Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

C'est la crise ? Auteurs et monde de l'édition - 2010-2021

Pour discuter de tous les sujets généraux autour de la bande dessinée, des libraires, des éditeurs et des auteurs

Re: C'est la crise ?

Messagede kness » 25/06/2010 17:12

Message précédent :
Je vais juste répondre en tant que minuscule éditrice depuis un an, et un peu auteur depuis 10 ans - oui en général on commence jeune, et ça fait partie du problème.

Une grande partie du souci tient effectivement d'abord à une production massive - 40 sorties / semaine, faut avoir envie - et complètement, ou quasi complètement uniformisée. À part quelques petits, un peu comme nous mais plus gros, qui essaient des trucs avec plus ou moins de bonheur, on a le choix entre : des chevaliers un peu celtes, des meufs un peu à poil, et de l'humour ras les godasses, et je compte pas la mode des blogs publiés qui sont plus ou moins bien, mais souvent moins quand même.

Dans tout ça, j'ai pas acheté de vraie bd cartonnée classique depuis un sacré bail, je compte pas les albums des amis parceque bon là c'est un peu du marketing affectif.
Le dernier truc que je connaissais pas et que j'ai acheté sans lire était "La Parenthèse" chez Delcourt, parceque j'étais tombée sur une critique sur Bodoi qui m'avait parlé.
Et le truc d'avant remonte à plusieurs semaines.

Du coup en tant que auteur / lectrice voilà : trop de trucs, avec une majorité de choses qui ne me parlent pas, donc j'achète rien. Le coût du livre n'entre plus en compte quand on achète une bd tous les 3 mois, du coup ce n'est pas vraiment un facteur.

En tant qu'éditrice, je suis confrontée au même problème mais de l'autre côté : quoi sortir et surtout QUAND ? quand on sait qu'on ne peut plus sortir de livre de manière efficace à certaines périodes (Noel, Angoulême) parceque, dixit la distrib : ça sert à rien ton bouquin va se retrouver sous la pile de lanfeust, XIII, Titeuf et Astérix nouvelle formule. Et effectivement, c'est le cas.
On a sorti 3 volumes d'un roman graphique petit format noir et blanc, il a rien pour lui le pauvre, c'est un peu le petit enfant spécial des libraires, ceux qui l'ont lu le chouchoutent, les autres le regardent comme un petit être handicapé, et ce livre, bon moi je suis pas objective mais pour le moment j'ai vu personne qui l'ait lu et qui ait été décu, parceque au delà du graphisme qui n'est pas conventionnel par rapport à la bd actuelle, l'histoire est bien racontée et intéressante - trouve-je...
Du coup elle a eu un super succès critique... et des ventes molles. Pourquoi ? ben la faute aux gros machins entre autres, et aussi un peu au public formaté. Alors c'est bien hein ils ont raison, tant qu'on gagne on joue, mais jusqu'à quand poussera-t-on le bouchon ? comme toujours la réponse va être : jusqu'au drame. Jusqu'à ce qu'ils mettent 300 000 bouquins d'un titre lambda à la poubelle, et que ça fasse un peu cher du coup on se calme un peu.
De notre côté on va continuer à soutenir ce titre parcequ'on pense sincèrement que ce livre a quelque chose à apporter, et on aurait pu (qui a dit du ?) l'arrêter au troisième tome, mais on a bien envie de continuer jusqu'à la fin. Juste pour dire que merde, on commence un truc, on va jusqu'au bout, par respect pour les 1000 et quelques mecs qui suivent l'histoire. C'est ça je trouve l'engagement de l'éditeur de BD : soutenir, suivre, aider, porter son choix jusqu'au bout, c'est un engagement, une responsabilité.

A contrario, la partie de la maison qui s'occuppe d'Artbooks est plutôt cool, on peut vendre nos livres, même ceux à 30 euros parceque ça touche une niche. Et les niches c'est le truc en ce moment. De toutes manières on a pas le choix : soit tu fais les blondes en string, soit tu vises un public un peu plus "éduqué" - je veux pas dire des gens plus intelligents mais plutot des gens plus sensibilisés à certains types de livres, qui n'ont pas l'appréhension de la nouveauté (oui ça existe, la peur d'ouvrir un livre :D) ...

