Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

* * * BDG Ciné-Club séance 67 * * *

La politique, la musique, le cinéma, les jeux vidéos et la culture en général lorsqu'elle ne traite pas directement de bande dessinée

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede lobo » 06/06/2021 20:29

Message précédent :
Avec toutes ces retrouvailles post-confinement, j'ai un peu délaissé le ciné-club pour ma part. J'y reviens aussi vite que je peux.
Avatar de l’utilisateur
lobo
BDévore
BDévore
 
Messages: 2462
Inscription: 08/08/2008
Localisation: Hauts-de-France

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede jolan » 11/06/2021 18:20

Bon, si personne n'a posté sa critique du Wenders d'ici dimanche soir (je ne me compte évidemment pas dans le lot), on passera à la séance 67 lundi

:roll:
"Mon Dieu, si tu existes, s'il te plaît, débarrasse-nous des religions" (Guy Bedos)
Avatar de l’utilisateur
jolan
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8821
Inscription: 04/05/2003
Localisation: Sotteville-lès-Rouen
Age: 46 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede jolan » 13/06/2021 21:19

Bon

Un "faux mouvement" sans doute

S'il reste encore du monde par ici, faites-le savoir

Qu'on compte les (éventuels) survivants avant de (peut-être) repartir

:roll:
"Mon Dieu, si tu existes, s'il te plaît, débarrasse-nous des religions" (Guy Bedos)
Avatar de l’utilisateur
jolan
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8821
Inscription: 04/05/2003
Localisation: Sotteville-lès-Rouen
Age: 46 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede makidoo » 13/06/2021 21:25

Au contraire


:D

Je comptais le voir cette semaine si ce n’est pas trop tard ;)
Avatar de l’utilisateur
makidoo
BDévore
BDévore
 
Messages: 2313
Inscription: 29/06/2013
Localisation: Paris
Age: 48 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede euh... si vous le dites » 13/06/2021 21:27

makidoo a écrit:Au contraire


:D

Je comptais le voir cette semaine si ce n’est pas trop tard ;)


Bien évidemment qu'il n'est pas trop tard.
Ce sera cette semaine pour moi aussi.
"Ca ne résout pas vraiment l'énigme, ça y rajoute simplement un élément délirant qui ne colle pas avec le reste. On commence dans la confusion pour finir dans le mystère."
Denis Johnson - "Arbre de fumée"
euh... si vous le dites
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3591
Inscription: 14/06/2018

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede jolan » 13/06/2021 21:29

Au contraire.

Il n'est jamais trop tard, mais si personne ne donne signe de vie je considère que ça fait ch*er tout le monde, et qu'il faut donner un nouvel élan.

On sera donc peut-être trois au minimum à le voir :bisou:
"Mon Dieu, si tu existes, s'il te plaît, débarrasse-nous des religions" (Guy Bedos)
Avatar de l’utilisateur
jolan
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8821
Inscription: 04/05/2003
Localisation: Sotteville-lès-Rouen
Age: 46 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede makidoo » 14/06/2021 20:39

Je l’ai vu, je ferai une petite chronique plus tard mais j’ai vraiment bien aimé.
Et encore merci à euh de nous dégoter des magnifiques versions restaurées, parce que là j’avais parfois l’impression que ça avait été tourné l’année dernière :ok:
Avatar de l’utilisateur
makidoo
BDévore
BDévore
 
Messages: 2313
Inscription: 29/06/2013
Localisation: Paris
Age: 48 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede fanche » 14/06/2021 23:57

Oui désolé pour ma part. Je viens juste d'arriver sur le thread et j'ai un peu manqué à ma participation. Pour le Wenders c'ast mort mais je pense réajuster le tir pour Rapture (pour lequel j'avais voté d'ailleurs).
In fact, my real name is Gordon Shumway
Avatar de l’utilisateur
fanche
BDGestiste Avancé
BDGestiste Avancé
 
Messages: 6890
Inscription: 21/05/2015
Localisation: Melmac
Age: 45 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede jolan » 15/06/2021 00:54

makidoo a écrit:Je l’ai vu, je ferai une petite chronique plus tard mais j’ai vraiment bien aimé.
Et encore merci à euh de nous dégoter des magnifiques versions restaurées, parce que là j’avais parfois l’impression que ça avait été tourné l’année dernière :ok:


Mouais, version restaurée que j'ai trouvée trop claire et plus colorée, pas assez grise, du coup j'ai maté mon ancienne version non restaurée mais très bien également.
"Mon Dieu, si tu existes, s'il te plaît, débarrasse-nous des religions" (Guy Bedos)
Avatar de l’utilisateur
jolan
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8821
Inscription: 04/05/2003
Localisation: Sotteville-lès-Rouen
Age: 46 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede makidoo » 15/06/2021 06:57

