Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Effet miroir

17/08/2020 2873 visiteurs 7.0/10 (1 note)

L ouis, héritier prospère, récemment séparé, se détend en faisant son jogging quotidien dans la forêt de Bercé. Il est soudainement pris en chasse par un motard. L’homme, entièrement vêtu de noir, à l’exception de la visière de son casque qui reflète l’environnement, apparaît terrifiant avec son air de Dark Vador. Il terrorise le sportif et l’affrontement se transforme en véritable corrida. Le héros tente d’abord de confronter son agresseur, avant de le fuir. Il ignore son identité ; son tortionnaire semble toutefois tout savoir de lui. Le motocycliste ne l’a de toute évidence pas choisi au hasard.

Auteur prolifique (entre autres de La ballade du bout du monde et des premiers Jérôme Bloche), Makyo signe un suspens qui fait inévitablement penser à Duel, le premier film de Steven Spielberg où un chauffeur de camion pourchasse un automobiliste. Le lieu et les circonstances demeurant banals (une fin de journée dans un bois de la Sarthe), le lecteur s’identifie au protagoniste. Il comprend son anxiété et ressent sa terreur. La confrontation, en grande partie muette, est bien amenée et gérée pour faire monter la pression dans un récit somme toute minimaliste. Le dernier acte s’avère malheureusement décevant. L’explication est convenue et le stratagème alambiqué du délinquant ne convainc pas. La conclusion heureuse est pour sa part en rupture avec la tonalité de l’album, jusque là beaucoup plus sombre.

Le dessin de Laval NG constitue une belle réussite. Tout y est violence. Au premier chef, son travail à l’aquarelle avec une abondance de rouge (celui des feuilles d’automne et du vêtement de l’acteur principal) et de couleurs foncées donnent le ton. Ensuite, la multitude de séquences sans texte qui s’étendent souvent sur plusieurs planches, soulignant ainsi le long écoulement des minutes. Enfin, la variété des plans contribue elle aussi à exacerber la tension. L’artiste passe fréquemment d’une vue d’ensemble très vaste à un cadrage serré (et vice versa), présente successivement le coureur d’un grand nombre de points de vue pour ainsi accentuer l’effet de panique, puis insiste sur des angles obliques et déstabilisants. Pour tout dire, il transpose avec bonheur les codes du cinéma au neuvième art.

Un exercice de style globalement réussi, peut-être le scénariste aurait-il dû résister à l’envie d’offrir toutes les réponses.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Effet miroir

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    thieuthieu79 Le 07/09/2020 à 18:48:34

    J'ai adoré cet album !!
    Il m'a tout de suite fait penser à ce film de Steven Spielberg "Duel", dans lequel on suit la course poursuite entre un camionneur et un automobiliste.
    C'est exactement ce qui se passe ici, entre un joggeur et un motard dans une forêt.
    Le rythme est intense, soutenu et on s'identifie très vite au joggeur, à sa peur, son anxiété, ses interrogations.
    Certes le récit est minimaliste et les dialogues pauvres, mais tout passe par le dessin, le mouvement et le rythme.
    Et on peut remercier Laval d'avoir fait ce très beau travail graphique.
    Cadrages serrés puis grandes cases ouvertes, vue de face puis contre plongée, ou encore cases rythmées puis planches très calmes..
    En jouant ainsi sur la variété graphique et narrative, on ressent toute la tension liée à l'histoire.
    Pour accompagner tout cela, un très beau dessin à l’aquarelle avec des couleurs volontairement à dominance de rouge et de noir pour renforcer l'immersion.
    Un très bel exercice de style narratif et graphique rondement mené et parfaitement exécuté.