Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Bande dessinée du réel - Apports et limites

Pour discuter de tous les sujets généraux autour de la bande dessinée, des libraires, des éditeurs et des auteurs

Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede nexus4 » 24/06/2021 11:32

Alors par BD du réel j'entends cours magistraux, reportages, biographies.

Bon, je n'ai pas le temps de faire le premier message que je voulais mais l'occasion se présente :

Nouvelle maison d'édition : Dunod Graphic.
Line up : Rimbaud, Spinoza, Nobel, Descartes, L'infini, L'histoire de la photo.
J'en peux plus, la BD is the new "... pour les nuls". On est tombé bien bas.

On avait pourtant de belles lettres, Maus, L'ascension du Haut Mal, Persépolis, Gorazdé et j'en passe.
Mais maintenant c'est service minimum, des récitatifs long comme le bras, des mec assis qui te causes face caméra, l'indigent stratagème de la discussion entre amis, entre le néophyte et l'expert, des illustrations minimalistes... elles sont vraiment devenues très rare les BD où l'artiste imprègne le récit de sa vision. Ca doit être une ou deux par an. Et pourtant on s'en tape jours après jours des BD du réel, des tombereaux.
.
Fichiers joints
_DunodGraphic.jpg
Avatar de l’utilisateur
nexus4
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 57264
Inscription: 18/08/2003
Localisation: Colonies Jupiter
Age: 55 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede ubr84 » 24/06/2021 12:44

:bravo: Un nouveau sujet où on va pouvoir s'écharper !

Perso je me rends compte que je suis de plus en plus client et il y a de belles choses depuis les quelques illustres que tu cites ; on n'est pas obligé de sombrer dans le service minimum. Je penche largement du côté des apports plutôt que des limites.

Et à chaque fois que j'entends un journaliste, documentariste parler de BD il dit toujours que la BD a l'avantage que n'a aucun autre média de pouvoir :
1) entrer partout et en rendre les images (ce que tu ne peux pas faire avec une caméra ou un appareil photo
2) montrer ce que l'on n'a pas vu
3) montrer l'insupportable grâce à des astuces de dessin

Petit florilège de mes bonnes lectures dernièrement :
- Les damnés de la commune : une fort belle mise en valeur des gravures d'époque pour faire de l'histoire intelligente.
- Histoire dessinée de la France : j'ai lu le premier et suis en train de lire celui sur le moyen âge : un ton décalé qui fait de l'historiographie (histoire de l'histoire) qui est un thème rare et précieux
- Jours de sable : coup de coeur de BDGest :P
- Jo la pirate : une belle biographie superbement dessinée par Virginie Augustin
- Et l'homme créa les dieux qui utilise la discussion entre amis (l'érudit et les naïfs) mais qui démontre très intelligemment les processus mentaux qui amène aux croyances et mythes
- Oleg : magique BD sur le processus créatif de Peeters
- L'homme qui tua Chris Kyle : Nury et Brüno qui s'attaquent à la société américaine
- Tout le travail de Alessandro Pignocchi sur les indiens achuars, la ZAD. De magnifiques mises en images d'une nature à préserver
- Enferme moi si tu peux ! sur l'art brut qui fait voir et comprendre quelques artistes étonnants
- la revue dessinée tous les 3 mois, plus inégale car régulier et épais mais avec toujours de bonnes choses
- et d'autres que j'oublie, j'ai pas cité Davodeau tiens ça fait un moment que je n'ai rien lu de lui ... Cher pays de notre enfance est je pense ma préférée

Je trouve que la BD a très positivement évolué sur ces thèmes depuis les BD très scolaires type l'histoire de France, ou Il était une fois De Gaulle :roll:
Dernière édition par ubr84 le 24/06/2021 13:46, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
ubr84
Romuald
Romuald
 
Messages: 7579
Inscription: 28/03/2014

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Coldo3895 » 24/06/2021 13:40

Moi ce sont les BD sur l'économie qui m'insupportent. Là je suis d'accord avec Nexus, ça donne vraiment l'impression d'une version abêtie, avec des zolis dessins, pour ceux qui ne pourraient pas comprendre un livre.

J'ai du mal aussi avec les BD sur la science, mais je suis assez exigeant sur le sujet... Rien ne vaut un bon livre !