Je pense pas que le livre soit victime de la crise économique, mais plutôt que la BD est victime d'une crise autogénérée, une sorte de maladie autoimmune comme dirait Gregory House, et cette maladie il n'y a que ses acteurs principaux qui peuvent la juguler : les plus gros éditeurs.
La solution est simple et plutôt économique : moins de titres à l'année, ça fait moins de titres qui se plantent à l'année aussi, et surtout, des directeurs de collec qui se soucient un peu de l'après signature de contrat. Parceque aujourd'hui, combien d'auteurs ne voient leur éditeur que deux fois : présentation du dossier, signature du contrat, et pour le reste tu te débrouilles ?
Ça fait partie intégrante de l'intérêt de plus en plus restreint des gens, il y a de plus en plus de "nouveaux auteurs", "jeunes talents" qui sont laissés à l'abandon total avec leur premier album, sans aucun suivi éditorial, aucun conseil, et ça donne parfois des super abérrations.

Bon je crois que j'ai fait la tartine de l'année là :)
Tout ça est un peu en vrac, brut, pas très nuancé et pas forcément très gentil, je généralise pour éviter de citer mais évidemment il y a un tas de contre-exemples dans toutes les maisons d'éditions, ça sera bien quand ces contre-exemples seront la majorité et plus un luxe :)
Je retourne dans ma grotte, je reviendrai voir par ici l'avancée des débats :)

Merci merci :)

Kness pour elle-même et un peu pour la maison CFSL Ink :)
Avatar de l’utilisateur
kness
Auteur
Auteur
 
Messages: 28
Inscription: 27/01/2004
Localisation: Paris
Age: 42 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede Cubitus » 25/06/2010 17:15

A une époque j'achetais pas mal de BDs franco-belges, quand on était encore au franc. Depuis l'euro, le prix a augmenté, on est passé de 40 fr l'album classique de 48 pages (type astérix) à 9€ soit +50% d'augmentation et ça je cautionne pas du tout. Donc j'ai arrêté d'en acheter, purement et simplement. En 10 ans, les seules BDs franco-belges que j'ai achetées sont les intégrales Lucky Luke. Les mangas idem, j'en achète de moins en moins, car ça a augmenté de la même manière alors qu'au Japon c'est quasiment donné. Je me suis finalement rabattu sur les comics (en VO, achetés sur amazon UK), qui eux font mieux que la BD franco-belge au niveau des éditions, notamment car eux proposent des bonus avec interviews des auteurs, dossiers comparatifs, couvertures alternatives, j'en passe et des meilleures, et qu'au prix par page, c'est bien plus avantageux, j'ai moins l'impression de me faire avoir (même si je suis conscient qu'ils doivent faire un bénéfice monstre). Et tant qu'en France on ne verra pas ça, il sera difficile de me faire avaler la pillule de mettre 9 € dans 50 pages... Ca ne couterait quasiment rien dans Astérix, Tuniques Bleues et cie, de mettre une description/interview de l'auteur, du dessinateur, de la genèse de l'album, de mettre un dossier historique en rapport avec le scénario de l'album, et montre des planches alternatives envisagées pour telle ou telle scène etc... Donc message aux éditeurs : bougez-vous sinon rien ne va bouger...

Changement de comportement aussi au niveau de la découverte et de la lecture. Auparavant je trainais pas mal en fnac/virgin, m'asseyant pour lire une BD. Mais en ayant marre de voir les sièges constamment occupés ou les employés nous intimant (rarement gentiment) de ne pas lire assis sur le sol, j'ai arrêté. S'il y avait eu des salons de lecture, du genre dans les librairies une salle entière réservée à la lecture, avec des coussins de sol, breuvages/gateaux etc... ce serait tout de suite plus sympa et attrayant, malheureusement ça n'existe pas ou peu. Et comme je déteste lire sur le PC, la découverte via le téléchargement ne me branche pas non plus.
Avatar de l’utilisateur
Cubitus
BDémentiel
BDémentiel
 
Messages: 301
Inscription: 03/11/2009
Localisation: Melbourne
Age: 38 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede kness » 25/06/2010 17:23

oui enfin j'ai aussi envie de te dire qu'à un moment le litre de diesel était à 2F20 et la baguette à 1F20 ... Aujourd'hui on a plus du tout les mêmes prix qu'il y a 10 ans, et - du coup en tant qu'éditrice - quand on vous annonce que le papier coute 20% de plus ce mois-ci (et pour le coup c'est vrai ça vient juste de nous tomber dessus), ben ... haha ben vous augmentez pas vos prix de bouquins et vous rognez sur votre "marge" qui n'en est plus vraiment une du coup.
Avatar de l’utilisateur
kness
Auteur
Auteur
 
