Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Ce qui est à nous 8. Oyster Bay

21/06/2004 8143 visiteurs 6.3/10 (3 notes)

S alvatore Lucania, plus connu sous le nom de Charlie "Lucky" Luciano dans le New York de la crise de 1929, est à un tournant de son destin de mafioso. Dans les conflits qui opposent violemment les différentes familles pour la prise du pouvoir, il avait toujours su conserver une certaine neutralité. Cette fois, le clan de Joe The Boss lui demande d'assassiner Gaetano Reina, un ami, qui veut rejoindre le clan des Castellammarrese : il va devoir choisir et ne pas se tromper.

Chauvel et Le Saec en sont déjà au huitième tome de cette série ambitieuse qui veut retracer en une trentaine de volumes la véritable histoire de la mafia new-yorkaise. Le thème a été traité de nombreuses fois au cinéma et l'imaginaire collectif est peuplé d'images spectaculaires de Martin Scorsese, Sergio Leone, Francis Coppola, Brian de Palma… Face à de telles références, les auteurs ont choisi justement la sobriété. A commencer par le titre, dans lequel on ne reconnaît pas facilement la traduction littérale de "Cosa Nostra". Pour le fond, un graphisme très classique vient en soutien d'un scénario qui donne la primauté à l'exactitude historique, quitte à ce que le rythme et le spectacle ne soient pas au rendez-vous. Et dans chaque album, Chauvel cite ses sources pour renforcer le caractère authentique de situations parfois sérieusement complexes.

A l'opposé des séries majeures de Delcourt axées sur le fantastique ou la science-fiction, Ce qui est à nous n'en bénéficie pas moins de toute l'attention de l'éditeur qui lui a fait cadeau récemment d'un format plus grand et plus prestigieux. Ce n'est probablement pas son dessin très sage, au découpage et au cadrage très classique, qui lui ont valu cette "promotion". Certes agréable, il demeure en retrait par rapport à l'histoire elle-même, et on est parfois à la peine pour identifier l'un des nombreux personnages secondaires. Ce trait juste et sobre est souligné par de jolies couleurs signées Scarlett, elles aussi très sobres, dont la dominante marron est omniprésente, dans l'esprit des références cinématographiques citées plus haut.

Le cœur de cette série est donc avant tout son scénario, à la fois sa force et sa faiblesse. Le parti pris de l'authenticité rend parfois certains passages extrêmement obscurs et ne fait pas la part belle à l'action, qui rythme habituellement le genre. La profusion de personnages aux noms qui se ressemblent, l'organisation complexe des clans, la multiplicité des lieux, tout cela donne un ensemble touffu et parfois indigeste, mais confère un cachet indéniable et dépeint remarquablement cette société si particulière.

Les lecteurs qui ne sont pas passionnés par le sujet risquent fort de se décourager rapidement à force de revenir en arrière pour comprendre qui est qui et qui fait quoi, notamment dans cet album particulièrement dense. Les amateurs par contre jubileront de se replonger à nouveau dans cette ambiance qui répond si bien aux codes du genre. Dans le contexte actuel d'une production BD de plus en plus uniforme, on ne peut que féliciter et encourager l'éditeur et les auteurs pour avoir choisi cette ligne un peu exclusive.

Par M. Antoniutti
Moyenne des chroniqueurs
6.3

Informations sur l'album

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.