Les biographies, bof... il y a du bon et du mauvais, mais ce que je trouve assez ridicule, c'est quand le dessin reproduit une photo connue... quel est l'intérêt ?
Le yéto là-hi !... Le yéya là-ti !... Le téyi ho-là !... Flûte !... Le truc, enfin !... Le yéti, quoi !... Là-haut !...
Avatar de l’utilisateur
Coldo3895
Grand Maitre Spoiler
Grand Maitre Spoiler
 
Messages: 11608
Inscription: 18/11/2004
Localisation: Deuil la Barre
Age: 52 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede ubr84 » 24/06/2021 13:53

Coldo3895 a écrit:J'ai du mal aussi avec les BD sur la science, mais je suis assez exigeant sur le sujet... Rien ne vaut un bon livre !


Sur la science, astronomie, biologie, je pense qu'on peut apporter beaucoup avec le dessin.
Et mathématiques aussi.

J'ai lu ça qui m'avait bien plu, manière astucieuse de mettre en scène les maths :


Et ça

ou ça

ou ça


Permettent d'apporter de l'humour ce qui me parait plus difficile dans un livre.
Avatar de l’utilisateur
ubr84
Romuald
Romuald
 
Messages: 7579
Inscription: 28/03/2014

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede euh... si vous le dites » 24/06/2021 14:38

nexus4 a écrit:Alors par BD du réel j'entends cours magistraux, reportages, biographies.

Bon, je n'ai pas le temps de faire le premier message que je voulais mais l'occasion se présente :

Nouvelle maison d'édition : Dunod Graphic.
Line up : Rimbaud, Spinoza, Nobel, Descartes, L'infini, L'histoire de la photo.
J'en peux plus, la BD is the new "... pour les nuls". On est tombé bien bas.

On avait pourtant de belles lettres, Maus, L'ascension du Haut Mal, Persépolis, Gorazdé et j'en passe.
Mais maintenant c'est service minimum, des récitatifs long comme le bras, des mec assis qui te causes face caméra, l'indigent stratagème de la discussion entre amis, entre le néophyte et l'expert, des illustrations minimalistes... elles sont vraiment devenues très rare les BD où l'artiste imprègne le récit de sa vision. Ca doit être une ou deux par an. Et pourtant on s'en tape jours après jours des BD du réel, des tombereaux.
.


La bande-dessinée à portée didactique, hors exception, ça ne m'intéresse pas.
La seule raison qui peut de temps en temps pousser à m'y intéresser, ce n'est pas vraiment le sujet traité mais l'intérêt graphique et narratif que je peux y trouver. Autant dire que dans la production pléthorique actuelle, c'est presque le néant.
Un exemple : la bd sur l'esprit critique qui est sortie récemment et qui a reçu une très bonne critique ici. Je ne doute pas de la pertinence du propos, je ne doute pas de son intérêt didactique mais je trouve ça tellement pauvre graphiquement et narrativement que ça m'ôte toute envie de la lire.
Je ne dis pas que c'est nul et c'est tant mieux si ça peut intéresser des lecteurs mais ça n'a en tout cas rien à voir avec ce qui m'intéresse dans la bande-dessinée.

La bd de reportage, ça peut m'intéresser quand l'immersion de l'auteur dans le réel s'accompagne d'un propos construit et d'un point de vue personnel sur la matière qu'il traite. L'important n'est pas dans l'approche rigoureuse des bds didactiques mais bien plutôt dans un discours qui éclaire un sujet de manière personnelle, à confronter avec d'autres approches de la même matière.

Les biographies, en règle générale, ça m'intéresse assez peu sauf si j'y sens un auteur qui développe un propos construit, qui s'incarne autant dans la manière d'aborder la matière biographique que dans les choix graphiques et narratifs.
Le travail de Léonie Bischoff sur Anaïs Nin par exemple me semble remarquable.
Mais la plupart du temps, je passe mon chemin.

Les autobiographies, ça m'intéresse a priori beaucoup plus parce que, de facto, l'artiste y imprègne le récit de sa vision. C'est même la base du genre. Après, comme dans tout, il y a des auteurs qui ont un univers riche et qui parviennent à le partager de manière intéressante et d'autres pas.
"Ca ne résout pas vraiment l'énigme, ça y rajoute simplement un élément délirant qui ne colle pas avec le reste. On commence dans la confusion pour finir dans le mystère."
Denis Johnson - "Arbre de fumée"
euh... si vous le dites
BDGestiste Avancé
BDGestiste Avancé
 
Messages: 6075
Inscription: 14/06/2018

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Reginhard » 24/06/2021 16:03

Coldo3895 a écrit:Ce que je trouve assez ridicule, c'est quand le dessin reproduit une photo connue... quel est l'intérêt ?