Messages: 28
Inscription: 27/01/2004
Localisation: Paris
Age: 42 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede HubIguane » 25/06/2010 17:31

Beatrice Tillier a écrit:Bref, plus personne ne fait son boulot. L'éditeur ne cherche plus à vendre ses livres, ni les commerciaux, le libraire retourne les cartons sans les ouvrir (grâce à un magnifique tour de passe-passe du diffuseur : les retours ne sont pas payant pour le libraire !!)



je paye 4 € le carton de retours à mon livreur de scaroles transporteur !
et heureusement, qu'ils ne sont pas payant ! ou alors, qu'on puisse faire des soldes, mais là, ça va être la porte ouverte à toutes les fenêtres....

sinon, oui, les librairies n'ont plus le temps matériel de lire les 100 à 150 nouveautés qui arrivent par semaines dans nos librairies... à moins de ne pas avoir de vie de famille voire de vie tout court !

effectivement, le jeu est d'occuper la place pour en laisser le moins possible aux concurrents (20 news Soleil sur une semaine, on le voit bien le logo !)... cela pousse à des choses étranges : en septembre va sortir chez Casterman un diptyque, les 2 tomes en même temps ! pourquoi n'avoir pas fait un volume unique ? pour occuper de la place ! l'émergence des petits éditeurs a fait du mal aux gros...ils se "vengent" comme ils peuvent... c'est de bonne guerre !

bon nexus m'a pris de court, je n'ai pas réfléchi a une réponse structurée (ça se voit, je sais), mais je suivrais le sujet !

sur ce, je retourne à mes retours ! :D
la lecture est l'amie fidèle du constipé

Mes LEGO et ceux que je recherche
http://luciecmd.canalblog.com
Avatar de l’utilisateur
HubIguane
Libraire
Libraire
 
Messages: 3480
Inscription: 02/10/2002
Localisation: F-28 Chartres
Age: 43 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede -Wanderer- » 25/06/2010 17:38

M'apprêtant à terminer le T1 de ma série (dessin et scénar) , je dois dire que ce débat auquel on m'a convié est fort déprimant. [:bdgest]

Je suis exactement dans la position du gars que cet état des lieux va faire flipper ! :P

Comme nombre d'auteurs, avant d'envoyer mon projet, j'avais la hantise de signer chez quelqu'un qui me laisserait tomber en cours de route ; du coup j'ai sélectionné les éditeurs à qui je m'adressais. Ca n'apporte aucune garantie, certes, mais force est de constater que certains d'entre eux ont une tendance plus prononcée que d'autre à saborder les séries.
Quand je pense à l'énergie qu'une BD demande à faire, je compatis avec ces auteurs qu'on a remercié dès la première mévente ...

Sur le chapitre de la surproduction, difficile d'en parler en tant qu'auteur : on ne sait jamais vraiment si l'on y participe ou pas en publiant, si l'on est vraiment original dans son propos etc ...
Avatar de l’utilisateur
-Wanderer-
Auteur
Auteur
 
Messages: 26
Inscription: 13/01/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede moriniere » 25/06/2010 17:39

nexus4 a écrit:
Petite question aux libraires ? Quelle est votre marge de manoeuvre pour dire "ca je prends, ca non, ca non c'est de la daube, ca, non, ca tu rigoles j'en ai vendu 5, ca non, ca oui c'est top". Est ce que vous êtes "obligé" de prendre le ventre mou de la production ? De manière utopique on pourrait penser que votre conseil peut etre le reflet de votre choix (ce qui veut dire refus aussi) en amont. Refus de mise en place :arrow: vous "forcez" les éditeurs à faire plus de qualité. Vi, je sais, c'est simpliste. :P


Je prend un peu les devants là. Mais il y a une politique assez nauséabonde qui est en train d'émmerger et qui tend vers la disparition des représentants. C'est a dire que certains éditeurs envisagent d'envoyer les bouquins qu'ils veulent dans la quantité qu'ils veulent aux libraires. Ce sans rien demander a personne. Évidemment dans le but d'alimenter cette trésorerie virtuelle dont j'ai parlé plus haut.
Globalement comme le dit Béatrice c'est le serpent vicieux qui se mord le cercle.
Avatar de l’utilisateur
moriniere
Auteur
Auteur
 
Messages: 122
Inscription: 28/03/2005
Age: 46 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede -Yan- » 25/06/2010 17:41

