Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Pour discuter des séries et des auteurs de BD franco-belge, des nouveautés aux grands classiques. Ce forum est orienté "grand public".

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede viguigui33 » 23/10/2019 17:59

Message précédent :
Les repreneurs d’Astérix, Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, racontent les coulisses et les secrets de cette nouvelle aventure, mais aussi leurs progrès, leurs regrets et leurs ambitions pour la suite de la série.

Il est enfin là. Après dix mois de secrets, la trente-huitième aventure d’Astérix, La Fille de Vercingétorix, est enfin disponible. Présenté comme le meilleur et le plus abouti des quatre albums signés Jean-Yves Ferri (scénario) et Didier Conrad (dessin), cet album révolutionne un peu la série imaginée en 1959 par René Goscinny et Albert Uderzo.

Pour la première fois en soixante ans, une adolescente est au centre du récit. Baptisée Adrénaline, la fille de Vercingétorix est le moteur d’une histoire bien équilibrée et plus fluide que les précédentes. "Il n’y a pas de gros ressorts dans cette histoire, on suit surtout la trajectoire de la fillette", commente Jean-Yves Ferri. "Et il y a une toute petite histoire avec Idéfix", glisse Didier Conrad.

Comme le veut la tradition, une célébrité, Charles Aznavour, a prêté ses traits à un personnage. Et l’actualité, de l’homoparentalité à la surconsommation en passant par le prélèvement à la source, est abondamment évoquée. À l’occasion de la sortie de La Fille de Vercingétorix, Jean-Yves Ferri et Didier Conrad racontent à BFMTV les coulisses et les secrets de cette nouvelle aventure, mais aussi leurs progrès, leurs regrets et leurs ambitions pour la suite de la série.
HOME ASTERIX

L’album est présenté comme le meilleur et le plus abouti de vos quatre albums. Qu’avez-vous cherché à améliorer par rapport aux précédents?

Didier Conrad: La fluidité. Au début, on était crispé et puis ça s’est détendu au fur et à mesure. Il y a désormais un meilleur équilibre entre les gags et l’histoire. On peut prendre plus de distance par rapport à ce que l’on fait sans être terrifié par l’idée de faire mal.

Jean-Yves Ferri: Il y avait au début le souci de trop bien faire. À présent, on connaît mieux l’univers. Ce nouvel album peut paraître un peu plus naturel. Sur le dessin comme pour le scénario, c’est plus détendu.

Comment est née cette histoire de la fille de Vercingétorix? De ce torque qui a été retrouvé il y a quelques années?

JYF: Absolument pas. C’est une "fake news"! Il n’y a jamais eu de torque retrouvé. C’est une connerie que j’ai sortie en avril pour rigoler, pour dire que cette histoire s’appuyait sur un fait sérieux… (rires) L’histoire est en réalité née du fait que j’avais envie de parler de Vercingétorix. C’est un personnage très difficile à utiliser, car il est dans la série une sorte de figure mythique de l’Histoire de la Gaule. Si vous faites revenir le vrai Vercingétorix, qui est encore vivant à l’époque d’Astérix, il peut chasser les Romains hors de Gaule grâce aux Gaulois! Et ça va être très difficile de le justifier! Donc j’ai eu l’idée de la fille, qui permettait de garder le père en toile de fond et de raconter une histoire d’adolescents. On découvre Adrénaline, mais aussi Selfix et Blinix, les fils de Cétautomatix et Ordralfabétix qu’on ne connaissait pas parce qu’ils faisaient leurs études à Condates.

Uderzo évoquait à travers la résistance des Gaulois ce qu’il avait vu pendant l’Occupation nazie…

JYF: Oui… c’est une manière de revenir aux sources. Astérix est passé par beaucoup d’étapes depuis ses origines et j’aime bien quand on peut revenir sur les fondamentaux. Dans l’album, il y a d’ailleurs une allusion au général de Gaulle et à la résistance qui s’organise depuis Londres.

Une case du nouvel Astérix, La Fille de vercingétorix
Les éditions Albert René 2019 - Goscinny - Uderzo - Une case du nouvel Astérix, La Fille de vercingétorix

Les Gaulois sont confrontés aux Arvernes, qui sont beaucoup plus politisés et engagés qu'eux dans la résistance face aux Romains.

JYF: On pourrait attendre d’eux qu’ils participent à Alésia avec la potion magique, mais apparemment non. On comprend, je crois, dans cet album que les Gaulois n’ont pas la vocation à jeter les Romains hors de Gaule. Ils se servent de la potion pour qu’on leur fiche la paix dans leur petite communauté.

Vous évoquez aussi l’homoparentalité…

JYF: Oui, avec les deux Arvernes [qui ont élevé Adrénaline, NDLR]. Au scénario, ils devaient même avoir un look plus soigné, mais Didier m’a censuré. Il a eu raison: ça passait moins bien dans l’univers d’Astérix.

DC: Je voulais qu’ils aient l’air primitif. C’est pour ça qu’ils portent des cornes d’animaux sauvages. C’est plus marrant qu’ils soient sentimentaux et sensibles en ayant l’air de brutes absolues.

Comment avez-vous imaginé les adolescents du village: Blinix, Selfix et Adrénaline?

