Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Bande dessinée du réel - Apports et limites

Pour discuter de tous les sujets généraux autour de la bande dessinée, des libraires, des éditeurs et des auteurs

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede DixSept » 28/01/2022 18:34

Message précédent :
nexus4 a écrit:Youhouu !! Une BD sur le yoga.
À l’occasion d’un stage de yoga court mais intense, deux amies découvrent les clés essentielles de cette discipline. C'est l'occasion de revenir sur l'Histoire de cette pratique physique et spirituelle, aux bienfaits reconnus.

On touche le fond.

.../...

Foutez nous la paix à la fin !!! [:bdgest]


Calme-toi, respire, respire....



:D
Le problème avec le monde, c'est que les gens intelligents sont pleins de doutes tandis que les plus stupides sont pleins de confiance... Charles Bukowski
Avatar de l’utilisateur
DixSept
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 9753
Inscription: 28/06/2009
Localisation: Tours

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede ubr84 » 29/01/2022 09:50

nexus4 a écrit:Chut ! C'était pour voir si Ubr allait trouver ça super intéressant. :D


:lol:
En vrai la couv' des semences est plutôt cool en vrai : ça peut être top.
Fichiers joints
Capture.JPG
Avatar de l’utilisateur
ubr84
Romuald
Romuald
 
Messages: 7886
Inscription: 28/03/2014

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede nexus4 » 30/01/2022 00:36

Programme des Arenes BD. Vous allez vous Ré-ga-ler !!

De sel et de sang, c'est la révolte déjà évoquée dans le Bella Cia de Baru, il me semble.
Les fleurs de la guérilla c'est la bio de Pepe Mujika.
Fichiers joints
Arene2022.jpg
Avatar de l’utilisateur
nexus4
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 58288
Inscription: 18/08/2003
Localisation: Colonies Jupiter
Age: 55 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede nexus4 » 30/01/2022 01:43

Une bio de Pratt, avec dessinateur qui ne fait pas de l'alimentaire.

LA PREVIEW :

Image

La jeunesse d'Hugo Pratt, l'un des plus grands auteurs de bande dessinée de tous les temps.
Les aventures de Corto Maltes sont vibrantes d'authenticité. S'y deploient une poésie brute et humaine. Hugo Pratt y injecte la vie avec une sensibilité aussi violente que désarmante. Pour parvenir à un résultat si juste et beau, Hugo Pratt a vécu. Cet ouvrage nous conte la jeunesse, entre terre et mer, de l'un des plus grands auteurs de bande dessinée de tous les temps. Les années de formation d'un jeune globe-trotter féru de littérature qui donnèrent naissance au plus célèbre aventurier de la bande dessinée.
Retrouvez également dans cet ouvrage un texte inédit reprenant un échange entre Hugo Pratt et son premier éditeur italien.

Avatar de l’utilisateur
nexus4
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 58288
Inscription: 18/08/2003
Localisation: Colonies Jupiter
Age: 55 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Bolt » 31/01/2022 09:16

Je ne sais pas si ça rentre dans la définition : est-ce que par le biais du boulot, il y en a qui reçoivent des annonces, exemples, conseils, etc... sous forme de BD ?

La dernière en date, reçu ce matin:
Fichiers joints
MicrosoftTeams-image.jpg
Avatar de l’utilisateur
Bolt
BDGestiste Avancé
BDGestiste Avancé
 
Messages: 6287
Inscription: 20/12/2017
Localisation: Cat Town
Age: 43 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede nexus4 » 25/02/2022 12:11

Image

« Qui a du fer a du pain. » écrivait Blanqui en 1851. Presque deux siècles plus tard, les Français ont dû avoir recours à l'un pour conserver l'autre. Dernier pays occidental à ne pas avoir plié sous le joug néolibéral, la France a dû livrer une bataille parfois sanglante pour ne pas se laisser laminer par le fameux projet d'Emmanuel Macron. Ce livre raconte ces cinq années de résistance.

Avatar de l’utilisateur
nexus4
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 58288
Inscription: 18/08/2003
Localisation: Colonies Jupiter
Age: 55 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Bolt » 28/02/2022 12:13


Bon, le brainstorming a été intense pour le titre. Je laisse nexus imaginer la conversation entre les auteurs.