Pour compléter brièvement les propos de Kness, l'avantage des Art books, notamment ceux de CFSL, on l'a bien vu au festival d'Annecy c'est que cela touche toutes les nationalités pas besoin de traductions, avec une seule édition nous arrivons à toucher un très large public.
Pour en revenir avec la crise, je pense que les éditeurs on vraiment intérêt à faire gaffe sur leur mises en place quand on voit qu'a la rentrée Dargaud prévoit , un Blacksad, un XIII, un Thorgal, Un Blake et Mortimer .... il y a aussi un Lucky Luke qui va sortir, je pense qu'il y a un réel danger pour tous ceux qui vont avoir leur premier album en rayon durant cette période, ou les gondoles de nos chers libraires vont être pleine de blockbusters .... pourquoi ne pas diluer plus ces sorties qui sont sur de vendre! je trouve cela assez contradictoire...
Avatar de l’utilisateur
-Yan-
Auteur
Auteur
 
Messages: 24
Inscription: 11/08/2006
Localisation: Lyon
Age: 56 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede alycia » 25/06/2010 17:43

Ce que je me tue à répéter, c'est que l'édition part du postulat : les petits ruisseaux font de grandes rivières :roll:
D'ou la surproduction qui leur permet de bien vivre, en ajoutant les unes aux autres tout un tas de minis ventes, notre futur - ex - éditeur roule en gros hummer blindé, quand mon copain et ses confrères marge à 1,98 ( yes ) euros de l' heure [:bdgest:2] Yep, 10 jours full pour une planche complète payée 210 euros, faites le calcul [:bdgest] [:bdgest] [:bdgest] et à la sortie on lui flingue son travail? C'est un marché de dupe total, et le pire st à venir, sur le amrché arrivent encore des mecs prêts à être moins payé, genre 2000 euros d'avance pour un 48 CC, vu de mes yeux :cry:
alycia
BDérisoire
BDérisoire
 
Messages: 10
Inscription: 21/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede luc Brunschwig » 25/06/2010 17:47

L'un des problèmes dont on parle peu, c'est que la production BD est devenue une production de "commande" plus ou moins avouée. Ce sont les éditeurs qui réclament certains types de bouquins ou qui passent des commandes précises aux auteurs. Comment s'investir sérieusement quand on n'est même pas à l'origine des projets surlesquels on travaille et surlesquels on est laissé à l'abandon (et je ne parle pas de mon cas, moi qui est la chance de bosser quasi à 100% sur des projets persos avec des gens exceptionnels de professionnalisme (pub!)).
Le travail de commande ok, mais alors autant bosser pour la pub qui malgré la crise paie trois ou quatre fois mieux et au moins, on sait pourquoi on ne s'investit pas émotionnellement dedans.
Comment faire naitre une nouvelle génération de talent quand le moindre talent est récupéré pour alimenter les filons que sont Blake et Mortimer, Kookabura Univers, XIII (et là, j'avoue que je me suis laissé tenter par un XIII Mystery), Thorgal, Nestor Burma, Troy et ses univers, Boule et Bill, Lucky luke et tutti quanti et autres séries concepts plus ou moins fumeuses et autres collections d'adaptations de roman en BD...???
Il est où l'auteur là-dedans ?
parce que si on n'est pas un auteur qui cartonne, la seule chance qu'il nous reste, c'est d'avoir un univers suffisamment affirmé et intéressant pour susciter l'envie d'un éditeur qui nous suivra dans notre originalité même en sachant qu'il ne va pas faire fortune avec nous.
Avatar de l’utilisateur
luc Brunschwig
Auteur
Auteur
 
Messages: 2194
Inscription: 18/06/2004
Localisation: neuillé le lierre
Age: 54 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede Joseph Behe » 25/06/2010 17:56

bon, j'ai l'impression que mon post a disparu!

en substance, je disais que
la surproduction est le moyen LE MOINS CHER pour sélectionner des auteurs à succès.

lisez Mengerhttp://www.josephbehe.net/josephblog/index.php/2010/02/09/102-pierre-michel-menger-travail-createur-mediapart
Avatar de l’utilisateur
Joseph Behe
Auteur
Auteur
 
Messages: 7
Inscription: 07/05/2005

Re: C'est la crise ?