DC: Je me suis inspiré des traits des parents pour créer la ressemblance. Pour Selfix, j’ai pris le nez de la mère, les cheveux du père et la mâchoire du père, mais en tout petit. Pour Blinix, j’ai gardé les yeux du père, mais par contre je lui ai fait une chevelure abondante. Pour Adrénaline, il y avait comme une figure imposée parce que c’était la fille d’un roi. C’est pour ça que je lui ai fait une couronne de tresses. Elle ne devait pas être une séductrice. Elle est très androgyne. Jean-Yves voulait qu’elle soit habillée comme une gothique.

Le nouvel Astérix
Les éditions Albert René 2019 - Uderzo - Goscinny - Le nouvel Astérix

L’espion qui suit Adrénaline tout au long de l’album ressemble à Gérard Depardieu…

DC: C’est parce qu’il a le nez fendu, comme Depardieu. Je voulais voir si c’était possible de le faire [avec le style "gros nez" d’Uderzo]. On n’en a jamais vu des nez comme ça dans Astérix. C’est tout. Ce n’était pas la volonté de faire Depardieu. C’est difficile de l’utiliser, même si on aurait bien aimé pouvoir le faire. Depardieu étant associé à Obélix, ça peut créer une confusion...

Il y a un personnage, Letitbix, qui se lie d’amitié avec Adrénaline, et qui ressemble à Jehan Pistolet, une autre création de Goscinny et Uderzo...

JYF: C’est à cause de lui [il désigne Didier Conrad], il a choisi ce physique.

DC: On avait besoin d’un personnage qui corresponde un peu à ce qu’il y avait dans la BD des années 1960 où il n’y avait manifestement pas de sexualité. Comme dans cet album Letitbix part seul sur l’île avec Adrénaline - ce que tout le monde trouve normal - il ne fallait pas qu’il y ait d’association possible. Et comme je voulais faire un lien avec ce que faisaient Uderzo et Goscinny, je me suis dit autant partir de ça. Je l’ai rendu un peu plus carré, j’ai fait une variation sur le personnage.

Il y a aussi Charles Aznavour, grimé en pirate!

JYF: Avec Astérix, il faut que les clins d’œil soient reconnus par un peu tout le monde. Aznavour, c’est un des rares à avoir eu une carrière internationale… Et encore, on apprend depuis que tous les pays ne connaissent pas Aznavour! On m’a dit que ça posait des problèmes au Danemark par exemple. Les références aux chansons [La Bohème et Emmène-moi sont notamment cités dans l’album, NDLR] ne passent pas. Aznavour passera donc dans ces pays comme un petit pirate comme les autres.

Adrénaline, le nouveau personnage d'Astérix
Détail de la couverture de La Fille de Vercingétorix - Adrénaline, le nouveau personnage d'Astérix

Le graphisme du pirate Baba a beaucoup évolué. Dans le nouvel album, il n’a plus de lèvres rouges, comme au début. Comment avez-vous approché ce personnage très stéréotypé?

DC: On a un vrai problème. Baba est un stéréotype inspiré d’un personnage d’une série elle-même stéréotypée, Barbe-Rouge de Charlier et Hubinon. À l’époque, on trouvait encore des représentations de Noirs avec des lèvres très rouges, qui n’étaient pas réalistes. Uderzo a fait une caricature de ce stéréotype. Le problème, c’est qu’avec l’évolution des mœurs et du rapport au racisme, on ne peut plus faire cela sans que ce soit pris au premier degré. Ce que j’ai pu faire, c’est le faire évoluer graphiquement pour qu’il soit plus réaliste. Il n’a plus de lèvres caricaturales. Ce que j'ai dessiné est complètement normal. Il parle avec les "r" qui partent, mais ça c’est un accent [dans Astérix, les personnages parlent souvent avec des accents. Les Arvernes remplacent ainsi le "s" par "ch", NDLR].

Dans cet album, il y a un gros épisode avec les pirates, mais, normalement, ils sont relativement anecdotiques dans Astérix. Je ne pense pas qu’on va étendre ça. C’était un gros sujet de discussions entre Jean-Yves et moi. Je ne voulais pas vraiment qu’on parle des pirates, parce que je savais qu’on avait ce problème et qu’on allait voir Baba tout le temps… et il y a des choses qu’on ne peut pas changer. On pourrait décider d’enlever le personnage, mais ce serait encore plus bizarre. Il n’y a pas de solution pour certaines choses. On ne peut pas tout d’un coup le faire parler en laissant les "r". Ce que l’on peut faire, par contre, c’est mettre un Noir de plus qui lui va rouler les "r" parce qu’il est d’origine espagnole. On est obligé de trouver des astuces pour que ça fonctionne.

Après quatre albums, pensez-vous maîtriser le style d'Uderzo?

DC: C’est un style qui est vraiment compliqué. Il n’est pas totalement unifié comme par exemple du Peyo [le créateur des Schtroumpfs, NDLR] ou même du Franquin [le créateur de Gaston Lagaffe, NDLR]. C’est un registre plus large entre l’humoristique et le réaliste. C’est plus complexe à maîtriser car il faut trouver un équilibre à chaque fois. Donc j’ai toujours du mal, mais c’est pour ça que c’est intéressant à faire.