Peut-être que ça prépare le lecteur à une future collection, prochain volume : "Les Algériens".
Avatar de l’utilisateur
Bolt
BDGestiste Avancé
BDGestiste Avancé
 
Messages: 6287
Inscription: 20/12/2017
Localisation: Cat Town
Age: 43 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Brian Addav » 28/02/2022 12:59

J'imagine... [:lega]

"Bon alors ? Les Tos ? c'est court ? Comment ça non ? Portos ? Quoi les mousquetaires ? Bon les maçons c'est non je suppose ?"
Avatar de l’utilisateur
Brian Addav
Fournitures de bureau
Fournitures de bureau
 
Messages: 49966
Inscription: 12/09/2005
Localisation: Chia-Yi, Taiwan
Age: 48 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede loopingatr » 28/02/2022 13:57

Bolt a écrit:
Bon, le brainstorming a été intense pour le titre. Je laisse nexus imaginer la conversation entre les auteurs.

Peut-être que ça prépare le lecteur à une future collection, prochain volume : "Les Algériens".


"très bel hommage" à Renaud sur la planche de présentation
Avatar de l’utilisateur
loopingatr
BDévore
BDévore
 
Messages: 2368
Inscription: 19/09/2011
Age: 45 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Pouffy » 01/03/2022 21:50

Alors on a eu droit à ça...



... qui, n'ayons pas peur des mots, est un étron putride (je n'ai pas lu les tomes suivants).

J'avoue que j'ai très peur avec ça...

https://lachelousphere.com/produits/la-chelouterie-guitaristique/

... que je n'ai pas lu.

... et ça continue...

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/hellfest-metal-vortex
Avatar de l’utilisateur
Pouffy
BDGestiste Avancé
BDGestiste Avancé
 
Messages: 6405
Inscription: 26/04/2003
Localisation: Surgères
Age: 46 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede nexus4 » 02/03/2022 12:09

Je ne voudrais pas paraitre vulgaire mais, aux auteurs de BD tout juste papa, votre paternité, on s'en ballec si je puis dire. Arrêtez de nous montrer vos mômes, c'est de la BD, pas une soirée diapo.

- Oh il a fait un petit bavouilli sur ma chemise propre, faut que je le dessine.

Non, on en a rien à foutre.
Sur ce je vais me refaire un café.

Marre, quoi.
Avatar de l’utilisateur
nexus4
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 58288
Inscription: 18/08/2003
Localisation: Colonies Jupiter
Age: 55 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede Olaf Le Bou » 02/03/2022 14:14

nexus4 a écrit:Je ne voudrais pas paraitre vulgaire mais, aux auteurs de BD tout juste papa, votre paternité, on s'en ballec si je puis dire. Arrêtez de nous montrer vos mômes, c'est de la BD, pas une soirée diapo.

- Oh il a fait un petit bavouilli sur ma chemise propre, faut que je le dessine.

Non, on en a rien à foutre.
Sur ce je vais me refaire un café.

Marre, quoi.


alors oui mais non, enfin pas que, le problème n'est pas le sujet en soi, mais la manière de l'aborder, la banalité du ton est bien plus dommageable que la banalité du propos.

je m'autocite :
La force de l’autobiographie, c’est de parler des autres à travers soi, de présenter son intériorité tel un miroir grossissant face à la propre intimité du lecteur, d’exprimer l’universelle part de l’individu…

Malheureusement, dans le cas de [cet album], c’est plutôt une loupe qui est braquée sur l’auteure. Le spectateur se transforme alors en apprenti entomologiste découvrant les mille et une péripéties palpitantes de la condition de la trentenaire émancipée en milieu urbain. Avec des préoccupations considérables allant de « quelle tenue mettre ce matin » à « quelle tenue mettre ce soir », en passant par les affres de la vie de couple ou les affres de la vie de jeune mère. Ce n’est pas tant la banalité du discours qui pèche ici : des diaristes à l’existence absolument monotone peuvent très bien raconter cette insignifiance avec force.
Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux

Ma galerie sur Gurushots
Avatar de l’utilisateur
Olaf Le Bou
BDGedï
BDGedï
 
Messages: 31272
Inscription: 20/03/2008
Localisation: Cambrésis
Age: 54 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede nexus4 » 11/04/2022 15:46

Pour les fans d'autobio.

3615 ma vie !
Scénario : Valérie Damidot
Illustration : Roxane Damidot
Avatar de l’utilisateur
nexus4
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 58288
Inscription: 18/08/2003
Localisation: Colonies Jupiter
Age: 55 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede ubr84 » 11/04/2022 16:01

Lisez

Un regard formidable sur un évènement crucial.
C'est drôle et assez juste je pense.

