Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Vente Sotheby's

Retour de bâton

BDGest News 05/07/2012 à 17:32 5203 visiteurs
Retour sur la première vente Sotheby’s dédiée à la bande dessinée qui a eu lieu le 4 juillet 2012 à Paris. Après une annonce tonitruante et logorrhéique fin mai, suivie d’un catalogue en arrière de la main présentant des prix sans rapport avec la réalité du marché, la sanction des acheteurs s’est abattue avec le fracas du maillet : UNSOLD. Sur la petite centaine d’œuvres proposées, seulement 27 ont trouvé acquéreurs. Et pour un évènement dédié à la mémoire de Jean Giraud-Moebius, dont 2 lots retirés de justesse n’étaient même pas de sa main, pas un seul des lots restants n’a été acheté. L’essentiel du chiffre (650.000 euros) ayant été réalisé sur les œuvres d’Hergé en début de séance, s’en est suivi une longue traversée du désert dans le silence le plus complet, pour ne pas dire l’indifférence générale, rarement troublé par de timides enchères bien en deçà du prix de réserve, ou plus rarement encore, par un acheteur sauvant de justesse l’ensemble de l'opération du ridicule.

Constat : Les amateurs d’originaux de bandes dessinées ne sont pas – tous – des gogos. La bande dessinée, ce ne sont ni des pin’s, ni des autocollants vintages. Le récent record de la couverture de Tintin en Amérique qui a dépassé le million d’euros ne s’est pas fait comme par magie. C’est le fruit d’une dizaine d’années de travail qui ont définitivement structuré le marché. Outre que le côté « Poussez vous, c’est nous que v’la » en aura refroidi plus d’un, il ne suffit pas d’estampiller une vente Sotheby’s pour que l’argent coule à flots : dans ce microcosme si particulier de la bande dessinée, un peu chatouilleuse sur sa reconnaissance en tant qu’art, elle était au contraire sous surveillance.

Deux options s’offrent désormais à Sotheby's. Jurer, mais un peu tard, que l’on ne l’y reprendra pas et reléguer les planches originales à des lots occasionnels fondus dans la masse. Ou alors, étudier avec humilité ce que fait la concurrence (Tajan et Millon essentiellement) et travailler comme elle le fait lors de ses autres ventes : avec expertise et professionnalisme. C’est ce qui a fait sa renommée et c’est ce que l’on attend d’elle.

Résultats : http://www.sothebys.com/...bande-dessine-comics.pdf

A lire aussi : Première vente Sotheby's de bande dessinée
BDGest