La difficulté est aussi de réussir, comme Uderzo, à placer dans de petites cases cinq, dix, voire quinze personnages tous aussi différents et expressifs les uns des autres.

DC: Oui, là, j’ai encore du travail. Le problème, c’est que les Romains sont un peu tous trop pareils. Il faut que j’arrive à les différencier davantage. Les légions à l’époque étaient beaucoup plus mélangées. Ce n’était pas que des grands blonds. Je pense que ce serait intéressant si on donnait un peu plus de variétés là-dedans.

Les différentes éditions du nouveau Astérix, La Fille de Vercingétorix.
Les Éditions Albert-René 2019 - Goscinny - Uderzo - Les différentes éditions du nouveau Astérix, La Fille de Vercingétorix.

Vous sentez une évolution d’un album à l’autre?

DC: Oui, bien sûr. J’étais plus à l’aise sur celui-là que sur les précédents. Dans le précédent [Astérix et la Transitalique, NDLR], le gros boulot était de dessiner les chars avec quatre chevaux et d’arriver à être lisible. Je me rappelle qu’un lecteur avait compté le nombre de pattes et avait repéré qu’il en manquait une quelque part…

On remarque aussi plus de détails dans les dessins et les décors...

DC: Je sais mieux gérer mon effort. Quand je sais qu’il y a quelque chose qui est lourd à faire, je le fais en amont et en aval. Je répartis le travail sur plus de temps tout en avançant sur les autres pages pour ne pas me casser le moral. Sinon vous passez une semaine sur une page et vous avez l’impression de ne pas avancer. Ordinairement, une planche me prend quatre jours.

JYF: Pour une vanne, ça peut prendre trois mois.

Uderzo apporte-t-il encore des modifications?

DC: Il n’était pas sûr, mais il n’est pas vraiment intervenu - sauf quand il a dit [dans Le Parisien en novembre 2018, NDLR] qu’il avait fait changer des choses! Je ne sais pas d’où c’est sorti: on n’a jamais recommencé l’album. Il a dû confondre… Il a fait ça, mais pour le film. Quand il a lu le bouquin en entier, il était content.

Où se rendra Astérix dans les prochains albums? En Chine?

JFY: Ça a été court-circuité par le film live [produit par Alain Attal et écrit par Philippe Mechelen et Julien Hervé, les scénaristes des Tuche, NDLR]. Trouver la bonne idée prend du temps. Des pistes envisagées pour les albums précédents ont été abandonnées avant d’être réutilisées. C’est une cuisine perpétuelle.

DC: Effectivement: on parlait déjà de La Fille de Vercingétorix à l’époque du Papyrus de César.

https://www.bfmtv.com/culture/asterix-f ... 89526.html
viguigui33
BDébordé
BDébordé
 
Messages: 199
Inscription: 20/10/2009

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede icecool » 23/10/2019 18:15

Donc Ferri confirme : "Je ne sais pas d’où c’est sorti: on n’a jamais recommencé l’album."

Je n'avais pas d'autres infos lors de l'interview réalisée sur BDZoom :
http://bdzoom.com/147381/lart-de/ferri- ... -dasterix/
Avatar de l’utilisateur
icecool
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3921
Inscription: 21/09/2008
Localisation: Angoulême
Age: 47 ans

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede ironben » 23/10/2019 18:21

icecool a écrit:
Croaa a écrit:
Les détracteurs à la petite semaine trouverons toujours le moyens d'argumenter dans le sens qui les arrange.


Même Libération s'y met (avec un titre qu'il fallait oser) !

https://next.liberation.fr/culture/2019 ... TYPe5nLEIo


41 sur 60 au Quizz :D
Avatar de l’utilisateur
ironben
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 2667
Inscription: 02/01/2006

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede viguigui33 » 23/10/2019 18:38

Astérix : "L’héroïne a des points communs avec Greta Thunberg, mais c’est un hasard"
17h56 , le 23 octobre 2019

ParCyril PetitMarie Quenet

INTERVIEW

Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, les deux auteurs du 38e album d’Astérix La Fille de Vercingétorix, qui sort jeudi, confient au JDD quelques secrets de fabrication.
Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, les auteurs des dernières aventures d’Astérix.
Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, les auteurs des dernières aventures d’Astérix. (Vincent Leloup / Divergence pour le JDD)
Partager sur :

L’un vit dans l’Ariège, l’autre aux Etats-Unis. Ce jour-là, Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, les auteurs des dernières aventures d’Astérix, enchaînent les interviews dans les locaux des Editions Albert-René (propriété du groupe Lagardère, comme le JDD). Soixante ans après les débuts de la saga imaginée par René Goscinny et Albert Uderzo, le tandem assure la promotion du 38e album, La fille de Vercingétorix, qui paraît ce jeudi (9,99 euros). C’est le quatrième qu’ils réalisent ensemble. Sources d’inspiration, désaccords, jeux de mots… Le scénariste et le dessinateur dévoilent au JDD quelques secrets de fabrication. Attention, cette interview dévoile quelques éléments de l’intrigue.

