Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ne le dites à personne, dans mon village, on mangeait des chats. Et oui, bien malin celui qui aurait soupçonné le subterfuge du père Charon avec son fameux pâté de foie pour lequel les gourmets n'hésitaient pas à faire de longues distances. À la fois le boucher et le maire du village - et bien d'autres rôles encore - «La Charogne» avait l'ascendant sur les habitants, pas un pour broncher. Puis, un jour, il a disparu... Mon nom à moi, c'est Jacques ; je n'ai que quatorze ans mais, attention à celui qui me cherche, car, même si je ne ressens pas la douleur, la haine a déjà envahi mon âme.

Philippe Pelaez, en véritable touche-à-tout, surprend de nouveau son lectorat en abordant un registre relativement différent de ses œuvres précédentes (Parallèle, Maudit sois-tu, Puisqu'il faut des hommes…). Il propose cette fois un récit très sombre, réaliste et violent à savoir, la naissance d'une graine de criminel issue d'un trou paumé de campagne. En tirant parti de sa maladie congénitale et grâce à son audace insolente, sa ruse et sa compréhension précoce du monde des adultes, il va se hisser aux côtés des petites frappes et créer son propre réseau. La colère rentrée du personnage principal est canalisée et utilisée dans le but de parvenir à ses fins. Un portrait très bien construit, progressivement, à l'aide de la voix off notamment. Le héros à la personnalité borderline est finalement amoral, mais toute l'adresse du scénariste consiste à montrer l'éclosion de ce malfrat, de sa jeunesse à l'âge mûr, ses coups bas et ses fêlures. Résultat : le lecteur développe une certaine empathie pour lui.

Loin de miser sur l'esthétisme, Francis Porcel (Bouffon, Chevalier Brayard, Les folies Bergère) préfère donner du caractère et de l'impact à cette intrigue douce-amère. Ce dessinateur a toujours juste dans sa mise en couleurs, compose avec des tons naturels qui renforcent le côté terroir et installent des ambiances appropriées.

Avec ce titre intriguant, les auteurs appâtent sans tromper le chaland ; qu'il soit rassuré, la qualité est au rendez-vous.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Dans mon village, on mangeait des chats

  • Currently 4.31/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (16 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Au Fil des Plumes Le 02/09/2020 à 15:07:36

    Philippe Pelaez signe à nouveau un scénario bien ficelé. Le rythme est haletant et monte en puissance au fur et à mesure de la lecture. Très violent et critique envers notre société, cette BD met en scène un personnage ambivalent Jacques.
    Les illustrations de Porcel s'accordent parfaitement avec le scénario. L'esthétique est dure et les couleurs sombres.
    Une belle BD!

    https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2020/09/02/dans-mon-village-on-mangeait-des-chats/

    kingtoof Le 06/08/2020 à 20:31:03

    La BD de l'été 2020 !
    On est tout de suite embarqué par l'histoire de Jacques.
    Un scénario sombre, dure et émouvant à la fois.
    L'histoire de petits loubards, qui se font une place dans le milieu du crime avant d'en payer l'addition, peut sembler très classique, cependant il y a une valeur ajoutée par les auteurs.
    Les personnages, mêmes secondaires, ont de "vrais gueules".
    Bref, c'est un très bon album.

    Thomaswae Le 02/08/2020 à 23:54:44

    Titre accrocheur ! Récit très juste et bien mené
    C’est histoire m’a vraiment plu
    Le ton ironique permanent de Jacques et son destin sont parfaits et les dessins servent bien l’histoire
    On se risquerais même à ouvrir une carte pour trouver le bled ou tout à commencer dans cette région occitane
    Je recommande la lecture de cette bd vraiment un bon moment

    judoc Le 14/06/2020 à 16:15:46

    Sombre, noire et violente, cette histoire sur fond de crime organisé « made in France » prend aux tripes dés les premières planches.

    L’ascension morbide du jeune Jacques (aussi cabochard que rusé) et de ses amis vers le business illicite des trafics et de la « réussite » facile qui va avec, est saisissante et tout à fait passionnante.

    Grâce à un scénario fouillé, à un trait sobre et nerveux et à une colorisation des plus soignée, les deux auteurs nous entrainent dans une France criminelle et méridionale des années 70/80 de manière remarquable et parviennent à nous immerger dans l'ambiance délétère de ce récit au combien dramatique.

    Jacques reste presque attachant malgré une âme des plus noire, qui tranche avec l’amour qu’il porte à ses amis et à sa sœur. C’est finalement presque avec regret que l’on quitte ce criminel charismatique quand on referme l’album.

    Une histoire, une ambiance, et une vrai bonne BD !