Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

C'est la crise ? Auteurs et monde de l'édition - 2010-2021

Pour discuter de tous les sujets généraux autour de la bande dessinée, des libraires, des éditeurs et des auteurs

Re: C'est la crise ?

Messagede Cubitus » 27/06/2010 02:46

Message précédent :
La différence c'est qu'au Japon et aux USA, les auteurs "adultes" qui pondent des scénarii intelligents, réfléchis, qui traitent de sujets sérieux, mais tout en ayant un sens du suspense, de l'histoire et des personnages, tous ces auteurs là sont connus et reconnus, y compris en Europe. En franco-belge on ne connaît que les Hergé les Goscinny dans le monde, et éventuellement les Moebius et les Bilal. Sauf que Moebius ils le connaissent plus pour avoir inspiré tous les réalisateurs de la saga Alien et pour Blade Runner que pour autre chose. Moi quand je regarde les grosses séries franco-belges "adultes" je me pose la question : a-t-on vraiment des gens intelligents en tant que scénaristes ? Je parlais de XIII mais je peux rajouter Largo Winch : pour moi c'est de la bonne daube tout ça. Ca ne séduit que les amateurs de films d'action et de suspense de séries B qui n'ont jamais lu des comics ou des mangas un peu plus poussés et qui ne se rendent pas compte qu'il y a bien mieux ailleurs.
La génération des 20-35 ans actuels sont désormais ultra demandeurs de choses sombres, expérimentales, réfléchies et intéressantes. Et en France dans la BD on ne propose pas du tout ça... On propose la même chose qu'il y a 40 ans, le talent en moins. Où sont nos Alan Moore, nos Mark Miller, nos Ed Brubaker, nos Hitoshi Iwaaki, nos Naoki Urasawa, nos Masamune Shirow ? Je dis pas que ça résoudrait la crise, mais je vois une demande, et rien qui ne répond à cette demande en France. Et devant les éditions et les traductions pitoyables des comics US, moi je les achète en VO et de plus en plus de gens vont faire ça, pourvu qu'ils parlent anglais. Et croyez-moi que si j'avais le temps d'apprendre le japonais, j'achèterais mes mangas en VO également...
J'ignore si je suis le seul à ressentir ça, mais mon sentiment actuel se résumerait à "les éditeurs nous prennent pour des cons avec des prix exorbitants des séries de merde et des auteurs pas foutus de se renouveler et de réfléchir. J'ai ce que je veux et ce qui m'intéresse ailleurs, donc je reste ailleurs, et votre crise vous la méritez". Ce n'est qu'un sentiment brutal qui ne prend pas en compte un grand nombre de paramètres que vous avez déjà énoncé ici (la crise du papier, les bons auteurs qui existent mais qu'on ne connaît pas tout ça, quand y a une crise ça touche les petits éditeurs et les gros survivront) mais c'est comme ça, c'est dimanche, je me lâche.
Avatar de l’utilisateur
Cubitus
BDémentiel
BDémentiel
 
Messages: 301
Inscription: 03/11/2009
Localisation: Melbourne
Age: 38 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede stephane crety » 27/06/2010 09:23