Image
Image
Des fois, y a un plus, mais c'est pas donné à tout le monde :-D
Ia nie znaiou !
Avatar de l’utilisateur
Reginhard
BDéphage
BDéphage
 
Messages: 1911
Inscription: 08/05/2021
Localisation: Sifflotay-sur-la-Gamme

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Vainsy » 24/06/2021 17:36

Un auteur génial, qui rend passionnants tous les sujets qu'il aborde, c'est Mathieu Burniat. :love:
Sylvain ou Michel, comme vous voudrez
Lisez F'murrr forever !!!
Avatar de l’utilisateur
Vainsy
Romuald
Romuald
 
Messages: 2732
Inscription: 21/11/2016
Localisation: au comptoir de la buvette des cîmes
Age: 105 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Cooltrane » 24/06/2021 18:15

Bon, si j'ai bien compris, on rentre dans le sujet qui fait que je suis de plus en plus déçu de la BD en général. C'est bien documenté ici (par votre serviteur) sur les fofos que j'en ai ma claque des BD reportages, BD biopic et surtout des BD Selfie à gogo.

Perso, la BD reportage style Le Photographe de Guibert ou les Voyages de Lepage, cela ne m'a jamais fait balancer la gauche et la droite - ni ensemble, ni séparément. Je peine à trouver l'intérêt d'un tel bouquin prenant des années à dessiner, alors qu'un bon reportage filmé rendrait bien plus intéressant (et gratuit). Le pire exemple pour moi, c'est La Bombe [:lega] [:my name snake:2] (désolé pour Mr. Alcante s'il nous lit :hug: ): je suis certain que c'est un bouquin correct, mais si je veux lire ou m'instruire sur le sujet, ce ne sera pas via le cana de la BD. Même si le bouquin s'est bien vendu et donc a fait vivre ses auteurs, c'était un pari insensé pour le dessinateur de passer deux ans à le dessiner avec une chance importante que ce soit un bide partiel ou total.

Parfois je tente encore un truc BD-adaptation (je pense au dernier Béhé (Et l'Homme créa les dieux), car je pensais que ce serait intéressant (déjà le sujet pour l'athée et le dessin de Béhé), mais grosse déception au tournant: déjà à cause de mon attente du sujet, mais aussi dans la manière dont le tout nous est amené. Néanmoins, ce titre aura eu le mérite de m'accrocher au point de lui donner une chance, ce qui est bien plus.

[Mode; Rentre dans le lard ON]
Pour les BD-selfies (ex BD-blogueuses), yen a marre des mecs et meufs qui ne savent que parler d'eux, de leurs diarrhées artistico-intestinales et des autistes nord-américains qui nous pondent des RG +/- fort autobiographiques depuis les 90's
[Mode; Rentre dans le lard OFF]

Reginhard a écrit:
Coldo3895 a écrit:Ce que je trouve assez ridicule, c'est quand le dessin reproduit une photo connue... quel est l'intérêt ?

Image
Image
Des fois, y a un plus, mais c'est pas donné à tout le monde :-D


Ayant discuté avec un libraire à propos de notre lecture Vénus Noire àpd Beaudelaire (de Yslaire) et du bouquin sur Verlaine (pas encore lu, pour des raisons que le sujet invoque), on a dévié sur Rimbaud et le fait que le dandyisme du trio les rendaient absolument vains. Il parait(rait) que toutes les photos d'Arthur ont été systématiquement retouchée à l'époque, à la demande de l'intéressé pour le rendre plus beau qu'il ne l'était réellement - dandy oblige. Photoshop XIX.0, quoi!! :lol:
Dernière édition par Cooltrane le 24/06/2021 21:54, édité 1 fois.
Mieux vaut tapis Persan volé que tapis volant percé (Uderzo.... et oui, pas Goscinny)
Avatar de l’utilisateur
Cooltrane
Grand Maître BDGestiste
Grand Maître BDGestiste
 
Messages: 20284
Inscription: 30/09/2010
Localisation: Ohl.... enfin, BruxOhl..
Age: 59 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede toine74 » 24/06/2021 18:36

La BD du réel est un truc à la mode (= qui se vend), donc on a droit à la multiplication d'albums de ce genre. Il y a 10 ans, c'était les trucs de blog, avant on avait eu droit à l'autobio à tout va après une époque HF et le début des séries concept. A chaque fois, une quantité de bouses sans intérêt et, au milieu, quelques auteurs avec une personnalité et vraiment quelque chose à dire/raconter.

