Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Roba... de Boule à Bill

Entretien avec Philippe Cauvin

BDGest' (C. Steffan) News 26/10/2005 à 11:12 2615 visiteurs
Après son livre consacré à Willy Lambil, le journaliste Philippe Cauvin - inconditionnel autoproclamé des Grands Anciens de la bande dessinée - vient de s'attaquer à une autre figure vivante de l'Age d'Or : Jean Roba.

Il n'était pas question pour l'auteur de ce livre de s'enfermer dans un passéisme désuet. "J'aime beaucoup la BD contemporaine, mais pour moi, le berceau de la BD, ce sont EUX. Les Peyo, Franquin,... Jean Roba a 75 ans et il n'y a jamais rien eu d'écrit sur lui. Je savais qu'il y a énormément de matériel qui n'avait pas été montré".

Mais si Roba n'avait jamais été le sujet d'une biographie, peut-être est-ce aussi dû à sa discrétion ?
Ca a été un peu compliqué de lui faire accepter le projet au début. Mais une fois que ça a été lancé, ça c'est très vite (et très bien) passé Il a accepté de me montrer tout ce qu'il avait fait. Il a parlé beaucoup, facilement, le seul point qu'on n'a pas abordé ensembe c'est sa vie privée, de son plein gré, explique Philippe Cauvin qui s'avoue être étonné du résultat de ses entretiens avec le père de Boule et Bill. "Je pensais qu'il allait me donner plein d'anecdotes sur Franquin... mais ce n'est pas facile avec des auteurs comme lui, si bien qu'il y a assez peu d'histoires anecdotiques... mais ce qui est intéressant c'est qu'il en parle tout le temps. Il n'y a pas un paragraphe où il n'y a pas "Franquin m'a dit ... ou Franquin faisait cela".

Jean Roba est un cas à part dans la Bande Dessinée, car il doit être un des rares auteurs à être arrivé dans ce média sans vraiment en avoir besoin, du moins financièrement. "Il gagnait excessivement bien sa vie pour l'époque (il est devenu très rapidement chef de studio de publicité) il avait envie de faire de la BD mais il était un peu frileux vis à vis de ça à cause du côté aléatoire de la chose, . Et ça c'est vraiment fait sur un coup de chance de Franquin qu'il a rencontré à une soirée avec Peyo. Son succès dans la BD a été immédiat, c'est rarissime ! Il y a beaucoup de gens qui lui reprochent de n'avoir fait que Boule & Bill, mais il faut voir le succès de la série : c'est quand même la seule BD qui passe les années, ce sont des personnages encore très forts aujourd'hui. C'est intemporel, ça aurait pu être remplacé par Cédric, par Kid Paddle, ce n'est pas le cas."

Pour attaquer ce monument, Philippe Cauvin s'est plongé dans de sérieuses recherches. Pour autant, il ne se considère pas comme le plus grand spécialiste de Roba. Car même si les louanges fleurissent de la part des lecteurs, certains soulignent quelques faiblesses concernant la bibliographie.
Mais pour autant, est-il possible d'être "original" quand on traite 40 ans de carrière ?
"Il y a des questions qui sont obligatoires, les connaisseurs diront qu'elles ont déjà été posées mais elles sont indispensables dans un livre comme ça. Pour la documentation, c'était royal puisqu'il m'a ouvert le coffre-fort, j'ai scanné et photographié plus de 900 dessins inédits !" s'émerveille le journaliste, qui remercie au passage la librairie "dans la gueule du loup" pour l'avoir aidé à retrouver des petits trésors cachés que même Roba ne possédait pas.
D'ailleurs le célèbre dessinateur a lui-même mis la main à la pâte en choisissant la couverture de l'ouvrage et en réalisant le titre.
"Un ouvrage comme celui-ci se constuit sur un rythme très simple, très séquentiel : "l'époque pub", "l'atelier Franquin", "la création de Boule et Bill", "le passage chez Dargaud" et "le passage de témoin avec Verron". Roba est le seul à avoir vendu son personnage en le suivant de façon remarquable. J'ai tout de suite imaginé que Verron devait faire un chapitre parce que la reprise est vraiment bonne (il avait été assistant de Roba).
Mais Verron n'est pas le seul auteur à avoir participé aux témoignagnes, on retrouve aussi quelques commentaires de Tibet, Walthéry, ainsi qu'une préface écrite par Albert Uderzo !
Il est aussi à noter que le tirage de luxe comporte plus de 100 pages supplémentaires avec l'intégralité des "avis de chien de Bill", rubrique écrite par Yvan Delporte qui lui-même est l'objet d'une interview inédite.

Bizarement c'est comme le Lambil, tous ces livres se mettent en place de manière naturelle, conclu Philippe Cauvin dont on sent bien qu'il s'étonne encore de la facilité qu'il a eu à traîter un de ces auteurs qui nous ont fait rêver enfant... étonnement qui persistera jusqu'au prochain livre certainement.
BDGest' (C. Steffan)