Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Pablo 4. Picasso

10/04/2014 5848 visiteurs 8.0/10 (1 note)

U n soir de crémaillère chez Apollinaire, Cremitz chante l'histoire d'une gamine née dans un bordel de Tunis et que sa mère vend à un Parisien en lui faisant croire que c'est une prodige du violon. Le bourgeois, déçu, la renvoie dans un orphelinat. Fernande, qui se sent délaissée depuis que Pablo travaille d'arrache-pied sur un grand projet, décide de la retrouver et de l'adopter. Au bout d'un mois, ce caprice se retourne contre elle : un soir qu'elle rentre lessivée par toutes ces tâches maternelles dont elle n'a pas l'habitude, elle retrouve la fillette nue, écartelée sur une chaise, exposant un entrecuisse que le peintre saisit sur le papier... C'est le début de la fin... et le début d'un mythe.

Mai 1907, la démarche artistique amorcée dans le tome précédent est en train d'aboutir. Toile de deux mètres de haut, corps massifs et coupants comme des lames de granit, devant l'incompréhension de ses proches, Picasso donne les derniers coups de pinceaux au Bordel, connu aujourd'hui sous le nom des Demoiselles d'Avignon. Il y exprime sa colère envers Fernande, sa volonté d'exorciser le désir qu'il a pour elle dans une œuvre qui va en faire un maître, à l'égal de son rival Matisse. Cette violence picturale qui germe dans les délires opiacés de la bande du Bateau Lavoir est paradoxalement et justement rendue par la douce aquarelle de Clément Oubrerie. Plus particulièrement dans sa façon de traiter les regards, son trait lie le génie et la folie et accompagne cette équipée hallucinée qui touche à son terme. Au sortir d'une fête en l'honneur du Douanier Rousseau, Max Jacob prophétise à Fernande : Montmartre, c'est terminé, « il te rayera même de l'histoire de l'Art ». Triste hommage à cette femme qui a soutenu et guidé l'artiste durant ses années charnières vers sa consécration et pose la question : Que serait Picasso sans Fernande ?

Une très belle série qui s'achève dans le chaos des créatifs, avec une ambiance qui préfigure avec quinze ans d'avance le tourbillon des Années Folles. Une magnifique introduction à un monument de l'histoire de l'art du XXe siècle.

Par M. Leroy
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Pablo
4. Picasso

  • Currently 4.27/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (11 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Yovo Le 31/01/2020 à 21:55:12

    Désormais conscient de son génie, Pablo devient Picasso en dévoilant au public ses "Demoiselles d’Avignon", tableau inouï qui acte la naissance de l’art moderne.
    Suite à quoi il quittera le Bateau-lavoir, son mythique atelier. C’en est fini de sa vie de bohème. Les auteurs baignent cet album dans la mélancolie pour clore cette parenthèse enchantée.

    Une série qui retrace fidèlement les débuts d’un des plus grand peintres de tous les temps, tout en faisant une chronique douce-amère de la misérable Butte Montmartre, hantée de poètes et de fous qui changeront radicalement le visage de l’art mondial.
    Si le scenario a tendance à se disloquer par moment et que Julie Birmant aura peiné à en maintenir la fluidité, Clément Oubrerie signe encore des dessins de toute beauté qui rendent un hommage inspiré aux illustres artistes qui peuplent ces 4 « Pablo ».
    Bravo à tous les deux !

    Hugui Le 29/05/2014 à 18:25:51

    Picasso devient Picasso en trouvant son style et commence à avoir du succès, cela sent aussi la fin de l'histoire avec Fernande et donc la fin de cette histoire de la naissance d'un génie.
    Ce tome de clôture est donc bien venu, et le tout forme un tableau cohérent et instructif, mais il était temps que ça s'arrête car cette vie de bohème commençait à devenir lassante, et les protagonistes eux-même veulent tournent la page.
    Une très bonne série qui fait bien de se terminer en 4 tome.