Lire aussi - Astérix : découvrez Adrénaline, fille de Vercingétorix et véritable héroïne du 38e album

Quelle est la place de ce 38e album dans la saga d’Astérix?
Didier Conrad. Il nous ramène aux origines. Toute la série débute avec Vercingétorix, la défaite d’Alésia et la résistance du village gaulois. Quand j’étais gamin, il me semblait évident que la potion magique devait permettre la reconquête. Mais dans cet album, la fille de Vercingétorix montre qu’il y a d’autres choix que la guerre.
Jean-Yves Ferri. Le projet, pour moi, c’était Vercingétorix. Mais comme Didier le dit, ce dernier a toujours servi de prologue à cette histoire de résistance gauloise. Il était difficile de le sortir de ce rôle, de lui consacrer une aventure. J’ai donc biaisé. J’ai préféré chercher du côté d’une fille qu’il aurait eue. C’est bien sûr totalement inventé, mais permet de revenir à cette figure fondatrice.
DC. Dans l’album, un flashback nous fait comprendre que Vercingétorix dit à sa fille "Tu résisteras et tu seras libre". Tout repose sur l’ambiguïté de cette phrase. Le chef gaulois l’entend sans doute dans un sens guerrier. Sa fille, dans le sens "Je vais résister un peu à la pression extérieure, et j’arriverai à faire mon chemin". Un peu comme une adolescente doit trouver sa voie!

On ne peut pas s'inspirer de Depardieu car il a incarné Obélix au cinéma, ça prêterait à confusion

Cet album est profondément ancré dans l’actualité française. Prélèvement à la source, gaulois réfractaires, invitation à "traverser la rue", Macron semble vous inspirer…
DC. On a cherché à plaire au pouvoir! (rires)
JYF. Ce n’était pas voulu à l’origine. J’ai ajouté la tirade sur "les Gaulois réfractaires" quand cela a fait l’actualité. Elle allait très bien dans la bouche du pisteur, qui court après Adrénaline. En revanche, je vous garantis que l’expression "traverser la rue" en revanche était écrite dans le scénario avant la formule d’Emmanuel Macron. Il a peut-être des espions chez moi (rires). Jusqu’ici, on n’avait jamais trop entendu les gaulois revendiquer : là, avec les adolescents, c’était l’occasion. Ce sont eux qui apportent notamment les préoccupations écologiques.

Lire aussi - Ce qu'on sait déjà du prochain album d'Astérix

Le personnage du pisteur, Adictosérix, est un Berrichon. S’inspire-t-il de Gérard Depardieu?
DC. C’est une personnalité partagée : c’est pour ça qu’il a un nez fendu comme Depardieu.
JYF. Ca, c’est une histoire d’interprétation. Dans mon croquis initial, mon personnage tenait plutôt de l’orque. Et puis il y a l’idée du chasseur de Blanche-Neige, un peu sauvage.
DC. De toutes façons, on ne peut pas faire Depardieu car il a incarné Obélix au cinéma, ça prêterait à confusion. D’ailleurs, je ne savais pas qu’il était berrichon!
JYF. Pourquoi j’ai fait d’Adictosérix un Biturige (un Berrichon)? Ce n’était pas pour Depardieu. De tous les peuples qui ont accouru à la bataille d’Alésia, j’ai trouvé ce nom plus rigolo : ça évoque la biture, le pittoresque. On reconstruit toujours les albums après la sortie mais un album prend deux ans de travail. Ainsi, Adrénaline, rétrospectivement, a des points communs avec Greta Thunberg, mais c’est un hasard : il y a deux ans, personne de la connaissait.

Charles Aznavour ne saura jamais qu’il fait partie de l’aventure

Concernant Charles Aznavour, en revanche, il n’y a pas de doute…
DC. Ah enfin, on a reconnu une de mes caricatures! (rires) J’avais multiplié les indices si je ratais le dessin avec des références à ses chansons.
JYF. Charles Aznavour est mort après l’écriture du scénario l’album ; mais il ne saura jamais qu’il fait partie de l’aventure.

A la fin de l’histoire, vous rendez hommage à un personnage inventé par Uderzo et Goscinny : Jehan Pistolet, qui incarne Letitbix. Comment vous est venu l’idée?
DC. Il fallait imaginer que l’héroïne parte en bateau avec un jeune homme mais sans connotation. Nous n’arrivions pas à nous mettre d’accord sur le personnage. C’était un gros contentieux entre Jean-Yves et moi. Il imaginait un bonhomme beaucoup trop masculin, trop vieux. Pour moi, ce n’était pas possible. Une adolescente de 15 ans ne peut pas s’en aller, toute seule sur un bateau, avec un type de 30 ans, tout poilu. Pas dans une BD d’Astérix! Il fallait trouver un personnage qui soit plutôt dans le style des BD d’avant, où les héros masculins étaient plutôt asexués. L’idée de Jehan Pistolet m’est venue : je l’ai un peu développé pour qu’il soit un peu plus crédible en tant que capitaine.
JYF. L’idée à retenir, c’est surtout que tout ça ne finit pas en happy end ringarde du genre le prince charmant emmène l’héroïne… On assiste davantage un compagnonnage. Adrénaline et Letitbix ont un projet commun, mais c’est elle qui continue à montrer le chemin et à décider. Elle garde son caractère jusqu’au bout.