Messagede alycia » 25/06/2010 18:01

Joseph Behe a écrit:bon, j'ai l'impression que mon post a disparu!

en substance, je disais que
la surproduction est le moyen LE MOINS CHER pour sélectionner des auteurs à succès.

lisez Mengerhttp://www.josephbehe.net/josephblog/index.php/2010/02/09/102-pierre-michel-menger-travail-createur-mediapart


Oui un peu comme au loto, on jette 5300 books dans la nature par an, et on s'en occupe pas, si par hasard, un sort du lot, miracle ! Mais c'est un peu scier la branche ( les auteurs sous payés ) sur laquelle on est assis [:bru:3]
alycia
BDérisoire
BDérisoire
 
Messages: 10
Inscription: 21/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede moriniere » 25/06/2010 18:06

Comme le suggère Kness, un changement de comportement des éditeurs locomotive serait sans doute salvateur pour le milieu. Mais ça signifierais pour eux de prendre une grosse baffe au moment des retours de la production actuelle (qui sont faramineux!) et donc une chute libre de leur train de vie. Je ne pense pas qu'ils soient prêts a faire ce sacrifice là pour le bien de la cause. Comme souvent avec les comportements humains, c'est lors de l'impact avec le mur qu'on accepte de croire que le mur existe.
Avatar de l’utilisateur
moriniere
Auteur
Auteur
 
Messages: 122
Inscription: 28/03/2005
Age: 46 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede Cobalt 60 » 25/06/2010 18:15

Intéressant sujet.
Je suis un peu comme Cubitus. En quelques mois, je suis passe d'une moyenne de 150 euros mensuels consacres a la BD a presque rien.
La raison en est que j'ai eu la soudaine impression d'être pris pour un con par les éditeurs, d'être piégé par une course a la nouveauté incessante et par la lassitude qu'elle a entraîné. A quoi bon cette course sans fin qui aboutit la plupart du temps a une déception ? Je n'avais pas de problème de budget mais au bout d'un moment, j'ai trouve cela grotesque et vain.
Cette saturation est valable pour tous les biens culturels. Il n'y a jamais eu autant de livres, d'essais, de films disponibles sur le marche, la sollicitation est constante. Pour qui a l'esprit un peu curieux l'industrie, car il faut bien l'appeler comme cela, ne vous laisse aucun répit.
Eh bien, au bon d'un moment, on finit par etre sature et on eprouve un rejet, l'envie de calmer le jeu. De prendre du plaisir ailleurs que dans l'empilement de tous ces biens de consommation (car le plus souvent, il ne s'agit pas d'autre chose).
J'ignore combien de temps durera ma pause d'achats, mais cela fait un bon moment que je n'ai pas mis les pieds dans une librairie et cela ne me manque pas du tout. Les dernieres fois, j'eprouvais un vague degout, comme quand on s'est gueri d'une addiction. J'ai regarde avec une certaine distance les nouveautés en me demandant bien ce qui avait pu m'accrocher dans telle ou telle serie.
Je ne supporte plus par exemple le ronron de la production franco-wallone. Toujours les mêmes formats, toujours la couleur, toujours des nouvelles séries au detriment du fond de catalogue. Je trouve ce style de BD complètement obsolète et un tantinet ringard, se contentant de repeter ses propres recettes en boucle depuis des decenies.
Certains petits editeurs inde que j'affectionnais, je les trouve aujourd'hui pretentieux et hors de prix. Publiant sous des presentations luxueuses des choses parfois aussi insipides que leurs concurrents mainstream en plus moche.
Le manga est quant a lui encore plus formate, les series a ralonge n'en finissent pas de diluer les bonnes idées de départ. Et je suis bien place pour connaître le prix d'un manga au Japon. Je ne peux pas croire que le différentiel de prix puisse se justifier par la seule traduction.
Curieusement, et une fois encore comme Cubitus, c'est du cote des Etats-Unis que je sens quelque chose de plus intéressant. Malgre la standardisation, les auteurs réussissent a faire du neuf en bouleversant les codes qu'ils soient graphiques ou scenaristiques. En ce moment, c'est la seule BD qui m'intéresse encore un peu.
Cobalt 60
 

Re: C'est la crise ?

Messagede JDMorvan » 25/06/2010 18:18

Oui, y'a la crise des sous dans les porte-feuilles des gens.
Mais aussi dans les livres car, sans parler de qualité des ouvrages (car dans l'ensemble je pense que la BD aujourd'hui est techniquement meilleure qu'il y a 10 ans), la BD me semble manquer de deux choses.

1/ Des sujets (le fond).
2/ Le sens du spectaculaire (la forme).