Heureux et chanceux l'éditeur qui devinera le prochain truc qui se démarquera, avant le raz-de-marée qui suivra. :lol:
« Les gouvernants ont décidé de retarder la concrétisation de l'utopie tant que les citoyens ne seront pas parvenus à un consensus. »

José Carlos Fernandes
Avatar de l’utilisateur
toine74
Maître BDGestiste
Maître BDGestiste
 
Messages: 19766
Inscription: 02/12/2007
Localisation: Sherbrooke
Age: 48 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Reginhard » 24/06/2021 20:08

La pseudo BD de la réalité, ça peut pas exister. A partir du moment où il y a des petits dessins avec des gens qui causent dans des bulles, c'est plus du réel, c'est du récit. Donc de la fiction, ni plus vraie, ni pas plus vraie qu'une autre. Elle, se drape juste dans Sa prétention du réel pour impressionner le populo.
Image
Alors, les BD qui veulent m'instruire (m'expliquer la différence entre le vrai et le faux), les BD qui veulent me faire la morale (me dire ce qui est bien, ce qui est mal) ou pire, c'est celles qui me prennent pour un attardé et qui prétendent m'éduquer...pour moi, c'est rien que des trucs de trumeaux.
Image
Ia nie znaiou !
Avatar de l’utilisateur
Reginhard
BDéphage
BDéphage
 
Messages: 1911
Inscription: 08/05/2021
Localisation: Sifflotay-sur-la-Gamme

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Coldo3895 » 24/06/2021 22:38

Après, les BD de Joe Sacco, c'est quand même chouette !

Le yéto là-hi !... Le yéya là-ti !... Le téyi ho-là !... Flûte !... Le truc, enfin !... Le yéti, quoi !... Là-haut !...
Avatar de l’utilisateur
Coldo3895
Grand Maitre Spoiler
Grand Maitre Spoiler
 
Messages: 11608
Inscription: 18/11/2004
Localisation: Deuil la Barre
Age: 52 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede scubby » 25/06/2021 06:04

Indépendamment du support et pour tout ce qui histoire, il importe de pouvoir faire passer le vrai message. Et autour de chaque grands personnages et de grands événéments historiques résident des zones d'ombre et des nuances.

On va évidemment rétorquer à la BD qu'il est impossible de traiter la vie de Napoléon ou de De Gaulle en 3 x 56 pages.... Pourquoi pas? L'exercice de synthèse à partir où il est bien fait est tout à fait valable à partir du moment où il est bien fait. Et qui génère de l'intérêt à en apprendre plus. Donc plutôt demandeur en ce qui me concerne.

Je viens de lire récemment quelques volumes de "Un pape dans l'histoire" et tout particulièrement "Pie XII face au nazisme" volume 2. Cela m'a quelque peu interloqué en lisant qu'il s'agissait d'une collaboration Glénat- édition le Cerf (premier éditeur religieux de France et de l’espace francophone) et me suis demandé dans quelle mesure la nuance et les zones d'ombres y seront abordé. C'est une histoire en 2 tomes donc pour l'heure.

[Révéler] Spoiler:
la structure de l'histoire part d'une image très négative de Pie VII où le clergé est ensuite amené à justifier les actes sur la base de l'histoire et du vécu du pape. Difficile à ce stade d'en tirer toute conclusion


Le plus dangereux dans tout cela est qu'à force que ces ouvrages prennent le dessus, cela en deviennent la norme et que l'on fasse de l'histoire un exercice de style raccourci oubliant toute les nuances et tendant vers le révisionnisme. Surtout au moment où les jeunes enseignants bercées par une culture de loisirs et de plus en plus éloignés des événements décideront de proposer des BD comme livre d'histoire. A cela vient s'ajouter toutes les uchronies et à se demander comment faire la différence entre "un pape dans l'histoire" et "ils ont fait l'histoire" avec une histoire romancé basé sur des faits existants... Cette dualité existe certes avec la littérature et le cinéma/TV, mais j'ai l'impression qu'avec la BD (mais aussi les jeux vidéos basés sur l'histoire), on est en train de franchir un nouveau pas où la frontière entre réalité et fiction devient toujours plus mince.
Avatar de l’utilisateur
scubby
BDémentiel
BDémentiel
 
Messages: 346
Inscription: 27/12/2016
Localisation: La Chaux-de-Fonds
Age: 52 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Reginhard » 25/06/2021 06:56

Coldo3895 a écrit:Après, les BD de Joe Sacco, c'est quand même chouette !

