la fin
, c’est totalement prémonitoire avec ce qui est arrivé à la capitaine du Seawatch plusieurs mois plus tard. Après nos grilles diffèrent peut-être parce que j’aI vu le film avant et non après l’affaire Seawatch.
Avatar de l’utilisateur
corbulon
BDévore
BDévore
 
Messages: 2189
Inscription: 05/12/2004

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Thierry_2 » 29/07/2019 11:47

corbulon a écrit:
Thierry_2 a écrit:Image

j'en avais beaucoup entendu parler. On m'avait parlé d'un film choc, extrêmement dur.
En fait, pas tellement.
Une femme médecin entame une croisière sur un petit bateau à voile. Au large de l'Afrique, elle tombe sur un bateau de réfugiés en perdition (détail amusant, en VO, elle parle de réfugiés mais les sous-titres parlent de migrants... pas tout-à-fait la même chose... peut-être qu'en flamoutch, ils ont traduits par illegaaaaaaal). Elle contacte les garde-côtes, qui annoncent se mettre en route et lui intiment de dégager pour ne pas causer plus de confusion. Elle entend des appels à l'aide, voit des silouhette se jeter à l'eau et couler... un gamin réussit à rejoindre son bateau, à bout de force. Mais les secours n'arrivent pas, malgré ses appels répétés. Elle est seule face à l'impensable
Film austère, filmé au plus près de son actrice principale, qui relève plus de l'allégorie (voir le constraste entre la débauche de moyen de la première scène et le dénuement total à laquelle l'héroïne doit faire face sur son bateau) que du coup de poing.
Cinématographiquement impeccable, je suis plus réservé sur le traitement du sujet. Sans doute parce que cette allégorie ne m'a rien montré dont je ne sois pas déjà malheureusement très conscient, et qu'elle reste très édulcorée à côté de ce qui se passe réellement. Et si le récit semble dans un premier temps vouloir dénoncer la situation, il s'achève dans une certaine confusion idéologique
après avoir passé tout le film à dénoncer l'absence de secours des gardes côtes, la fin semble laisser entendre que les pauvres sont juste débordés et qu'on ne peut pas sauver tout le monde. Et laisser l'héroïne dans un état de sidération est aussi une facilité scénaristique... mon dieu, c'est horrible, mais nous ne pouvons rien... juste être choqué, pauvre de nous.
J'ai m'impression qu'il y avait volonter de dénoncer, mais pas trop. Tapoter sur la table en ronchonnant "ah, mais oui, mais non, mais c'est pas bien, ce qui se passe". Attention, c'est loin d'être un mauvais film, mais je ne comprends pas le pataquès qui l'a entouré.
Et cette affiche reste une image d'une force incroyable.



Pas vraiment d’accord, et la fin n’est pas ambigüe ou centriste
[Révéler] Spoiler:
elle se retrouve inculpée à la fin
, c’est totalement prémonitoire avec ce qui est arrivé à la capitaine du Seawatch plusieurs mois plus tard. Après nos grilles diffèrent peut-être parce que j’aI vu le film avant et non après l’affaire Seawatch.


[Révéler] Spoiler:
pas souvenir qu'il soit clairement dit qu'elle soit inculpée, on lui signifie qu'elle fait partie d'une enquête, mais sans plus. Evidemment, on peut imaginer une inculpation ou, plus cynique, son témoignage parce qu'il faut bien un rapport. Les 2 options sont tout aussi immondes. Finalement, elle n'a sauvé personne à part le gamin. La fin est très allusive. Les silhouette d'enfants enveloppés de couverture de survie qui passent sur le pont sont-ils des enfants qui ont été secourus par les garde-côtes avant où s'agit-il d'une hallucination, conséquence de ce qu'elle a vu dans la cale. je penche pour la deuxième version.


il y a un parti-pris très austère, qui fait du film une sorte de fable tragique. Personnellement, j'ai trouvé "L'opticien de Lampedusa" autrement plus fort parce qu'il était beaucoup plus factuel et reposait sur des personnages qui n'étaient pas des constructions symboliques. Styx est proche de la tragédie grecque.
Thierry_2
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3192
Inscription: 20/05/2008
Age: 45 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede corbulon » 30/07/2019 11:24