Et le regard de Boucq est clairement un apport indispensable à la vie du bon Charles :bravo:
Avatar de l’utilisateur
ubr84
Romuald
Romuald
 
Messages: 7886
Inscription: 28/03/2014

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede nexus4 » 11/04/2022 16:03

Plus sérieusement (mais le post du 315 est véridique) de belles choses aux Arènes en mai.

A la recherche de Gil Scott-Heron :food: :food: :food:
Thomas Mauceri, Sébastien Piquet

Le jour de l’enterrement Thomas Mauceri assiste à une scène surréaliste : Kanye West entre dans l’église et improvise un concert d’une rare intensité.




De sel et de Sang :
Frédéric Paronuzzi, Vincent Djinda

(Episode relaté dans les première pages du Bella Ciao de Baru)
Retour sur un massacre annoncé Le 17 août 1893, dans les marais salants d’Aigues-Mortes, une rixe opposant des ouvriers français à des travailleurs temporaires italiens déclenche une véritable folie meurtrière. Plusieurs heures durant, une foule en furie se lance dans une impitoyable traque, une « chasse à l’ours » (l’ours : l’étranger). Ce lynchage, un des plus sanglants de l’histoire française, fera dix morts et une centaine de blessés. En dépit des preuves accablantes réunies contre eux, les assassins seront finalement acquittés lors d’un simulacre de procès qui conduira la France à deux doigts d’une guerre avec l’Italie.



(Graphiquement je suis moins emballé) :

Les fleurs de la guérilla
Lorenzo, Leo Trinidad

Paysan, guérillero, prisonnier et président : les mille vies de José Mujica, un homme politique unique au monde.
Avatar de l’utilisateur
nexus4
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 58288
Inscription: 18/08/2003
Localisation: Colonies Jupiter
Age: 55 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede LeMoineFou » 12/04/2022 03:10

nexus4 a écrit:
De sel et de Sang :
Frédéric Paronuzzi, Vincent Djinda

(Episode relaté dans les première pages du Bella Ciao de Baru)
Retour sur un massacre annoncé Le 17 août 1893, dans les marais salants d’Aigues-Mortes, une rixe opposant des ouvriers français à des travailleurs temporaires italiens déclenche une véritable folie meurtrière. Plusieurs heures durant, une foule en furie se lance dans une impitoyable traque, une « chasse à l’ours » (l’ours : l’étranger). Ce lynchage, un des plus sanglants de l’histoire française, fera dix morts et une centaine de blessés. En dépit des preuves accablantes réunies contre eux, les assassins seront finalement acquittés lors d’un simulacre de procès qui conduira la France à deux doigts d’une guerre avec l’Italie.


Il y a un autre album qui vient de sortir et parle de la même chose :
Sévèrement buré
Avatar de l’utilisateur
LeMoineFou
BDGestiste Avancé
BDGestiste Avancé
 
Messages: 7304
Inscription: 09/03/2010
Localisation: Saint Denis, La Réunion
Age: 46 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede ubr84 » 12/04/2022 10:05

Une réaction intéressante sur le sujet Irena / simone de JD Morvan sur les apports de la BD pour décrire le réel

JDMorvan a écrit:J'ai fait l'expérience sur Irena et je sais que grâce à ce dessin là, je peux aller plus loin dans le terrifiant (voir la scène de la shoah par balle dans le tome 1) que je ne pourrais aller avec un dessin réaliste. Le seuil de tolérance est beaucoup plus vite dépassé en réaliste ou en photographique.
Le dessin est ici un peu utilisé comme un cheval de Troie.
Avatar de l’utilisateur
ubr84
Romuald
Romuald
 
Messages: 7886
Inscription: 28/03/2014

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede nexus4 » 02/06/2022 09:57

Un petit communiqué de presse :

Chères toutes,
Chers tous,

Nous avons le plaisir de vous annoncer les lauréats du Prix du Livre du Réel 2022.

Catégorie littérature: Une lune tatouée sur la main gauche de Rodolphe Barry, éditions Finitude

Catégorie bande dessinée : Bob Denard, Le dernier mercenaire de Lilas Cognet et Olivier Jouvray, éditions Glénat

Présidé par Eric Fottorino, il est accompagné par les membres du jury: Judith Perrignon, Jean-Claude Raspiengeas, Richard Werly et Yves Deloye, des collaborateurs du CIC Sud Ouest et des libraires de la librairie Mollat.

Créé en 2016 à l'initiative de la Librairie Mollat, il consacre depuis 2021 un ouvrage de littérature et de bande dessinée qui conjugue le meilleur de l'enquête et de la création.

Doté de 6000 euros, le prix a comme partenaires le CIC Sud Ouest et Sciences Po Bordeaux.

