Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Bédérama

Le festival CinéBédé du 27 au 29 septembre

Forum des images Communique 17/09/2019 à 10:48 1976 visiteurs

DES BULLES ET DES PLANS : DE LA CASE A L’ÉCRAN

Le Forum des images lance la première édition de son tout nouveau festival Bédérama, célébrant les liens entre bande dessinée et cinéma, du 27 au 29 septembre 2019.

Pour emprunter les passerelles entre ces deux univers qui se sont multipliées ces dernières années, le Forum des images a réuni une pléiade d’invités, au gré d’une programmation qui déroule master class, rencontres croisées, performances dessinées, avant-première et sélection de films autour de la BD, mais aussi dédicaces et expositions de planches de dessins...

Mathieu Sapin, auteur dessinateur (Le Château, Gérard...) et réalisateur (Le Poulain...), est pendant 3 jours le fil rouge de ce parcours de la case à l’écran. Plusieurs rendez-vous en sa compagnie, avec ses complices Joann Sfar et Christophe Blain et aussi avec deux femmes primées au festival d’Angoulême 2019, l’américaine Emil Ferris et Emilie Gleason.

De jeunes auteurs, Terreur Graphique, le duo Ruppert et Mulot ou encore Guillaume Singelin – tiennent conciliabules chaque jour à l’heure de « l’apéro » tandis que d’autres – David Prudhomme et Dominique Bertail – dessinent en direct une affiche de ciné. 

Deux défis sont lancés aux invités, avec la participation du public : le Labobula, exercice de style ludique proposé à Mathieu Sapin et Emilie Gleason par Formula Bula, et l’adaptation de Zaï Zaï Zaï Zaï de Fab

INVITÉS ET CRÉATIONS EN DIRECT

Mathieu Sapin est l’invité fil rouge de Bédérama et révèle le dialogue permanent entre 7e et 9e art dans son travail.

Une master-class, animée par Sonia Déchamps, journaliste et spécialiste de la bande dessinée (France Culture, Les Cahiers de la BD), aborde les sources d’inspiration et la manière dont cet auteur talentueux passe volontiers du crayon (Gérard – Cinq années dans les pattes de Depardieu, Le Château, Feuille de chou, journal d’un tournage...) à la caméra. (27 septembre à 19h).

Le festival est aussi l’occasion de (re)découvrir ses films : Le Poulain, comédie sur le milieu de la politique, Vengeance et terre battue, son premier court métrage, avec Riad Sattouf et Macadam Popcorn, road movie documentaire de Jean Pierre Pozzi avec Mathieu Sapin parti à la découverte des exploitants de cinéma.

Une rencontre croisée avec ses compagnons d’atelier Christophe Blain et Joann Sfar, revient sur leur stimulante cohabitation pendant 10 ans (28 septembre à 17h30).

Le public pourra découvrir les tirages de ses dessins (Gérard, Le Château), exposés sur les murs du Forum des images.

Rencontre avec Emil Ferris

La dessinatrice américaine Emil Ferris, en résidence d’artiste avec Formula Bula, est également l’invitée de Bédérama. Son premier album Moi, ce que j’aime c’est les monstres, a reçu une multitude de récompenses, notamment le Fauve d’or du Festival d'Angoulême 2019. Une rencontre exceptionnelle, animée par Ronan

Lancelot, ancien rédacteur en chef de Fluide Glacial et directeur de la galerie Huberty & Breyne, retrace un parcours d’artiste et de vie singuliers. Elle présente l’un des films de son panthéon cinématographique, Rosemary’s Baby. (28 septembre 19h30 et 22h)

Émilie Gleason... en action

Avec Ted, drôle de coco, inspiré de la vie de son frère, autiste Asperger, l’illustratrice Emilie Gleason a obtenu le prix Révélation au dernier festival d’Angoulême. Aux côtés de Mathieu Sapin, elle se prête au jeu du Labobula, un spectacle créé par Formula Bula, partenaire du festival.

Sur scène, l’éditeur-présentateur Franky Baloney invite les deux dessinateurs à réaliser la couverture d’un album à partir de la vie d’une personne, choisie au hasard dans le public ! (29 septembre à 16h30)

Séances festives et insolites autour des invités...

