Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Madgermanes

16/06/2017 1054 visiteurs 7.0/10 (1 note)

1975. Après une longue lutte, le Mozambique obtient son indépendance et devient une République populaire dans la foulée. Si l’URSS est l’alliée de fait, de nombreux liens se forment également avec les autres pays frères, l’Allemagne de l’Est en particulier. En effet, entre cette date et la disparition du Rideau de fer, plus de vingt mille camarades venus du Sud vont émigrer en RDA. Sur le papier, il y est question d’entraide et de formation ; dans les faits, ceux-ci serviront surtout de main d’œuvre bon marché. De loin, ces hommes et ces femmes ne ressemblent qu’à une anecdote quasiment insignifiante de l’histoire du communisme. À y regarder de plus près, il s’agit d’une aventure incroyable, construite sur l’espérance d’une vie meilleure et vécue – vaincue – par la réalité.

Ayant elle-même passé une grande partie de sa jeunesse en Afrique de l’Est, Birgit Weyhe a immédiatement été touchée par l’expérience de ces jeunes mozambiquiens déracinés. Le changement de mentalité, de climat, de société, etc., comment ont-ils pu s’adapter au rude cadre d’un des pires régimes d’Europe ? Et ceux qui sont retournés dans leur contrée d’origine à la chute du Mur ? Plus vraiment Africains, mais pas Allemands pour autant, ont-ils réussi à trouver une identité ou un certain équilibre ? Toutes ces questions, la scénariste les a posées à Afanso, Atanasi, Emiliano et quelques autres, à ceux qui se nomment eux-même les « Madgermanes », les made in Germany.

À partir de ces entretiens, l’auteure a imaginé trois trajectoires, deux hommes et une femme. Des portraits très différents, mais reliés par des épreuves similaires. Infiniment touchants, quoiqu’un peu trop synthétiques par moments, José, Basilio et Anabella se racontent : la découverte d’un monde insoupçonné (la ponctualité, les règles, le froid, la neige !), les amis, le racisme contenu dans les années 80 et celui sans retenue une fois la Réunification actée, les joies, les peurs et cet insidieux sentiment de n’être qu’un éternel étranger. Rempli de références graphiques au Continent noir, l’album est prenant, passe des rires aux larmes d’une page à l’autre et ose justement plusieurs piques féministes et politiques aux lecteurs d’aujourd’hui.

Profondément honnête, Madgermanes n’est pas un réquisitoire ni un brûlot vidicatif, c’est avant tout un ouvrage soulignant la résilience de l’âme humaine. Un coup de projecteur sur une poignée d’individus emportés par les utopies d’une époque et écrasés par la vraie nature du monde.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Madgermanes

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.