Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Aspic voisine : Simon Hureau se lâche

Ça pique les yeux, la gorge et le reste aussi

Propos recueillis par L Cirade et L Gianati Interview 03/07/2009 à 12:26 6553 visiteurs
L'héroïne met tout le monde à l'aise à l'heure de refermer le livre : "Et si tu n'as pas aimé (...) je te prie de noter que j'en ai rien à cirer... Du reste, je t'emmerde." Elle, c'est Mélusine, personnage dont le comportement et les actes, tout comme ceux qui l'entourent le temps de cinq courtes histoires, ne peuvent pas laisser indifférents. Le personnage a évidemment un lien avec celui mis en scène dans Tout doit disparaître (Futuropolis) mais derrière les apparences, le ton n'est pas le même. Simon Hureau pousse le bouchon très loin. Le risque de rejet est patent, y compris au sein des fans de l'auteur qui assume la liberté avec laquelle il a réalisé cet album. Aspic voisine, ça pique les yeux et ça démange de partout. Entretien.

Centré sur le même personnage central, Mélusine, Aspic Voisine est-il un prolongement de Tout doit disparaître ou quelque chose de totalement différent ?

Pour ma part, c’est totalement différent. J’ai repris le même personnage que celui de Tout doit disparaître, une Mélusine un peu plus âgée, pour lui faire vivre des aventures beaucoup plus trash, beaucoup moins sociales. C’est moins ancré dans le réel que Tout doit disparaître, dans lequel il était question de petits bourgs qui se meurent, même si Mélusine retourne dans un de ceux-là, à Meudon dans le 92, pour l’une des petites histoires d’Aspic Voisine. Le choix de situer une partie de l'histoire dans une maison abandonnée, que l’on retrouve également dans les deux albums, est plus une question pratique, un lieu un peu hors de tout dans lequel tout peut arriver. Ici, il est plus question d’aventures indépendantes avec des gens complètement givrés. Je me suis vraiment lâché. C’est plus du défoulement sous forme d’humour noir, alors que le précédent album était avant tout un bouquin d’ambiances. Même si le personnage de Mélusine reste le même, le propos est différent.

S'il ne s'agit pas d'une suite, racontez-nous la genèse d'Aspic Voisine

La deuxième histoire d’Aspic Voisine, la plus longue, qui parle de jeunes décérébrés cannibales, m’est venue après la lecture d’un livre de Martin Monestier (Cannibales, histoire et bizarreries de l'anthropophagie, hier et aujourd'hui, Le cherche Midi). Ce même auteur m’a également inspiré une autre histoire, Hautes œuvres, suite à la lecture de Peines de mort (Le cherche Midi), dans lequel j’avais découvert un long chapitre consacré au supplice de Damien. Le décalage entre la faute commise et la sanction m’avait marqué, mais aussi le contraste entre la fin du siècle des lumières et ce genre de barbarie. Le tout sous l’œil d’une société décadente, de personnalités donnant un côté un peu people, des coucheries entre le bourreau et celle qui deviendra la comtesse du Barry, les mœurs du Roi, le marquis de Sade, Casanova…

Comment s’est réalisé le choix de l’éditeur, La boîte à bulles ?

Je pense que je n’aurais même pas osé le proposer à Futuropolis qui a publié Tout doit disparaître. Vincent Henry, de La Boîte à Bulles, n’a aucun tabou. Il peut tout voir. Je n’ai pas eu peur de le lui montrer et je souhaitais aussi que ce travail reste discret, histoire que toute la famille ne tombe pas dessus. C’est un bouquin un peu indéfendable.

Le personnage de Mélusine est-il destiné à vivre de nouvelles aventures ?

Non. Cette compilation d’histoires avec Mélusine est un pur hasard. J'en avais écrite une il y a quelques temps avec le personnage, Bob, ce qui n’avait rien donné. Là, j’ai eu l’idée de les réécrire avec le personnage de Mélusine et de les envoyer à Vincent Henry. Ce qui l’intéressait avant tout, c’était les rapports entre Mélusine et sa voisine. Au départ, il n’y avait que deux histoires, puis les trois autres sont venues s’y greffer.

Découvrir la preview bdgest d'Aspic voisine
Propos recueillis par L Cirade et L Gianati