C'est plus que chouette! Mais c'est pas du réel, c'est du vécu. C'est du ressenti. C'est du retranscrit et mis en forme pour créer de l'identification avec le narrateur pour faire adhérer à ses sentiments. Consciemment ou non, peu importe. Par exemple là, sur la troisième case, comment ne pas entrer en empathie avec ce petit bonhomme qui fait face à une météo et des humains dominants et hostiles.
Image
Sacco est un bon et il a, avec d'autres, sous couvert de reportage, défriché un usage de la BD comme outil de propagande, pour la bonne cause bien sur, toujours pour la bonne cause. Sans même avoir recours à une fiction comme par exemple Tchang Tchong Yen, quand il convainc Hergé de faire du Lotus bleu, qui n'aurait du être qu'un enfilage de lieux communs sur la Chine et les Chinois, un brûlot antijaponais.
La BD est terriblement efficace pour ça. Plus qu'un reportage, car l'écrit contraint à réfléchir et à prendre du recul. Plus qu'une photo, qui reste malgré tout objective. Plus même je crois, faudrait voir pourquoi, qu'un film ou docu (sur la "cause palestinienne" et l'impossible objectivité, voir ou revoir "Ici et ailleurs" d'un autre Godard). Ce va et vient constant entre l'image et deux niveaux de texte (le discours des personnages et le commentaire) rend toute distanciation difficile voire impossible. C'est ce qui fait que j'aime la BD quand elle me raconte des histoires et que je m'en méfie au plus haut point quand elle prétend ne pas m'en raconter.
Ia nie znaiou !
Avatar de l’utilisateur
Reginhard
BDéphage
BDéphage
 
Messages: 1911
Inscription: 08/05/2021
Localisation: Sifflotay-sur-la-Gamme

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Olaf Le Bou » 25/06/2021 08:48

nexus4 a écrit:Nouvelle maison d'édition : Dunod Graphic.
Line up : Rimbaud, Spinoza, Nobel, Descartes, L'infini, L'histoire de la photo.
J'en peux plus, la BD is the new "... pour les nuls". On est tombé bien bas.

On avait pourtant de belles lettres, Maus, L'ascension du Haut Mal, Persépolis, Gorazdé et j'en passe.
Mais maintenant c'est service minimum, des récitatifs long comme le bras, des mec assis qui te causes face caméra, l'indigent stratagème de la discussion entre amis, entre le néophyte et l'expert, des illustrations minimalistes... elles sont vraiment devenues très rare les BD où l'artiste imprègne le récit de sa vision. Ca doit être une ou deux par an. Et pourtant on s'en tape jours après jours des BD du réel, des tombereaux.


attention tout de même à ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. l'opportunisme mercantile d'éditeurs (et d'auteurs) surfant sur la mode ne doit pas jeter le discrédit sur tout un pan de la production qui a donné de très belles lettres de noblesse au média BD. Et qui souhaitons le continuera à en donner.

c'est précisément l'intérêt du site de séparer le bon grain de l'ivraie et de mettre en valeur les ouvrages qui sortent du lot.


en première approximation, la méthode que j'applique pour aborder ce pan de la BD est de dédaigner tous les albums s'inscrivant dans une collection (les dunod dont tu parles en préambule, les sociorama de Casterman, les innombrables collections de vulgarisation historique (les découvreurs, les reines de ceci, les rois de cela, les papes, les sportifs, etc etc), bref tous les trucs de commandes alimentaires (même s'il existe évidemment de superbes contre-exemples) et de me concentrer sur les albums indépendants portés par une vision d'auteur et apportant un point de vue original. Et ça fait encore pas mal de choix.
Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux

Ma galerie sur Gurushots
Avatar de l’utilisateur
Olaf Le Bou
BDGedï
BDGedï
 
Messages: 31030
Inscription: 20/03/2008
Localisation: Cambrésis
Age: 54 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Le Tapir » 25/06/2021 09:22

Voila un sujet idéal pour exprimer tout son vieux connisme purulent!