il est sur que rejeter en masse et sans discernement l'ensemble de la bd européenne, ca fait sourire en coin. Surtout mettre au pinacle le comics, médium qui subit ses propres conservatismes (le super heros est dominant, ecrasant, Marvel et Dc sont omnipotents, des dessinateurs tel Franck Cho se doivent de se perdre dans les avengers pour survivre economiquement, les creators owned ne sont que des prescripts plus ou moins illusoires à des adaptations cinematographiques, cf les nemesis et autres betises de Millar.)...pour ce qui est du manga, meme conservatisme dans la forme comme dans le fond, meme predominance des deux maisons d'édition principal, etc..
il n'y a nulle continent béni des dieux, nulle modèle idéal à appliquer benoitement.
De plus, je persiste à penser que la crise n'est pas une crise du dispositif créatif(1 auteur sur un ouvrage, 10 auteurs,100 auteurs, on s'en bat les couilles.), mais bien une crise d'un systeme économique, d'une structure qui a toujours fonctionné dans le déséquilibre, et de fait , a toujours été fragile, et les coups de boutoir récent ne fond qu'apurer ce chateau de carte, cette bulle spéculative.
Le lectorat n'a pas connu de croissance paralléle à la croissance des publications, point barre. le reste , c'est du vent. Les maisons d'edition continuent dans leur logique de "cavalerie" (les libraires les financent directement.), à remplir le tuyau (la diffusion) pour courrir plus vite que la réalité de leur tresorerie, d'autant plus que certains ont la propriété de ces tuyaux et de cette diffusion, ce qui drainent là des marges non négligeables(qu'importe ce qui remplie le tuyau, c'est le tuyau qui est rentable.);le libraire te commande 2 bouquins, tu lui en livres 6 , que tu factures bien évidemment..le temps de retour, c'est toujours cela de gagner, et de toutes les manières, il y 15 nouveautés qui suivent et qui auront la meme logique ..la course en avant...depuis que les libraires ont une gestion informatique de leur stock, ca coince un peu, les editeurs y vont au forcing, mais ca résiste...premier couloir d'étranglement..alors on critique ces foutus libraires avec leurs librairies grandes comme des chiottes de cantine, on lorgne sur les supermarchés, mais là, on a affaire avec des centrales d'achat, qui eux, sont vigilants sur leur gestion de stock, et qui ont plutot tendance a demander des ristournes sur des grandes masses et a tirer les prix vers le bas(demandez donc aux producteurs de fruit et légumes...)....heureusement , il y a la loi Lang pour calmer l'impudent...

les editeurs ont vécu sur du vent...dans les année 90, lors de la précédente crise, il restait 4 à 5000 lecteurs, mais qui achetaient tout..et les éditeurs ont décidé de presser au maximum ces 4000 lecteurs, et créèrent le Grand format , avec surcout..quit à avoir peu, autant les faire cracher un max.Et puis il y les exlibris, les tirages de tête, les figurines à la con, etc, tout ce brouzouf qui a la même logique, tirer un maximum de ce groupe de lecteur fidèle, vieillissant et ayant les moyens de ses folies.

là, la machine est à bout de souffle, et ce n'est pas a cause de la vacuité supposé des scenarii européens.....
Avatar de l’utilisateur
stephane crety
Auteur
Auteur
 
Messages: 562
Inscription: 23/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede alycia » 27/06/2010 09:32

-> Cubitus, y a quand même des auteurs qui font des efforts et explorent des voies nouvelles, genre surréaliste, ou carrément expérimentale ... trouvé sur bdnet ce morning :respect: :respect: :respect:

Image
alycia
BDérisoire
BDérisoire
 
Messages: 10
Inscription: 21/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede stephane crety » 27/06/2010 09:50

pour preciser ma pensée sur le conservatisme des lecteurs et de fait des éditeurs, il faut voir que passer le 46 pages cartonnées et grand format, point de salut.le format souple, ca passe pas (je crois savoir que la collection de monsieur Luc chez futuro en a subit les scories...)..francois capuron me dit un jour que pour relancer une serie( de mémoire, c'est ce qui est à nous de David Chauvel.), ils avaient décider de la passer en grand format , et que du coup , la série avait eu plus de lisibilité.De meme pour les stryges de corbeyran...les exemples étayant sont multiples et roboratifs.
et ces schemas se réitèrent dans l'édition alternative; le format association, le format ankama, etc...
le lectorat franco-belges est vieillissant, ne se renouvèlent pas (la nouvelle génération a plus virer sur le manga...et ils ont bien raison !!!!), il cherche à retrouver ses sensations de jeune lecteur...
me basant sur mon humble expérience, tout ce qui sortait des chemins battus a été retoqué par les éditeurs, tout ce qui est dans la norme passe. Il y a une culture normative, parce que dans l'industrie, tout ce qui n'est pas normatif coute cher et a un avenir incertain....
Avatar de l’utilisateur
stephane crety
Auteur
Auteur
 
Messages: 562
Inscription: 23/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede icecool » 27/06/2010 10:33

Il existe pourtant encore UN secteur "classique" où il reste tout à faire ou presque : le format poche !

Que ce soit de bonnes intégrales (couleurs ou noir et blanc mais AVEC dossiers supplémentaires/pédagogiques), des rééditions de grands classiques ou de romans graphiques, ou encore de la création pure, le secteur me semble complétement à saisir, à condition de ne pas rester braquer comem dans les années 80 sur le strict fomat du livre de poche mais de proposer un format un peu plus grand (21 ou 25 x 14,5 cm) et parfaitement lisible.

