Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les contes ordinaires d'Ersin Karabulut 2. Jusqu'ici tout allait bien...

25/08/2020 5108 visiteurs 8.0/10 (2 notes)

D ans Contes ordinaires d’une société résignée Ersin Karabulut dressait le portrait d'un monde éteint, écrasé par des pouvoirs et des forces toujours plus arbitraires. Ce n’était que le début, car Jusqu’ici tout allait bien…, tel que l’annonce le second tome des Contes Ordinaires du plus turc des auteurs estampillés «Fluide».

Contraint d’user de métaphores filées afin de ne pas se faire trop remarquer des censeurs, le scénariste explore les dégâts que le formatage des esprits par les pensées dominantes ont sur lui et ses semblables. L’excellent humour noir façon Miguelanxo Prado et l’acuité effrayante des observations se suffiraient à eux-mêmes et n'engendreraient pas plus de réaction que n’importe quelle autre satire sociale. Malheureusement, le contexte politique de la Turquie exige du lecteur de prendre un peu de recul. En effet, derrière ces fables se cachent des situations dramatiques qui donnent une tout autre ampleur à l’album. Rien n’est gratuit et, si les attaques sont claires pour celui qui sait lire entre les cases, la vérité est que Karabulut doit absolument éviter de trop user de la provocation s’il veut continuer de pratiquer son métier ou simplement rester libre.

Un soupçon de Georges Orwell, une poignée de S.O.S. Bonheur (première époque) et, surtout, un immense talent de conteur couplés à une réalisation graphique sans faute, Jusqu’ici tout allait bien… ne peut qu’inspirer le respect. Selon Georges Duhamel, «L’humour est la politesse du désespoir», rarement cette citation n'a été aussi bien adaptée à un artiste et à son œuvre.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Les contes ordinaires d'Ersin Karabulut
2. Jusqu'ici tout allait bien...

  • Currently 4.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 02/09/2020 à 13:32:45

    Ersin Karabulut est un dessinateur turc réputé et figure de la contestation de gauche au pouvoir via le magazine satirique « Uykusuz ». Ce qu’il y a de passionnant dans cet album c’est l’ouverture qu’il nous donne sur une société cousine, si loin si proche, dont beaucoup d’occidentaux ne veulent pas au sein de l’Union européenne mais dont les déboires autoritaires avec leurs dirigeants nous peinent. En croquant ces contes satiriques on reconnaît nos vies quotidiennes enfermées dans une addiction technologique aux smartphone, dans des démocraties de basse intensité qui s’accommoderaient finalement bien d’une prise en charge des affaires publiques par des sociétés internet avec des consultations populaires via des appli… mais aussi des marqueurs plus étrangers, ceux de sociétés encore traditionnelles, étirées entre d’anciennes générations aux mœurs très conservatrices et des jeunes occidentalisées. Ce qu’on imagine de la Turquie, à savoir ce qu’il peut y avoir de plus moderne dans les sociétés musulmanes orientales. La variété des contes est saisissante. D’une ligne graphique relativement homogène et fort agréable, l’auteur aborde avec une noirceur que ne renierait pas le Franquin des Idées noires sa société autant que le monde capitaliste mondialisé. D’une ironie très drôle dans les tronches croquées, il sait être plus sombre et poétique lorsqu’il parle des mirages de l’occident pour des migrants pas toujours dupes de ce qu’ils perdent et de l’acculturation qui les guette.[...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/09/02/jusquici-tout-allait-bien/