Je m'étonne vraiment que Yannemezan ne soit pas venu poser sa petite crotte scout! Il est à la rue ou quoi? Et que font les phalanges des adorateurs d'Asterix avec leur pseudo de merde en mode Goscinny ( mais sans le coté marrant)? :fant2:

Non mais après je comprends aussi le cri du coeur de Nexus, la bd en mode youtube... C'est vraiment de l'opportunisme éditorial de base qui surfe sur la mode de la bd! Mais bon, chacun va "chercher bonheur" avec ce qu'il peut dans ses lectures! C'est pas plus mal de ressortir moins con d'une lecture qu'on y est entré!
« La BD est un art de petits garçons blessés, vous ne trouvez pas ? » ("Dernier Week-end de Janvier" de Bastien Vivès)
Avatar de l’utilisateur
Le Tapir
Grand Maître BDGestiste
Grand Maître BDGestiste
 
Messages: 22702
Inscription: 02/01/2009

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Reginhard » 25/06/2021 19:08

Le Tapir a écrit:C'est pas plus mal de ressortir moins con d'une lecture qu'on y est entré!

Définitif !
Ia nie znaiou !
Avatar de l’utilisateur
Reginhard
BDéphage
BDéphage
 
Messages: 1911
Inscription: 08/05/2021
Localisation: Sifflotay-sur-la-Gamme

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede HervB » 26/06/2021 06:36

Olaf Le Bou a écrit:(...) les sociorama de Casterman (...)

Donc, tu juges les Sociorama sans les avoir lu si j'ai bien compris. Ben moi; j'en ai lu un certain nombre et si j'ai parfois un peu de mal avec le dessin ou la narration, je les trouve globalement bien fichu niveau contenu. Leur lecture permet réellement de "ressortir moins con" (en tout cas, en ce qui me concerne). Je conseille donc :)
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Ténia de Mangaverse et de Bulledair
Rédacteur à du9 et blogueur sur mon WordPress
Avatar de l’utilisateur
HervB
BDétraqué
BDétraqué
 
Messages: 567
Inscription: 19/07/2003
Localisation: Yvelines

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Cooltrane » 26/06/2021 09:28

HervB a écrit:
Olaf Le Bou a écrit:(...) les sociorama de Casterman (...)

Donc, tu juges les Sociorama sans les avoir lu si j'ai bien compris. Ben moi; j'en ai lu un certain nombre et si j'ai parfois un peu de mal avec le dessin ou la narration, je les trouve globalement bien fichu niveau contenu. Leur lecture permet réellement de "ressortir moins con" (en tout cas, en ce qui me concerne). Je conseille donc :)


j'ai du gougueuler Sociorama et Caster, car je n'avais aucune idée à quoi cela ressemblait (connaissait pas du tout - jamais vu en librairie). Je ne connaissais pas la collection DunoD non plus avant ce topic (merci Nex). Vraiment pas mon truc, et comme Olaf, j'aurais snobé si je les avais vu.
Je me répète sans doute, mais à de rares exceptions près (et dans ce cas, plus pour le coté graphique que pour le sujet), pour moi, BD = Fiction = Évasion

Je ne crois pas que ce genre de "BD réalité" soit mauvais et c'est certainement instructif (comme 95% des bouquins - tous confondu) pour leur public cible.
Mais, je ne crois pas que ce soit la question de base. Moi, ce qui m'interpelle, c'est que la multiplication de ce genre d'ouvrage semble servir une/des génération/s qui sont incapable (ou n'ont plus encourage) de lire un vrai livre sur un sujet bien précis - sans passer par une sorte de vulgarisation.

Maintenant, (sujet que je ramène périodiquement), les écoles BD lâchent sur le marchés X centaines de diplômés chaque année, qui devront trouver du travail ou s'en inventer un, quitte à trouver un éditeur. Il est clair que malgré l'explosion (plus si récente) à 5000 nouveautés par an (cela doit faire 20 ans qu'on est arrivé à ce plateau, non? ), elle ne peut tout simplement pas absorber l'entièreté des nouveaux arrivants. Du coup, on crée(rait?) des produits hybrides du style Socio et Dunod?
A qqes exceptions (très technologiques) près, c'est d'ailleurs valable pour quasi toutes les hautes écoles qui lâchent dans la nature trop de diplômés que la niche n'est capable d'absorber.