Le Forum des images propose une création inédite en faisant se rejoindre deux mondes (et trois artistes) qui ont en partage l’humour absurde et ravageur ! L’album culte Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro, qui sera également présent pour l’occasion, sera projeté sur grand écran, puis doublé et bruité en live par Nicolas et Bruno, les rois du détournement... (27 septembre à 21h00)

Chaque soir, à l’heure de l’apéro, Alex Masson journaliste cinéma (Radio Nova, Cinéma Teaser) et bédéphile, sonde de jeunes auteurs aux univers variés sur leurs manières de travailler et l’influence du cinéma dans leur processus de création. Au menu, trois rencontres avec Ruppert et Mulot (Portrait d’un buveur), Guillaume Singelin (The Grocery...) et Terreur Graphique connu aussi pour ses dessins dans la presse (Libération, SoFilm).

Dessiner une affiche de ciné, c’est souvent toute une histoire... mais c’est possible ! David Prudhomme, auteur d’une vingtaine d’albums (La Traversée du Louvre, Rébétiko...) et Dominique Bertail (Mondo Reverso signé avec Arnaud Le Gouëfflec), se plient volontiers à l’exercice de style de dessin sous contrainte mais avec le concours des

PROJECTIONS

Bédérama propose de découvrir ou redécouvrir sur grand écran les meilleures adaptations cinématographiques de bande dessinées, en réservant quelques surprises !

Le festival présente en avant-première La Fameuse Invasion des Ours en Sicile en présence du réalisateur Lorenzo Mattotti, célèbre illustrateur, dessinateur et peintre. Adapté d’un roman de Dino Buzzati, ce premier long métrage présenté à Cannes cette année dans la section « Un certain regard » clôture la première édition de Bédérama (29 septembre à 20h30).

La sélection de Bédérama invite les spectateurs à naviguer aussi bien dans le temps que dans les genres. Au programme, L’An 01, un film de Gébé, réalisé par Jacques Doillon, prolongement cinématographique de sa bande dessinée parue dans Charlie Hebdo. Barbarella l’icône pop, imaginée par Jean-Claude Forest, inspirée de Brigitte Bardot, côtoie Bécassine, première héroïne de BD jamais dessinée, revisitée par Bruno Podalydès. Le Transperceneige de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette devenu par le talent du réalisateur sud-coréen Bong Joon Ho (Palme d’or à Cannes cette année) un blockbuster futuriste Snowpiercer. L’album Quai d’Orsay est porté à l’écran par Bertrand Tavernier avec la participation des auteurs et dessinateurs Christophe Blain et Abel Lanzac.

Dans cette relation fusionnelle entre le 7e et le 9e arts, le festival du Forum approfondit cette introspection avec des films qui ont inspiré des auteurs de bande dessinée : Les Misfits (Les Désaxés) sur lequel s’est basé le dessinateur Luz pour son album Hollywood menteur ; Rosemary’s Baby de Roman Polanski, qu’Emil Ferris a choisi de présenter pour sa carte blanche et Gainsbourg (vie héroïque), réalisé par Joann Sfar, dont Mathieu Sapin a dessiné le making-of et publié le journal de tournage (Feuille de chou).

Et en regard...la conférence Alain Resnais, l’homme qui aimait les bulles. L’historien du cinéma François Thomas se penche sur le rôle du plus bédéphile des cinéastes dans la reconnaissance de la bande dessinée comme art en France. Il explore l'influence de Milton Caniff, Will Eisner et autres illustrateurs américains dans le découpage, le cadrage, la lumière ou le dialogue qui traverse toute la filmographie d’Alain Resnais. (27 septembre à 17h30)

Des expositions d’originaux et d’affiches de cinéma seront présentées dans les espaces du Forum des images,en partenariat avec la galerie Huberty & Breyne :

• Luz : 14 planches originales de son album Hollywood menteur sur le tournage tragique des Misfits

• Liberatore : 7 œuvres en couleur de sa série sur les Super héros



Forum des images