D’un autre côté avec Styx comme titre, c’était un peu couru non qu’il y aurait des références à la tragédie grecque. :)
[Révéler] Spoiler:
Après pour moi elle n’en sauve pas qu’un. C’est bien parce qu’elle décide de rester que les gardes côtes accélèrent la manoeuvre. Vu que tour le monde sait à part les rocardiens, qu’une vie occidentale vaut plus qu’une centaine d’africaines. Donc pour moi c’est raccord avec le contraste que tu évoques dès la scène d’ouverture, elle est médecin urgentiste et quand elle est en Allemagne, tout est fait pour sauver des vies, ne serait-ce qu’une, sans se poser de questions que ça soit quasi-impossible ou non.
Avatar de l’utilisateur
corbulon
BDévore
BDévore
 
Messages: 2189
Inscription: 05/12/2004

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Thierry_2 » 31/07/2019 23:45

corbulon a écrit:D’un autre côté avec Styx comme titre, c’était un peu couru non qu’il y aurait des références à la tragédie grecque. :)

à moins que...
[Révéler] Spoiler:
Image
Thierry_2
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3192
Inscription: 20/05/2008
Age: 45 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Le Complot » 01/08/2019 07:37

J'ai tenté le Ozon hier, mais ça m'a déplu ! :? ;)
Avatar de l’utilisateur
Le Complot
Kamoulox
Kamoulox
 
Messages: 38951
Inscription: 26/09/2008
Localisation: Emerald Coast
Age: 30 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede Le Complot » 05/08/2019 22:48

Y'a The assassin en fait là, le truc Coréen qui vaut son pesant de cahuètes..!

Edit : ah non c'est de Taïwan.. :fant2: :siffle: :siffle: :D ;)
Avatar de l’utilisateur
Le Complot
Kamoulox
Kamoulox
 
Messages: 38951
Inscription: 26/09/2008
Localisation: Emerald Coast
Age: 30 ans

Re: Cinéma : Films vus en DVD ou à la télévision

Messagede DimaK » 12/08/2019 19:21

Alien: Containment - Chris Reading

Point positif, la présence de Gaia Weiss, talentueuse actrice française. Point négatif, le reste. L'introduction fonctionne bien. Le plan sur la géante gazeuse et l'explosion du vaisseau est magnifique. Les personnages sont quelconques, comme l'étaient nos héros dans le premier film. Malheureusement le scénariste ne se démarque pas de ce qui fut déjà fait sur la franchise, en films ou comics. Il y a quelques passages ridicules comme la mort de la traitresse. Je n'ai d'ailleurs pas compris sa mort et même en repassant le passage, on a cette impression qu'il manque une scène expliquant les raisons de sa mort. Ce n'est pas mauvais, surtout si on pense aux limites du budget et le fait que ce soit des étudiants derrières le court, c'est juste quelconque. 2/6

Alien: Specimen
- Kelsey Taylor

Le second court est déjà un peu mieux. Pas incroyable, mais doté d'une bonne ambiance, d'une actrice talentueuse, Jolene Anderson. On a également le droit à une surprise qui m'a bien fait marrer sur la fin et qui détourne une des règles d'une histoire Alien. Les SFXs ne sont pas mauvais et le facehugger du récit est bien animé. À part ça l'histoire est assez quelconque même si, une fois le court terminé, on se demande ce que pouvait bien foutre un œuf alien dans un bidon. D'ailleurs à plusieurs reprises durant le visionnage des courts, on se demande vraiment comment les œufs se retrouvent à tel ou tel endroit. Je veux bien que la Weyland soit derrière les "colis" et différents pièges, mais ça fait très "commun" et on a limite l'impression que les mecs de la Yutani ne savent pas quoi faire des oeufs et expérimentent à l'arrache sans connaitre le résultat à l'avance. C'est quelconque, mais bien réalisé et le final amuse. 3/6