Faites-vous attention à l’actualité pour ne pas prêter à polémique?
JYF. Il ne faut pas sortir du créneau Astérix. On fait attention aux allusions aux thèmes de société. Dans le passage où les pirates disent qu’ils ont des enfants dans chaque port, j’ai eu la tentation de faire un jeu de mots sur #balancetonporc ; je me le suis interdit. C’était trop téléphoné.

Cet album nous ramène aux origines d’Astérix

Et quand Adrénaline dit au revoir à ses "deux papas", est-ce un écho à l’actualité?
JYF. Oui, mais sans insister. On aborde l’homoparentalité, l’adoption.
DC. Adrénaline a un "père", Vercingétorix, une figure symbolique. Les deux autres tiennent le rôle du père présent. C’est pour ça qu’elle les appelle "mes deux papas". C’est un cri du cœur!

Lire aussi - Astérix : 37 cases et répliques cultes des aventures gauloises

Ce 38e album multiplie les jeux de mots, vous vous êtes bien amusés Jean-Yves?
JYF. J’ai l’impression qu’au fil des albums, je les force moins. L’histoire est plus légère, les jeux de mots moins marqués. Et je me retiens aussi sur les gags. J’avais prévu de montrer Selfix en train de faire un selfie, en jouant sur la surface réfléchissante d’un petit bouclier, mais c’était trop appuyé. J’ai préféré garder seulement l’anecdote de la création de la casquette.

Et pour vous Didier, qu’est-ce qui a été le plus compliqué à dessiner?
DC. La galère, ça a été une galère pour de vrai! Car c’est hyper détaillé. Et il fallait représenter le corvus, ce pont mobile qui sert à l’abordage et qui est en travers de la perspective. Après, on arrive à la bagarre sur la galère, et là, il y a du monde. Pour que tous tombent à la bonne place, c’est très compliqué à mettre en scène. Pour montrer que ça explose, je fais même sortir le dessin de la case.

Une mini-case clôt l’album vient après le banquet final. Une situation rare.
JYF. On avait déjà fait un post-scriptum dans le Papyrus de César.
DC. Là, il y a un petit clin d’œil, l’idée qu’il reste quelque part un vestige de l’histoire…

On a déjà deux ou trois pistes pour le prochain Astérix

Vous vous voyez peu l’un vivant dans l’Ariège, l’autre aux Etats-Unis. Pour la promotion, vous allez passer beaucoup de temps ensemble. Pensez-vous déjà à l’album suivant ?
DC. C’est surtout Jean-Yves qui a réfléchi dessus. Il commence à me confier à quoi il a pensé.
JYF. J’en profite pour tester mes pistes auprès de Didier. J’en ai déjà deux ou trois.

Et vous allez à nouveau être tenus au secret pendant deux ans avant le prochain album…
DC. C’est un peu la règle du jeu.
JYF. Je ne le vis pas comme un secret. Parce que c’est une maturation d’idées. On est au début de quelque chose, une histoire se profile…

https://www.lejdd.fr/Culture/Livres/ast ... xtor=CS1-4
viguigui33
BDébordé
BDébordé
 
Messages: 199
Inscription: 20/10/2009

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Lapin Moutarde » 23/10/2019 18:43

alambix a écrit:
Lapin Moutarde a écrit:
kilfou a écrit:Je viens de le lire.

Pas mal, mais pas de quoi se relever la nuit non plus. J'ai souri à 1 ou 2 jeu de mots


J'attends pour le lire et donner mon avis, mais j'avoue avoir peur en lisant ce que t'écris.
UDERZO a la moitié de l'album, a demandé à FERRI de tout reprendre à 0 car ça manquait de gags, de rythme, ce qui n'augure rien de bon..demander au scénariste à la moitié de l'album de tout reprendre à 0 est quelque chose d'impensable !
le grand rené se retournerait dans sa tombe s'il voyait celà !


Alors çà, d'après Ferri lui-même, ce serait complétement faux.


tiens donc, UDERZO aurait menti :

http://www.leparisien.fr/culture-loisir ... 956270.php

Lis bien le paragraphe nommé : "vous veillez sur leur travail"
Alors il ne cite pas FERRI, mais c'est clairement dirigé contre lui.
Avatar de l’utilisateur
Lapin Moutarde
BDémoniaque
BDémoniaque
 
Messages: 751
Inscription: 27/12/2008
Age: 54 ans

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Mr Hubert » 23/10/2019 18:49

Monsieur A. a écrit:De toute façon Uderzo ne s'y connaît strictement pas en scénario. Il n'y a qu'a voir ses précédents ouvrages. :grrrr:


Encore une fois, ils seraient bons de rappeler qu'Uderzo n'est pas que l'auteur du " Ciel lui tombe sur la tête". :roll:
Ces 5, voir 6, premiers albums scénarisés par lui en solo, sont bons.
Dernière édition par Mr Hubert le 23/10/2019 20:54, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Mr Hubert
BDévore
BDévore
 
Messages: 2079
Inscription: 23/02/2005
Age: 37 ans

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede viguigui33 » 23/10/2019 18:51

Par Christophe Levent
Le 23 octobre 2019 à 17h54

Vous reprendrez bien un peu de potion magique? Le 38e album des aventures d'Astérix et Obélix, « La Fille de Vercingétorix », va déferler dans les rayons des libraires à partir de ce jeudi. Attendu comme un Romain au coin du bois, ce quatrième opus réalisé par le duo Ferri-Conrad ( Ed. Albert René. 48 pages. 9,99 euros ) a pour héroïne une remuante adolescente, Adrénaline, progéniture du chef gaulois vaincu à Alésia. Sa présence dans le village des irréductibles, pour raison de sécurité, va totalement bouleverser la vie de ses illustres habitants, Astérix et Obélix en tête.