Les sujets, ils doivent être aussi dans les BD mainstream. Mais il n'y en a pas plus dans les BD d'auteurs. Il faut raconter quelque chose au dela des péripéties qu'on met en scène. Sinon, c'est vain. Il faut parler à son lecteur, pas juste le divrtir, sinon, c'est vain. Je prends souvent l'exemple d'un hors série dur le Japon du monde diplomatique (si je ne m'abuse), où ils présentaient 12 BD (toutes des grosses ventes), qui décyptaient la société Japonaise actuelle. Je ne pense pas qu'on en trouverait 12 en France, hélas.

Le sens du spectaculaire qui est présent aujourd"hui au cinéma, et en jeu video est quasi absent de la BD. Où sont les designs originaux et frappants (Monster Hunter, Lost Planet...), où est la mise en scène explosive (God of war...), les personnages charismatiques (God of War encore, Assassin's Creed etc), les univers qui arrachent la tête (Resident Evil, etc) ? Où bordel ? C'est pourtant moins cher à faire en BD que dans les autres médias. Et la BD a cette chance que ces univers pourraient être au service d'histoires intéressantes, avec du fond, donc des sujets.

Alors, on fait quoi ?
Avatar de l’utilisateur
JDMorvan
Auteur
Auteur
 
Messages: 1868
Inscription: 11/01/2003
Localisation: Reims
Age: 52 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede JDMorvan » 25/06/2010 18:21

Pour ce qui est les comics, leur "chance", aussi bien dans la BD mainstream que dans le BD underground, c'est qu'ils ont deux tendances lourdes.
Les super héros, et la branlette, en gros.
Eh bien, sur ces deux sujets, il y a des base solides, que les auteurs peuvent reprendre, tordre, et actuliser.
Les Watchmen est un chef-d'œuvre qui vient d'un age d'or des super héros. Une variation sur le thèmes brillante.

En France, on n'a pas ça. C'est donc plus "compliqué".
Avatar de l’utilisateur
JDMorvan
Auteur
Auteur
 
Messages: 1868
Inscription: 11/01/2003
Localisation: Reims
Age: 52 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede TERRES DE LEGENDES » 25/06/2010 18:27

Béatrice Tillier "Bref, plus personne ne fait son boulot. L'éditeur ne cherche plus à vendre ses livres, ni les commerciaux, le libraire retourne les cartons sans les ouvrir (grâce à un magnifique tour de passe-passe du diffuseur : les retours ne sont pas payant pour le libraire !!)"

Les libraires paient les retours! Les frais de port aller et retour ne sont pas gratuits! De plus ces retours sont souvent crédités après le paiement du libraire pour ces albums...

Pour les lecteurs qui ne savent pas s'y retrouver ils peuvent demander à leur libraire de lui donner son avis; c'est son métier et même la partie la plus intéressante de celui-ci.
Librairie TERRES de LEGENDES
44, rue Gambetta
31000 Toulouse
tél. : 05.61.22.79.47.
Mél : terres.legendes@free.fr
Site : http://www.terresdelegendes.fr
TERRES DE LEGENDES
Libraire
Libraire
 
Messages: 6
Inscription: 14/06/2007
Localisation: TOULOUSE
Age: 24 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede benjaminlemau » 25/06/2010 18:31

Sujet intéressant, bien qu'un peu désespérant... Le temps que j'écrive tout ça, il y eu plein de réponse. Si il y a de la redite, mes excuses...

Alors, du point de vue du libraire... Par où commencer ?
Déjà ma petite réponse à Nex' :
Quelle est votre marge de manoeuvre pour dire "ca je prends, ca non, ca non c'est de la daube, ca, non, ca tu rigoles j'en ai vendu 5, ca non, ca oui c'est top".
A priori, j'ai une marge de 100% dans la majeure partie des cas. Seulement, sur un début de série, c'est délicat, les éléments en notre possession sont minces lorsque nous prenons la décision des quantités que nous allons mettre en place : on a généralement un petit "pitch", le nom des auteurs, un ou deux visuels puis basta, va te faire un avis constructifs avec si peu d'élément.
Ensuite, il y a des domaines ou on se permet un peu plus de largesse (typiquement, ma bête noire est le rayon humour avec tout ces albums sur les métiers, sports et autres nullités que les éditeurs nous pondent à la chaîne tel un concert de bêêêêêê stupide) et ou l'on peut filtrer plus facilement.
Lorsqu'une le second d'une bouse pointe son nez arrive, généralement, j'applique ce que j'appelle la mise en place de courtoisie (en gros : 1 volume), après, si j'en ai vendu un wagon, on met un wagon en mise en place.