Rhooo lui le snob «  votre lessive lave trop blanc, le préfère garder ma lessive classique ».
Moi je n’avais jamais vu ce film donc c’est très bien passé 8-)
Avatar de l’utilisateur
makidoo
BDévore
BDévore
 
Messages: 2313
Inscription: 29/06/2013
Localisation: Paris
Age: 48 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede jolan » 15/06/2021 22:07

Moi non plus je ne l'avais jamais vu (je ne propose que des films que je n'ai pas vus)

J'ai juste comparé les deux versions (quelques images du début, le générique en hélico) et regardé celle qui me semblait la plus "dans le ton"
"Mon Dieu, si tu existes, s'il te plaît, débarrasse-nous des religions" (Guy Bedos)
Avatar de l’utilisateur
jolan
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8821
Inscription: 04/05/2003
Localisation: Sotteville-lès-Rouen
Age: 46 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede jolan » 18/06/2021 00:11

:roll:

Bon, eh bien faites-moi signe s'il se passe quelque chose hein...

[:fantaroux:2]
"Mon Dieu, si tu existes, s'il te plaît, débarrasse-nous des religions" (Guy Bedos)
Avatar de l’utilisateur
jolan
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8821
Inscription: 04/05/2003
Localisation: Sotteville-lès-Rouen
Age: 46 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede makidoo » 18/06/2021 07:58

J’ai dit que j’avais bien aimé, ça compte pas ?
:D

Je devrais avoir le temps de rédiger une petite bafouille aujourd’hui ;)
Avatar de l’utilisateur
makidoo
BDévore
BDévore
 
Messages: 2313
Inscription: 29/06/2013
Localisation: Paris
Age: 48 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede euh... si vous le dites » 18/06/2021 09:40

jolan a écrit::roll:

Bon, eh bien faites-moi signe s'il se passe quelque chose hein...

[:fantaroux:2]


Je pensais avoir le temps de le regarder hier et finalement ça c'est pas fait.
Ce sera pour dimanche sans faute.
"Ca ne résout pas vraiment l'énigme, ça y rajoute simplement un élément délirant qui ne colle pas avec le reste. On commence dans la confusion pour finir dans le mystère."
Denis Johnson - "Arbre de fumée"
euh... si vous le dites
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3591
Inscription: 14/06/2018

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede makidoo » 18/06/2021 14:00

Falsche Bewegung, Wim Wenders, 1975

Un beau film, une belle virée romantico-artistico-philosophique désenchantée dans la RFA du milieu des années 70.
Wilhelm se destine à une carrière d'écrivain et quitte l'appartement de sa mère pour aller à Bonn.
Il fera bien évidemment des rencontres, très rapidement, à partir du moment où il monte dans le train.
Il y a cette scène magnifique des 2 trains (et 2 protagonistes homme et femme) qui se suivent un moment, pour ensuite se séparer, comme une prémonition du caractère éphémère de ce que donnera leur parcours pendant un bref moment de leur vie (et de ce que peut être la vie et les rencontres que l'on fait en général).
Les personnages rencontrés seront tous des artistes (chanteur, musicien, acrobate, saltimbanque, poète, actrice) mais on effleure simplement leur personnalité, rien ne sera réellement creusé, ni même grave (malgré le drame qu'ils vont rencontrer, et quitter comme des voleurs).
Il y a une certaine vision à la fois romantique, désabusée et nonchalante de la vie, mais sans effusion ostentatoire de sentiments, à part cette scène forte où Wilhelm est à 2 doigts de jeter Laertes à l'eau, et par là même de se débarrasser de cet encombrant passé nazi qui colle encore à cette Allemagne.
Les personnages se quittent aussi rapidement et sèchement qu'ils ont pu se rassembler l'espace d'un moment. C'est bien joué (on y verra la jeune Nastassja Kinski, muette, au charme ambigü) bien réalisé, la version proposée est magnifique, c'est un bon moment de cinéma, même si certains passages peuvent sembler parfois un peu longs et vains.

4,5/6
Avatar de l’utilisateur
makidoo
BDévore
BDévore
 
Messages: 2313
Inscription: 29/06/2013
Localisation: Paris
Age: 48 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede jolan » 18/06/2021 18:01

Falsche Bewegung (Faux mouvement) – Wim WENDERS – 1975

Je suis habitué au style Handke, j'ai lu ses livres ado, et bien sûr j'ai vu les films qu'il a écrits pour Wenders (hormis leurs premiers, avant l'ère du net, je n'avais jamais réussi à mettre la main dessus, d'où ma découverte plus que tardive de celui-ci). Ca m'amuse plus qu'autre chose ce style, cette volonté de sortir des normes, cette posture de poète, qui ne peut s'exprimer autrement que par des phrases étranges, des propos étranges, et comme ici, proposer un récit étrange avec des personnages étranges, qui ont des réactions et des actions étranges. Bon.

