Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Yan Lindingre répond à Alain Finkielkraut

Une Bd pour Finkie

BDGest Communique 21/05/2014 à 16:52 8165 visiteurs

Yan Lindingre, rédacteur en chef du magazine Fluide Glacial, lance l'opération : "Une Bd pour Finkie"

Dans une diatribe récente relayée par Rue 89, l'académicien Alain Finkielkraut réagissait au fait que Louis Schweitzer, président de la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les discriminations et pour l’égalité), se disait lecteur et amateur de BD. Horreur!
Etablissant une comparaison pour le moins surprenante entre l’intérêt pour la bande dessinée et la lutte contre les discriminations, le sémillant Finkie s'est lancé dans une démonstration super limpide dont la conclusion était en substance :
Pas étonnant qu'un défenseur des minorités (Schweitzer) soit également adepte d'arts mineurs. Entendons par mineur : moins de 18 ans. En d'autres termes, BD = lectures pour enfants et attardés mentaux, etc.

Ah la la! Sacré Finkie. Comme aurait dit Brassens : "la culture ne fait rien à l'affaire, quand on est gland, on est gland".
J'ai donc décidé d'offrir à notre détracteur à tous, nous les « minorités culturelles risibles », un chef-d’œuvre de la bande dessinée, qui traite pour le moins de discrimination. Car sur ce point, nous sommes d'accord, les deux ne sont pas incompatibles. J'ai choisi "Maus" d'Art Spiegelman, prix Pulitzer, tout de même!

J'invite mes confrères éditeurs, auteurs, lecteurs de BD à m'emboiter le pas et à participer à l’opération « Une BD pour Finkie ». Postez sur vos réseaux sociaux votre BD pour Finkie et participez à lutter contre l'inculture des élites !

Yan Lindingre

Voilà qui est envoyé. Et l'on ne pourra que conseiller à l'académicien fraichement élu, de lire l'explication de texte de 300 pages "Métamaus" pour l'aider à comprendre ce qu'est une bande dessinée.

Pour mémoire, dans son émission "Répliques" diffusée sur France Culture le 5 mai dernier, Alain Finkielkraut parlait de la bande dessinée en ces termes (propos retranscrits par Rue89)  : 


Il me semble que les dissymétries, les hiérarchies en matière culturelle sont de moins en moins admises par l’esprit démocratique de notre temps. [...]

Je pense à un reportage publié dans un journal sur Louis Schweitzer, alors qu’il était PDG de Renault. Il [y] a avoué sa passion pour la bande dessinée, il a dit “j’ai 3 000 albums chez moi, et d’ailleurs j’ai de grandes conversations avec Michel-Edouard Leclerc parce que nous partageons cette passion, et nous faisons notre coming out ensemble”.

Ce qui m’a frappé, c’est que le même Louis Schweitzer est devenu le premier président de la Halde, la Haute autorité de lutte contre les discriminations.

Je ne sous-estime pas, bien au contraire, la nécessité de lutter contre discrimination raciale, à l’embauche ou au logement. Mais on a l’impression, aujourd’hui, que c’est toute discrimination qui est mise en cause. C’est le droit de discriminer qui est refusé au nom de l’égalité de tous.

C’est ainsi qu’on peut se targuer d’aimer la bande dessinée. Pourquoi ne pas aimer la bande dessinée ? Mais s’en targuer c’est autre chose. C’est dire, en sous main, il n’y a pas d’art mineur. Et quand on dit il n’y a pas d’art mineur, non seulement on réhabilite les arts mineurs mais on vide les autres.
Si la variété, c’est de la musique, il n’y a plus de musique, la musique disparaît peu à peu de la consommation courante. 



Une BD pour Finkie

Maus
Intégrale (1-2)

  • Currently 4.61/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (144 votes)

Maus
MetaMaus

  • Currently 4.26/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (35 votes)