La remise du Prix et la conférence des lauréats aura lieu le 14 juin à 18h à la station Ausone, la salle de rencontre de la librairie Mollat.


Rappel de la sélection 2022

Littérature :

· Ne t'arrête pas de courir de Mathieu Palain, éditions L’Iconoclaste
· Le Signal de Sophie Poirier, éditions Inculte
· Convoyeur de la mort, d’Etty Mansour, éditions les Équateurs
· Dans leur nuit de Perrine Lamy-Quique, éditions du Seuil
· Une lune tatouée sur la main gauche de Rodolphe Barry, éditions Finitude
· Voyage au Liberland de Timothée Demeillers et Grégoire Osoha, éditions Marchialy

Bande dessinée :

· Le monde sans fin de Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici, éditions Dargaud
· Singes, d’Aurel, éditions Futuropolis
· Bob Denard, Le dernier mercenaire de Lilas Cognet et Olivier Jouvray, éditions Glénat
· Des vivants de Louise Moaty, Raphaël Meltz et Simon Roussin, éditions 2024

Les lauréats des précédentes éditions :

2021 :
À la Folie de Joy Sorman, éditions Flammarion
Cent mille ans de Pierre Bonneau, Gaspard d'Allens et Cécile Guillard, éditions du Seuil / la
Revue dessinée

2020 :
Croire aux Fauves de Nastassja Martin, éditions Verticales
El Nino de Hollywood d’Oscar et Juan José Martinez, éditions Métaillié

2019 :
Omar et Greg de François Beaune, éditions Le Nouvel Attila
Ceci est ma ferme de Chris de Stoop, éditions Christian Bourgois

2018 :
Les guerres perdues de Youri Beliaev de Pierre Sautreuil, éditions Grasset
Une partie rouge Maggie Nelson, éditions du Sous-sol

2017 :
La sentinelle de fer de Roland Vilella, éditions Plon, collection Terre
D’or et d’obscurité de Alberto Salcedo Ramos, éditions Marchialy

Avatar de l’utilisateur
nexus4
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 58288
Inscription: 18/08/2003
Localisation: Colonies Jupiter
Age: 55 ans

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede papyjulio » 02/06/2022 12:18

Bolt a écrit:Je ne sais pas si ça rentre dans la définition : est-ce que par le biais du boulot, il y en a qui reçoivent des annonces, exemples, conseils, etc... sous forme de BD ?

Moi j'ai reçu ça en faisant une formation sur une technique spécifique (kinésithérapie) :
papyjulio
BDémoniaque
BDémoniaque
 
Messages: 868
Inscription: 21/01/2009

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede zxcvbnm » 19/11/2022 11:06

à chaque fois que j'entends un journaliste, documentariste parler de BD il dit toujours que la BD a l'avantage que n'a aucun autre média de pouvoir :
1) entrer partout et en rendre les images (ce que tu ne peux pas faire avec une caméra ou un appareil photo
2) montrer ce que l'on n'a pas vu
3) montrer l'insupportable grâce à des astuces de dessin


Je n’en ai pas l’impression. Aucun des trois points cités n’est une exception qui n’a jamais été fait. On trouve des tas de reportages qui montrent ce qu’on est pas supposé voir, ce qu’on a « jamais » vu et l’insupportable. A moins de ne regarder que Bisounours TV forcément…

[Mode; Rentre dans le lard ON]
Pour les BD-selfies (ex BD-blogueuses), yen a marre des mecs et meufs qui ne savent que parler d'eux, de leurs diarrhées artistico-intestinales et des autistes nord-américains qui nous pondent des RG +/- fort autobiographiques depuis les 90's
[Mode; Rentre dans le lard OFF]


100% d’accord. A ce niveau là, la BD fait plus office de psychothérapie pour l’auteur (qui est d’ailleurs le plus souvent une autrice) qu’une création de partage pour un public. Avec en prime la plupart du temps d’être mal dessiné parce que c’est avant tout des gens qui ne sont pas dessinateurs/trices qui veulent juste raconter leur dernière constipation en BD parce que la BD c’est un vecteur fun. Ce style de BD selfies, c’est l’exact équivalent de ce qu’était les blogs d’antant, une page Facebook, Insta sauf que ça a l’indélicatesse de monopoliser les rayons de librairies et de contribuer à la déforestation inutilement.