Tout ceci pour rompre enfin avec "l'impossible seconde vie" de la BD au format poche, le problème n°1 ayant été (parfois) le remontage sauvage des planches... Plusieurs éditeurs semblent heureusement se lancer actuellement dans la course : 3 exemples récents :

http://www.bodoi.info/news/2010-02-15/d ... rmat/29680

http://archivespratt.over-blog.com/arti ... 67509.html

http://www.classiquesetcontemporains.fr ... e-dessinee
Avatar de l’utilisateur
icecool
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3899
Inscription: 21/09/2008
Localisation: Angoulême
Age: 47 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede Steve-C » 27/06/2010 10:40

Très intéressant ce topic :? Sur CFSL, on voit la crise avec sans cesse de nouveaux éditeurs qui cherchent des "talents neufs",
Pas d'avance sur travaux, of course, mais un ENORME 10% de droits d'auteurs sur ces futurs albums BD qui seront tirés à ... 1000 ex ! Eventuellement retirés en cas de succès :D

Elle est là, la crise, pas ailleurs, tant que les gens auront des rêves d'être édités, on verra ce genre de pratiques :grrrr:
Steve-C
BDérisoire
BDérisoire
 
Messages: 16
Inscription: 27/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede David C » 27/06/2010 10:40

Merci Stéphane pour cet exposé clair, précis et incontestable, à mon avis.
Il y a un seul point sur lequel je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi, c'est pour ce qui concerne l'auteur.
La bande dessinée franco-belge est une industrie, tout comme le Comics aux USA ou le Manga au Japon, mais contrairement à ces derniers, ,la logique industrielle s'arrête à la porte de l'atelier de l'auteur, qui, lui, est dans une logique d'artisan : je fais mon bel album tout seul chez moi, c'est du cousu main mon bon monsieur, fait avec amour, pas de la saloperie synthétique industrielle... Et c'est une sorte de "maillon faible" si on veut aujourd'hui (et ça fait 10 ans qu'on en parle) pouvoir proposer quelque chose à ceux qui arrivent à un âge où ils ont le pouvoir d'achat et l'envie de "consommer" (désolé pour les gros mots) et qui ont été biberonnés aux Mangas et autres, et qui trouvent, comme Cubitus, que XIII c'est un vieux machin tout droit sorti des années 80, un type à brushing avec un dessin qui fait penser aux couvertures de romans dont plus personne ne veut et qu'on trouve dans les vide-greniers...
Quel que soit notre degré d'inventivité sur le style, l'écriture, l'histoire, le dessin, etc... On ne les récupérera pas avec du 46 planches couleur... Il faut sans doute trouver autre chose, y compris en terme de productivité, ce qui sous-entend rompre avec cet esprit artisan...
Ou alors, en effet, nous vieillissons et nos lecteurs avec nous, et l'enthousiasme de certains d'entre eux s'étiolant, les ventes baissent, baissent, baissent...
Le meilleur blog du net selon un panel de consommateurs : http://david-chauvel.blogspot.com/
David C
Auteur
Auteur
 
Messages: 1079
Inscription: 07/02/2005
Localisation: Au boulot, c'te question...

Re: C'est la crise ?

Messagede stephane crety » 27/06/2010 10:54

David, vous prèchez un convaincu.Je déteste et j'ai toujours détesté ce "snobisme" de l'auteur égocentré européen(un peu fin de race...) et qui fait mine d'ignorer qu'il n'est qu'un rouage de la grande machine. En aucune manière , je ne saurai m'accrocher à un statut qui n'est qu'une illusion et qui n'a de cesse de se paupériser (de là mon investissement au sein du Snac-gabd, pour impulser à ma modeste mesure, le nécessaire aggiornamento des consciences.)). je me l'applique à moi meme, en travaillant avec un encreur à présent, en appliquant donc un shema US, mais en ne me faisant aucune illusion. De fait, je vais gerer plusieurs albums dans l'année, participer à l'obésité du marché, fragiliser le secteur,etc..mais, comme la grande majorité des auteurs, je capitalise plus sur les avances sur droits que sur les droits d'auteur pour la stabilité de mes revenues..donc, du coup, c'est la aussi la course en avant..on se mord la queue( et je ne suis pas tres souple !!! :shock: ).
Avatar de l’utilisateur
stephane crety
Auteur
Auteur
 
Messages: 562
Inscription: 23/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede Tibo! » 27/06/2010 11:05

JDMorvan a écrit:
Cela dit, au Japon, entre 800 et 1000 nouveautés par mois. C'est pas rien non plus.

En proportion, la qualité est la même que chez nous, je pense. Il y a des trucs qui en copient d'autres, des chef d'œuvres qui se vendent, et d 'autres qui passent inaperçus (c'est bien ça le pire, et ça arrive aussi chez nous).
Mais au Japon, la BD pour adultes traite vraiment de sujets adultes. Pas seulement de problèmes de dessinateurs de 40 ans en semi-dépression molle.


Y a quand même des grosses différences !
D'une part, le marché potentiel est deux fois plus important, sans compter l'export (en Asie, et surtout en France, 2e marché au monde). D'autre part et non des moindres, le prix ! Un manga neuf c'est entre 3 et 5 € (suivant le cours du yen) pour un format "habituel" (Dragon Ball). Y a des gros pavés type Block 109, mais en deux fois plus épais, qui ne coûtent qu'une grosse dizaine d'€, alors que le coût de la vie est supérieur ! Et je ne parle même pas du marché de l'occaz qui n'a rien à voir en France ! "Histoire de", j'avais acheté dans un Book Off, les 8 premiers Battle Royale pour un peu plus de 2 € !!

Malheureusement, en France la BD n'est pas un art (ni une industrie) populaire. J'ai rencontré pas mal de jeunes (20-25 ans) qui ont "découvert" la BD avec Lanfeust, et pas en 94, plutôt après 2000. Il doit y avoir un problème de ce côté là, et c'est pourtant pas les librairies ni les bibliothèques qui manquent. Question de culture je suppose.
Les albums coûtent assez cher (ce qui peut en parti s'expliquer) et le lectorat est assez faible tandis qu'au Japon toute la société est concernée ! Le fait que se soit un marché important offre la possibilité de niches non négligeable ce qui permet de faire des mangas "osés". En France, les niches, sont en parties, les "métiers" bof bof.... Au Japon, la BD est vraiment un média à part entière et les auteurs traitent de tout et s'en servent aussi à des fins politiques ce qui amènent des dérives ! En France l'extrême droite regarde toujours avec mépris "les illustrés" ! Ca empêche pas l'existence d'un grand nombre de manga vraiment mauvais et affreux graphiquement !

Mais à contrario le marché japonais est très fermé. On y trouve que des mangas ou presque. Même à Okinawa qui a pourtant été administrée par l'armée américaine pendant 27 ans et où il y a encore un paquet de militaires, j'y ai jamais vu un seul comics hors bases... La situation en France a des inconvénients mais j'apprécie le choix mis à disposition (c'est pas philanthropique, je sais bien ). Mais on a la chance de pouvoir trouver assez facilement de la BD US, japonaise, chinoise...

Je pense qu'il y a vraiment deux traditions différentes


La surproduction et l'accumulation d'albums fades agace le public. C'est dur de s'y retrouver ! Je reçois chaque semaine la newsletter de Canal BD et, fichtre ! Tout ca !! :shock: Comment voulez-vous que les lecteurs puissent y donner de la tête ....et ce, rien qu'en nouveauté ! Alors avec toutes les autres séries plus anciennes qui ont fait leur preuves....

L'idée d'album broché ou différent en guise de réédition me parait intéressante. Soleil a pu le faire mais uniquement sur des premiers tomes.
Bien que le public soit attaché au sacro-saint format cartonné, il serait peut-être envisageable des éditions différentes à petit prix, par exemple les 3 ou 4 tomes réunis en en seul, couverture souple et papier de moins bonne qualité. Une sorte de super picsou géant d'une série qui a déjà marché mais qui pourrait par la même trouvé un nouveau lectorat ! Ca pourrait être adaptable à un paquet de séries "nibards et épées" de Soleil par exemple. Le genre de format idéal pour le train, la plage et se faire plaisir à pas cher (et ça ferait gagner de la place dans la bibliothèque)! Je pense qu'il y a un public, mais l'argument "BD pour se détendre", genre chevalier dragon tout ça, à 13 euros, c'est sûrement un peu cher.