Alien: Night Shift - Aidan Brezonick

Mouai. Histoire quelconque, sans réels enjeux, avec un casting classique et une histoire inintéressante. Le seul moment intéressant, même si bizarre, c'est au moment de l'apparition du Chestbuster. Au lieu d'éclater la cage thoracique de la victime, il ouvre le ventre du type et c'est tout. Le final nous montre un début d'invasion et l'histoire s'arrête là. On se retrouve encore dans une colonie LV... quelconque, avec un design semblable à ceux que l'on peut voir dans Aliens. Aucune originalité et c'est bien dommage. La série de courts se veut un hommage pour les 40 ans de la franchise, donc je ne sais pas s'il y a certaines restrictions ou si ce sont les réalisateurs qui ne veulent pas s'approprier l'univers et proposer du neuf. Une déception de bout en bout. 1/6

Alien: Ore - Kailey/Sam Spear

Un très bon court proposant un contexte et un lot de personnages faisant penser à l'équipe du premier film. Le personnage principal est attachant et possède une histoire qui lui donne du corps, ce qui change des précédents courts. Le choix du décor est très intéressant, une mine sur une colonie éloignée. La menace, un alien adulte, ce qui change des deux précédentes oeuvres. Après il n'y a pas de réelle surprise pendant les dix minutes que dure le court, mais c'est bien fait. Il y a une vraie tension et on a l'antipathie pour les mineurs. On sait comment tout va se terminer pour eux à l'avance. Le scénario n'évite pas le coup de la Weyland toute puissante voulant expérimenter sur son personnel. La mise en scène est de qualité, le tout est bien dosé, bien écrit et on passe un bon moment. 4/6

Alien: Harvest - Benjamin Howdeshell

Cette cinquième tentative est là aussi assez quelconque. Trois protagonistes tentent de s'échapper d'un vaisseau en perdition, ce dernier étant sur le point de percuter un astéroïde. Malheureusement pour eux on se doute qu'ils ne vont pas tarder à rencontrer un alien vicieux. Les personnages sont sans originalités, si ce n'est une femme enceinte aux réactions étranges. On n'échappe pas aux clichés de la saga. Une société menaçante voulant exploiter la créature, un androïde belliqueux et une menace restant dans l'ombre une grande majorité du court. Les quelques-fois, ou on voit la créature, sont assez bluffantes. La créature a un beau rendu et presque mécanique comme l'original. La mise en scène n'a rien d'exceptionnel et en dehors du plan sur la tête de la créature, il n'y a rien à retenir. On a même droit à un moment bien ridicule avec une machine souriant de manière mauvaise quand la femme enceinte comprend le piège. Vu l'époque ou se déroule l'histoire, il est assez étonnant de voir une telle humanisation du personnage. Une déception qui ne mérite pas plus de 1/6.

Alien: Alone - Noah Miller

On tient le meilleur court métrage de cet anniversaire. Le postulat de base est assez simple. Un androïde abandonnée sur une planète rencontre un facehugger et commence entre les deux une relation particulière. C'est complètement WTF comme concept, un alien domestiqué, mais le scénariste fait un excellent travail. Le choix de rendre muet en grande partie son récit confère une certaine mélancolie au récit. L'interprétation tout en retenue de l'actrice Taylor Lyons confère au personnage un aura malsain. Le facehugger est bien fun dans ses réactions. Le côté animal de compagnie de la créature et l'alliance avec la machine donne de l'intérêt à l'histoire. Le court n'est pas ennuyant, la mise en scène minimaliste fait le travail, on a quelques échos aux films de la franchise et le final est bien glauque. Excellente proposition qui conclue cet anniversaire. Si vous ne deviez voir qu'un seul court, ce serait Alone et dans une moindre mesure, Ore. 5/6

C'est un anniversaire décevant. Après il faut se dire que ce sont des étudiants derrières les différentes courts. L'interprétation des acteurs et actrices est solide. Le rendu global est bon, c'est le manque d'originalité des scénarios le vrai problème. Dommage.

:cry:
"Per Ansia queribus memoriam."

"Je dis aux gens que mes seins ont été fabriqués en Normandie à partir de beurre et de crème fraîche."


Quel Vlek !!!
Avatar de l’utilisateur
DimaK
BDégourdi
BDégourdi
 
Messages: 88
Inscription: 01/06/2019
Localisation: Ardenne au sens large.
Age: 29 ans

Précédente

Retourner vers Le bistro

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: cosmoschtroumpf et 1 invité