Est ce que vous êtes "obligé" de prendre le ventre mou de la production ?
Cela dépend évidemment de ta structure. Si tu as une librairie de 25m², non, cent fois non. Si tu as un établissement plus conséquent, tu es quasiment obligé. Lorsqu'un repré arrive et va te proposer un catalogue ou il y a 70 à 80% de "ventre mou", tu vas pas le rembarrer systématiquement. C'est décemment impossible. Et puis, va définir ce ventre mou...
Finalement, un généraliste avec un bon rayon aura plus loisir de filtré, mais il restera foncièrement mainstream, c'est inévitable.

De manière utopique on pourrait penser que votre conseil peut etre le reflet de votre choix (ce qui veut dire refus aussi) en amont. Refus de mise en place :arrow: vous "forcez" les éditeurs à faire plus de qualité. Vi, je sais, c'est simpliste.
Et oui, c'est malheureusement simpliste. Tu n'es pas sans ignorer que le marché de la librairie en France est dominé par certaines enseignes. Crois tu que ces enseignes joueraient ce jeu ? Non, j'en doute, ce qui laisserait une librairie à 2 vitesses, c'est tout bonnement impossible.
Pour répondre à l'autre question caché dans ta phrase, le conseil est forcément reflet de nos choix, et j'aime à croire que nos conseils ont un réel impact (en tout cas pour nous autres spé), exemple simple et très concret (révélateur de mon cas précis): prend un album comme Block 109 comparé à une grosse cavalerie avec des nanas bien gaulés qui se castagnent (non, non, non, je ne citerais pas), mes ventes sont 6 fois supérieurs sur Block 109 que je conseil beaucoup, alors que l'autre je le laisse se vendre à son rythme. Ce qui me fait dire tout de même que nous autres libraires spé avons tout de même un impact et surtout nous avons un rôle de prescripteur reconnu. Ceci dit, hors spé et bon libraire généraliste

Ensuite, nous revenons au problème de surproduction évoqué tout au long de ce post. Comment remplir convenablement notre rôle de prescripteur face à la production pléthorique actuelle ?
Personnellement, j'éprouve un vrai sentiment de désespoir quand je vois arriver certains offices, et un découragement totale lorsque j'ouvre cinq ou six albums d'affilées et que tous sont de simple copies les uns des autres.
La surproduction actuelle est le résultat d'un cercle vicieux dont la seule solution semble être une fuite en avant inéluctable. Certains éditeurs en ont pris conscience, d'autres non. C'est dur à dire, mais je pense que pour que ce phénomène se calme d'une façon significative, il faudrait deux ou trois faillites retentissante d'éditeurs.
Et la prise de conscience de ce phénomène, si elle est générale, n'est pas suffisante, quand on voit que certaines structures de diffusions rémunèrent leurs représentants sur la mise en place et pas sur des ventes nets (en traduisant, on ne prend pas en compte les retours), on se dit que c'est pas gagner.

Il y a encore pas mal de chose à dire, mais ce sera tout pour l'instant ^^
Avatar de l’utilisateur
benjaminlemau
Libraire
Libraire
 
Messages: 320
Inscription: 07/07/2009
Localisation: Grenoble
Age: 42 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede benjaminlemau » 25/06/2010 18:36

Beatrice Tillier a écrit:
Bref, plus personne ne fait son boulot. L'éditeur ne cherche plus à vendre ses livres, ni les commerciaux, le libraire retourne les cartons sans les ouvrir (grâce à un magnifique tour de passe-passe du diffuseur : les retours ne sont pas payant pour le libraire !!)

Merde, faudra m'expliquer le tour de magie, nous on les paie les retours. Et cher qui plus est !!
Avatar de l’utilisateur
benjaminlemau
Libraire
Libraire
 
Messages: 320
Inscription: 07/07/2009
Localisation: Grenoble
Age: 42 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede alycia » 25/06/2010 18:47

Effectivement, la BD de "commande" existe bel et bien, mon copain a été voir un éditeur belge avec un projet genre
Villep1, l'autre lui a proposé des planches de fesse :D Un autre éditeur lui a parlé de métier - y a rien sur les pressings, y a un créneau à prendre, là :shock: un 3eme lui a dit, nous on fait avion et voiture, si tu peux t'intégrer
inside ce serait bien :grrrr: Voilà un exemple de BD de commande, le créneau, la micro niche (j'allais dire miche ) :oops:
alycia
BDérisoire
BDérisoire
 