La BD du "réel" est devenue un genre que les éditeurs exploitent à fond, c’est dans l’air du temps… et j’y vais de mes problèmes de prostate, de la radicalisation des pêcheurs d’écrevisses, ou de la condition des chèvres en Hautes-Pyrénées ariégeoises


En fait c’est ce qu’est ce genre de BD "ludiques" à ce qu’est la BD dite humoristique avec la déclinaison de tous les métiers possibles. C’est juste un truc marketing pour vendre. Même le gars qui n’est pas lecteur de BD habituel, s’il a un cadeau à faire un peu « fun » ira offrir « une femme en blanc » à une infirmière, un « Les profs » à un prof, etc… Ici c’est exactement le même principe sous couvert que c’est plus « intellectuel »,moins con qu’une BD humoristique.

attention tout de même à ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. l'opportunisme mercantile d'éditeurs (et d'auteurs) surfant sur la mode ne doit pas jeter le discrédit sur tout un pan de la production qui a donné de très belles lettres de noblesse au média BD.


Oui, mais comme toujours, c’est un problème de ratio. Plus de merdes que de BD intéressantes.

c'est précisément l'intérêt du site de séparer le bon grain de l'ivraie et de mettre en valeur les ouvrages qui sortent du lot.


C’est rajouter encore du boulot quand il y en a déjà assez avec les œuvres de fiction

Moi, ce qui m'interpelle, c'est que la multiplication de ce genre d'ouvrage semble servir une/des génération/s qui sont incapable (ou n'ont plus encourage) de lire un vrai livre sur un sujet bien précis - sans passer par une sorte de vulgarisation.


Exactement. Donc j’y vais encore de mon anecdote, n’en déplaise à certains. On m’a proposé une fois de réaliser ce style de BD « didactique » sur une thématique précise (que je ne citerai pas). Sur le coup, je n’étais pas contre si en effet cela pouvait apporter une sorte de tremplin pour qu’ensuite le lecteur aille approfondir le sujet avec des ouvrages plus spécialisés. Donc moi, en mode « prof » je réunis un max d’infos, je veux faire le truc le plus complet possible mais accessible en même temps, etc… Bref, le truc qui ne se fout pas de la gueule du lecteur.

Douche froide quand l’éditeur me dit « Ah, non, non ! Il y a trop d’informations ! Faut faire beaucoup, beaucoup, beaucoup plus simple ! Le truc au ras des paquerettes. J’ai déjà publié des bouquins comme vous voulez faire, bien complets et tout et tout. J’en ai vendu peu. J’ai donc allégé, j’en ai vendu plus. J’en encore allégé encore plus pour finir avec un truc qui reprend simplement 100 points sur le sujet, le truc hyper basique, j’en ai vendu des milliers ! ».

Après je peux comprendre l’éditeur qui souhaite vendre ses bouquins, mais je lui reproche deux choses : 1. De prendre les gens pour des cons au sens propre. 2. De vendre volontairement des trucs hyper édulcorés pour ne pas effrayer le public par un truc bien documenté. Il passe donc totalement à côté de la nature même de la mission que ce bouquin devait apporter.

Ca n’avait donc aucun intérêt à mes yeux, et j’ai refusé le projet.

Pour moi, la Bd, c'est du divertissement avant tout, je ne cherche pas à apprendre des choses.


Perso, ça ne me dérange pas, mais dans ce cas , j’attends que la BD m’apprenne plus de choses que ce que je peux savoir gratuitement sur une page Wikipédia.

Je ne voudrais pas paraitre vulgaire mais, aux auteurs de BD tout juste papa, votre paternité, on s'en ballec si je puis dire. Arrêtez de nous montrer vos mômes, c'est de la BD, pas une soirée diapo.


C’est clair. C’est de la BD/Selfies comme le disait Cooltrane. En même temps, ce n’est que le reflet de notre époque très autocentrée...
Avatar de l’utilisateur
zxcvbnm
BDéphile
BDéphile
 
Messages: 1356
Inscription: 09/04/2022
Localisation: Assis à la droite de Dieu...

Re: Bande dessinée du réel - Apports et limites

Messagede zxcvbnm » 19/11/2022 11:36

Par contre Bercovici s'est lancé dans une série d'ouvrages de vulgarisation (c'est assez inégal) qui sont dans l'ensemble pas mal. Comme je le disais, ça peut éventuellement servir de tremplin pour approfondir ensuite les points les plus intéressants.







Avatar de l’utilisateur
zxcvbnm
BDéphile
BDéphile
 
Messages: 1356
Inscription: 09/04/2022
Localisation: Assis à la droite de Dieu...

PrécédenteSuivante

Retourner vers Généralités sur la Bande Dessinée

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités