Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Q uand il s’éteint à New-York en 1838 à quatre-vingt-huit ans passés, Lorenzo Da Ponte peut s’endormir en paix. Il a pu mener à terme son ultime projet : faire connaître l’opéra italien au Nouveau Monde. Une histoire d’émigrant comme il en existe tant ? Oui et non, car avant d’arriver aux USA, ce volubile libraire devenu professeur d’université et champion de la culture transalpine a connu un destin inimaginable. De la Venise aux temps des exploits de son ami Casanova à la cour de l’Empereur Joseph II, où il fut le librettiste de Mozart, en passant par Londres et quelques autres grandes cités d’Europe, Lorenzo aura tout connu et tout vécu.

Pour narrer une telle existence, Clément Baloup a choisi une approche originale à la chronologie « mosaïque ». Lorenzo se raconte en passant d’une époque à une autre et relie des évènements n’ayant, au premier abord, que peu de points communs. Plus proche de la discussion entre ami que d’un compte rendu officiel, le récit de sa vie se lit comme un véritable roman d’aventure à la limite du picaresque. Natif de la Sérénissime, il est juif de naissance, converti enfant, il devient prêtre catholique avant d’être défroqué, se fait poète, tout en se finançant par le jeu. Fuyant quelques fâcheux, il se retrouve à Vienne où il se distingue à la cour impériale. Et puis, il y a ce moment de grâce quand il croise le génie à l’état pur : Wolfgang Amadeus Mozart. Sa vie en sera marquée à jamais, même si peu après, il est obligé de fuir à une fois encore les créanciers pour conserver sa liberté. Des hauts, des bas, des coups de chance, des moments de misère, l’homme ne cesse de se réinventer au fil du temps. Résultat, il est impossible de ne pas tomber sous le charme de ce personnage mêlant bagout et érudition.

La mise en image s’avère moins excitante, malheureusement. En effet, les aquarelles d’Eddy Vacaro peinent vraiment à convaincre. Le trait est emprunté, les protagonistes difficiles à reconnaître et les décors bien pauvres. L’ensemble se montre particulièrement décevant. Le rythme et le dynamisme général de la mise en page est cependant à sauver. Le dessinateur a bien compris la nature de son héros, mais échoue à la retranscrire d’une manière efficace.

Biographie rondement menée, mais globalement très pauvre graphiquement, Dans l’ombre de Don Giovanni aurait pu être un modèle du genre, ce n’est pas le cas. Dommage.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Dans l'ombre de Don Giovanni

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.