Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Daniel Mahen

13/06/2005 19 planches

Quand un nouvel éditeur fait son apparition, cela doit être signalé. Mais quand, en plus, il compte dans ses premiers auteurs des noms comme Laurent Vicomte, Emmanuel Lepage ou Olivier Ledroit, alors là l'information mérite un dossier spécial ! C'est pourquoi BDGest' donne un coup de projecteur sur Daniel Maghen, le galériste bien connu qui entre aujourd'hui dans le monde des éditeurs, en présentant quelques extraits des trois premiers albums de sa nouvelle collection "Art Book BD". La rédaction de BDGest' a rencontré et interviewé D. Maghen, mais aussi L. Vicomte et E. Lepage afin de connaître les dessous de leurs superbes ouvrages, tout en en profitant pour faire le point sur leurs projets. Ce n'est pas tous les jours que l'on a des nouvelles de Sasmira ou de Muchacho.

>> Interview de Lepage
>> Interview de Vicomte

INTERVIEW DANIEL MAGHEN

BDGest’
: Comment t’est venue cette envie d’éditer des « Art Book BD » ?

Daniel Maghen : Le fait de rencontrer des auteurs, de leur acheter des originaux, de voir leur travail, leurs crayonnés ou des esquisses, de suivre où ils en sont dans leurs albums, ça ne peut que donner envie de mettre en avant leur travail. C’est ce que j’ai toujours eu envie de faire. De plus, il y a un certain nombre d’auteurs de BD (Le Gall, Blanc-Dumont, Stalner…) qui pendant des années m’ont fait des illustrations, je me suis dit que je voulais les voir publiées un jour. Si tu vas chez des auteurs, que tu les vois à leurs tables à dessin et tout le travail qu’il y a derrière, tu as forcément envie de voir ce travail reproduit dans un bouquin. Dans l’album de Vicomte comme dans celui de Lepage, la démarche est la même : mettre en avant ce travail de dessinateur.
BDG : Les trois premiers albums que tu édites ne sont pas que des catalogues de dessin. Il y a aussi une histoire. Tu étais particulièrement demandeur de cette spécificité ?

DM : Le but était que pour le lecteur ce ne soit pas qu’une suite de dessins, mais qu’il y ait de la lecture, qu’il passe trois quarts d’heure, une heure, sur chaque ouvrage. Le lecteur peut d’abord passer un bon moment et prendre du plaisir avec l’histoire, puis revenir dessin par dessin. Le Lepage, à la base, était un portfolio, de lui-même il avait mis le même personnage sur tous les dessins, sans penser à faire une histoire dès le départ. Pour faire le bouquin je lui ai dit qu’il serait bien qu’on sache d’où vient cette femme, sa démarche... Le portfolio est devenu un livre parce que je trouvais dommage que ce travail soit uniquement un petit tirage pour un public de collectionneurs et j’ai demandé à Emmanuel d’enrichir le matériel pour en faire un ouvrage le plus dense possible, avec une qualité de papier, de maquette et de support qu’il n’a pas ailleurs. BDG : On sait que beaucoup d’éditeurs indépendants ont des difficultés à diffuser correctement leurs albums. Comment as-tu travaillé ?

© L. Mélikian, Bandes Dessinées Magazine
DM : Déjà le fait d’avoir une histoire nous permet effectivement de toucher un plus grand public. On a essayé d’avoir une approche la plus professionnelle possible au niveau de la diffusion : sortir les 3 albums en même temps et contacter un diffuseur pour lui soumettre un catalogue avec des auteurs connus. Le fait d’avoir Lepage, Vicomte, Ledroit comme premiers titres, ce sont des auteurs que tu peux vendre. C’est sûr qu’il faut qu’il y ait la qualité derrière. Les carnets de voyages de Lepage chez Casterman ne sont pas au niveau qu’ils auraient dû être, parce qu’il n’y a pas eu l’implication de l’éditeur et le rapport qu’on a, nous, avec l’auteur. En parlant plutôt business que domaine artistique, on a essayé de vendre un catalogue avec les plus grands noms des auteurs avec qui on travaille sur les originaux : Lepage, Vicomte, Juillard, Gibrat, Ferrandez, Pellerin… avec qui on a des projets ; et on a dit aux diffuseurs « vous allez avoir tous ces auteurs qui sont connus, avec des illustrations mais aussi en albums BD avec des dessinateurs qui sont peut-être moins connus mais des scénaristes qui sont réputés ». Arinouchkine dont je crois t’avoir montré des planches, c’est Tiburce (Oger) qui fait le scénario. Le fait d’avoir des bouquins d’illustrations avec des noms connus nous permet de mettre en avant les albums de BD. Quand tu donnes des noms comme ceux-là, le diffuseur te suit, à condition que tu accompagnes son boulot. On a envoyé 12 000 catalogues, 2 000 depuis la galerie, 4 500 avec Bo Doï, 15 à chaque libraire avec les cahiers du Vicomte, du Lepage et du Ledroit, on a embauché une attachée de presse très compétente pour avoir de bons partenariats. Nous avons essayé d’avoir une démarche la plus professionnelle possible pour que nos livres soient aussi visibles que les grands éditeurs. Ca a un coût, ça demande du temps, et je pense qu’on y est parvenus.

Tirage de tête - Virages
BDG : Tu as donc l’intention de faire aussi de la BD « traditionnelle » ?

DM : Tout à fait. Maintenant, tu connais aussi bien le milieu que moi, tu vois le nombre d'albums qui sortent en bande dessinée ; on va essayer de faire des albums de qualité. J'espère qu'on arrivera à avoir un catalogue avec 10 / 15 titres par an entre les livres d'illustrations et les BD, les choses vont se faire étape par étape. L'objectif est aussi de devenir éditeur de bande dessinée et de donner aux auteurs un autre moyen de s'exprimer. Ce qui veut dire que par notre moyen d'acheter des pages aux auteurs, financièrement ils vont pouvoir passer plus de temps à faire leur travail chez nous que de le faire chez un Delcourt ou un Soleil pour ceux qui ne vendent pas 20 000 ou 40 000 bouquins. De part notre spécificité ils pourront peut-être passer plus de temps dans leurs pages, et avoir un suivi personnalisé de la même manière que ce que l'on fait sur les bouquins d'illustration. BDG : quel est le maître mot de ta politique éditoriale ?

DM : Si possible avoir la qualité. Maintenant, je suis plus dans un registre de BD réaliste, au niveau dessin je préfère le figuratif comme on peut le voir avec Ledroit, Vicomte et Lepage, ou sur les prochains bouquins de Juillard et Cosey. Je suis plus dans ce registre là que sur Sfar ou Trondheim. Mais j'aime tout, hein, si le projet est intéressant et de qualité, on va essayer et on va voir s'il marche. Essayer de faire une qualité graphique la plus haute possible, une qualité de reproduction la meilleure possible et avoir des scénars qui soient bien.

BDG : tu viens de citer quelques noms... quels sont tes projets immédiats ?

DM : Il y aura un livre sur Juillard de 300 pages qui sera dans le même esprit que "Virages" de Vicomte. On va essayer d'avoir un prix qui soit le même. Après il y aura un Cosey dans la même collection. Ces deux-là sortiront soit en fin d'année, soit en début 2006, c'est un gros travail de maquette. Tu as vu que dans "Virages", Laurent Vicomte s'est livré, il dit plein de choses assez personnelles et très intéressantes sur son parcours dans la BD, comment on devient auteur, on tape à la porte des éditeurs, on rencontre son scénariste, etc. Ce sera intéressant de voir ce que Julliard va pouvoir dire dans ce livre parce que c'est quelqu'un souvent sur la réserve et qui ne parle pas tellement de lui-même. Pourtant il a connu beaucoup de grands dessinateurs, il a commencé avec Martin, il a fait "les 7 vies de l'épervier" qui est un classique. Par exemple il nous a passé des planches d'"Azrayen" qu'il devait faire... finalement ça a été Lax avec Giroud, ça va être intéressant en voyant les planches de savoir pourquoi il n'a pas fait ce projet. Le bouquin sur Cosey, ça va être du bonheur parce que ses albums en eux-mêmes sont déjà des carnets de voyage. Quant à l'album d'Andreï Arinouchkine et Tiburce Oger, ce qu'Arinouchkine fait est magnifique mais ce n'est pas quelqu'un qui produit très vite donc l'album sortira en mai 2006. Derrière on a un livre d'illustrations de Béatrice Tillier, j'espère qu'on l'aura pour la
fin de l'année. J'espère convaincre Gibrat de faire un bouquin d'illustrations avec moi, qu'on l'ait dans les 6 à 8 mois à venir. Pour l'instant je peux rien dire de plus que ça, y'a d'autres projets qui vont se mettre en place, avec Ferrandez - je pense qu'on l'aura pas avant un an - il y a un projet avec Pellerin mais dans 3 ans, et puis on a un collectif d'illustrations avec Monges qui sera à la base du bouquin avec Lereculey, ils feront 50% du livre, et on aura Ledroit, Boiscommun, Rosinski, Loisel, Crisse, Tarquin, Pellerin, Tiburce, Cromwell, donc le meilleur des auteurs de BD avec des illustrateurs dont des américains. On fera aussi un carnet d'illustrations d'Hipolyte qui a fait des bouquins à la carte à gratter : Dracula dans la collection "carrément BD". Il doit choisir le thème, peut-être l'île au trésor de Stevenson. Il a carte blanche, il fera l'album en N&B à la carte à gratter parce que Glénat a publié "Dracula" en couleurs, mais il l'avait fait en N&B et c'était incroyable.

BDG : c'est difficile de se lancer dans l'édition BD actuellement ?

DM : C'est difficile oui, mais si on est soutenu par des gens qui ont la même passion que nous, ce qui est votre cas et je vous en remercie, si

Recueil joint au Tirage de tête
du Voyage d'Anna
on est soutenus par les libraires on va s'en sortir. Nous essayons de faire de la qualité en respectant le lecteur - c'est le soucis qu'on a eu avec le livre de Ledroit par exemple : d'avoir un prix très abordable à 18 €, on s'est rendu compte qu'une bonne partie de la clientèle qui achetait des posters de fées et de lutins sont des jeunes qui n'ont pas de gros moyens - et de donner à l'auteur les moyens de s'éclater : ils ont le nombre de pages qu'ils veulent, il choisissent leur sujet, ils ont à leur service un maquettiste - Vincent Odin - qui est lui-même un auteur tellement il traite le dessin de manière personnalisée. Avec tous ces atouts-là, je pense qu'on devrait pouvoir être lisibles. Je suis plutôt positif, même si c'est très très difficile si on voit des boîtes comme Delcourt ou Soleil qui sortent 400 ou 500 nouveautés par an, je pense que leurs représentants eux-mêmes doivent avoir du mal pour mettre en avant leurs livres. Quand on voit qu'un libraire reçoit 3000 bouquins par an, ça veut dire 250 par mois, pour en mettre en rayon 30 à 40, il en met 10% en place ! C'est très difficile mais c'est exaltant aussi.

BDG : Est-ce que la relation avec les auteurs change entre le galeriste et l'éditeur ?

DM : Etre galeriste c'est formidable, parce que ça permet de voir les dessins, les exposer, être en contact régulièrement avec le vrai dessin. La relation éditeur c'est encore plus intéressant parce qu'on fait quelque chose ensemble qui va durer. Une exposition, elle va rester dans l'inconscient des gens parce qu'ils l'ont vue et qu'ils vont être marqués, mais le livre, lui, va rester ad vitam. C'est quelque chose d'encore plus fort et je pense qu'il n'y a rien de plus beau que de pouvoir faire des livres.

Interview réalisée par Christophe Steffan >> Interview de Lepage
>> Interview de Vicomte
>> Preview Ledroit
>> Le site de la Galerie Daniel Maghen
>> Commander les livres chez l'éditeur