Pourquoi les gens sont-ils si étranges dans les romans de Handke, alors que les gens sont si normaux dans la vie ? Pourquoi y a t-il autant d'étrangeté et de secrets, de mystères inutiles et de confessions stériles qu'eux seuls semblent trouver passionnantes, mais qui ne génère pas l'ombre d'un sourire sur leurs sinistres têtes d'enterrement ? Sans doute pour y apporter un peu de poésie. Il n'y a que la jeune muette qui esquisse des sourires et siffle « l'hymne à la joie », hormis cela nous sommes dans la déprime la plus totale. Mais même si j'ai toujours beaucoup apprécié les films du duo, je n'ai jamais été convaincu par ces étrangetés poético-intellectuello-pompeuses.

Alors oui, je sais, le cinéma de Wenders parle de l'incommunicabilité entre les êtres, où chacun reste dans son intériorité tourmentée et ne communique que par monologues sans parvenir à établir de véritable relation, et le personnage de la jeune fille muette est l'image de ce nouveau pays en souffrance, gris, maussade, qui se recherche une identité ("son prénom, tu ne le lui as pas demandé, elle n'attendait pourtant que cela") et un avenir, mais qui ne parvient pas encore à s'émanciper, à se départir totalement de son lourd passé encombrant et pitoyable qui saigne du nez (oh la la, quelle souffrance, il doit souffrir le martyr, le seul saignement qui n'occasionne aucune douleur).

Parce que l'histoire n'est que parabole et symboles, et prétexte à une réflexion sur l'Allemagne d'après-guerre (m'étonnerait fort que ce soit dans le bouquin de Goethe, dont l'adaptation très libre me semble bien lointaine, il ne doit pas en rester grand chose, et le héros est bien vieux d'ailleurs, tu m'étonnes qu'il quitte le nid maternel à 30 piges) où Handke projette ses angoisses. Mais ça ne me parle jamais, ou très peu.

Ce besoin de faire des phrases (comme dirait l'autre), de s'exprimer en termes abscons, pseudo intellos, inintelligibles et hermétiques, de s'écouter parler, ces introspections qui n'en sont pas vraiment, cette cérébralité surjouée, non seulement c'est ridicule mais qui plus outre ça nous fait sortir de la réalité du film pour pénétrer dans une théâtralité inféconde et abstraite. Là, le film semble encore pousser le bouchon au-delà de ce que je connaissais (pas encore vu « L'angoisse du gardien de but au moment du penalty »). On a droit à toutes sortes de réflexions sur l'écriture, la solitude, le nazisme, la politique. On a envie de les baffer et de leur dire d'écrire un vrai scénario avec de vrais dialogues. Mais c'est trop tard. Alors on observe d'un œil curieux.

Cependant j'aime beaucoup les films de Wenders (qui compte parmi mes cinéastes préférés) pour autre chose, pour ce qu'ils offrent et montrent vraiment : le voyage - même intérieur - le dépaysement, l'ailleurs, la rencontre, les paysages qui défilent, les promenades dans les ruelles, les lieux insolites, l'ouverture au monde et aux autres. La réalisation passe pour moi au premier plan, d'autant plus que le propos me semble des plus factice et artificiel. L'ambiance est captable, ce sont de vrais moments de vie, malgré le manque de vie et d'émotions, le vide des personnages, mais le film en tant qu'objet filmique a sur moi un vrai impact, comme lorsque les films sont réussis.

Car il y a une vraie patte de cinéaste dans presque tous les plans. J'aime beaucoup le générique du début, avec le joli thème musical de Jürgen Knieper (je trouve juste dommage de filmer ensuite l'hélico qui ne sert à rien, et de ne pas être raccord en filmant la séquence suivante dans la chambre un jour de mauvais temps), j'aime beaucoup les scènes dans le train. J'aime bien aussi les plans-séquence lors de la longue promenade dans les coteaux, sous le soleil. Dommage que ce qu'ils se racontent soit aussi chiant.

On se fiche totalement de ce vieil homme qui se promène avec la jeune et jolie femme muette (la déjà très jolie Nastassja Nakszynski, unique figure charmante du film, qu'on reverra une décennie plus tard chez Wenders). Jeune femme un peu passée "sous silence" dans ce film, alors que mon coeur romantique aurait apprécié un plus large développement empli de tendresse. Je suis trop sensible pour comprendre ces êtres insensibles. On se fiche tout autant de la fausse histoire d'amour entre l'actrice (Hanna Schygulla) et Wilhelm. Tout comme on se fiche du boulet, le poète bedonnant qui les accompagne un temps. On se fiche d'eux, parce qu'ils ne montrent aucune humanité, ils semblent tous vides, ils n'ont que des souvenirs, qui les hantent, que des rêves, qui leur servent de sujet de confession et de discussion, qui leur tiennent lieu de vie réelle.