Messages: 10
Inscription: 21/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede pitifreedo » 25/06/2010 18:55

La question de ce forum me filerai presque le "bourdon" ! Mazette !!!!
Après lecture des différents commentaires, certaine réponse rejoignent mon petit avis. Le premier étant que le prix d'un album reste assez élevé (je ne parle pas de la qualité du travail du ou des auteurs). Mine de rien, sur un mois, avec un petit revenu, l'achat de 2 voire 3 albums, cela reste un "budget". Habitant une petite ville (entre 3.000 et 5.000 habitants), j'ai la chance d'avoir une librairie qui propose un choix honorable de BD. Entre commande (merci à BDGest pour ses previews alléchants !) et coup de coeur, je lâche de 40 à 60 € pour pouvoir m'acheter "ma dose" d'album !!!!! Mine de rien (ou de crayon, c'est vous qui voyez), cela reste un budget. Alors, oui, il m'arrive de lever le pied question achat. D'autant plus, que je lis avec stupéfaction que les auteurs, à l'origine du projet, sont les derniers à toucher leur maigre part.
Sinon, j'achète mes BD chez les bouquinistes ou dans les vides greniers lorsque les albums sont en bon état et que le "vendeur" ne me prend pas trop pour un pigeon !!!
Mais est-ce vraiment "la crise" qui est à l'origine de ce ralentissement ? Comme il l'a été écrit plus haut, est ce que la surproduction n'y est pas pour quelque chose ? Est ce que la qualité, la lenteur des sorties entre chaque tome pour une série n'y est pas pour quelque chose? Enfin, je pose la question au risque de me faire juger et de me retrouver brûler en place public, est ce que la vague, la déferlante, le tsunami de volume de manga (qui s'adresse principalement à un public jeune, connaisseur, avide de ce style de "BD" et volontairement acheteur) n'a sévèrement plombé les ventes des autres BD ? Je l'ai bien vu sur les Festivals BD ; les stands proposant du manga sont pris d'assaut par le chaland. Ce serait sympa d'avoir l'avis d'un libraire...
Avatar de l’utilisateur
pitifreedo
BDébutant
BDébutant
 
Messages: 2
Inscription: 03/10/2009
Localisation: Espalion - Aveyron
Age: 47 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede kiwine » 25/06/2010 19:12

La crise, mouiche... heureusement que je me fournis directement auprès des éditeurs pour la majorité de mes lectures, sinon, je ne serais en mesure de me payer qu'un quart de ce que je lis, et encore... mais c'est normal, je suis auteur de BD ! Haha !

Hum.

Pour le problème de la surproduction, je rejoints Jidé Morvan sur le principe que c'est bien gentil de faire des tonnes de trucs, mais quand rien n'a vraiment ni l'ambition, ni la force, ni la périodicité des manga/comics et des supports audiovisuels, forcément, on finit par perdre son public au profit d'autre chose.
... et j'ajoute du coup que, les éditeurs français sont trop vieux (surtout dans leur tête et leur démarche), trop incompétants (d'abord dans leur rôle de premier lecteur/critique et puis face au web, à la démarche d'aller chercher les gens...), toujours trop paternaliste mais sans arriver à bien diriger les auteurs et ne savent regarder que vers le passé (territorial, qui plus est) pour se rassurer.
Il serait temps d'aller de nouveau de l'avant en terme créatif... et par là-même, donner plus de moyens à moins d'auteurs, leur permettant de mener à terme des projets plus ambitieux, dont les sorties seraient moins espacées, exploiter de nouveaux formats, les supports numériques, comprendre que le marketing ne peut plus se limiter à faire de la pub dans les librairies spé...
Il faut que la BD redevienne un Art Populaire.

Si je devais faire un parallèle, je dirais que la BD actuellement et en France en particulier, c'est le Cirque dans les années 70: désuet, miteux, plein d'artistes et d'artisans qui veulent faire de leur mieux mais qui ne voient pas que le cinéma et la télé vont les tuer définitivement.
J'en ai marre d'être un clown !

J'ai écrit d'une traite sans relire, désolé si y'a des fautes. =3
Avatar de l’utilisateur
kiwine
Auteur
Auteur
 
Messages: 109
Inscription: 06/03/2009
Localisation: dans ta BDthèque, j'espère ! >3<
Age: 48 ans

PrécédenteSuivante

Retourner vers Généralités sur la Bande Dessinée

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités