Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Caligari

17/01/2008 7561 visiteurs 4.0/10 (2 notes)

L e docteur Caligari exhibe à la fête foraine un somnambule capable de prédire l'avenir. Ce dernier prédit la mort d'Alain, l'ami de Francis. La mort du jeune homme survient dans la nuit et semble être l'oeuvre d'un tueur en série. Francis décide de mener l'enquête.

Format atypique, bichromie, graphisme qui sort de l'ordinaire, tout est réuni pour plaire aux lecteurs ne se contentant pas de la bd dite "grand public". Et pourtant. Est-ce la présence systématique d'un résumé en première case de chaque page qui "use" plus qu'elle ne donne un genre, le manque de rythme, ou la non concordance entre le dessin parfois "rigolard" et l'ambiance sensée être angoissante ? Chacun se fera son idée mais le fait est que cela ne fonctionne pas.

Adapté du film de Robert Wiene, "Le cabinet du docteur Caligari" sorti en février 1920, l'album de Cédric Perez est par moment dramatique et frissonnant. Mais la flamme devant faire trembler est le plus souvent absente. Certes, l'hommage au cinéma muet peut expliquer le décalage entre le désir de l'auteur et le ressenti du lecteur, mais le chemin étant parcouru à moitié, il en résulte une demie réussite. Toutes les caractéristiques du septième art de l'époque auraient dû être utilisées pour tenter de rendre une ambiance plus fidèle à son esprit et surtout à sa technique. Les philactères sont ainsi perçus comme perturbateurs et rendent le sempiternel résumé obsolète. Du coup, le récit manque de souffle et de crédibilité. On passe du rire de Francis à sa tristesse sans transition émotionnelle, scènes parasitées par des dialogues qui n'auraient dû exister que dans notre imaginaire suggéré par l'image. La présence d'un duo à la Laurel et Hardy en plein drame à la Edgar Allan Poe devient alors trop décalée et le dénouement semi prévisible ne contribue malheureusement pas à susciter suffisamment l'intéret. Le dessin en bichromie sépia, malgré un rendu historique réussi, n'arrive pas à redonner une lueur d'espoir qui ne fait que naître à l'ouverture de ce beau livre et qui retombe la lecture à peine commencée.

Manque de chaleur et de crédibilité pour une belle promesse en couverture. Dommage.

Par T. Pinet
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Caligari

  • Currently 3.06/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.1/5 (17 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    zaaor Le 02/09/2008 à 01:28:17


    Au début, on prend plaisir, tant au dessin à la façon "Tim Burton" de raconter
    l'histoire. Il ne faut pas oublier ici que la vraie histoire était un film muet, donc
    voilà le clin d'oeil à toutes les bulles qui commencent chaque planche où on
    raconte ce qui va se produire et qui seront les personnages concernés.

    Ensuite, on suit le déroulement qui peut paraître un tantinet onirique.

    Le problème qui empêche de donner une note plus haute est que l'adaptation du
    film de Wiene de 1920 semble mal structurée.

    La fin arrive abruptement et nous laisse sur notre faim, comme si elle avait été
    bâclée.

    Pas pour tout le monde!