Alors, il vaut quoi ce nouvel album, appelé à devenir l'un des cadeaux incontournables des fêtes de Noël? Pour répondre à cette question, nous avons demandé leur avis à cinq jeunes lecteurs de 11 ans et trois de leurs parents après une lecture en exclusivité ce mardi. Et tous ont eu l'air aussi emballé que nous.
/Astérix Obélix Idéfix/2019 Les éditions Albert René/Goscinny-Uderzo Asterix-Album 38
/Astérix Obélix Idéfix/2019 Les éditions Albert René/Goscinny-Uderzo Asterix-Album 38

Inaya, 11 ans : « Je trouve ça drôle quand Obélix se fâche et se met à crier. Adrénaline aussi a du caractère. Moi, je suis plus timide. Je trouve que l'histoire montre bien que les parents ne comprennent rien aux ados… »

Manon, 11 ans : « J'ai bien aimé le personnage d'Adrénaline. Elle est drôle. Même si parfois c'est un peu une caricature d'adolescente. On n'est pas tous comme ça ! Mais mon personnage préféré reste le chien Idéfix. »

Thomas, 11 ans : « Je le trouve trop bien cet album. J'ai beaucoup aimé les gags, comme l'accent arverne au début… Ça change des autres albums. D'habitude, c'est surtout des histoires entre Gaulois et Romains… Là, il y a des jeunes. Je les trouve finalement moins capricieux que les ados d'aujourd'hui. »

Milo, 11 ans : « J'ai préféré cet album à ceux que j'ai déjà lus. D'habitude, ils partent dans un pays, ils ont des problèmes avec les Romains… Là, c'est dans le village, avec des adolescents. J'aime bien les scènes dans la carrière de menhir quand les jeunes discutent entre eux. Je vais le conseiller à mes copains. »
Newsletter - L'essentiel de l'actu
Chaque matin, l'actualité vue par Le Parisien
Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus

Marvin, 11 ans : « C'est bien que l'histoire parle des adolescents. C'est vrai, on se ressemble un peu. Adrénaline est déterminée et ça me plaît. Les autres ados sont très drôles aussi et ils ne se comprennent qu'entre eux. Mais mon moment préféré, c'est surtout quand Obélix se met à bouder. »

Mannet, 47 ans : « L'album est très réussi. Ce qui est vraiment intéressant, ce sont les différents niveaux de lecture : il y en a autant pour les parents que pour les enfants. Les thèmes sont très contemporains, l'adolescence mais aussi l'environnement ou le monde du travail. C'est très intelligent. »

Elise, 47 ans : « C'est bien rythmé, le scénario est bon. Ça parle de nous aussi et de nos réactions. Et historiquement, on apprend des choses. »

Yves, 43 ans : « J'ai trouvé l'album très original et contemporain. Le sujet de l'adolescence permet d'ouvrir de nouvelles portes dans l'univers d'Astérix. Il y a aussi une sorte de morale très positive à la fin. »

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5
viguigui33
BDébordé
BDébordé
 
Messages: 199
Inscription: 20/10/2009

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Brian Addav » 23/10/2019 18:51

icecool a écrit:Même Libération s'y met (avec un titre qu'il fallait oser) !

https://next.liberation.fr/culture/2019 ... TYPe5nLEIo


On n’a absolument rien contre les deux auteurs, le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad, qui ont par ailleurs signé des livres honnêtes avant de reprendre le flambeau pour les éditions Albert René.


Déjà ça pose le journaliste qui s'y connaît en bd [:kusanagui:6]
Avatar de l’utilisateur
Brian Addav
Fournitures de bureau
Fournitures de bureau
 
Messages: 48078
Inscription: 13/09/2005
Localisation: Chia-Yi, Taiwan
Age: 48 ans

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede hebusDreams » 23/10/2019 19:00

Brian Addav a écrit:
On n’a absolument rien contre les deux auteurs, le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad, qui ont par ailleurs signé des livres honnêtes avant de reprendre le flambeau pour les éditions Albert René.