Morvan,par exemple, que penseriez-vous si Sillage était publié dans un format "économie", mettons, les 4 premiers tomes pour 15-20 euros (couverture souple, etc.) ? Sachant que le "fan" ou le collectionneur aurait toujours l'album classique.
Tibo!
BDémentiel
BDémentiel
 
Messages: 466
Inscription: 24/02/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede yodada » 27/06/2010 11:24

Des dessinateurs de 40 ans en semi dépression molle


Je dis bravo de le faire remarquer, la vie des auteurs on s'en fout un peu, enfin moi je m'en fous, on a aussi nos problèmes en tant que lecteur ! Si c'est pour nous sortir ce genre de BD, peuvent bien s'abstenir ! Il y a de plus en plus d'auteurs qui se regardent le nombril et qui se sentent obligés de se raconter !
Dernière édition par yodada le 27/06/2010 11:33, édité 1 fois.
"Les socialistes c'est comme les pigeons. Tu les aides à s'envoler et après ils te chient dessus" La CGT
Avatar de l’utilisateur
yodada
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3430
Inscription: 01/01/2007
Localisation: A Trifouillis les Bains
Age: 48 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede Steve-C » 27/06/2010 11:32

Les séries "nibards et épées" :fant2: :fant2: :fant2: :fant2:
Steve-C
BDérisoire
BDérisoire
 
Messages: 16
Inscription: 27/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede David C » 27/06/2010 11:36

Et si l'on continue à dévider la bobine... On finit par s'apercevoir que si, comme on nous l'a écrit ici, les scénaristes franco-belges sont nuls et ne savent pas parler du monde qui les entourent... C'est peut-être parce que le ver est dans le fruit du 46 pages couleur grand format.
L'album couleur grand format est avant tout un album qui sert à mettre en valeur un dessin coloré. C'est donc le paradis du spectaculaire, de l'aventure, du fantastique, etc... Et du format découle le contenu.
Ca n'a aucun sens de vouloir raconter le dialogue d'un couple en crise, assis dans une cuisine, sur un album de ce type.
Bien sûr, on peut tout à fait faire ce genre de livre aujourd'hui, et ils existent, mais ce n'est ni le modèle dominant ni celui qu'on est encouragés à utiliser, ne serait-ce qu'économiquement : "j'avais envie de faire un album de 250 pages racontant la vie d'un quinquagénaire en rupture qui va peu à peu découvrir la vie dans la rue, en France, de nos jours, mais mon éditeur pense qu'on va en vendre 1000 et m'a fait un proposition financière qui me condamne à mourir de faim, donc je vais plutôt faire "la quête de Choudoutrouboulou", un truc de fantasy super sympa avec des belle couleurs et des oreilles pointues dedans, parce que là, je vais pouvoir payer mon loyer et m'acheter des nouvelles godasses."
Ce n'est pas un hasard si vous avez, dans le top 5 du mois, "Long John Silver" et non "comment je m'ai disputé avec ma femme" ou "Okko" et non "ma vie de chômeur longue durée".
Je force un peu le trait... Mais enfin voilà, il y a aujourd'hui, induie par le format, une préséance du beau, du spectaculaire, de l'aventure, du fantastique... Bref, de la forme sur le fond, non pas sur la qualité, mais sur les thèmes abordés et le type de récit proposé.
J'en reviens donc à mon point de départ à notre nullité présupposée à tous (et encore, on a été plus épargnés que les éditeurs, qui, à lire les 5 pages qui précèdent, seraient donc vraiment tous des abrutis décérébrés à peine capable de mettre un pied devant l'autre ou compter sur leurs doigts) : que se passerait-il si, subitement, une bonne fée donnait un coup de baguette magique et nous disait "avant, tu avais 46 planches couleur grand format, une fois par an (voire un peu plus) pour raconter une super géniale histoire, maintenant, on te propose 4 fois 200 pages d'un plus petit format (et où donc le spectaculaire graphique est subitement moins déterminant) dans l'année".
Qu'est-ce que nous écririons ?
Et serions-nous toujours aussi mauvais et incapables de parler du monde qui nous entoure ?
Et pourrions-nous gagner de nouveaux lecteurs à la cause de la bande dessinée ?
Le meilleur blog du net selon un panel de consommateurs : http://david-chauvel.blogspot.com/
David C
Auteur
Auteur
 
Messages: 1079
Inscription: 07/02/2005
Localisation: Au boulot, c'te question...

Re: C'est la crise ?