Bref, le film m'a plu en tant que film, mais le film en tant que tel me déçoit. On est loin du bonheur éprouvé lors de la découverte de « Au fil du temps » (mots que Wilhelm prononce dans son sommeil), mais ça n'en demeure pas moins un style de cinéma qui me plaît beaucoup, donc je serais plutôt indulgent.

Une note d'encouragement.

3.5/6
"Mon Dieu, si tu existes, s'il te plaît, débarrasse-nous des religions" (Guy Bedos)
Avatar de l’utilisateur
jolan
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8821
Inscription: 04/05/2003
Localisation: Sotteville-lès-Rouen
Age: 46 ans

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede euh... si vous le dites » 20/06/2021 12:56

Faux mouvement - Wim Wenders (1975)

J'étais certain d'avoir déjà vu le film mais en le visionnant, je me suis dit que ce n'était en fait pas le cas.
Coincé entre Alice dans les villes et Au fil du temps, deux films que j'aime vraiment beaucoup, ce Faux mouvement m'a moins touché.
On y retrouve les thèmes habituels du Wenders de l'époque, l'errance, la solitude, l'incommunicabilité mais là où j'avais tant apprécié la trame des histoires minimalistes des deux autres films, qui mettaient en adéquation le voyage physique et les paysages mentaux des personnages, ici, l'artificialité assumée et théatralisée m'a laissé de côté.
J'aime l'idée de confronter le politique au poétique, avec la volonté, il me semble, de tenter de les réconcilier mais, en fin de compte, je pense que je ne suis pas très sensible à l'univers de Handke.
Ce qui est frappant dans ce film et dans beaucoup d'autres films allemands de l'époque, c'est qu'il montre à quel point les nouveaux cinéastes de l'époque font de l'Allemagne elle-même leur personnage principal. Que ce soit la réflexion intellectualisante sur le romantisme que l'on trouve ici, l'approche plus directement politique chez Schlondorff ou la greffe du mélo de Fassbinder, c'est toujours l'Allemagne post-nazie qui se cherche une identité au-delà du traumatisme béant qui est au centre des préoccupations. Nulle part ailleurs qu'en Allemagne sans doute, l'injonction de Theodor Adorno selon laquelle toute poésie était impossible après Auschwitz, n'a dû avoir un impact aussi fort sur les artistes et sur leur capacité de la dépasser.
J'ai bien aimé le travail de Robby Muller sur la couleur, là où je pensais plutôt en premier lieu à sa collaboration avec Wenders sur le n/b. Ce qui frappe, c'est que malgré la couleur (et la très belle restauration), l'Allemagne décrite semble toujours aussi grise.
Côté acteurs, j'aime bien Rudiger Vogler, assez conforme à ce qu'il fait ailleurs chez Wenders. Kinski apporte une touche dissonante bienvenue (son ingénuité et sa jeunesse seraient-ils en fait les vrais remèdes pour sortir de la grisaille cette Allemagne qui ressasse sur elle-même ?). Je préfère Hanna Schygulla chez Fassbinder (pour lequel elle tournait presque exclusivement à l'époque), ici, je n'ai pas pu me départir de l'impression de pièce rapportée qui m'a saisi dès sa première apparition.
Plutôt mitigé donc.

Ma note : 3/6
"Ca ne résout pas vraiment l'énigme, ça y rajoute simplement un élément délirant qui ne colle pas avec le reste. On commence dans la confusion pour finir dans le mystère."
Denis Johnson - "Arbre de fumée"
euh... si vous le dites
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3591
Inscription: 14/06/2018

Re: Ciné-Club séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75)

Messagede jolan » 20/06/2021 19:32

Je pense qu'on a vu le même film, mais que c'est un cinéma qui me parle un poil plus qu'à toi, pour son côté contemplatif, lent et la notion de voyage (puisque je lui mets une meilleure note)

Bon, eh bien je crois qu'on a fait le tour des trois qui devaient et acceptaient de jouer le jeu en regardant le film pour lequel on avait voté, même si tout le monde semblait partant pour une double-séance.

Bref.

Séance 66bis : "Faux Mouvement" (Wenders 75) = 3,666

* * *

Je ne sais plus à qui c'est, mais séance suivante.
"Mon Dieu, si tu existes, s'il te plaît, débarrasse-nous des religions" (Guy Bedos)
Avatar de l’utilisateur
jolan
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 8821
Inscription: 04/05/2003
Localisation: Sotteville-lès-Rouen
Age: 46 ans

Précédente

Retourner vers Le bistro

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: marone222 et 0 invités