Déjà ça pose le journaliste qui s'y connaît en bd [:kusanagui:6]


Etonnant de la part d'un journaliste qui a par ailleurs signé des articles honnêtes avant de reprendre le flambeau de la critique facile. 8-)
Avatar de l’utilisateur
hebusDreams
BDémentiel
BDémentiel
 
Messages: 319
Inscription: 15/10/2004
Localisation: Paris

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Keorl » 23/10/2019 19:02

En même temps ils n'ont pas complètement tort chez libération. Cet Astérix 38 se vendrait-il si bien s'il subissait le même traitement éditorial que trop de BD d'au moins la même qualité et quantité de travail des auteurs ? C'est à dire, un tirage relativement faible, 0 à 3 exemplaires par librairie, et strictement aucune promotion médiatique ? Et qu'en serait-il d'un des albums sus-nommés s'il subissait le même traitement éditorial que l'Astérix, à savoir un battage médiatique de fou, des pubs partout, un tirage énorme mis en avant dans tous les points de vente imaginables et inimaginables ?

Je ne suis pas idiot, je sais bien qu'en inversant simplement le traitement réservé à chaque BD, l'Astérix se vendrait quand même bien mieux que les autres BD non promues et mal distribuées, et l'autre BD se vendrait moins bien que ne le fait l'Astérix en étant promu. Mais chacune aurait des chiffres de vente très différent de ce qu'on connait dans la réalité.
C'est un biais de fou : quelqu'un dans un bureau décide quelle promotion une BD mérite, en fonction de sa popularité existante ou supposée, et fait une prophétie auto-réalisatrice en lui attribuant la qualité de promo qui va avec ... creusant injustement l'écart entre les titres. Et ce, sans réduire la part éditeur (et monter la part auteur) des albums sur lesquels il ne fait pas son boulot pour le faire vendre.
Keorl
BDévore
BDévore
 
Messages: 2301
Inscription: 17/11/2017
Localisation: Grenoble
Age: 34 ans

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Pomponazzo » 23/10/2019 19:04

Et vous noterez que rien, absolument rien dans le papier de libé ne laisse penser que le "journaliste" a simplement lu l'album... Du bon boulot, décidément.
Dernière édition par Pomponazzo le 23/10/2019 19:13, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Pomponazzo
BDéphage
BDéphage
 
Messages: 1628
Inscription: 18/08/2015
Localisation: Paese dei balocchi
Age: 9 ans

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Marapelisse » 23/10/2019 19:06

Brian Addav a écrit:
icecool a écrit:Même Libération s'y met (avec un titre qu'il fallait oser) !

https://next.liberation.fr/culture/2019 ... TYPe5nLEIo


On n’a absolument rien contre les deux auteurs, le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad, qui ont par ailleurs signé des livres honnêtes avant de reprendre le flambeau pour les éditions Albert René.


Déjà ça pose le journaliste qui s'y connaît en bd [:kusanagui:6]


Avec des chroniques de ce niveau (franchement pourquoi tant de haine?),

Je sens que ça va voler haut et batailler sévère sur ce titre :D
Avatar de l’utilisateur
Marapelisse
BDéphage
BDéphage
 
Messages: 1653
Inscription: 10/01/2016
Localisation: Planète Terre

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede hebusDreams » 23/10/2019 19:13

Keorl a écrit:En même temps ils n'ont pas complètement tort chez libération. Cet Astérix 38 se vendrait-il si bien s'il subissait le même traitement éditorial que trop de BD d'au moins la même qualité et quantité de travail des auteurs ? C'est à dire, un tirage relativement faible, 0 à 3 exemplaires par librairie, et strictement aucune promotion médiatique ? Et qu'en serait-il d'un des albums sus-nommés s'il subissait le même traitement éditorial que l'Astérix, à savoir un battage médiatique de fou, des pubs partout, un tirage énorme mis en avant dans tous les points de vente imaginables et inimaginables ?

Je ne suis pas idiot, je sais bien qu'en inversant simplement le traitement réservé à chaque BD, l'Astérix se vendrait quand même bien mieux que les autres BD non promues et mal distribuées, et l'autre BD se vendrait moins bien que ne le fait l'Astérix en étant promu. Mais chacune aurait des chiffres de vente très différent de ce qu'on connait dans la réalité.
C'est un biais de fou : quelqu'un dans un bureau décide quelle promotion une BD mérite, en fonction de sa popularité existante ou supposée, et fait une prophétie auto-réalisatrice en lui attribuant la qualité de promo qui va avec ... creusant injustement l'écart entre les titres. Et ce, sans réduire la part éditeur (et monter la part auteur) des albums sur lesquels il ne fait pas son boulot pour le faire vendre.


Astérix est Astérix, c'est un produit différent des autres BD, voila tout.
Les ventes d'Astérix ne se font pas au détriment d'un autre album de BD, le positionnement est différent.

L'article de Libé est une critique assez médiocre et facile. On pourrait aussi bien dire que cet article ne bénéficie que du label Libé qui lui meme trouve sa réputation dans un temps de qualité journalistique aujourd'hui révolue :twisted:
Avatar de l’utilisateur
hebusDreams
BDémentiel
BDémentiel
 
Messages: 319
Inscription: 15/10/2004
Localisation: Paris

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede TILLIERTON » 23/10/2019 19:26

Je crois que l'article de Libé s'élève plutôt contre un état d'esprit, une dérive du marketing
Avatar de l’utilisateur
TILLIERTON
BDétraqué
BDétraqué
 
Messages: 633
Inscription: 05/10/2017
Localisation: Los Angeles
Age: 67 ans

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede zourbi le grec » 23/10/2019 19:32

Avec une telle puissance de feu marketing, les critiques n'auront aucun impact sur les ventes.
On l'a bien vu avec les derniers albums d'Uderzo scénariste qui sont catastrophiques, et cela s'est très bien vendu.