===============================

Maintenant, reste à savoir si un tel bouquin (ci-dessous) sera la solution pour qq'un cherchant à s'informer sur le sujet (parce que c'était sa démarche avant de tomber dessus), ou bien l'a t'il ramené chez lui en se disant (par ex): "tiens, c'est l'occase de survoler le sujet que je ne maitrise pas et de briller en société si le sujet fait surface"


Et par ailleurs, est-ce que ce bouquin va se retrouver dans le rayon physique nucléaire à coté des publications scientifiques ou professionnelles à moyen terme dans une librairie style Furet Du Nord ou Filigranes?

=================

Certains libraires BD Spé sont assez découragé de voir leurs rayons se remplir de ce genre de BD non-fiction (je précise qu'ils leur font de la place, car cela vend assez bien - suffisamment en tout cas pour leur faire un espace.
Mais ils sont moralement démoralisés à l'idée de vendre des tomes concept Reines De Sang (je crois que cette série rentre dans le sujet, contrairement au concept Delcourt 7 ou Jour J ou Zodiaque - qui eux sont pures fictions) plutôt que de vendre un Thorgal ou le dernier Cauvin.
Mieux vaut tapis Persan volé que tapis volant percé (Uderzo.... et oui, pas Goscinny)
Avatar de l’utilisateur
Cooltrane
Grand Maître BDGestiste
Grand Maître BDGestiste
 
Messages: 20284
Inscription: 30/09/2010
Localisation: Ohl.... enfin, BruxOhl..
Age: 59 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede ubr84 » 26/06/2021 10:22

Cooltrane a écrit: Moi, ce qui m'interpelle, c'est que la multiplication de ce genre d'ouvrage semble servir une/des génération/s qui sont incapable (ou n'ont plus encourage) de lire un vrai livre sur un sujet bien précis - sans passer par une sorte de vulgarisation.


Je crois que c'est très faux ça, Xavier Guilbert le dit dans son panorama qui a été posté autre part sur le forum : les gens qui lisent de la BD lisent des livres.
Pour ma part je lis des livres d'histoire, d'économie, de socio ET des BD du réel qui je trouve apportent autre chose (humour, mise en scène, vision d'auteur etc.) et sont parfaitement complémentaires avec les "vrais" livres.

Et par ailleurs c'est quoi un livre qui ne soit pas de la vulgarisation ? Je ne suis pas historien, sociologue ou biologiste. Tous les livres que tu trouves dans une librairie classique sont de la vulgarisation, sinon tu lis des thèses et là ce n'est pas donné à tous le monde et personne ne peut le faire sur tous les sujets...

Cooltrane a écrit: Mais ils sont moralement démoralisés à l'idée de vendre des tomes concept Reines De Sang plutôt que de vendre un Thorgal ou le dernier Cauvin.


Tu ne trouves pas démoralisant de voir un ènième tunique bleues ou Thorgal ?
Pour ma part j'adore Thorgal, mais j'ai lâché depuis la multiplication de séries parralèles clones, et j'aime beaucoup Cauvin mais faut bien avouer que le renouvellement dans ses séries installées ce n'est pas son fort :roll:
Un Thorgal ou un Cauvin pour moi c'est devenu comme un tome concept...

Mais je suis d'accord les séries concept c'est souvent décevant.
Avatar de l’utilisateur
ubr84
Romuald
Romuald
 
Messages: 7579
Inscription: 28/03/2014

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede fanche » 26/06/2021 12:56

HervB a écrit:
Olaf Le Bou a écrit:(...) les sociorama de Casterman (...)

Donc, tu juges les Sociorama sans les avoir lu si j'ai bien compris. Ben moi; j'en ai lu un certain nombre et si j'ai parfois un peu de mal avec le dessin ou la narration, je les trouve globalement bien fichu niveau contenu. Leur lecture permet réellement de "ressortir moins con" (en tout cas, en ce qui me concerne). Je conseille donc :)

Si tu commence à reprocher ça le côté BD n'a donc plus aucun intérêt et peu faire croire à un certain nombre de lecteurs que la BD est un mode d'expression médiocre, merci pour la mauvaise publicité

Le Tapir a écrit:Voila un sujet idéal pour exprimer tout son vieux connisme purulent!

:lol:
Avatar de l’utilisateur
fanche
Expert BDGestiste
Expert BDGestiste
 
Messages: 12019
Inscription: 21/05/2015
Localisation: Melmac
Age: 47 ans

Suivante

Retourner vers Généralités sur la Bande Dessinée

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités