Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

E st-ce qu'il y a un âge pour aimer ou les histoires d'amour aussi sont-elles victimes de l'obsolescence programmée qui touche notre électroménager, nos voitures ou bien encore nos appareils connectés ?

Un nouvel album estampillé Zidrou provoque souvent, sorti de Bécassine ou L'élève Ducobu, le même genre de réaction chez les bédéphiles : un mélange de curiosité et de méfiance. Le prolifique auteur possède cette qualité de ne jamais laisser indifférent. À ses qualités de conteur, profondément humaniste, lui sont souvent reprochés des effets un peu trop appuyés tendance tire larmes. Et autant lever le suspense, ce titre est fait du même bois. Et si des prestations comme Lydie ou plus récemment Les beaux êtes sortent du lot, certaines productions s'avèrent plus anecdotiques.

En choisissant de s'associer à Aimée De Jongh, l'Espagnol d'adoption prouve une nouvelle fois que les collaborations étonnantes, par delà les frontières, ne l'effraient pas. Ensemble, ils explorent les méandres de l'amour à l'aube de la retraite. Alors que d'autres pensent à s'occuper de leur jardin ou des petits-enfants, leurs protagonistes, aux prénoms évocateurs, se croisent, se rencontrent, se plaisent, se séduisent et s'aiment. Dans toute la première partie, le lecteur suit avec plaisir et gourmandise ces existences marquées, éprouvées mais pas lessivées. Et c'est peut-être même avec un sourire envieux qu'il se plonge dans une histoire pleine de tendresse, parfaitement retranscrite par le trait semi réaliste, plein de justesse, de la dessinatrice néerlandaise. Sans fard, elle dépeint les corps en même temps que se livrent les cœurs, avec une facilité, un naturel et une précision qui laissent admiratif. Son dessin raconte bien plus, comme lors des scènes intimes, que certaines phylactères qui s'avèrent par moments redondantes comme évoqué plus haut.

Mais, puisqu'il y en a un, la principale réserve réside dans le point d'inflexion choisi par le scénariste, qui en déroutera plus d'un. S'éloignant de la veine réaliste dans laquelle son récit s'inscrivait, il opte pour une tournure qui surprend - au mieux - et fait basculer la trame dans la fantaisie décalée de manière un peu abrupte. Malgré le travail de sa partenaire, toujours impeccable de finesse et de lisibilité, cet écueil fait naître un sentiment d'incompréhension qui peut nuire à l'immersion.

Réflexion contemporaine sur le temps qui passe et ses affres, joliment illustrée, L'obsolescence programmée des sentiments se meut en une fable qui peine à convaincre pleinement. Dommage pour les terre à terre, pour les autres cela reste l'assurance d'un bon moment de lecture.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

L'obsolescence programmée de nos sentiments

  • Currently 3.08/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.1/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 16:39:53

    Ulysse vient de se faire licencier et Méditerrannée est une fromagère de la soixantaine. Rien ne les destinait à se rencontrer et pourtant...

    Zidrou a l'art de m'émouvoir à chacune de ses BD. Ici, encore, il livre un scénario superbe comme il sait si bien le faire. Certains diront qu'il surfe sur la vague de la mode des papis mamis, mais, je n'y crois pas vraiment. Avec ce roman graphique, c'est la vision de notre société sur nos jeunes retraités qui est pointée du doigt. Car, vous le savez, la société aime beaucoup que chacun se cantonne à sa petite case et y reste bien tranquille. Or, avec ce récit c'est le décalage avec la société qui est mis en valeur.

    Ainsi, à travers ses personnages, Zidrou aborde de vrais questionnements. Il pousse son lecteur à réfléchir sur la vieillesse. Il parle de l'acceptation de ce corps qui n'est plus si jeune, du regard des autres... Et puis surtout, comment retomber amoureux à cet âge où l'amour ne semble plus vraiment faire partie du tableau? 

    Le scénario nous fait de belles surprises et la fin partage...

    Les personnages sont donc remplis d'humanité et de bonté. On a l'impression de les connaître et très vite on s'attache à eux. La relation qui se tisse entre Ulysse et Méditerranée est attendrissante.

    Pour illustrer ce propos, Aimée de Jongh fait preuve de beaucoup de talent. L'esthétique est belle et colorée. Les dessins des corps sont minutieux. Il y a pleins de petits détails et les traits sont fins. L'ensemble se marie à merveille et a su éveiller en moi beaucoup d'émotions.

    Je l'avoue, comme beaucoup de personnes, j'ai peur de vieillir... Mais, avec cette BD, Zidrou et Aimée de Jongh nous prouve que le vieillissement est juste une autre étape de notre vie. Il pousse à respecter les choix de ces gens trop souvent cachés ou dénigrés par la société actuelle. Il nous murmure à l'oreille que nous serons tous les vieux de demain.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com