Le petit gaulois est indestructible avec ou sans potion ;)
Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde.
A. Camus
Avatar de l’utilisateur
zourbi le grec
BDGestiste Confirmé
BDGestiste Confirmé
 
Messages: 9831
Inscription: 23/11/2007
Localisation: Paris

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Blackfrag » 23/10/2019 19:35

J'ai lu et j'ai aimé pour ma part, en tout cas bien plus que le Transitalique ;) y'a beaucoup de personnages mis en avant dans cet album et ça fait du bien !
je l'ai trouvé à la fois très adapté aux jeunes avec les préceptes de notre époque et une lecture bien adapté aux adultes aussi avec toujours les bons mots détournés, les jeux de mots , le divertissement du voyage aussi, et le retour de nos cher pirates qui reviennent en force et que j'adore :D ! un dessin très sympa avec de nombreuses cases/pages de clair obscure également bien foutues . La caricature d' Aznavour ne fait aucun doute, bien vu ! ;)
Dernière édition par Blackfrag le 23/10/2019 22:39, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Blackfrag
Abraracourcix
Abraracourcix
 
Messages: 7699
Inscription: 04/01/2014

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede alambix » 23/10/2019 19:40

Croaa a écrit:
TILLIERTON a écrit:L’article de Libé, rafraîchissant, honnête démasque la supercherie. Tout est dit , et cela clôt le débat, inutile.....sur la qualité improbable de l’album. Et confirme le recadrage d’Uderzo sur Ferri, le même Uderzo détenant les rênes des éditions Albert René


:fant2: Libé retranscrit les propos d'Uderzo, c'est tout.
Ferri dément.
qui a raison ? mystère.


Réfléchissons. Si Uderzo "détient les rênes des éditions Albert René" (sic), quel serait l'intérêt de Ferri de mentir en contredisant les propos d'Uderzo, et donc en faisant passer celui qui "détient les rênes" au mieux pour un menteur, au pire pour un gateux ?

Si Uderzo a autant de pouvoir, je vois mal Ferri jouer avec le feu, d'autant plus qu'un scénariste çà se remplace (au contraire de Conrad, qui serait à ce jour beaucoup plus difficile à remplacer).
Nobody is gonna hit as hard as life. But it ain’t about how hard you hit. It’s about how hard you can get hit and keep moving forward; how much you can take and keep moving forward.
Avatar de l’utilisateur
alambix
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 3444
Inscription: 16/09/2015

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede BDbilos » 23/10/2019 19:52

hebusDreams a écrit: L'article de Libé est une critique assez médiocre et facile. On pourrait aussi bien dire que cet article ne bénéficie que du label Libé qui lui meme trouve sa réputation dans un temps de qualité journalistique aujourd'hui révolue :twisted:

:ok: :ok: imparable
"De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent." A.Allais
Avatar de l’utilisateur
BDbilos
Romuald
Romuald
 
Messages: 7290
Inscription: 21/03/2010

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Jopo de Pojo » 23/10/2019 19:59

À propos de l''interview d'Uderzo dans le Parisien : une déclaration sans lendemain, réalisée en présence de sa fille, avec laquelle il venait de se rabibocher. À relativiser, donc.
Avatar de l’utilisateur
Jopo de Pojo
BDGestiste
BDGestiste
 
Messages: 2654
Inscription: 22/12/2014
Localisation: Metropolis

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Blackfrag » 23/10/2019 20:09

Libé c'est comme France inter, on s'en branle éperdument de ce qu'ils pense d'Astérix en fait , ils doivent lire 2 BD par an les pauvres ( Sfar et Sattouf par hasard) , j'aurai plus confiance en l'avis du vendeur de chez Fnac embauché la semaine dernière en fait ...
Dernière édition par Blackfrag le 23/10/2019 20:10, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Blackfrag
Abraracourcix
Abraracourcix
 
Messages: 7699
Inscription: 04/01/2014

Re: Astérix 38 : La fille de Vercingétorix

Messagede Olaf Le Bou » 23/10/2019 20:09

BDbilos a écrit:
hebusDreams a écrit: L'article de Libé est une critique assez médiocre et facile. On pourrait aussi bien dire que cet article ne bénéficie que du label Libé qui lui meme trouve sa réputation dans un temps de qualité journalistique aujourd'hui révolue :twisted:

:ok: :ok: imparable


même impression, un article insipide qui veut démontrer la puissance du marketing éditorial et qui ne fait rien d'autre qu'y participer en surfant sur la vague, mais qui ne propose au final qu'une coquille vide de contenu, purement destinée à récolter du clic.
Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux

Ma galerie sur Gurushots
Avatar de l’utilisateur
Olaf Le Bou
BDGedï
BDGedï
 
Messages: 30524
Inscription: 20/03/2008
Localisation: Cambrésis
Age: 54 ans

PrécédenteSuivante

Retourner vers Bande Dessinée Franco-Belge

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités