Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

P eggy et Ernest ensemble pour une histoire d’amour, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a de quoi être surpris. L’alliance de la carpe et du (chaud) lapin est en effet l’image qui vient en premier à l’esprit. L’une pense à ouvrir son chakra pour libérer les sources de l’énergie psychique quand l’autre pense à ouvrir sa braguette pour libérer enfin vous voyez quoi. Pourtant, l’espace de quelques saisons, sans renoncer à ce qui fait leur personnalité – terme pudique pour dissimuler leur égoïsme -, ils vont se rapprocher.

Sylvain Ricard et Charles Masson ensemble pour raconter une histoire d’amour, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a de quoi être surpris. L’auteur des rugueux et sombres Banquise, Kuklos, Rêves de Milton ou Fille de rien et celui des intimistes Soupe froide et Bonne santé complices pour emprunter le ton de la comédie, ça devient pourtant vite une évidence à mesure que l’on découvre cette relation. Tout comme le fait de redécouvrir le trait de Masson allégrement paré des couleurs concoctées par Raives alors que, bêtement, on l'imaginait voué au noir et blanc. La confirmation que les a priori sont faits pour prendre des coups de pieds au train-train.

Leurs personnages paraissent incorrigibles et les tribus qu’ils représentent en prennent pour leur grade. Les mystiques tendance new-age et macro bio en mal de spiritualité tout d’abord. Toujours à l’affût de ce qui échappe à la norme populacière, quitte à se perdre dans les clichés dans lesquels sombre leur communauté. A force de ne pas vouloir emprunter les chemins de pensée archi-battus, paradoxalement, ils en arrivent à laisser le soin à d’autres de penser à leur place. Place aux psys, aux maîtres à penser justement et autres petits gourous. Convertir l’autre à ces concepts et son mode de vie devient un objectif. De l’autre, l’hédoniste acharné - pour ne pas le limiter à "queutard" - qui n’abuse pas du capital intellect qu’il doit pourtant avoir à sa disposition. La quête d’une autre dimension spirituelle, se forcer à bouffer des trucs au goût douteux, croire à l’incroyable, tout ça pour lui c’est des conneries. Faire des efforts d’accord (et ce n’est pas lui qui en fera le moins), mais les limites ne sont jamais perdues de vue et l’horizon d’Ernest n’est pas infini.

La caricature est plaisante, rythmée, les dialogues sonnent bien, la charge reste amusante plus badine qu'amère, les quelques ingrédients tarte à la crème passent sans constituer d’obstacles véritables. On sourit aussi de voir qu’un médecin et un généticien - ce que les auteurs demeurent -, même s’ils ont choisi d’évoluer (dans les deux sens du terme) sur le registre de la légèreté, ne peuvent s’empêcher d’étayer leur discours de considérations scientifiques pour démonter quelques mécanismes fumeux. De l’avantage d’opposer un cartésien, limité soit, et une éponge au credo boulimique pour introduire quelques arguments.

L’amour entre deux individus impossibles, deux egos entêtés, peut-il réellement naître, s’épanouir et durer ? Les boules vitales n’apporte pas de réponse bien évidemment puisqu’il ne présente que l’histoire de Peggy et Ernest. Il devrait plaire, notamment dans les rédactions. Quant à la misanthropie supposée ou revendiquée par les auteurs, la découverte de cet album invite à en prendre le contre-pied en annonçant qu'il prédispose à aimer leur prochain.

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les boules vitales

  • Currently 3.24/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (29 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 02/05/2021 à 08:58:29

    C'est vrai que le titre associé à la couverture est un peu trompeur. J'ai compris par la suite que les auteurs ont voulu jouer sur cette ambiguïté entre un homme volage et "sérial baiseur" et une jolie femme qui croît aux énergies vitales du Feng Shui et autres pratiques new-âge. Les relations amoureuses de deux êtres que tout semble séparer sont parfaitement bien traités.

    Finalement, on a droit aux deux excès qu'on peut rencontrer dans notre vie au travers de relations:
    - Il y a tout d'abord les mâles qui collectionnent les conquêtes et qui flattent ainsi leur égo en parvenant à conquérir les belles. Oui, on a tous rencontrés à un moment donné des sales cons. Le coup d'aller draguer sur un marché bio est bien vu ! On ne peut tomber que sur des canons...
    - Puis, il y a les femelles qui placent leur vie dans un ensemble cosmique insondable en étant persuadé que ce mysticisme est un signe ostentatoire d'intelligence. Le pire est de suivre ces conférences données par des gourous qui prétendent vous délivrer le corps de toutes les maladies. Un miracle vous dis-je. La forme la plus adoucie est tous ces magazines féminins qui traitent des sciences douces et du Feng Shui. J'ai changé la couleur de mon salon à cause de cela: j'ai connais un rayon sur le sujet!

    J'ai bien aimé le rôle de Martial, le copain homo de Peggy qui semble être un tampon raisonnable ou le juste milieu des choses. Par contre, le meilleur ami d'Ernest (le bon père de famille bien rangé) s'avère décevant. On a les amis qu'on mérite !

    L'alliance durera t'elle au fil des quatre saisons ? J’ai beaucoup aimé les détails comme l'Eglise et ses pancartes qui évoluent ou encore les séances chez le psy. Beaucoup de choses sont très recherchées pour peu qu'on souhaite y regarder de plus près. Les critiques fusent sur une société en mal de spiritualité.

    Une BD de mode ? Certainement ! Cependant, elle reste très agréable à lire. Un album fort réussi qui m'a également convaincu.