Messagede Steve-C » 27/06/2010 12:01

Ce que tu dis david C est très juste, j'avais caressé l'espoir à une époque d'adapter le livre "le tunnel" un book sur les déportés creusant un tunnel entre autriche et yougoslavie, à la fois très horribles mais avec pleins de passages d'une drolerie absolue :oops: On m'a calmé de suite, les ventes seront négligeable - Alors on m'a proposé une héroïne très court vétu, crise du tissu oblige - fortement poumonée bien sur, et se lattant contre trolls et autres goblins !
bref Frodon sacquet en transexuel :oops:

Un autre éditeur m'a proposé des planches dans un collectif de blagues de fesse et le 3eme m'a proposé un truc sur
les routiers - Dzeunes auteurs en devenir, avant de postuler, sachez bien quel "créneau" occupe tel ou tel éditeur :D
Dernière édition par Steve-C le 27/06/2010 12:04, édité 1 fois.
Steve-C
BDérisoire
BDérisoire
 
Messages: 16
Inscription: 27/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede yodada » 27/06/2010 12:04

Les éditeurs ne veulent plus prendre de risques, c'est dommageable !

C'est la foire au pognon !
"Les socialistes c'est comme les pigeons. Tu les aides à s'envoler et après ils te chient dessus" La CGT
Avatar de l’utilisateur
yodada
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3430
Inscription: 01/01/2007
Localisation: A Trifouillis les Bains
Age: 48 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede Steve-C » 27/06/2010 12:08

On pourrait aussi parler de la cohortes d'auteurs se battant comme des chiffoniers pour tenter la reprise d'Alix,
Blake et Mortimer, jobar team, preuve que les éditeurs assurent sur ce qui est leur fond de commerce, pas un bon signe de santé AMHA ;)
Steve-C
BDérisoire
BDérisoire
 
Messages: 16
Inscription: 27/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede luc Brunschwig » 27/06/2010 12:09

C'est assez drôle de parler de la façon dont le livre est proposé au lecteur en terme de coût, en pensant toujours et éternellement papier. On arrive à une révolution majeure qui va être le livre électronique (et ne me dites pas que vous avez besoin de votre album relié dans votre bibliothèque, ce sont des propos de vieux cons de 30 à 80 ans qui n'auront plus de sens pour les générations qui arrivent). Le côut de l'impression et du prix du papier n'auront plus guère de sens dans les 10 ans à venir (sauf pour quelques collectionneurs et quelques albums où l'impression apportera véritablement un plus). Le prix de nos histoires pourra enfin se démocratiser... mais ça pose beaucoup de questions, à commencer par le financement de cette création hors du cadre classique de la librairie ? Et puis qui va nous vendre ? combien on va gagner sur ces albums dématérialisés ? quid du piratage qui est en train de déstabiliser le marché du disque et du cinéma ? quel rôle pour l'éditeur alors qu'un auteur est capable de produire sa planche finie sans passer par lui ? Allons-nous traiter directement avec les plates-formes de diffusion ? je n'ai pas de réponse à tout ça...
Et surtout, dans ce contexte, est ce que la BD existera encore tel qu'on la connait aujourd'hui... ? Ne va-t-on pas voir apparaitre un nouveau média où dessin, musique, sons, viendront se mélanger pour proposer un nouveau type de narration ???
Ce sont beaucoup de questions, et c'est à mon sens, assez excitant de se dire qu'on est à l'aube de quelque chose de vraiment neuf et qu'on va participer à l'établissement des premières règles de ce nouveau médium.
Avatar de l’utilisateur
luc Brunschwig
Auteur
Auteur
 
Messages: 2194
Inscription: 18/06/2004
Localisation: neuillé le lierre
Age: 54 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede weissengel » 27/06/2010 12:17

Cubitus a écrit:La différence c'est qu'au Japon et aux USA, les auteurs "adultes" qui pondent des scénarii intelligents, réfléchis, qui traitent de sujets sérieux, mais tout en ayant un sens du suspense, de l'histoire et des personnages

Et qui te dis que ce type de récits, proposés par des auteurs franco-belges, ne remplissent pas la longue liste des projets refusés, car considérés comme "commercialement trop risqués"? 8-)
Avatar de l’utilisateur
weissengel
Auteur
Auteur
 
Messages: 114
Inscription: 07/05/2003
Localisation: Toulouse

Re: C'est la crise ?

