Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Soul Man

Le Casse de Denys et Chauvel

Alexandra.S. Choux Interview 22/06/2010 à 08:39 3058 visiteurs
Ce casse là n’est pas un simple polar. Le propos de David Chauvel, sans toujours en avoir l'air, va beaucoup plus loin qu'une banale intrigue policière : « J’ai énormément lu de polars avant de commencer dans la Bd, puis plus rien pendant très longtemps, ce qui m’a permis d’avoir le recul nécessaire pour aborder cette histoire de casse » .Il nous propose d'abord une balade en Pennsylvanie, au centre correctionnel d'Attica, et rien que pour ça cet album vaut le détour. Avec un éclairage plus profond ce casse n°3 nous montre aussi toute la vacuité de l'existence, la difficulté d'avoir un code moral juste, là où mène l'ignorance ou la méconnaissance de l'autre, et enfin la limite très ténue entre le bien et le mal. Les personnages de Denys sont riches, si humains, si réels que si j'avais l'occasion de faire un tour par Pittsburgh, je ne serais pas surprise de croiser un Amos en train de mettre à sac un bar...


Sortir autant d’albums en si peu de temps est un pari mais aussi une forme de respect vis-à-vis de son lectorat « je suis également un grand lecteur de Bd aussi, me suis-je mis à la place du public. Même si je comprends parfaitement que les auteurs ne peuvent pas toujours sortir des albums les uns derrières les autres, j’aime quand mon impatience est assouvis rapidement. » Le récit principal autonome est un carnet de route au «nous» narratif, englobant d'emblée le spectateur.



L'intrigue n'est pas du tout en reste, elle se distille lentement au fil des pages, David Chauvel ne laisse rien au hasard, ne crée pas de suspense inutile ou autres artifices, et quand arrive les dernières pages le lecteur qui n'a pas réussi à découvrir l'identité du coupable reste scotché.



Dans cet univers tout a un prix, finir en prison ou mourir. Détenir le pouvoir, dix ans, un an, une heure, peu importe la durée : mais vivre, commander pour de bon, voilà ce qui compte. A vous de voir, mais un bon conseil: lisez-le.
Alexandra.S. Choux