Messagede sol » 27/06/2010 12:23

David C a écrit:Ce n'est pas un hasard si vous avez, dans le top 5 du mois, "Long John Silver" et non "comment je m'ai disputé avec ma femme" ou "Okko" et non "ma vie de chômeur longue durée".

en meme temps, en dehors du format, je pense que les gens ont plus envie de lire quelque chose qui les détend et les fait s'évader que quelque chose de déprimant, surtout en ces temps de crise. Ce n'est pas juste dû au format.
Avatar de l’utilisateur
sol
BDémentiel
BDémentiel
 
Messages: 498
Inscription: 19/02/2003
Localisation: Reims
Age: 46 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede stephane crety » 27/06/2010 12:25

ne sombrons pas dans un manichéisme de bon aloi, qui nous permettrait de ne pas trop se regarder dans le blanc des yeux.Les éditeurs tentent de percevoir les tendances , de les fructifier, et d'en faire des normes (des recettes...); c'est leur boulot, et c'est normal.;en sachant que les normes évoluent; le processus est simple; un succés inattendu sur un format atypique, l'éditeur embraye sur ce succés, incite à des "copies" ou séquelles", mise en place d'une recette appliquée jusqu'a l'épuisement, jusqu'a satiété.les séries à multiples auteurs (une sorte de one shot en rafale sur un meme theme), il y a quelques années, les éditeurs n'en voulaient pas (j'en avais discuté avec Giroud.); a present, c'est la recette miracle, parce que tous simplement ca fonctionne..et il n'y a qu'une seule regle valable et lucide, c'est le chiffre de vente(dans le mainstream...).
c'est ainsi, il'éditeur est dans son role, et le chiffre de vente lui donne raison;la nana grosse épée fonctionne.
qu'il y ait une lassitude d'une certaine partie du lectorat, les plus avisés, les "illuminati", je peux comprendre, mais le fait est que visiblement ils ne sont pas représentatifs de l'ensemble du lectorat....ils sont peut etre un peu prescripteur, mais pas totalement. Les chiffres sont là, et ils décrivent des permanences..

alors un format, ca peut etre cooercitif (le 46 p,etc)...mais les regles ne sont pas systematiquement des entraves à la créativité; Si on prend en référence l'art dominant, le cinéma, la permanence du format ecran n'a pas empeché des chefs d'oeuvre, et les errements 3d récents n'ont pas provoqué un nouvel élan créatif...et pas de peu....
Dernière édition par stephane crety le 27/06/2010 12:36, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
stephane crety
Auteur
Auteur
 
Messages: 562
Inscription: 23/06/2010

Re: C'est la crise ?

Messagede sol » 27/06/2010 12:29

Steve-C a écrit:Les séries "nibards et épées" :fant2: :fant2: :fant2: :fant2:

c'est clair que ça saoule , ce genre de BD :no: et puis, j'en profite pour dire aux auteurs de ne pas se sentir obligés de montrer des nénés ou des scènes de sexe quand ça n'apporte rien de plus à l'histoire: franchement à la fin, ça gave [:bdgest] mais bon, c'est peut etre les éditeurs qui poussent en ce sens là. Mais les lecteurs ne sont pas tous des gros 'boeufs à hormones' :D :nononon:
Avatar de l’utilisateur
sol
BDémentiel
BDémentiel
 
Messages: 498
Inscription: 19/02/2003
Localisation: Reims
Age: 46 ans

Re: C'est la crise ?

Messagede luc Brunschwig » 27/06/2010 12:41

A titre personnel (et je pense que c'est assez sain) je n'ai rien contre les locomotives quelqu'en soit la qualité, du moment qu'elles trouvent un lectorat (et qu'elles le satisfassent) tant que ces locomotives permettent de générer l'argent qui permettra de "tenter" des choses plus culottées. Le problème depuis quelques années, c'est que ça ne se passe plus comme ça. Je pense à un éditeur comme Dupuis qui fonctionnait intégralement sur le principe gros auteurs qui permettent le financement de choses plus fragiles. Or, on est passé à des comptes de gestions individualisés pour chaque série. Si une série n'est pas rentable, elle gicle, quelque soit ses qualités. On n'est plus dans un principe global où c'est la moyenne des ventes qui est jugé. Aujourd'hui, tout doit être rentable immédiatement.
Avatar de l’utilisateur
luc Brunschwig
Auteur
Auteur
 
Messages: 2194
Inscription: 18/06/2004
Localisation: neuillé le lierre
Age: 54 ans

PrécédenteSuivante

Retourner vers Généralités sur la Bande Dessinée

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités